AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'éphémère effilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haalysse
Rédactrice en chef
avatar

Féminin Nombre de messages : 1003
Age : 28
Localisation : Bagnolet
Date d'inscription : 04/11/2014

Personnages RP
Pseudo: Nuage rose ?
Pseudo : Algol Daling
Pseudo : Béta virginis zaridjan

MessageSujet: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 13:16

Lumière  Lumière  Lumière

Un corps effilé marchait péniblement selon un chemin rectiligne que lui seul percevait dans ce désert sableux. Je pouvais entendre le bruit de ses pas réguliers crisser contre le gravier. Le vent qui soufflait autour de lui ne semblait pas le déranger et nulle vie ne vint le troubler jusqu’à ce qu’il arrive à l’entrée de ma demeure.

Vastes, mes quartiers se voulaient accueillants et ce fut tout naturellement que cet inconnu pénétra dans ces abysses siliceux. Il lui fallut ensuite parcourir plusieurs mètres en chute libre avant d'atterrir précieusement sur le duvet beige qui me recouvre.

Lorsque je sentis la peau fraîche de cet organisme vibrant me heurter brutalement puis rebondir par deux fois, je ne pu réprimer un frémissement qui le fit se crisper. Cela m’affola et je voulus alors calmer mon visiteur. Je décidai de l’enlacer affectueusement de mes lianes et de le serrer doucement contre mon ventre chaleureux.

Je me faufilai le long de son anatomie en épousant ces formes si alléchantes et enivrantes, oubliant peut-être de me demander ce que l’étranger éprouvait. Malheureusement, ceci sembla lui plaire puisque l’entité se tortillait avec délice au creux de mon étreinte ligneuse. Et je fus tellement enchanté de goûter à nouveau à une vie frétillante que j’en oubliai ce qu’Elle m’avait appris. Frénétiquement, je me vis l’embrasser, l’enlacer et serrer un peu trop fort contre moi ce corps pourtant si fragile.

Oh bien sûr, je ne m’en rendis pas compte tout de suite. J'appréciai même la chaleur qui se répandait en moi alors qu’un liquide chaud et rougeâtre sortait de lui et s’infiltrait partout. Je croyais que c’était une réaction de félicité de sa part. Hélas, l’absence de vitalité de cette masse inerte eut tôt fait de m’indiquer le contraire. Attristé, effondré, je gardai sa dépouille des jours durant, précieusement allongée sur mon couchage rosi de son sang, en espérant qu’il se réveillât de lui-même… réveil qui ne vint hélas jamais !

Cette rencontre funeste me rappela ce couple singulier que je côtoyais. La jeune femme était venue me voir en premier et, ne sachant pas qui j’étais, elle s’était purement et simplement allongée sur ma paillasse laineuse. Confortablement installée, elle avait commencé à s’assoupir, son souffle lent jouant délicatement avec ma fourrure dans un tendre mouvement d’inspirations et d’expirations. Je n’avais pas su comment réagir et quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris la douceur de sa peau, la beauté de ses courbes, les réactions de son corps, alors que je l’explorais de mes désirs voraces ! J’aurais pu la toucher encore et encore, mais il lui avait fallu repartir ; des obligations inhérentes à son espèce.

Je croyais ne jamais la revoir, mais c’était sans compter sa ruse. Elle était revenue me chercher et avait demandé à des individus immondes et sans gène de me transporter loin de mon foyer. Je m'étais retrouvé parqué et contenu par un espace minuscule, bruyant et sale. Soumis à cet être admirable, je n’avais pourtant pas osé me révolter. Cela me permis de rester près d’elle et chaque soir, des années durant, j’accueillis fidèlement sa pulpe charnelle et celle de son mari. Pendant soixante-sept ans, j’eus le plaisir de sentir son cœur battre contre le mien, de la soutenir de tout mon être et de m’abreuver à loisir de cette chair et de cet esprit qui m’avaient séduits.

Lorsqu’elle disparut soudainement, je fus violemment ramené dans mon ancien gîte. Le vide que je ressentis fut immense. D’autant que plus aucun être ne s'égarait dorénavant sur mes terres... jusqu’à cet éphémère effilé.
Lumière Lumière  Lumière

C'est un petit texte que je n'apprécie par particulièrement car je n'ai pas réussi à retranscrire mes sentiments comme je l'aurais voulu, mais que je ne modifierais pas pour autant ^^ Il traite d'un souvenir de jeunesse important. Quand j'avais 12-15 ans, les planches de la BD de Schuiten "Crevasse" ont marqué mon imaginaire et me sont revenues récemment en mémoire, d'où le texte.

Les planches :
Spoiler:
 
Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Haalysse le Mer 2 Sep - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
D.A.

avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 25
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 13:59

Bonjour fleur-de-lys,

Tu as un goût certain pour faire parler des entités hors du commun. C'est un goût que je partage, j'ai donc été contente de découvrir ce texte.

J'aime le champs lexical que tu utilises, mais tu as malheureusement tendance à te répéter. Par exemple, il y a deux fois "délicieusement" en seulement deux paragraphes. Il y a plein de termes, d'expressions, de métaphores, d'images qui peuvent venir enrichir l'ambiance que tu développes tout en variant tes effets. Mais je pense que ça viendra, j'ai l'impression que tu t'amuses déjà pas mal avec tes mots et c'est essentiel pour se développer.

Tu utilises aussi souvent des adverbes en "-ent" qui rendent par endroits la lecture plus lourde. J'ai moi-même un mal fou à limiter ces excès dans mes propres textes... C'est un peu de la description facile.

Mais l'image est transmise. Il est réussi en ce sens. Il est sensuel et chaud, il raconte son histoire efficacement. Que dire de plus ?


PS : Par contre oui, le titre ne lui correspond pas selon moi. Il mériterait quelque chose de plus fidèle à son essence.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 17
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 14:15

Haalysse a écrit:

Un corps effilé marchait péniblement selon un chemin rectiligne que lui seul percevait dans ce désert sableux. Je pouvais entendre le bruit de ses pas réguliers crisser contre le gravier. Le vent qui soufflait tout (inutile) autour de lui ne semblait pas le déranger et nulle vie ne vint le troubler jusqu’à ce qu’il arrive à l’entrée de ma demeure.

Très (inutile) vastes, mes quartiers se voulaient accueillants et ce fut tout naturellement que cet inconnu pénétra dans ces abysses siliceux. Il lui fallut ensuite parcourir plusieurs mètres en chute libre avant d'atterrir précieusement sur le duvet beige qui me recouvre (recouvrait).

Lorsque je sentis la peau fraîche de cet organisme vibrant me heurter brutalement puis rebondir par deux fois, je ne pu réprimer un frémissement qui le fit se crisper. Cela m’affola et je voulus alors calmer mon visiteur. Je décidai de l’enlacer affectueusement de mes lianes et de le serrer doucement contre mon ventre chaleureux.

Je me faufilai le long de son anatomie en épousant ces formes si alléchantes et enivrantes, oubliant peut-être de me demander ce que l’étranger éprouvait. Malheureusement, ceci sembla lui plaire puisque l’entité se tortillait délicieusement (espace en trop) au creux de mon étreinte ligneuse (qu'entends-tu par « ligneuse » ? Solide ou large ?). Et je fus tellement enchanté de goûter à nouveau à une vie frétillante que j’en oubliai ce qu’Elle m’avait appris. Frénétiquement, je me vis l’embrasser, l’enlacer et serrer un peu trop fort contre moi ce corps pourtant si fragile.

Oh bien sûr, je ne m’en rendis pas compte tout de suite, (point) j’ai même apprécié (j'appréciai même) la chaleur qui se répandait délicieusement en moi alors qu’un liquide chaud et rougeâtre sortait de lui et s’infiltrait partout. Je croyais que c’était une réaction de félicité de sa part. Hélas, l’absence de vitalité de cette masse inerte eut tôt fait de m’indiquer le contraire. Attristé, effondré, j’ai gardé (je gardai) sa dépouille des jours durant, précieusement allongée sur mon couchage rosi de son sang, en espérant qu’il se réveille (réveillât) de lui-même… réveil qui ne vint hélas jamais !

Cette rencontre funeste me rappela ce couple singulier que je côtoyais. La jeune femme était venue me voir en premier et, ne sachant pas qui j’étais, elle s’était purement et simplement allongée sur ma paillasse laineuse. Confortablement installée, elle avait commencé à s’assoupir, son souffle lent jouant délicatement avec ma fourrure dans un tendre mouvement d’inspirations et d’expirations. Je n’avais pas su comment réagir et quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris la douceur de sa peau, la beauté de ses courbes, les réactions de son corps, alors que je l’explorais de mes désirs voraces ! J’aurais pu la toucher encore et encore, mais il lui avait fallu repartir ; des obligations inhérentes à son espèce.

Je croyais ne jamais la revoir, mais c’était sans compter sa ruse. Elle était revenue me chercher et avait demandé à des individus immondes et sans gène de me transporter loin de mon foyer. Je me suis retrouvé (Je m'étais retrouvé) parqué et contenu par un espace minuscule, bruyant et sale. Soumis à cet être admirable, je n’avais pourtant pas osé me révolter. Cela me permis de rester près d’elle et chaque soir, des années durant, j’ai accueilli (j'accueillis) fidèlement sa pulpe charnelle et celle de son mari. Pendant 67 (soixante-sept) ans, j’ai eu (j'eus) le plaisir de sentir son coeur (cœur) battre contre le mien, de la soutenir de tout mon être et de m’abreuver à loisir de cette chair et de cet esprit qui m’avaient séduits.

Lorsqu’elle disparut soudainement, je fus violemment ramené dans mon ancien gîte. Le vide que je ressentis fut immense. D’autant que plus aucun être ne s'égarait dorénavant sur mes terres... jusqu’à cet éphémère effilé.

Tu as toujours ce souci de concordance des temps, où présent et passé composé se mêlent à l'imparfait et le passé simple. Vigilance constante, comme disait l'autre.

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Haalysse
Rédactrice en chef
avatar

Féminin Nombre de messages : 1003
Age : 28
Localisation : Bagnolet
Date d'inscription : 04/11/2014

Personnages RP
Pseudo: Nuage rose ?
Pseudo : Algol Daling
Pseudo : Béta virginis zaridjan

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 14:56

Merci à vous deux pour votre relecture Succès total

@Ana : pour les adverbe en -ent, je les affectionne toout particulièrement (ha ha, la preuve) donc j'ai vraiment du mal à ne pas les utiliser. En fait, ça sonne délicieusement à mes oreilles Gêné
Pour l'adverbe qui se répète deux fois, c'est une faute d'inattention, merci Content
Pour le titre, je n'avais pas envie qu'il soit trop évident, mais de toutes les façons je ne sais JAMAIS donner un titre  Blagueur
(PS : c'est mignon quand tu m'appelles fleur-de-lys Gêné )

@Mike :

Mike a écrit:
sur le duvet beige qui me recouvre (recouvrait).

Non, je ne suis pas d'accord : c'est un présent de narration. "Je" suis toujours recouverte d'un duvet beige. Je ne vais pas dire "il m'a embrassé sur le petit nez qui soutenait mes lunettes" mais "il m'a embrassé sur le petit nez qui soutient mes lunettes" (désolée pour l'absence d’imagination pour l'exemple Blagueur )


Mike a écrit:
au creux de mon étreinte ligneuse (qu'entends-tu par « ligneuse » ? Solide ou large ?).

Ni l'un ni l'autre. Simplement que mes lianes sont constituées de lignine, comme le bois et autres.

Lysse Salut

Edit : je modifie le premier post avec tes corrections Mike, encore merci Coeur

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 17
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 15:22

Haalysse a écrit:

@Mike :
[/font][/size]
Mike a écrit:
sur le duvet beige qui me recouvre (recouvrait).

Non, je ne suis pas d'accord : c'est un présent de narration. "Je" suis toujours recouverte d'un duvet beige. Je ne vais pas dire "il m'a embrassé sur le petit nez qui soutenait mes lunettes" mais "il m'a embrassé sur le petit nez qui soutient mes lunettes" (désolée pour l'absence d’imagination pour l'exemple Blagueur )

Cela ressemblerait plus à du présent de vérité générale que de narration.

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Haalysse
Rédactrice en chef
avatar

Féminin Nombre de messages : 1003
Age : 28
Localisation : Bagnolet
Date d'inscription : 04/11/2014

Personnages RP
Pseudo: Nuage rose ?
Pseudo : Algol Daling
Pseudo : Béta virginis zaridjan

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 15:25

Oh voui, en effet. Bref, c'est bon grammaticalement ? Je sais que tout le monde ne va pas trouver cela logique, mais je préfère.

(et c'était quoi ton questionnement par rapport à ligneux du coup ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 17
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 15:28

Haalysse a écrit:
Oh voui, en effet. Bref, c'est bon grammaticalement ?

Oui.

Haalysse a écrit:
(et c'était quoi ton questionnement par rapport à ligneux du coup ?

C'était pour voir si tu connaissais bien la définition du mot et que tu ne l'utilisais pas comme une sorte d'adjectif de « liane » (ouais, je pars loin parfois ^^,).

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Lepzulnag

avatar

Masculin Nombre de messages : 393
Age : 25
Localisation : Finistère
Date d'inscription : 14/12/2014

Personnages RP
Pseudo: Cheval
Pseudo : Jean-Jules
Pseudo : Frasec

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Ven 5 Juin - 16:01

Citation :
Sur le duvet beige qui me recouvre / recouvrait.

Ça se trouve, au moment où elle raconte l'histoire, l'entité s'est entièrement épilée Blagueur
Revenir en haut Aller en bas
D.A.

avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 25
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Mer 2 Sep - 14:45

Ce texte peut passer en bibliothèque, non ? Et celui de la chapelle ? Bleu

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Haalysse
Rédactrice en chef
avatar

Féminin Nombre de messages : 1003
Age : 28
Localisation : Bagnolet
Date d'inscription : 04/11/2014

Personnages RP
Pseudo: Nuage rose ?
Pseudo : Algol Daling
Pseudo : Béta virginis zaridjan

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Mer 2 Sep - 18:36

Humm, ouais Sceptique

Pour la chapelle, il faudrait que je modifie mon texte encore ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
gaba

avatar

Masculin Nombre de messages : 598
Age : 30
Date d'inscription : 28/11/2011

Personnages RP
Pseudo: Abeline Lamesain
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Mer 2 Sep - 19:00

J'aime beaucoup cette histoire d'entité végétale mais consciente et pleine d'amour, sentiment dangereux pour ses hôtes s'il est trop fort. C'est du domaine du fantastique, mais ça rappellera quelque chose à toutes celles et ceux qui ont eu une personne trop collante dans leur vie, ou qui ont été trop collantes avec quelqu'un.

Bizarrement ça ma refait penser à Harry Potter, au moment où ils sont piégés par une plante du même style sur le chemin de la pierre philosophale. Et je me dis "mais personne ne se soucie de ce que pense cette pauvre plante ?".

_________________
De Chelonian Mobile

Vitrine : le show du neurotransmetteur

gabaaarrghl...
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Jeu 3 Sep - 14:20

Excuse moi, je fais juste un relevé des choses qui m'ont posé problème : cette "liste" est forcément un peu factuelle et un peu froide.

Citation :
Un corps effilé marchait péniblement selon un chemin rectiligne que lui seul percevait dans ce désert sableux.

On peut marcher « le long de », ou « en suivant quelque chose », mais on ne marche pas « selon ». Cette phrase d'accroche est quand même un peu difficile à avaler je trouve.

Citation :
Sableux

Plutôt « sablonneux » en parlant d’un chemin, mais ça se défend.

Citation :
Je pouvais entendre le bruit de ses pas réguliers crisser contre le gravier

Des pas peuvent « crisser », mais pas le « bruit » de ces pas.

Citation :
la peau fraîche de cet organisme vibrant

C’est très joli.

Citation :
ces formes si alléchantes et enivrantes

Ce n’est vraiment pas très agréable d’énumérer plusieurs adjectifs dérivés d’un participe présent (en –ant), je trouve que ça amène de la lourdeur, que ça donne une couleur « pas très naturelle » à ton récit.

Citation :
un tendre mouvement d’inspirations et d’expirations

« Mouvement » est-il le bon mot ?

Citation :
Je n’avais pas su comment réagir et quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris la douceur de sa peau

Il y a un problème de concordance des temps : tu mets sur le même plan une action achevée (je n’avais pas su) et une action en cours (quelle ne fut pas ma surprise), ce qui crée une impression de rupture logique.

Citation :
alors que je l’explorais de mes désirs voraces !

Ce mot d’ « explorer » est un peu précieux, un peu connoté « film du samedi soir », mais il n’est pas mal choisi.

Citation :
Je m'étais retrouvé parqué et contenu par un espace minuscule

Plutôt « dans » que « par ».

Citation :
Cela me permis

« Permit ».

Citation :
j’accueillis fidèlement sa pulpe charnelle

Ce mot de « pulpe » me met mal à l’aise.

Il y a plusieurs choses qui nuisent à la qualité de ce texte, à mon avis.
- Du point de vue de la narration, le lien entre les deux épisodes que tu racontes n’est pas assez étroit, ce qui donne une impression de dilapidation.
- Du point de vue des temps : le recours systématique aux temps du récit (passé simple, passé antérieur, imparfait) crée une véritable distance vis-à-vis de ton propos, et c’est dommage parce que, si je te lis bien, le but recherché ici est au contraire de nous projeter dans l’intimité de ces deux scènes fantasmatiques. Moi je passerais tout au présent, au moins pour les scènes de description : pour qu’une scène érotique fonctionne, il faut que le lecteur soit « dedans ». Je suis le baiseur, je suis le baisé.
- Ton vocabulaire, souvent très recherché, très littéraire, et parfois un peu « vieillot » (je ne jette pas la pierre), contribue également à cette distance ; je trouve que souvent les grands mots aplatissent les grands sentiments, et c’est dommage, parce que l’image de la végétation amoureuse ne manque ni de force ni de beauté. D'ailleurs, ce que tu en fais est un peu différent du traitement qu'on peut trouver dans le hentai, ce que je trouve intéressant à titre personnel.

P.S. Ta signature claque.
Revenir en haut Aller en bas
Haalysse
Rédactrice en chef
avatar

Féminin Nombre de messages : 1003
Age : 28
Localisation : Bagnolet
Date d'inscription : 04/11/2014

Personnages RP
Pseudo: Nuage rose ?
Pseudo : Algol Daling
Pseudo : Béta virginis zaridjan

MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   Jeu 3 Sep - 14:54

Je te remercie de ta lecture Goldmund et surtout de ton commentaire Coeur

Je vais corriger les tit' fautes que tu as mises en évidences dès que je prendrai le temps Dansant

Pour les adjectifs en -ant, ca rejoint ce que me disait Ana D.A. sur un autre texte. Il se trouve qu'en fait, j’adore les sons en -ant ou -ment, même si je comprends que ça puisse ne pas plaire. J'essaye de changer cette habitude de les utiliser.

Pour la concordance de temps, encore un autre pb récurrent chez moi .... Larmoyant Je vais voir pour raconter au présent comme tu conseilles Gardien

Pour le mot pulpe, c'est que j'adore sa sonorité, et que je cherchais un synonyme de chair.

Je n'avais pas remarqué l'aspect vieillot de mon vocabulaire, c'est amusant ^^

Lysse Salut

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'éphémère effilé   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'éphémère effilé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gâteau aux bananes
» doigts de sorcière
» Petits moelleux aux amandes
» Grenaille [VDES Luts] Un dilemme pas si compliqué (p.12)
» Gâteau roulé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: