AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exhibition bornée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Exhibition bornée   Mar 22 Avr - 0:26

Je les hais.

Il me méprisent, moi je crache sur eux. Ils passent, me dépassent. Sont toujours là pour empêcher tous et leurs contraires. Enchainés à leurs positions, accrochés à leurs points de vues comme à un rocher. Ils vomissent ce que je pense, je régurgite ce qu'ils me disent ! Les beaux parleurs, les sales petits pinailleurs serviles expédient les gens comme moi sous couvert de grandes phrases dans de puants journaux dociles.

Ecchymose visuelle, tâche de paysage. Déchets répugnants, ersatz décolorés. Ils ne m'évoquent qu'amertume et âpreté. Moins encore, ils sont fades et écœurant de douceatreté. Consistants comme une fumée et suintants son âcreté. Il ne sont rien, mais condensent tant de médiocrité ! Ils font tirades et grands discours sur la beauté et son amour. Mais ne savent rien d'eux et s'en tiennent loin, de peur d'être contaminés. Mes incartades sont leurs pain béni, un message du seigneur pour punir l'ennemi honni, celui qui faute, celui qui pèche et répand le vice comme un pédophile dans une crèche.

Tous autant qu'ils sont, je les exècre ! Ils me répugnent, tout de condescendances, leur décence ne vaut pas mieux que leurs descendance. Ô rage aveugle ! Que l'abandon est doux. Que la colère est suave. Ils sont ce pourquoi Némesis existe ! Dérangeants comme des kystes, généralisés comme des tumeurs. Leurs supplices varient aux gré de mes humeurs et toujours changent, douloureux, suintants la peur. Mais il est une chose qui ne change pas, c'est leur fin, qui fait que l'on ne reste sur sa faim.

Il faut l'ablation, la trépanation, la solution finale ou à la rigueur une dose létale. Qu'ils crèvent, se ratatinent, souffrent, saignent et sifflent. Exhalent et se convulsent, rampent et se révulsent. Je veux des spasmes et du sang. Qu'ils dégorgent et rendent gorge ! Du gore ! Qu'on les envoient à la chaise, à l'échafaud, au bûcher, au billot! Je les veux morts !



HRP _: Distillation de pétage de câble.


Dernière édition par Walkman le Jeu 9 Juil - 13:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Mer 2 Juil - 16:57

Je suis cruel. Je suis sans faim. J'aime à te voir souffrir et en rire, comme un amant qui comprend. Enfin, je vois, j'ai déchiré la soie de nos rapports. C'est doux mais pas autant que la vengeance. Pas d'insulte, je ne suis point de cette engeance. Je voudrais te voir en pleurs à genoux devant moi. Que tes larmes s'écrasent en arabesque pour dessiner la douleur en fresque. Voir tes sanglots s'épancher sur mon éternelle méchanceté. Je suis amer, froid et fer. Fier de te faire gesticuler du bout de mes doigts, là où tu vois des fils, ton futur avec tes fils et tes filles ; toute une vie révée qui disparaît en quelques mots, assassinée, éteinte par le seau d'eau de la désillusion. Il faut le dire, éclater et me fuir pour mieux m'éviter, cesser d'attenter à mon cynisme par tes accès larmoyant de lyrisme. Le maquillage coule sur tes joues au même rythme que ta raison qui s'écroule. Cette dispute me fatigue

Tu y est ! Tu vois ? Le fiel est dans ta voix. Tu craches, tu feules, hurles la vérité, celle que tu m'as toujours cachée. Celle qui doit me blesser. Cest beau, j'y croirais presque, dans ta candeur, tant tes pleurs sont acides désormais. Ton menton dans ma main, une deux, trois gifles, un sourire et une trace sur ma joue, j'ai eu ce que je voulais, je dois partir.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Mer 2 Juil - 16:58

Street Spirit

La fenêtre est grande ouverte, devant une grille noire en fer forgé. En dessous, les corps s'amoncellent sur un coin de bitume, dégagés et emportés par le camion poubelle de la ville. Ils ont tous une photographie par devers eux, celle qu'ils veulent, pour partir avec un souvenir dans la poche. Chacun son moment de gloire, pour celui qui se lance et l'autre qui se jette à l'eau. En dessous, à chaque craquement sourd, une fleur s'ouvre et montre ses pétales arrogants. Le trottoir d'en bas est une vraie fresque. Ma clope part en fumée, pendant que je divague, un autre hurlement s'étire sur la façade de l'immeuble et s'interrompt gravement, pour une minute de silence. Un costume cravate passe en trombe sous mon nez. C'est la marche funèbre qui démarre. Ils sautent, ils sautent les rambardes, ils sautent le pas comme leurs dernières putes. Ils sont vides, ils n'ont plus rien à dire ; ils volent, le temps d'un saut de l'ange. Aux coups de sifflets, la populace massée sur les toits se prête au jeu, part et décolle, vingt étages à dévaler. Ils tombent, comme une cascade noire. A droite, à gauche, mes voisins suivent le mouvement, vont s'écraser trente mètres plus bas, pour souffler la dernière bougie. L'un d'eux s'arrête, me regarde, le regard creux comme une orbite, il ne comprend pas, il s'en moque, il tombe. Il me laisse. Partout des chutes, les fenêtres vomissent les corps, le flot est continu. Perpétuellement, des silhouettes réapparaissent, prêtent pour passer le grand oral. Et sautent, partout, par terre. Par centaines.

C'est fini.

Je suis seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Ven 18 Juil - 17:01


Flux de rue.

Je sors, profiter de l'air chaud qui a envahi subitement ma nuit. Devant la fenêtre, dans les arabesques voluptueuses de ma vie qui se consume, les gens courent. Ils courent avec l'énergie de damnés, attirés sans cesse par l'envie de voir ailleurs. L'est, l'est, l'est, ils le répètent tant que ce n'est plus que murmures déchainés par le silence nocturne qui s'étend au loin. Devant se dressent les champs, les moulins de Cervantes sont de garde, invisibles à qui ne se démène pas dans le courant des vents contraires. Moi, suivant des yeux le torrent s'incurvant de plaisir, eaux vives saturant de désir de s'échapper, je ne puis m'empêcher de penser ...Courbe. Caresser soudain leurs rêves, savoir ce qu'ils ont dans leurs rapides, plonger allègrement la main dans le flux, savourer un instant la décrue.
Mourir avec eux, découvrir la haine, me mêler aux courants contestataires et fleurir d'amour pour une cause, décadente écchymose, éclatante de couleurs, à l'humeur maussade, blanche colombe qui se ballade. S'écharper pour le rivage qui s'éloigne sans vergogne, amusé des muses volages qui s'éteignent soufflées d'un voeu. Entourer mes sens de quelque sable noir aux yeux de verre brulé, transparent trouble maquillé, détaché de tout sauf de lui, lui qui s'étouffe, écrasé des sens multiples qu'il donne à sa vie. Vie d'écorché élimé.
Les tentations me manquent, je ne sais plus quoi m'écrire. Les eaux d'onyx s'emparent des routes et font leurs chemins faisant dans l'opacité brumeuse du petit matin. L'aube brule mes considérations et lève un jour nouveau sur ma personne. Le noir est parti, le gris s'installe.


Dernière édition par Walkman le Jeu 25 Juin - 3:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Jeu 25 Juin - 3:52

C'est un personnage en noir et blanc. Il est beau, comme ça, plongé dans sa contemplation. Il a un regard aussi, qui donne envie de voir la grande lumière. C'est un ange, un ange parsemé de piques, de coupures, d'éclats de verre. C'est un ange aux ailes de tissu, drapées autour des épaules et qui s'élèvent à l'enthousiasme de l'envie. C'est une contradiction entre les yeux et le corps, vivante et détachée. C'est un noir qui s'étiole en filaments de gris pour s'effacer dans une explosion de blanc. C'est un visage qui tend vers le désir, encore plein de surprise, étonné d'enthousiasme.

C'est de l'art qui désespère et qu'on écrit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Ven 26 Juin - 19:45

Ses paupières sont sucrées. Des commissures sourdent du miel, saturé. De ses cils dégorgent des gouttes de confiture, rouges, jaunes, oranges, couleurs de cernes aux fruits. De ses sourcils transpirent des sirops multicolores. Des cristaux se forment, opaques, voilés d'or et de pourpres collants et coulent lentement sur les pommettes, où les doigts hésitent à toucher, s'empoisser les mains dedans, impuissantes. Le fleuve poursuit son cours, millimètre par millimètre, torturant la peau qui frémit à chaque seconde. Passé le nez, doucement les lèvres subissent à leur tour l'assaut. La langue se lance alors à l'attaque, lèche autant qu'elle peut, se bat, fouille, fouisse, essaie mais toujours une partie de la rivière douce reste hors de portée.

Le menton finalement atteint, les gouttelettes se forment avec une patience infinie, l'attente, l'envie que cela cesse, la peau qui étouffe, le bruit lourd de qui s'écrase sur le sol.

je suis fatigué
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Jeu 9 Juil - 13:41

Quatre types dans l’ombre. Il fait sombre. Il fait nuit. Je suis fatigué. Acouphènes. Basses qui me secouent les tripes. Le sol humide. Des airs menaçants. Des paroles qui explosent. Se rapprochent. Je recule contre mur. Les yeux qui cherchent. Ma main qui se referme. Sur une barre de métal. Trop près. Trop près. Trop peur. Peur. Panique. Peur. Spasmes. Peur. Cogne.

Ecrasée sur son visage. Une grande giclée de sang. Noire reflets bordeaux. Les petits bouts d’os qui partent. La pommette brisée comme du cristal. Des éclats se ficher dans mon visage. L’os de la tempe s’affaisser et ressortir au milieu de l’oreille. Le craquement. Craque. Coup de feu. Scritch. L’œil s’envole. Retombe spongieusement. Gargouillis. Écoeurement. S’écroule. Son mat.

Ma chemise vairon. Rouge et blanche. Poisseuse. Sang et transpiration. Colle. Cri. Autre. Poing sur ma tempe. Etourdissement flou. Hurlements. Insultes. Attrapé par le col. Relâché. Les mains sur la ceinture. Déboucle. Tâtons. Acier glacé. Peur. Vite. Peur. Peur. Frappe.

Ecrasée sur son genou. Sa jambe. Un angle. Deux bouts de chairs rose pales. Gigotent hors chair. Une rotule qui éclate contre la brique sale. Des morceaux blancs. Eparpille. Os. Tombe. Cri. Stridences.

Ramper loin d’eux de la bouillie de la douleur des faces tordues des bouches détraquées des vides béants. Pleurs gémissements spasmes fuite. Tremblements mon corps que je ne contrôle plus mes bras qui deviennent fous mes jambes qui se contractent ma tête dedans mes lèvres que je mords mes dents qui claquent mes yeux qui errent ma voix qui s’assèche. Râle son écrasé. Epileptique. Mise en scène froid sueurs.


Dernière édition par Walkman le Ven 10 Juil - 12:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Jeu 9 Juil - 22:35

J'aime bien ces fragments de texte, d'impression.
Le dernier texte est très rapide, très visuel, comme une bande dessinée, chaque mot est une vignette , est un impact, on a pas le temps de s'arrêter êt en même temps on est stoppé à chaque môt, ça reconstitue bien la pensée qui file, en flash.
( désolé les commentaires c'est pas mon fort).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Ce qu'il faut de curiosité, la tentation d'y prendre part.   Mer 30 Sep - 19:02

Ce qu'il faut de curiosité, la tentation d'y prendre part, c'est comme décider d'essayer de vivre plus, ressentir davantage. C'est une sorte de volonté devenu besoin physique, comme une main invisble qui préfèrerait attraper un morceau de boyaux plutôt de vous pousser dans le dos. La sensation de petits picotements, d'acidité sucrée qui veut vous rappeller le trac en oubliant de nous stresser. C'est une pointe de sourire vorace, qui sourde de votre faciès en marbre, un joli baiser sur la joue. Un pourquoi pas, un oui, ou acquiescement, des souvenirs et probablement plus que du temps perdu à jouer sur les rivages des autres.

Excitation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Ven 27 Nov - 6:22

bloc Party - Like eating glass

J'ai mit du poison dans ton verre.

Il la regarda très calme, un air à la fois amusé et fatigué dans les yeux. De la lassitude, c'est triste, surtout pour lui.

Il lève son morceau de cristal pur et droit, fais jouer les rayons du soleil dedans, contemple les reflets dorés.

Il croque dedans. Ses canines percent, fendillent et brisent le verre. Les molaires hachent consciencieusement des éclats qui explosent dans sa bouche en tressant des cicatrices sur les lèvres. Il mastique, ça crisse, c'est strident, aigu. Ses joues se colorent de rouge, suintant par cent petits pores du poisseux. Aux larmes du vin sirupeux se répondent les gouttes collantes de sang, verre et sucre.

Il se lève, et agrippe sa nuque, par un joli sourire, l'embrasse passionnément, la contaminant de son déchiquètement. Il vomit son sang, s'écœure et régurgite sa potion, les lèvres collées aux siennes.

Les yeux se révulsent.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Exhibition bornée   Ven 27 Nov - 19:02

une faute. j"ai mis et non j"ai mit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exhibition bornée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exhibition bornée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La joyeuse exhibition des "sapeurs" dans un cimetière de Kinshasa
» La danseuse d'exhibition
» Qui au Tournois d'exhibition Genève ?
» AVATAR Exhibition : La convention de Pandora - 4 Juin 2011
» L'oeil du cobra ou Big Boss à Bornéo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: