AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 One Shot : Gemini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: One Shot : Gemini   Ven 19 Juin - 0:01

Bon, je me suis laissé deux heures pour rédiger un one shot. Comme j'avais pas trop d'inspiration je suis parti d'un univers pré-existant que j'avais déjà utilisé pour une autre nouvelle. Et je me suis aussi un peu laissé porté par l'univers de Dvern de Laurent Kloetzer (fanfic :p )

Je me sens un peu rouillé, par contre. Ca fait longtemps que j'ai pas écrit :-/




« N'y va pas, Lazare. Là-bas, ils sont tous fous. »

Je me souviens de la sentence de Marlène. Bien sûr, c'était une vraie connerie de la défier et d'y aller. Mais avais-je un autre choix à l'époque ? Tout ça me semble si lointain, alors que ne sont passées que quelques semaines. Combien au juste ? Un mois ? Deux ?

Je vivais avec Marlène comme on vivait avec une sœur ou un parent quelconque. Par pur arrangement, sans passion ni conviction ; à peine avec un vague intérêt financier. Notre relation aurait pu – aurait dû – être différente, mais très vite nous nous étions aperçus que les promesses d'une première nuit de sexe ensemble ne pouvaient être tenues entre nous.

Coucher avec sa collègue de bureau... Ca aussi c'était une vraie connerie. Mais au moins, celle-là n'avait pas prêté à conséquence. Marlène me manque parfois. J'aurais dû l'écouter au lieu de courir après mes chimères et finir dans cet endroit insensé.


Dahlia portait le nom d'une fleur qui poussait jadis sur Terre. Bien sûr, ce n'était pas son vrai nom, mais je ne lui en ai jamais connu d'autre. Elle l'avait dégoté dans le « jardin d'hiver », le conservatoire botanique de Sagitarus, la station où je vivais. Je l'avais rencontré dans un bar, un vendredi soir, après le boulot. Où d'autre ? Les fleurs de son genre poussent à la tombée de la nuit, dans les interstices nauséeux de notre civilisation en ruine.

Elle était jeune. Trop jeune pour moi, sans doute. Du haut de ses vingt ans, elle me toisait avec l'assurance capricieuse d'une créature insaisissable. Filiforme mais pourtant très féminine, ses cheveux noirs tombaient littéralement jusqu'à ses petites fesses, du moins lorsqu'elle les détachait et ne les enfermait pas dans des coiffures aussi élaborées qu'insensées. Ses yeux gris m'avaient capturés au premier regard. Je m'en étais voulu d'être une proie aussi facile. Mais pas trop longtemps tout de même. Ce qui aurait dû n'être qu'une histoire d'un seul soir, s'était transformé en une succession d'histoires sans lendemain. Parfois je passais des semaines entières d'affilée sans même la croiser. C'était devenu un jeu. Un jeu pervers, dont elle seule connaissait les règles. Dès qu'elle refaisait surface dans les parages, je devenais fou. Vraiment. Je pétais des câbles lorsqu'elle prenait un soin évident à m'ignorer dans une proximité trop peu naturelle. Elle naviguait dans les environs immédiates de mes lieux de passages : bureau, appartement et dans les bars que je fréquentais. Elle me connaissait par cœur et se déplaçait dans ma sphère comme un fantôme bien trop intime.

Parfois, elle emménageait chez moi pour plusieurs jours. Jamais plus. Je ne savais rien du reste de sa vie. Je ne voulais pas savoir d'ailleurs. Tout ce qui importait, c'étaient mes mains sur ses hanches, ma bouche contre la sienne, ses cheveux sur mon visage.

Et puis un jour.

« Je vais partir, Lazare.
— Ca je m'en doute. Tu disparais toujours. Et puis, tu reviens.
— Non. Cette fois-ci, c'est pour de bon.
— Comment ça ?
— Tu vois bien que la vie sur Sagitarus n'est pas faite pour moi.
— La vie sur la Ceinture n'est faite pour personne.
— Mais certaines stations sont plus adaptées que d'autres, selon les personnalités.
— Ca, c'est ce qu'on veut te faire croire. Tu sais bien que les populations doivent déménager le plus possible. Mélanger les gênes. Tout ça.
— Hmm ! Tu es tellement étriqué. Ton esprit manque si cruellement d'ouverture.
— Comment je pourrais être « ouvert d'esprit » lorsque mon corps et celui de millions d'autres, est enfermé dans cette boîte de métal difforme. Explique-moi.
— A n'en pas douter, Sagitarus est faite pour toi. Pas besoin de se poser de questions, pas besoin de croire en un ailleurs. Tout est bien. A sa place.
— Et tu voudrais aller où, au juste.
— Sur Gemini, bien sûr. »

Sa réponse m'avait glacé le sang. Elle n'avait pas pour habitude de plaisanter avec les sujets graves, pour le peu que nous en parlions. J'avais su immédiatement qu'elle était sincère. En y repensant, plus tard, ça semblait pourtant logique. Une personnalité comme la sienne ne pouvait s'épanouir sur Sagitarus. Cette station était faite pour les esprits sans imagination. On y accueillait les aspirants les plus brillants et les plus disciplinés. La plupart des postes étaient dévolus à l'archivage, la compilation et l'analyse de données. Je faisais partie d'une nation de bureaucrates froids. J'analysais chaque jours des relevés provenant de la surface de la Terre, et je comparais des données matérielles qui ne permettaient aucun espoir : taux de radiations fixes, qualité de l'atmosphère insuffisante, sols arables toujours contaminés...

Dahlia, par contre, avait un esprit vif, tourné vers un ailleurs intangible mais bien réel dans ses fantasmes.

Gemini l'accueillerait les bras ouverts. Et la dévorerait.

« N'y va pas. Il n'y a que des fous sur Gemini ! »

Elle me regarda longuement avec un sourire cruel. Ses yeux défaisaient chaque strate de mon âme, m'épluchaient couche après couche, jusqu'à me mettre à nu. Elle se redressa, entièrement dévêtue, et quitta le lit en bataille pour se diriger vers les cinquante centimètres carrés de hublot dont je bénéficiais depuis ma dernière promotion. Au début, j'avais cru qu'elle me fréquentait pour ce genre d'agréments matériels. Mais quelque part, une partie médisante de mon cerveau me disait qu'elle devait avoir accès à des appartements bien plus luxueux que le mien. Avait-elle une liste d'amants entre lesquels elle partageait son temps ? Elle n'avait jamais parlé de travail ou d'activité quelconque.

Nue, face à la galaxie, elle contemplait l'horizon de la Ceinture. Là bas, à des milliers de kilomètres, tout au bord du cercle terrestre, Gemini l'appelait. Et moi je contemplais son dos, ses épaules, ses cuisses et le creux de ses reins, regrettant déjà le temps où je pouvais les tenir fermement comme si elle m'appartenait toute entière. Stupide garçon !

Je crois me rappeler m'être moqué d'elle. J'ai dû lui dire des insanités, bêtement, pour tenter de la convaincre de sa folie. J'ai sans doute égrainé tout un tas d'arguments matériels et concrets pour la mettre face à sa propre ineptie. Stupide !

Bien sûr qu'elle n'avait pas besoin de moi pour trouver sa conviction. Elle avait tout planifié depuis des années. C'est ce qu'elle me révéla en se rhabillant, me laissant désemparé dans mes draps, comme un enfant à qui on aurait avoué qu'il ne connaîtra jamais la surface de la Terre de son vivant.

Gemini. La station impossible. L'antre de tous les excès. Personne n'y va jamais, à part quelques individus très riches et délurés qui veulent y passer du bon temps et qui reviennent pour évoquer tous les excès de ce monde sans loi. La légende de Gemini ne dépasse peut être pas la réalité des faits.

Maintenant que j'y suis, sans espoir de retour, je peux affirmer qu'aucune rumeur, qu'aucun ragot n'est à la hauteur de ce qui s'y passe réellement. Les riches voyageurs de passages n'en voit qu'une infime partie, la plus clinquante : les trois ou quatre cercles où les Gémeaux les autorisent à dépenser leur argent sans compter.

Marlène avait beaucoup pleuré les derniers jours précédents mon départ. J'avais demandé un congé exceptionnel et soldé mes économies pour me payer le trajet et de quoi survivre quelques temps là-bas. Les transferts d'argent en provenance de Gemini étaient très surveillés par les autres stations. On n'autorisant les Gémeaux à acheter les productions agricoles des autres stations que parce qu'ils les payaient au prix fort. Leur économie ne semblait tenir que sur le tourisme et quelques productions mineures du marché de la Ceinture. Par exemple, les œuvres des artistes les plus en vogue, provenaient de chez eux, tout comme certains objets de luxe, totalement superflus à la survie humaine : les bijoux, les tissus d'apparats, les babioles qui rappelaient le savoir vivre d'antan des Terriens.

Il n'y avait pas besoin de visa pour se rendre sur Gemini. A part quelques doux rêveurs ou des truands qui n'avaient nulle autre part où aller pour disparaître, personne ne souhaitait s'y installer. Et très peu de Gémeaux d'origine la quittaient pour démarrer une nouvelle vie d'ordre et de calme sur le reste de la Ceinture.

Je ne sais plus quand l'idée m'était devenue une évidence. Malgré mes recherches, je n'avais trouvé aucune trace de Dahlia. D'autres hommes la cherchaient aussi, dans les bars, les boîtes de nuits, les ruelles mal famées. J'en avais rencontré deux ou trois, et aucun ne croyait à son projet de départ vers la station maudite. Je semblais être le seul à accepter cette vérité. J'avais pensé qu'il s'agissait là d'une invitation à la suivre. Un peu comme si elle me défiait, comme si elle me disait que si j'étais le seul à oser la rejoindre, alors elle ne serait plus qu'à moi.

Dès mes premiers pas sur Gemini, j'ai su que je ne la retrouverais jamais dans cette foule bigarrée et délurée. Le débarcadère était une sorte d'immense cabaret, ou de casino, ou quelque chose entre les deux. D'anciens joueurs venus tenter le Diable erraient, désoeuvrés et quémandaient aux nouveaux arrivants de quoi subsister encore un peu plus. D'autres, encore plus désespérés, essayaient de négocier un billet de retour ; ils promettaient des sommes  faramineuses à qui les ramèneraient chez eux. Les Gémeaux étaient pour la plupart tous habillés d'ors et de couleurs vives, dans des tenues extravagantes. Certains portaient fièrement à l'épaule ou au bras des animaux vivants, oiseaux chamarrés, singes, chats, petits chiens. D'autres étaient quasiment nus et suivaient, résignés, leurs maîtres. J'appris que l'esclavage « volontaire » était une coutume  sur Gemini. Il s'agissait souvent de payer ses dettes de jeu, ou de s'attirer les faveurs des plus puissants. Partout, l'alcool, les drogues et le luxe empestaient les coursives. Le quotidien des Gémeaux consistait essentiellement à jouer et à dépenser des fortunes en divertissements de toutes sortes.

J'étais venu à la recherche d'une fille et on me conduisit dans une quantité incroyable de bordels, des plus sordides aux plus raffinés. Nulle part où je passais, je n'entrevoyais la longue chevelure sombre de Dahlia.

Au bout de plusieurs jours d'enquête acharnée, un homme au sourire inépuisable et aux manières d'assassin, du nom d'Ignace, m'apprit qu'il avait croisé à plusieurs reprises une jeune femme qui semblait correspondre à la description que je lui en donnais.

Elle vivait dans les appartements d'une matrone appelée Sélina. Elle s'en servait tantôt comme suivante, tantôt comme favorite et appréciait l'offrir à ses invités. La réputation de cette esclave, d'après ses dires, dépasserait bientôt Gemini, et on viendrait de toute la Ceinture pour goûter aux plaisirs de sa jeune chair. Le type me dégoûtait et je ne croyais ses mensonges qu'avec une méfiance suspecte, jusqu'au jour où il me montra une vidéo de Dahlia sur son porte-réseau.

Ma sublime Dahlia apparaissait enchaînée et souriante dans un extrait d'orgie abjecte, entourée d'hommes et de femmes qui se livraient à diverses débauches.

Le piège était évident, mais je me croyais encore assez fort pour le déjouer. J'obtins de mon maître chanteur, la promesse de m'amener jusqu'à elle, en échange d'une liste de menus services qu'il rallongeait de jour en jour.

Pour le satisfaire, je dû mentir, voler, m'attirer les faveurs de vieilles truies et de jeunes requins.

Enfin, n'y pouvant plus, et parce que sans doute je perdais en patience et en discrétion, le bandit me fit inviter chez Sélina, me présentant à elle comme un jeune homme très avenant et prêt à donner de ma personne pour déjouer les contraintes administratives des douanes de Sagitarus.

Sélina s'en réjouit et y crut dur comme fer. Elle me tint à son service durant plusieurs jours et je dus gagner sa confiance jusqu'à ce qu'elle me considère digne d'être admis dans son premier cercle, celui qui donnait accès à ses « soirées mondaines ».

Dahlia me reconnut immédiatement. Elle s'approcha de moi et m'embrassa à pleine bouche avant d'exploser de rire et de se détourner. Je la vis s'éloigner pour monter sur une table basse et danser en l'honneur d'autres invités.

Lorsque je tentai de la saisir pour lui parler, elle me repoussa violemment et alla se nicher contre le torse d'un homme gigantesque. J'ignorai sa manœuvre et hurlai tout mon désarroi. Je livrai toute ma hargne et mon désespoir, et aussi ma joie immense de l'avoir retrouvée. Elle continuait à minauder et à m'ignorer. Je me ruai sur elle pour l'empoigner et la traîner loin de cet enfer.

Des hommes se levèrent et firent cercle autour de moi. Sélina les écarta et vint me faire face.

« Alors c'est lui dont tu m'as parlé si souvent, Dahlia ?
— Oui, Maîtresse. C'est le fou qui m'a poursuivit depuis Sagitarus.
— Et moi qui te prenais pour une menteuse.
— Suis-je libre, Maîtresse ?
— Hmm... Quelles étaient les conditions de notre pari, déjà ?
— Je devais t'apporter un esclave de Sagitarus.
— On dirait bien que tu as finalement réussi. Même s'il t'aura fallu presque deux ans.
— Mais, le voici, Maîtresse.
— Oui. En effet. Quel est ton nom, esclave ?
— Vous foutez pas de ma gueule ! Je n'ai rien à voir avec vos conneries. Dahlia, viens avec moi. On rentre chez nous.
— Mais c'est ici, chez moi, sombre crétin !
— Qu'est-ce que tu racontes ?
— Il s'appelle, Lazare. Et si ton serviteur, Ignace, s'est bien débrouillé, il n'a plus aucun moyen de partir de Gemini. »

Les sourires satisfaits de mes hôtes s'élargirent. Ignace reçu sa récompense ; Dahlia, la sienne. Et moi je dus me battre pour me frayer un chemin vers la sortie.

Parfois, je croise Dahlia, aux bras d'hommes élégants près de l'embarcadère. Elle ne manque jamais l'occasion pour me laisser quelques pièces et me glisser à l'oreille son unique promesse.

« Quand tu en auras assez de regarder en arrière, viens à moi. Je serai toujours prête pour être ta maîtresse. »

Alors je la regarde s'éloigner et mes soupirs me rappellent les pleurs de Marlène. Il n'y a que des fous sur Gemini.


Dernière édition par dale cooper le Ven 19 Juin - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
gaba

avatar

Masculin Nombre de messages : 598
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2011

Personnages RP
Pseudo: Abeline Lamesain
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: One Shot : Gemini   Ven 19 Juin - 2:06

Je soupçonne une coquille.

dale cooper a écrit:
Un peu comme si elle me défait, comme si elle me disait que si j'étais le seul à oser la rejoindre, alors elle ne serait plus qu'à moi.

C'est pas "défiait" ? Ça collerait mieux avec le contexte.

La manipulation par les charmes d'une femme est un classique, mais il est rondement mené ici. À la lecture, je sentais bien que cette Dahlia n'était pas nette, mais la déchéance de Lazare jusqu'au rang d'esclave était inattendue.

dale cooper a écrit:
Le piège était évident, mais je me croyais encore assez fort pour le déjouer. J'obtins de mon maître chanteur, la promesse de m'amener jusqu'à elle, en échange d'une liste de menus services qu'il rallongeait de jour en jour.

Pour le satisfaire, je dû mentir, voler, m'attirer les faveurs de vieilles truies et de jeunes requins.
Ce passage là est un peu trop rapide à mon goût. On ne voit pas vraiment comment il est arrivé si bas, ni pourquoi il n'a pas abandonné tant qu'il était encore temps. Comment a fait Ignace pour le faire persévérer dans cette descente aux enfers sociale ?

En bref, j'aurais aimé que tu racontes la manipulation du maître chanteur à l'égal de celle de la séductrice. Ça aurait renforcé le texte, qui en fait parle principalement de manipulation.

Mais c'est très bien quand même, malgré tous mes efforts pour ne pas faire un commentaire trop élogieux. Complice

_________________
De Chelonian Mobile

Vitrine : le show du neurotransmetteur

gabaaarrghl...
Revenir en haut Aller en bas
Lepzulnag

avatar

Masculin Nombre de messages : 393
Age : 24
Localisation : Finistère
Date d'inscription : 14/12/2014

Personnages RP
Pseudo: Cheval
Pseudo : Jean-Jules
Pseudo : Frasec

MessageSujet: Re: One Shot : Gemini   Ven 19 Juin - 18:36

Sympa, l'exercice. Je me demande combien de temps tu as passé à l'écriture, et combien à la réflexion préalable. La première phrase laisse entendre que tu avais une idée de la fin dès le commencement ; à quel point as-tu improvisé ?

Les traits d'écriture sont particulièrement agréables au début de l'histoire. Ensuite, c'est l'action et le besoin de connaître le dénouement qui m'ont donné envie de lire jusqu'au bout.

Comme Gaba, j'aurais aimé quelques phrases descriptives en plus lors de ses missions sur Gemini.
Par contre, à l'inverse de Gaba, je n'aurais pas forcément aimé "que tu racontes la manipulation du maître chanteur à l'égal de celle de la séductrice" Complice
Pourquoi ? Premièrement parce que ça permet à ton texte de garder une certaine légèreté, ce qui est toujours agréable et l'est particulièrement pour une nouvelle (à mon goût). Ensuite parce que ça donne ce côté : "osef d'Ignace et de ses missions dépravantes, moi tout ce que je veux c'est Dahlia".
Cependant, une phrase ou deux en plus à cet endroit auraient été impactantes. Histoire de bien faire comprendre jusqu'où il est prêt à aller pour cette jeune femme.

La fin m'est apparue un peu chaotique.
Citation :
Les sourires satisfaits de mes hôtes s'élargirent. Ignace reçu sa récompense ; Dahlia, la sienne. Et moi je dus me battre pour me frayer un chemin vers la sortie.
S'il a réussi à se frayer un chemin vers la sortie, est-ce que c'est devenu un esclave ou non ? Je n'ai pas réussi à me décider.
Dans tous les cas j'aime beaucoup la toute dernière phrase.


Allez, comme je suis en forme aujourd'hui, je t'indique même les petites fautes qui se sont sournoisement glissées dans ton texte Content
(j'ai laissé les 'Ca' et les 'A' bien sûr. Un simple rechercher/remplacer à la fin de ton histoire les aurait tous corrigés)
dvb a écrit:
« N'y va pas, Lazare. Là-bas, ils sont tous fous. »

Je me souviens de la sentence de Marlène. Bien sûr, c'était une vraie connerie de la défier et d'y aller. Mais avais-je un autre choix à l'époque ? Tout ça me semble si lointain, alors que ne sont passées que quelques semaines. Combien au juste ? Un mois ? Deux ?

Je vivais avec Marlène comme on vivait avec une sœur ou un parent quelconque. Par pur arrangement, sans passion ni conviction ; à peine avec un vague intérêt financier. Notre relation aurait pu – aurait dû – être différente, mais très vite nous nous étions aperçus que les promesses d'une première nuit de sexe ensemble ne pouvaient être tenues entre nous.

Coucher avec sa collègue de bureau... Ca aussi c'était une vraie connerie. Mais au moins, celle-là n'avait pas prêté à conséquence. Marlène me manque parfois. J'aurais dû l'écouter au lieu de courir après mes chimères et finir dans cet endroit insensé.


Dahlia portait le nom d'une fleur qui poussait jadis sur Terre. Bien sûr, ce n'était pas son vrai nom, mais je ne lui en ai jamais connu d'autre. Elle l'avait dégoté dans le « jardin d'hiver », le conservatoire botanique de Sagitarus, la station où je vivais. Je l'avais rencontré (rencontrée) dans un bar, un vendredi soir, après le boulot. Où d'autre ? Les fleurs de son genre poussent à la tombée de la nuit, dans les interstices nauséeux de notre civilisation en ruine.

Elle était jeune. Trop jeune pour moi, sans doute. Du haut de ses vingt ans, elle me toisait avec l'assurance capricieuse d'une créature insaisissable. Filiforme mais pourtant très féminine, ses cheveux noirs tombaient littéralement jusqu'à ses petites fesses, du moins lorsqu'elle les détachait et ne les enfermait pas dans des coiffures aussi élaborées qu'insensées. Ses yeux gris m'avaient capturés (capturé) au premier regard. Je m'en étais voulu d'être une proie aussi facile. Mais pas trop longtemps tout de même. Ce qui aurait dû n'être qu'une histoire d'un seul soir, s'était transformé en une succession d'histoires sans lendemain. Parfois je passais des semaines entières d'affilée sans même la croiser. C'était devenu un jeu. Un jeu pervers, dont elle seule connaissait les règles. Dès qu'elle refaisait surface dans les parages, je devenais fou. Vraiment. Je pétais des câbles lorsqu'elle prenait un soin évident à m'ignorer dans une proximité trop peu naturelle. Elle naviguait dans les environs immédiates de mes lieux de passages : bureau, appartement et dans les bars que je fréquentais. Elle me connaissait par cœur et se déplaçait dans ma sphère comme un fantôme bien trop intime.

[...]

Gemini. La station impossible. L'antre de tous les excès. Personne n'y va jamais, à part quelques individus très riches et délurés qui veulent y passer du bon temps et qui reviennent pour évoquer tous les excès de ce monde sans loi. La légende de Gemini ne dépasse peut être (peut-être) pas la réalité des faits.

Maintenant que j'y suis, sans espoir de retour, je peux affirmer qu'aucune rumeur, qu'aucun ragot n'est à la hauteur de ce qui s'y passe réellement. Les riches voyageurs de passages n'en voit (voient) qu'une infime partie, la plus clinquante : les trois ou quatre cercles où les Gémeaux les autorisent à dépenser leur argent sans compter.

Marlène avait beaucoup pleuré les derniers jours précédents mon départ. J'avais demandé un congé exceptionnel et soldé mes économies pour me payer le trajet et de quoi survivre quelques temps là-bas. Les transferts d'argent en provenance de Gemini étaient très surveillés par les autres stations. On n'autorisant (n'autorisait) les Gémeaux à acheter les productions agricoles des autres stations que parce qu'ils les payaient au prix fort. Leur économie ne semblait tenir que sur le tourisme et quelques productions mineures du marché de la Ceinture. Par exemple, les œuvres des artistes les plus en vogue, provenaient de chez eux, tout comme certains objets de luxe, totalement superflus à la survie humaine : les bijoux, les tissus d'apparats, les babioles qui rappelaient le savoir vivre d'antan des Terriens.

Il n'y avait pas besoin de visa pour se rendre sur Gemini. A part quelques doux rêveurs ou des truands qui n'avaient nulle autre part où aller pour disparaître, personne ne souhaitait s'y installer. Et très peu de Gémeaux d'origine la quittaient pour démarrer une nouvelle vie d'ordre et de calme sur le reste de la Ceinture.

Je ne sais plus quand l'idée m'était devenue une évidence. Malgré mes recherches, je n'avais trouvé aucune trace de Dahlia. D'autres hommes la cherchaient aussi, dans les bars, les boîtes de nuits, les ruelles mal famées. J'en avais rencontré deux ou trois, et aucun ne croyait à son projet de départ vers la station maudite. Je semblais être le seul à accepter cette vérité. J'avais pensé qu'il s'agissait là d'une invitation à la suivre. Un peu comme si elle me défiait, comme si elle me disait que si j'étais le seul à oser la rejoindre, alors elle ne serait plus qu'à moi.

Dès mes premiers pas sur Gemini, j'ai su que je ne la retrouverais (retrouverai ; d'ailleurs il a fini par la retrouver ^^) jamais dans cette foule bigarrée et délurée. Le débarcadère était une sorte d'immense cabaret, ou de casino, ou quelque chose entre les deux. D'anciens joueurs venus tenter le Diable erraient, désoeuvrés (désœuvrés) et quémandaient aux nouveaux arrivants de quoi subsister encore un peu plus. D'autres, encore plus désespérés, essayaient de négocier un billet de retour ; ils promettaient des sommes (double-espace) faramineuses à qui les ramèneraient chez eux. Les Gémeaux étaient pour la plupart tous habillés d'ors et de couleurs vives, dans des tenues extravagantes. Certains portaient fièrement à l'épaule ou au bras des animaux vivants, oiseaux chamarrés, singes, chats, petits chiens. D'autres étaient quasiment nus et suivaient, résignés, leurs maîtres. J'appris que l'esclavage « volontaire » était une coutume  sur Gemini. Il s'agissait souvent de payer ses dettes de jeu, ou de s'attirer les faveurs des plus puissants. Partout, l'alcool, les drogues et le luxe empestaient les coursives. Le quotidien des Gémeaux consistait essentiellement à jouer et à dépenser des fortunes en divertissements de toutes sortes.

[...]

« Alors c'est lui dont tu m'as parlé si souvent, Dahlia ?
— Oui, Maîtresse. C'est le fou qui m'a poursuivit (poursuivi) depuis Sagitarus.
— Et moi qui te prenais pour une menteuse.
— Suis-je libre, Maîtresse ?
— Hmm... Quelles étaient les conditions de notre pari, déjà ?
— Je devais t'apporter un esclave de Sagitarus.
— On dirait bien que tu as finalement réussi. Même s'il t'aura fallu presque deux ans.
— Mais, le voici, Maîtresse.
— Oui. En effet. Quel est ton nom, esclave ?
— Vous foutez pas de ma gueule ! Je n'ai rien à voir avec vos conneries. Dahlia, viens avec moi. On rentre chez nous.
— Mais c'est ici, chez moi, sombre crétin !
— Qu'est-ce que tu racontes ?
— Il s'appelle, Lazare (qui parle à qui ? Ce n'est pas clair. Virgule en trop.). Et si ton serviteur, Ignace, s'est bien débrouillé, il n'a plus aucun moyen de partir de Gemini. »

Les sourires satisfaits de mes hôtes s'élargirent. Ignace reçu (reçut) sa récompense ; Dahlia, la sienne. Et moi je dus me battre pour me frayer un chemin vers la sortie.

Parfois, je croise Dahlia, aux bras d'hommes élégants près de l'embarcadère. Elle ne manque jamais l'occasion pour me laisser quelques pièces et me glisser à l'oreille son unique promesse.

« Quand tu en auras assez de regarder en arrière, viens à moi. Je serai toujours prête pour être ta maîtresse. »

Alors je la regarde s'éloigner et mes soupirs me rappellent les pleurs de Marlène. Il n'y a que des fous sur Gemini.
Revenir en haut Aller en bas
D.A.

avatar

Féminin Nombre de messages : 667
Age : 24
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: One Shot : Gemini   Ven 19 Juin - 21:47

Effectivement, contrainte intéressante. Je me demande ce que ça donnerait si je me l'imposais...

C'est un texte pas mal du tout, tu as l'écriture toujours aussi efficace. Un peu au détriment des détails j'ai l'impression, mais je suis une grande friande de détails. Et puis pour cet exercice particulier, si on veut espérer atteindre la chute vaut sûrement mieux ne pas trop tarder.

Très belle phrase : « Les fleurs de son genre poussent à la tombée de la nuit, dans les interstices nauséeux de notre civilisation en ruine. »

Dès que la seconde moitié du texte est engagée, on tombe à pic vers la fin, même si les événements prennent du temps chronologiquement parlant. Le temps qu'il arrive sur Gemini, qu'il entame ses recherches, la retrouve enfin, gagne la confiance de la Maîtresse... C'est comme si tu étais un peu pressé toi aussi. Cet aspect précipité mis à part, c'est un texte qui a son intérêt. Et comme je suis en ce moment très penchée science-fiction, il tombait à pic. Fais l'exo plus souvent !

_________________




Revenir en haut Aller en bas
La.Louve.des.Cerises

avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 25
Localisation : Orne
Date d'inscription : 03/03/2015

Personnages RP
Pseudo: Cerise
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: One Shot : Gemini   Lun 22 Juin - 11:57

Mes chers camarades, on dit ce qu'il y avait à dire, en même temps, j'arrive un peu tard ^^.

Du coup, je viens quand même donnée mon avis de fervente lectrice.
Dès le début, ton texte ma accrochée et ma donnée envie de continuer jusqu'au bout.
J'ai appréciais la lecture proposer et un peu frustrée de ne pas en avoir plus  Succès total .
Continuer comme cela, j'ai qu'une hâte, lire d'autre nouvelle  Salut  
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: One Shot : Gemini   Mar 23 Juin - 13:00

Merci à tous pour vos retours.

Je tiens bonne note des quelques coquilles encore à corriger; je m'y attellerai dès que j'aurai un peu de temps pour revenir sur ce texte.

Je suis assez d'accord avec vous pour ce qui est de la partie un peu trop vite expédiée. Il s'avère, un peu comme l'a relevé Cheval, que je n'avais pas vraiment envie de m'intéresser au personnage d'Ignace (qui d'ailleurs n'a un nom que pour une raison bêtement technique de dialogue !). J'hésite encore à ajouter quelques phrases comme vous le suggérez pour nuancer cette précipitation et offrir un peu plus de corps à la transition.


Pour ce qui est du processus :

non, je n'avais aucune idée de la fin quand je me suis mis à écrire. Il n'y avait pas de réelle réflexion préalable (peut être deux ou trois minutes au moment où je rédigeais les deux premiers paragraphes).
Ca a pris exactement 2 heures, relecture incluse. Je n'ai modifié que trois éléments de narration dans le brouillon pour limiter les incohérences et lisser l'histoire.

A vrai dire, ce que j'aime dans l'exercice du one shot, c'est justement l'improvisation Très Heureux

Et pour ce qui est des descriptions : à vrai dire, je n'y attache que très peu d'importance. Surtout parce que, lorsque je lis, je n'aime pas être contraint par un paysage trop précis imposé par l'auteur, qui parfois ne correspond pas à l'image mentale que je suis en train de me fabriquer :p

Pour moi les descriptions sont très anecdotiques et j'aime me contenter d'une esquisse pour poser l'ambiance générale. C'est sans doute un peu faiblard comme justification, et je dois être un bon flemmard. Du coup je m'aperçois, que si moi j'ai une vision assez nette d'un endroit comme l'embarcadère (que je visualise comme une immense salle dorée, lumineuse, colorée et surchargée de décorations luxueuses et avec une circulation permanente de personnes), ce manque de description n'est sans doute pas suffisant pour transmettre cette idée en si peu de détails.

Si ?


Merci en tout cas Heureux


@ Louve : désolé de te décevoir, mais je n'aurai pas beaucoup de temps pour en écrire d'autres dans les prochaines semaines. Je te conseille plutôt d'aller fouiller un peu du côté des bibliothèques, quitte à déterrer des vieilleries de nos auteurs des années précédentes. Très Heureux
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One Shot : Gemini   

Revenir en haut Aller en bas
 
One Shot : Gemini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cuttlebug ou big shot sizzix ???
» Big shot
» Embossage big shot
» Buste Gemini no Saga Tamashii Nation
» Question Big shot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: