AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dame Carcas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 19
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Dame Carcas   Sam 20 Sep - 13:51

Lorsque vint Charlemagne jusqu’aux portes de pierre
Le pont-levis levé lui refusa l’entrée
Les flancs de la Cité, percés de meurtrières
Le firent reculer, le laissant humilié.

Les terres de la Cité étaient trop bien placées
Son peuple était impie et ses mœurs douteuses
Il fit appel au roi et dès lors déclara :
« Je tuerais de ma main tous ceux qui lutterons. »

Le roi se rappela les dires de ses ainés,
Et les valeurs que tous lui avaient enseignées
Il nia l’allégeance que l’empereur prônait
« Jamais tu n’auras ni ma terre, ni ma cité. »

Mais un jour notre pauvre et aimé roi Ballak
Tomba de son cheval au cœur même de l’action
Charlemagne vit alors de ses yeux démoniaques
Se réfugier dans les douves chaque bataillon

Sans roi pour les mener les armées s’inquiétaient
Et tous priaient que quelqu’un veuille bien les aider
Tous attendaient en s’enfermant dans la Cité
Qu’un signe du ciel vienne pour les réconforter.

Et bientôt Dame Carcas, la veuve de notre Roi
Décida devant Dieu pour protéger la Cité
De mener défenses, rassurant le désarroi
Que le siège épuisant avait chez tous laissé

Vingt-deux puits étaient cachés dans la Cité
Et d’importantes récoltes permettaient aux sujets
De voir en l’avenir une vie rassurée
Car bien qu’assiégés, Dame Carcas les protégeait.

Le siège commença cependant à durer
Les années s’écoulaient et vinrent bientôt marquer
Les puits vidés et la nourriture épuisée
Et la sécheresse qui étouffait l’été.

Quand la famine tua le dernier défenseur
L’épuisement s’ajouta à la misère
Car depuis cinq ans le siège marquait chaque heure
Et les ventres gonflés grouillaient dans la poussière.

Dame Carcas cependant toujours voulait veiller
Et pour faire croire à la vie remplaça ceux décédés
Décochant sans relâche des carreaux aiguisés
Charlemagne vint à croire qu’une défense subsistait.

La jeune femme un jour décida d’une tablée
Et fit venir à elle les dernières provisions
Un cochon malingre et une mesure de blé
Lui furent donc donnés avec appréhension.

Elle invita alors le porc à se gaver du blé
Lorsqu’il fut bien gonflé, elle le fit emmener
Et lorsqu’ils furent à la tour la plus élevée
Elle rit un grand coup et le fit basculer

Le cochon dans sa chute hurla tant et si bien
Que tous ceux qui siégeaient le regardèrent tomber
Et lorsqu’il atterrit enfin sur les terres d’or
Ses entrailles explosèrent sous la pression du blé

Charlemagne vit cela et en fut atterré
Il le vit comme la preuve d’une richesse exposée
Cinq ans passés à assiéger la Cité
N’avaient même pas pu épuiser les greniers

Il décida dès lors d’abandonner son piège
Laissant la Cité et son peuple opulent
Et toutes ses armées lorsqu’elles levèrent le siège
Méprisaient la Cité et ses airs nonchalants.

Voyant que sa ruse avait pu fonctionner
Dame Carcas célébra sa victoire finaude
Et laissa son peuple sortir de la cité
Pour aller s’abreuver sur les berges de l’Aude.

Elle envoya quérir les hommes restés sans arme
Et sur son ordre toutes les cloches furent sonnées
La Cité fut alors envahie du vacarme
Des cloches se mêlant à une joie émerveillée.

L’armée de Charlemagne partait pleine d’aigreur
Entendait au loin les cloches polissonnes
Deux soldats en retard, courant vers l’empereur
Lui annoncèrent alors « C’est que Dame Carcas Sonne ! »

Naquit ainsi le nom de la Cité
D’une ruse victorieuse, dame Carcas fut bénie
Son nom entrait dans la légende de la ville
Qui sans Dame Carcas ne serait Carcassonne.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
gaba

avatar

Masculin Nombre de messages : 598
Age : 30
Date d'inscription : 28/11/2011

Personnages RP
Pseudo: Abeline Lamesain
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Dame Carcas   Sam 22 Nov - 21:30

J'avais lu, mais pas encore commenté.

Ça commence assez vite, on entre tout de suite dans le vif du sujet. Du coup, on dirait qu'il manque une ou deux strophes au début pour situer l'histoire. Mais au final, tous les éléments sont là, tout au long, et, ne connaissant pas la légende, j'ai été agréablement surpris par le dernier vers.

J'ai bien aimé la forme de geste aussi.

_________________
De Chelonian Mobile

Vitrine : le show du neurotransmetteur

gabaaarrghl...
Revenir en haut Aller en bas
 
Dame Carcas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le parfum de la dame en noir...
» Médaille N-Dame d'Einsiedeln - Suisse (1) - XVIIème
» Sandition, un roman achevé par une autre dame (Marie Dobbs)
» La Dame à l'écriture (Kendor)
» [Cabasson, Armand] La Dame des MacEnnen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Poésies-
Sauter vers: