AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lui [pensées]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grendelor
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 3940
Age : 37
Localisation : Dans son coeur
Date d'inscription : 25/12/2007

Personnages RP
Pseudo: Grendelor
Pseudo : Lùthien
Pseudo : Pr. Lim

MessageSujet: Lui [pensées]   Jeu 27 Mar - 11:33

Ecrite ce matin en venant au boulot, donc du premier jet, pas de retouche, écrit comme ça venait.

Quand je suis avec lui, je me souviens de plein de choses. Surtout de mon premier copain.
Comment je l'observais, admirative, quand il composait ses chansons au piano. Lui, compose l'éclairage des soirées.
Comment on avait acheté notre premier ordinateur à deux. Lui, a déjà le sien.
Comment on avait organisé quelques sorties d'escalade avec des amis. Jaimerais bien en faire avec lui.

Il m'évoque la douceur et la tendresse de moments que je n'oublierais jamais vraiment.
Et pourtant. Ce n'est qu'un stagiaire avec qui je passe de bons moments au travail.
Et pourtant. Je rêve de lui la nuit, me retrouvant serrée dans ses bras, réconfortée.
Et pourtant. Je suis heureuse avec mon compagnon. Y'a des hauts et des bas. En ce moment, c'est vrai, c'est plutôt bas.

Alors je me retrouve à chercher le réconfort auprès de quelqu'un qui me rappelle quelqu'un que j'ai essayé d'oublier pendant longtemps. Ironique, non?

Et pourtant près de lui je me sens bien. Qu'est-ce que je cherche au fond? Son amitié certainement. Même si dans mes rêves elle s'égare parfois sur des sentiers interdits. Au pays des songes, l'esprit se permet tout.

Mais en réalité qu'aurais-je?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.unsoufflededetente.com/
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Lui [pensées]   Jeu 27 Mar - 12:05

Je rêve toutes les nuits qu'une femme m'écrit ces quelques premières lignes, si simples, si courtes, si pleines d'émotions. On sent certe le premier jet oui, mais je ne serais pas critique à l'égard des gens qui pensent et qui "cherchent", sans doute car je suis dans une situtation assez similaire.

Par contre ce sera toujours la même chose avec l'essentiel des gens, comment peut-on se déclamer heureux alors qu'on est en bas... Cette perception, cette accointance vers le bonheur me siderera toujours chez l'être humain. Ce soupçon d'espoir et d'investissement. Il est parfois tant de faire le vide autour de soi pour être à même égoïstement de penser à soi. L'Homme qui serait capable d'être lui même dans une vie de couple n'existe pas, toujours il sera partagé, sa conscience de plus en plus dilluée dans celle de l'autre, au dépend de ses propres désirs. Et parfois, ces désirs remontent au travers d'un Autre par exemple. Amour ? Amicalité ? Jalousie ? Désir ? Envie ? Changement ? Trop souvent ce sont les circonstances qui nous mènent à cette réflexion. Trop peu médite sur leurs véritables désirs, souvent enfouis profondément dans leur âme. Ils prennent les premières choses qui se présentent à eux, développent, travaillent, grandissent, engrangent une experience, mais ils s'oublient. Et une fois l'âge atteint, les questions reviennent, dès le moindre petit problème, c'est la peur au ventre, la peur de son désir interdit.

La réalité n'est que le prolongement de nos rêves, de nos désirs et des interdits qui nous consument le tout saupoudré d'un peu ou d'une énorme couche de conscience. C'est ce degré de conscience qui s'exprime dans le lien entre le rêve et la réalité. Plus tu auras de tabous, plus tu auras de respect pour les autres, plus tu seras généreuse, plus ta conscience sera grande, plus tu... Prendras des questions plein la gueule, parfois même jusqu'à la névrose ou l'auto-destruction.

C'est le propre de l'Humain.

Est ce "Lui" qui te rappelle des souvenirs ? Où est ce plus simplement l'interdit, le manque d'une chose, le changement, l'évolution qui amène ton inconscient à ressurgir ? N'est il pas juste le catalyseur de quelque chose de plus caché ?

J'aime beaucoup ces émotions jetées sur papier en tout cas, même si la qualité de la plume est médiocre, c'est un genre "brute" qui me touche particulièrement.

Amicalement,

Tr0n
Revenir en haut Aller en bas
Grendelor
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 3940
Age : 37
Localisation : Dans son coeur
Date d'inscription : 25/12/2007

Personnages RP
Pseudo: Grendelor
Pseudo : Lùthien
Pseudo : Pr. Lim

MessageSujet: Re: Lui [pensées]   Jeu 27 Mar - 12:37

Merci TrOn.

Pour en revenir au "heureuse"... Dans un premier temps je voulais mettre "relativement heureuse" mais j'ai eu peur qu'on le voit plus comme un bonheur médiocre que comme un bonheur qui fluctue. Du coup je suis restée sur le "heureuse", même si ce n'est pas la réalité actuelle, bien que je ne sois pas malheureuse non plus, je suis et c'est bien déjà.

Citation :
La réalité n'est que le prolongement de nos rêves, de nos désirs et des interdits qui nous consument le tout saupoudré d'un peu ou d'une énorme couche de conscience. C'est ce degré de conscience qui s'exprime dans le lien entre le rêve et la réalité. Plus tu auras de tabous, plus tu auras de respect pour les autres, plus tu seras généreuse, plus ta conscience
sera grande, plus tu... Prendras des questions plein la gueule, parfois même jusqu'à la névrose ou l'auto-destruction.

C'est plus que vrai et je trouve que les rêves sont justement la soupape de sécurité pour éviter la névrose. Ce sont eux qui me font réfléchir, puisque j'ai la chance de me souvenir de la plupart d'entre eux.

Citation :
Est ce "Lui" qui te rappelle des souvenirs ? Où est ce plus simplement l'interdit, le
manque d'une chose, le changement, l'évolution qui amène ton inconscient à ressurgir ? N'est il pas juste le catalyseur de quelque chose de plus caché ?

En réalité, plus que lui, c'est mon attitude envers lui qui me rappelle tout ça et c'est certainement aussi un manque, que j'espère passager, qui me fait penser à lui plutôt qu'à un autre (comme ça a été souvent le cas auparavant, mais cette fois-ci j'ai un sujet plus proche auquel me raccrocher). Le catalyseur de quelque chose de plus caché? Oui et non. Un révélateur plutôt, voir même en fait un amplificateur. Car je me pose suffisament de questions pour que les choses ne restent pas cachées longtemps. Deux expériences "malheureuses" m'ayant ouverts les yeux sur le coeur et la raison. ce dont je suis sûre c'est qu'il n'est pas la cause d'un émoi. Il est... l'ours en peluche que l'on sert contre soi quand ça ne va pas, la nostalgie de moments que l'on voudrait retrouver, mais aussi tout simplement un garçon super sympa avec qui je m'entends bien.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas d'avoir continuer ici en direct ma réflexion sur ce sujet, plutôt personnel d'ailleurs (mais c'est l'avantage de parler avec des inconnus, qui se soucie de savoir ce que je pense?^^) mais TrOn a le don pour vous pousser à ça je trouve Heureux

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.unsoufflededetente.com/
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Lui [pensées]   Jeu 27 Mar - 16:39

Le bonheur est tellement fragile qu'il ne tient souvent qu'à un fil. Sa conception est dépendante de tout un chacun et notre unicité fait qu'il est impossible d'en dégager une quelconque Vérité. Enfin si j'essaie, sans ambition ni prétention, de faire réfléchir les gens, c'est pour partager, apprendre, évoluer aussi moi même, ce n'est pas purement par générosité et essayer de leur faire trouver l'une de leur Vérité mais aussi la mienne. Je croise tellement de gens qui sont dans l'illusion du couple, de l'amour et du bonheur, que j'en ai peur et qu'on peut parfois me prendre pour un jaloux. Peut être... Mon inconscient me rattrape aussi de temps à autre, mais globalement, l'aveuglement me fait horreur, et c'est surtout pour avoir pris conscience par des expériences malheureuses de ce souci, que j'essaie bien souvent d'aiguiller les inconnu(e)s autant que mes ami(e)s ou proches. C'est en effet plus simple, plus agréable, de le faire ainsi, sans influence extérieure que sa propre expérience et d'écouter des discours émotifs d'autres pour essayer de "grandir".

Citation :
la nostalgie de moments que l'on voudrait retrouver

Citation :
un manque, que j'espère passager

Ces deux phrases m'interpellent. Un manque... Passager ?

Je passerais justement sur mon expérience, mais j'ai abouti à des Vérités qui commencent à m'apparaître comme indélébile, de part les relations sociales que j'ai développé. Ce qui va suivre est ma Vérité, loin d'être celle de beaucoup, et c'est sans doute mon amour pour des courants comme le nihilisme ou l'existentialisme qui me font aboutir à ces idées. Je n'ai pas encore terminé d'en apprendre sur moi-même, comme nous tous.

Le manque n'est de mon point de vue que rarement passager, s'il disparaît ce sera pour revenir d'une manière encore plus difficile, voir pire. Il s'accentue progressivement avec le temps pour mettre en exergue "le" vrai problème inconscient et difficilement cernable au début. La Vie peut parfois paraître simple et nous avons l'art de la compliquer, voir pire de connaître nos défauts, de les accepter, sans pour pouvoir y remédier. C'est en effet maintenant qu'il faut prendre le taureau par les cornes et méditer sur ce "Lui". Après il sera trop tard. Je n'ai aucune réponse à fournir, que des axes de méditation, qui valent ce qu'ils valent. Mais la nostalgie n'est pas un sentiment qui revient au hasard, il porte les fruits d'un désir enfoui et non assouvi; le Lacano-Jungien que je suis ne peut pas s'égarer en chemin sans oublier les impacts notoires du passé pour expliquer le présent et les échecs. L'échec s'il est perçu comme tel se transforme petit à petit, très souvent mais pas de manière systématique, en une névrose mineure de manque (affectif ou autre d'ailleurs).

Citation :
Un révélateur plutôt, voir même en fait un amplificateur.

C'est ce que je voulais dire, je dois avouer je me suis trompé dans le terme à employer. Révélateur était bien mieux. Mais nous nous sommes compris je pense sur ce point là.


Citation :
je suis sûre c'est qu'il n'est pas la cause d'un émoi

Etrange car tes mots et leur choix disent tout le contraire.

👅

J'ai dans ce texte l'impression d'avoir quelqu'un qui réfléchit certe, mais qui s'égare peut être par un certain oubli ou une non-acceptation de son "Soi" antérieure et peut être par une volonté plus profonde de se convaincre de bien vivre. Peut être d'en omettre le vrai souci. Je puis me tromper, mais... C'est tellement criant de vérité dans tes mots que j'aurais du mal à croire l'inverse. C'est souvent ce que je dis aux gens, mais les mots "parlent" tellement par leur choix qu'il est difficile de passer outre ce fait, tu cherches un désir qui est enfoui en toi. Lequel ? Le nounours calin ? Peut être même plus loin que ça, quelque chose qui te manque réellement dans tes relations. Fichtrecouille je n'en sais rien, mais il me paraît évident qu'il y a quelque chose à creuser de ce côté. Ni vois aucun jugement, c'est une impression toute ressentie à la lecture de tes émotions qui arrivent un peu pèle mêle dans cet écrit.

En tout cas continue de rêver, de réfléchir et d'écrire ces choses qui permettent souvent de comprendre à postériori. Et non ce n'est pas moi qui te fait parler de toi, c'est ton texte qui fait parler de toi.

Heureux

Tr0n
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lui [pensées]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lui [pensées]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les pensées de San Antonio
» Le penseur et la pensée
» Pensées d'un jeune homme - IV
» Lecteur de pensée
» Folles pensées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: