AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Patchwork

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chikoun
Coordonnateur Littéraire


Masculin Nombre de messages : 4729
Age : 26
Localisation : Dansant sur un fil, une framboise à la bouche.
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Patchwork   Mer 12 Nov - 12:26

Quelques petits textes écrits avec comme inspiration une photo pour les deux premiers, et une citation pour les deux derniers, le tout dans un temps limité à chaque fois. Nous vous laissons deviner qui d'Anastasis ou de moi a écrit quoi (:


Citation :
La ville palpite en dessous de ses pieds. Des milliers de diamants scintillent dans l’horizon. A chaque fenêtre où les couples s’enlacent et se défont, où les enfants regardent avec hypnotisme les écrans en couleur. Les lois sont différentes si près du ciel. Il le sait. Il sent la complexité de l’univers, sa nature profonde (du goudron sur ses lèvres), sa passion pour l’absurdité. Des démons font leur règne, là en bas, dans la cité des lumières. Leurs dents claquent dans ses oreilles. L’échafaudage en métal fait clic, clic. Clic, clic, la pluie tombe. C’est le bruit d’une télécommande qui ordonne au monde d’accélérer.



Citation :
Le temps, la vitesse des phares, sur son visage conte son histoire ; il n'y est pas besoin de mots, ses murmures inaudibles sous l'expression des moteurs. Le chant de la nuit, une percée dans la puanteur de ses buildings. On eu dit un veilleur, un garde du sommeil, qui jamais ne se fait prendre, qu'aucun bras n'enserrera, ni ce soir, ni les autres, alors que l'ombre sur sa face clôture peu à peu la lisière de ses yeux. Comme le rêveur, le veilleur ouvre son horizon et décortique le monde, l'immonde réalité qui le porte jusqu'ici, sur ses poutrelles crades, sous ses étoiles jaunes et sales. Les jambes ballantes de réalité et la tête pendue à un filin de ciel.



Citation :
Il n’avait pas été tendre avec elle. Mais chaque coup, chaque baiser brutal, chaque étreinte sanglante lui avaient été doux. Quand il embrassait son nez pour la consoler, il lui souriait largement. Il aimait dans une folie toute singulière la violence sourde qu’il exerçait ait sur elle. Il l’avait embrassée en la tuant à chaque reprise. Il avait toujours adoré la malmener pour lui prouver son attachement. Et puisqu’elle avait dégusté plus qu’aucune autre, c’est qu’il devait vraiment tenir à sa jolie poupée.
Dans la chambre verte au fond de l’appartement, il l’avait conservée quelques temps pour profiter encore un peu (toujours un peu plus…) de ses membres froids, réchauffés temporairement par le radiateur portatif. Il l’avait usée à trop l’aimer.



Citation :
La morsure du fer, l'engelure amère, sur ta langue enroulée marque et colle, arrache comme une glace la peau délicate ; ta chatte brûle, ton pubis se gonfle et grésille. Entre les dents le more, entre dans ton ventre la mort, la marque d'une appartenance rougie au feu. Nos narines s'unissent à l'odeur délicieuse de ta peau qui frit. Glisse ! crisse ! le fer immiscera contre tes os.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: Re: Patchwork   Mar 2 Déc - 2:14

Je ne sais comment commenter vos textes. Ils sont si proches, et si éloignés à la fois, c'est amusant . Vous nous offrez chacun votre touche personnelle sur quelque chose de commun, c'est surprenant (tiens, je fais un peu de poésie du coup haha).

Citation :
La ville palpite en dessous de ses pieds. Des milliers de diamants scintillent dans l’horizon. A chaque fenêtre où les couples s’enlacent et se défont, où les enfants regardent avec hypnotisme les écrans en couleur. Les lois sont différentes si près du ciel. Il le sait. Il sent la complexité de l’univers, sa nature profonde (du goudron sur ses lèvres), sa passion pour l’absurdité. Des démons font leur règne, là en bas, dans la cité des lumières. Leurs dents claquent dans ses oreilles. L’échafaudage en métal fait clic, clic. Clic, clic, la pluie tombe. C’est le bruit d’une télécommande qui ordonne au monde d’accélérer.

La partie en bleu est surprenante. Placer des parenthèses dans un poème n'est pas quelque chose de commun.

Grâce à vos textes, je m'imagine très bien l'image choisie, mais en même temps j'ai un doute. Le tout se passe dans une ville avec des grattes-ciel, mais peut-être est-ce autre chose ?

Pour ce qui est des poèmes sur la citation, je trouve les images très fortes et violentes dans les deux cas.

Mon commentaire n'a pas vraiment de sens, je ne sais toujours pas comment aborder la chose mais j'avais très envie de le faire.

Merci d'avoir partagé, votre plume délicate est toujours un bonheur à la lecture.

P.S ==> Possible de voir l'image, et d'avoir la citation exacte ?
P.S² ==>

Citation :
Nous vous laissons deviner qui d'Anastasis ou de moi a écrit quoi (:

Anastasis a écrit:
La ville palpite en dessous de ses pieds. Des milliers de diamants scintillent dans l’horizon. A chaque fenêtre où les couples s’enlacent et se défont, où les enfants regardent avec hypnotisme les écrans en couleur. Les lois sont différentes si près du ciel. Il le sait. Il sent la complexité de l’univers, sa nature profonde (du goudron sur ses lèvres), sa passion pour l’absurdité. Des démons font leur règne, là en bas, dans la cité des lumières. Leurs dents claquent dans ses oreilles. L’échafaudage en métal fait clic, clic. Clic, clic, la pluie tombe. C’est le bruit d’une télécommande qui ordonne au monde d’accélérer.

Chikoun a écrit:
Le temps, la vitesse des phares, sur son visage conte son histoire ; il n'y est pas besoin de mots, ses murmures inaudibles sous l'expression des moteurs. Le chant de la nuit, une percée dans la puanteur de ses buildings. On eu dit un veilleur, un garde du sommeil, qui jamais ne se fait prendre, qu'aucun bras n'enserrera, ni ce soir, ni les autres, alors que l'ombre sur sa face clôture peu à peu la lisière de ses yeux. Comme le rêveur, le veilleur ouvre son horizon et décortique le monde, l'immonde réalité qui le porte jusqu'ici, sur ses poutrelles crades, sous ses étoiles jaunes et sales. Les jambes ballantes de réalité et la tête pendue à un filin de ciel.

Anastasis a écrit:
Il n’avait pas été tendre avec elle. Mais chaque coup, chaque baiser brutal, chaque étreinte sanglante lui avaient été doux. Quand il embrassait son nez pour la consoler, il lui souriait largement. Il aimait dans une folie toute singulière la violence sourde qu’il exerçait ait sur elle. Il l’avait embrassée en la tuant à chaque reprise. Il avait toujours adoré la malmener pour lui prouver son attachement. Et puisqu’elle avait dégusté plus qu’aucune autre, c’est qu’il devait vraiment tenir à sa jolie poupée.
Dans la chambre verte au fond de l’appartement, il l’avait conservée quelques temps pour profiter encore un peu (toujours un peu plus…) de ses membres froids, réchauffés temporairement par le radiateur portatif. Il l’avait usée à trop l’aimer.

Chikoun a écrit:
La morsure du fer, l'engelure amère, sur ta langue enroulée marque et colle, arrache comme une glace la peau délicate ; ta chatte brûle, ton pubis se gonfle et grésille. Entre les dents le more, entre dans ton ventre la mort, la marque d'une appartenance rougie au feu. Nos narines s'unissent à l'odeur délicieuse de ta peau qui frit. Glisse ! crisse ! le fer immiscera contre tes os

_________________

Revenir en haut Aller en bas
D.A.

avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 24
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: Patchwork   Mar 2 Déc - 13:49

Tu as raison pour la répartition des textes, bien joué Chat Merci pour ces gentils compliments. Dans mon cas, ça n'était pas écrit en tant que poésie. On l'a placé là parce qu'il fallait bien le mettre quelque part.

Voici l'image :





Et la citation :



"I really always knew that my little crime would be cold, that's why I got a heater for your thighs" - A Little Piece of Heaven, Avenged Sevenhold.





_________________




Revenir en haut Aller en bas
Chikoun
Coordonnateur Littéraire


Masculin Nombre de messages : 4729
Age : 26
Localisation : Dansant sur un fil, une framboise à la bouche.
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Patchwork   Mar 2 Déc - 14:11

Merci pour ton commentaire et les compliments Axel (: En effet, ce ne sont pas forcément des textes conçus comme des poèmes à l'origine, disons que ce sont des textes courts, des instantanés. Après, il se trouve que ca correspond pas mal à ce qu'on définit par poème. (surtout dans le cas des miens), mais la taille est avant tout imposée par la contrainte de temps.

A savoir que je ne connaissais ni la musique ni le clip au moment où j'ai écrit.

Encore merci (:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patchwork   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patchwork
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Patchwork à Brouage
» Séparation rubriques patchwork et tricot (info complétée)
» patchwork en photos
» expo patchwork
» Patchwork, couvre-lit pour bébé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Poésies-
Sauter vers: