AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "N'oublie jamais..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 26
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: "N'oublie jamais..."   Ven 18 Avr - 20:45

"N'oublie jamais..."


2070


Rosalie, huit ans, regardait la télévision en compagnie de ses parents. Le poste était un nouveau pas en matière d’avancée technologique : elle diffusait tous les programmes en 3D. Jusqu’à présent, seuls les films et émissions enregistrées pouvaient l’être, on n’avait pas encore trouvé de solution pour les directs. Pourtant, la petite fille se lassait bien vite, et se mit à caresser le chat, devant la cheminée artificielle qui produisait une chaleur réconfortante. Ses yeux se posèrent sur un bracelet qu’elle portait au poignet. Rien à voir avec les derniers à la mode qui permettait le surf internet depuis leur mini-écran intégré. Cela ressemblait juste à un bout de ficelle, encadrant une petite plaque de bois dont la variété avait probablement disparue, sur lequel était gravé : n’oublie pas. En français, bien sûr…Pourtant, avec la mondialisation, tous parlaient anglais…Sauf à la maison, peut-être. Rosa, en regardant ce bracelet dont elle ignorait les particularités, fut éprise d’un soudain élan nostalgique qu’elle ne put s’expliquer : à huit ans, on n’a pas de réminiscence d’un quelconque passé, pas comme cela, en tout cas. Cependant, elle leva les yeux du bracelet, en continuant de caresser le chat, et demanda à ses parents :

- Papa ? Maman ? Grand-père, il était comment, quand il était jeune ? Il vous ressemblait ?

Son père et sa mère se regardèrent un moment, un peu inquiets, et leurs mines s’assombrirent légèrement… Le père pris la parole :

- Tu sais Rosa…Grand-père n’a pas toujours été comme toi tu le connais.

- Que veux-tu dire ? Grand-père a toujours été grand-père…

En fait, c’était un peu plus compliqué que cela, mais à son âge, il y a des choses que Rosalie ne pouvait comprendre. Grand-père n’était pas le vrai grand-père de Rosalie, mais c’était « comme si », aux yeux de son papa et de sa maman…

- Ce que je veux dire, repris le père, c’est qu’avant, lorsqu’il était jeune, grand-père était quelqu’un de bien, mais il était…un peu fou, termina-t-il à voix basse. Dans son jeune âge, il se serait insurgé lors de l’abolition de la lecture et de la production de livres… Il se battait pour la sauvegarde des arbres comme ceux dont le bois compose ce bracelet qu’il t’a offert. Grand-père s’est fait beaucoup connaître en luttant contre tout ce qui lui semblait injuste : la faim dans le Sud, les hommes dans la rue, sans toit et sans revenu, le progrès « pour le progrès » comme il appelait cela, a été un de ses principaux combats…

- Je comprends, je crois, dit Rosalie. C’est mal, ce qu’il faisait…
La maman de Rosalie regarda sa fille d’un air triste, et murmura d’une voix douce :

- Non ma chérie, ce n’était pas mal…Grand-père était lucide, il se battait pour notre bien, comme d’autres avec lui…

- Ce que tu dois comprendre, ma chérie, reprit son père, c’est que grand-père avait beaucoup de projets d’avenir. Il a toujours dit qu’à la naissance d’un de nos enfants, il lui apprendrait à lire, entendant par là « apprendre à aimer les livres », même si un jour ils disparaissaient…Mais tu sais que grand-père ne t’a jamais appris de telles choses, n’est-ce pas ?

- C’est vrai…Finalement, il a changé d’avis et a cessé de se battre, c’est bien ! Dit-elle dans un sourire…
Ils se regardèrent à nouveau, et on pouvait maintenant lire de la souffrance dans leurs visages…

- Non…non ma chérie. Tu n’y es pas du tout. C’est ce qui est arrivé de pire à ton grand-père. Il a cessé de se battre, tu as raison. Tout ça, parce qu’il a perdu espoir. Se battre pourquoi ? Au mieux, tu étais incarcéré et ton combat était inutile…Au pire, tu te faisais abattre par les agents de sécurité des pays dans lesquels tu menais ton combat, et ton combat était tout aussi vain. L’un après les autres, les gens comme grand-père se sont avoués vaincus…Et grand-père est venu un jour frapper à notre porte, pour trouver un chez-lui : à traverser le monde, il n’avait aucune fortune et aucun endroit où loger…

- Je crois qu’il n’avait jamais compté s’installer un jour quelque part de manière définitive, ajouta sa maman à voix basse…Il y avait tant à faire partout, qu’il pensait ne jamais finir de se battre…Il était si courageux.

Elle étouffa un sanglot, et le père de Rosalie poursuivit :

- Maman et moi, on a recueilli grand-père. Dans les premiers jours, il a continué d’être en connexion internet avec ses amis dans le monde…Puis rapidement, grand-père s’est assis dans le fauteuil qui reste tout le temps libre dans cette pièce, pour ne plus en bouger, sauf pour satisfaire ses besoins primaires… La fougue de sa jeunesse a disparu dès le lendemain où il s’est installé…Je crois que c’est le matin suivant ce jour, qu’il a réalisé que tout se terminait. Il a vieillit, s’est ridé très vite, comme si le feu qui était en lui et lui servait auparavant à se battre le consumait à présent… Et puis il a été interné, parce qu’on ne pouvait plus s’occuper de lui, ma puce. Des docteurs l’ont soigné tous les jours pour qu’il ait une belle vie, tu comprends ?

Rosalie avait attentivement écouté…mais il y avait quelque chose d’étrange dans les paroles de ses parents : elle n’arrivait pas à tout comprendre, malgré cette puce reliée à son cerveau, qui lui fournissait une multitude d’informations à la seconde…Peut-être que la puce pour enfants n’étaient pas assez développée, et que cette faculté de compréhension dépassait la capacité de cette-dernière…

- Je ne comprends pas, non…J’ai beau essayer, je ne comprends pas tout ce que vous racontez…

Elle semblait déçue…les larmes silencieuses qui coulait sur les joues de sa mère accroissait cette sensation de déception… Celle-ci passa sa main sur la joue de Rosa, et lui dit :

- Ca ne fait rien, Rosa…Nous non plus ne comprenions pas au début…et probablement que personne ne comprendra plus jamais. Pourtant, je me souviens des livres, des arbres, et des aides aux personnes…Mais moi non plus n’aie pas cru au bien fondé de ce combat…Ton père et moi étions jeunes, tu comprends ?

- Oui…Mais je vais changer ca maman. Tu verras, je vais demander à grand-père qu’il me raconte les livres, et après il reprendra son combat et puis il changera tout…euh…enfin, il changera ce qu’il faut changer.

Elle sourit à cette idée de retrouver un monde dont elle ignorait tout. Sa mère et son père se regardèrent à nouveau…Et ils murmurèrent d’une même voix :

- Chérie…pourquoi n’as-tu pas compris, la dernière fois, que tu ne reverrais plus grand-père…

Distrait un instant par le chat qui se débattait dans ses bras, Rosalie releva la tête :

- Quoi ?

Ils se forcèrent à lui adresser un grand sourire et son père, d’un commun accord avec sa mère, lui répondit :

- Rien, Rosa, vraiment rien. Tu sais quoi ? Et si on regardait les dessins animés à la télévision, tous les trois? Il y en a de vraiment très chouettes, tu sais !

Au bras de Rosa, le fin morceau de bois attaché à son poignet se ternit un peu plus...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
Alynea
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2562
Age : 26
Localisation : Z'auriez une carte?
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: "N'oublie jamais..."   Ven 18 Avr - 23:27

Magnifiquement terrible....

La disparition du livre.... La disparition de l'espoir.... La disparition de trop de choses importantes!

Tu sais manier les mots, encore une fois, tu parviens à glisser ta sensibilité dans tes lignes... Ta fragilité aussi? Peut être...

"N'oublie jamais", il y a tellement de choses qu'il faudrait ne jamais oublier!

Je ne commenterais pas la forme, je ne sais pas faire, pour moi elle est très bien, comme le fond...

_________________

" Il ne vous reste qu'une photo à prendre.
Il ne vous reste plus qu'un jour à vivre ; il ne vous reste que dix mots à dire. "


Revenir en haut Aller en bas
http://alynea.deviantart.com/
Teysa le sombre

avatar

Masculin Nombre de messages : 517
Age : 29
Localisation : quelque part entre la première et la dernière marche, sous l'oreiller
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: "N'oublie jamais..."   Sam 19 Avr - 19:55

Je suis de l'avis de taranis, ton texte est magnifique...
Une vision du future terrible, mais vers laquelle on glisse doucement...
Un message pour tout le monde de ne pas sombrer dans le déséspoir... mais une question subsiste, tu est le grand père, la fille ou les deux ??

_________________



Le seigneur minipouce de minipouce en double pouce
"applaudir avec une main sa donne appl"
Revenir en haut Aller en bas
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 26
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: Re: "N'oublie jamais..."   Dim 20 Avr - 0:54

Merci à tous les deux pour vos commentaires Très Heureux
Je crois qu'il est temps de répondre à des questions, et d'ajouter deux ou trois précisions sur le texte (=.

A priori, Teysa, Rosa et le grand-père peuvent en effet être deux personnes les mêmes, à un moment différent de la vie. Il est vrai que pour le moment, je suis plus proche du grand-pere, meme si pas loin de Rosa.
Le grand-père est assez abstraitement défini. On ne sait que ce qu'on dit de lui, et c'est fait exprès. Je m'explique : la fin est ouvert sous trois formes de scénarios possibles.

1. Le pessimiste :

La première optique dans lequel j'ai écrit la nouvelle. En effet c'est, comme ressenti par la majorité, cette crainte d'un futur terrible, ce désespoir, cet avenir foutu d'avance, qui est marqué par la petite dose d'ironie de la fin : on préfère en rester là et retourner s'abrutir devant la télévision.

D'ou le bois qui ternit, montrant un futur et un espoir qui s'assombrit, s'éteint.

2. Les optimistes :

Comme perçu par une minorité (non présente sur le forum), il y a de l'optimisme dans la nouvelle. La curiosité de la petite fille laisse penser qu'elle va tenter d'en savoir plus, et continuer le combat de son grand-père. Si on considère que les deux sont une même personne, ca traduit certains passages à vide de la vie quotidienne où l'on perd toute envie de se battre.

L'autre, c'est celle que le Grand-Père soit reparti continuer son combat. D'où le fait que Rosa ne le reverra plus : ses parents, pessimistes, doutent fort qu'il revienne, cette fois. Et ils l'invitent à regarde la télé, peut-être pour justement pouvoir y suivre un jour le combat de son grand-père.

Dans les deux cas, le bois peut se ternir, puisqu'il n'y a plus de raison à l'avertissement "N'oublie pas" : elle continue le combat, donc elle n'oubliera pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
Le Vagabond

avatar

Masculin Nombre de messages : 192
Age : 26
Localisation : Au pays où les fleurs sont piétinées, où les lapins sont écrasés, où les Alices sont égorgées...
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: "N'oublie jamais..."   Dim 20 Avr - 2:19

Ah enfin un nouveau texte mon cher Seph', je commençais me languir de te voir écrire quelque chose de nouveau, mais tout vient à point à qui sait attendre (mouhahah première réplique bateau au bout de 2 lignes à peine, la grande classe).
Suite à un p'tit zonage de ma part, bah soyons fous, j'ai bien aimé ce texte (et là on sent le risque profond que j'ai su prendre à dire cela). Non c'est pas mal, l'idée de départ et bonne, plutôt bien mise en avant (bon la plume comme d'hab' est à chier, mais on s'en bat après tout Yeux au ciel). Mais bien entendu, je ne commenterai pas si je n'avais rien à redire, quel intérêt franchement ? (vi me faut mon quota... comme les flics, que veux-tu ?)

Dès le début, nous voilà plongé en pleine science fiction... 2070, super, l'année où les hommes ont trois bras (super pratique, on peut faire des tonnes de choses avec ...*sors*). Tu nous présentes le nouvel écran plasma de l'époque, avec un bien curieux pronom pour qualifier le poste : "elle diffusait..." L'allégorie de ton phantasme le plus fou ? Ou alors le fruit d'expériences abominables à en faire frémir Frankenstein ? Allala les mystères de la 4ème Dimension (arf c'était la 3D ? Au temps pour moi alors). La phrase suivante est intéressante, bien que joliment inutile pour l'ensemble du texte (remarque, Carla aussi est jolie, mais ne sert pas toujours à grand chose *sors*). La suite de la narration est sans grand intérêt pour que je détaille, si ce n'est un petit point, sur lequel je reviendrai plus tard. Au passe au dialogue, enfin un peu de vie que diantre, car à part un téléviseur féminin en 3D (je demande à voir), rien de bien consistant (ah si, Attrape le chat ! cf : L'arme Fatale II). Un truc que tu écris que j'ai pas saisi, quand tu dis "Grand-père n’était pas le vrai grand-père de Rosalie", j'ai beau avoir tout lu, je crois pourtant que son Grand père et bien son Grand père (oui que de révélations). Bon certes, je suppose que tu veux dire qu'il n'a pas toujours l'homme que la petite à connu, mais ça n'empêche que c'est bien le même type, ou du moins, la même enveloppe corporelle... On apprend ensuite que le cher papi était un militant écolo pseudo-extrémiste, et qu'il était vraisemblablement adulé par le papa et la maman pour son engagement, bref on passe rapidos. On arrive sur la partie tragique, la perte des livres, des arbres, bref de tout ce pourquoi l'on tente de se réveiller aujourd'hui... Point de vue louable, qui n'a pas à être remis en cause je crois. Pas grand chose à redire sur le contenu final, si ce n'est le truc concernant le bois qui se ternit. L'image employée pour dire en gros que "même les pensées se perdent" (ouais j'avais rien de plus nul à sortir, mea culpa) est un peu facile, pis un bout de bois techniquement ne se ternit pas si facilement que ça (ouais mais au sens métaphorique du terme tu me diras, c'est vrai pourquoi pas, ça n'enlève pas la facilité du truc). Un peu déçu par cette fin, qui laisse un peu tout le monde sur ses deux fesses et demie (oui, vive les innovations génétiques de l'an 2070...).

Cependant, moi qui n'aime un tout ch'tit peu l'anticipation, je vais m'étendre sur deux ou trois détails, qui concerneront la vision du monde établie (et peut-être un peu aussi les deux posts précédents). Premier point, concernant l'Internet. Selon moi, d'ici *sors la caltos, TI-82 powa* ... 62 ans, l'Internet que nous connaissons sera bien différent de celui de demain. On pourrait évoquer plus facilement que pour des bracelets l'idée de la puce cérébrale, reliant chaque être à une immense banque de données. Bon bien entendu, ce n'est qu'une question pure de point de vue sur la question, seul l'avenir nous le dira après tout (mouarf deuxième phrase bateau). Passons au point chaud du texte, celui sur lequel tout repose : la vision radicalisée du monde. Le livre aurait été supprimé ? Peu probable, qui ne s'insurgerait pas contre une telle politique ? Il faudrait au moins plusieurs générations pour que cela arrive, que les mentalités changent suffisamment et durablement. Les arbres supprimés ? Ouïh Aïh Aïh ... On respire comment nous du coup ? En humant très fort l'herbe (ouais la pelouse, pas celle à fumer) ? Mouais je suis à moitié convaincu. Pis plus d'arbre, ça veut dire plus de ce qui vivait dans les arbres, donc plus de bio-diversité sur Terre, mais aussi sous-Terre... Si c'est pas moche tout ça ! Alors maintenant, est-ce que l'on y va progressivement ? La Terre va mal, et tout et tout... oui bien entendu, mais de là à faire évoluer la mentalité et à faire accepter la mesure de suppression des arbres, on a encore du chemin à faire avant d'y être, aussi bien dans les têtes qu'au concret (quoi que, assez contestable pour le concret, mais ya encore des arbres sur Terre...)... J'avais aussi vu que tu parlais de mettre l'anglais comme langue mondiale, oui pas mal, bien que si tu avais mis 2100 en année, j'aurai mis le Mandarin comme langue (remarques, 2070, qui sait ?).

Un texte teinté d'absurde, prônant un monde totalitaire, mais mondialisé. Assez peu réaliste à mon avis (en s'y penchant bien, on est bien loin de ça, et c'est pas encore prêt de changer... on en reparlera dans 62 ans !), il n'en demeure pas moins très mal écrit (j'ai d'ailleurs fait le pamphlet détaillé de ce qui n'allait pas... cherchez bien ^^), et profondément écolo. Après avoir relu, je ne peux m'empêcher de repenser à la nouvelle de Franck Pavloff, Matin Brun (que je conseille vivement), qui n'est pas exactement pareil (même pas du tout) mais qui peut s'en rapprocher.

Concernant ce que tu dis, juste au dessus (oui un refresh de la page ça aide ^^') : intéressante relation, qui est certes ambigüe mais assez pertinente. Maintenant, me concernant, je suis hors catégorie, vue que je suis pour que l'on zigouille ce fichu papi qui balance ses idées récalcitrantes à la face de ce monde de pantins, alors bon sang, qu'on l'abatte pour délit de pensée, merde !


Au final, beaucoup d'air brassé pour ma part, le tout sans dire grand chose d'utile et/ou de pertinent. Enfin, je décide d'achever cette lente agonie sur une note verte au combien philosophique : My flowers are beautiful !
Revenir en haut Aller en bas
http://board.ogame.fr/thread.php?threadid=513826
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "N'oublie jamais..."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"N'oublie jamais..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» N'oublie Jamais [Noah & Allie]
» Plaquette "Les héros ne meurent jamais"
» "Qui garde son âme d'enfant ne viellit jamais" C'est tout moi ! Ellia 8D
» Que pensez-vous d'une personne qui ne dit jamais "non" ?
» "celui qui croit savoir n'apprend plus"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: