AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une Simple Envie d'Apothéose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asteroth

avatar

Masculin Nombre de messages : 34
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Une Simple Envie d'Apothéose   Jeu 25 Sep - 6:28

[Ces mots ont été écrits sur cette playlist.
Du Coldplay et du U2, ça devrait plaire à tous.
Je pense que les trois chansons conviennent à ce texte. Clocks peut-être un peu plus.
En fait, je dirais que commencer et finir la lecture avec est le mieux, mais bon, on ne peux pas tout avoir...

Et bonne lecture, évidemment !]



Une Simple Envie d’Apothéose




Urgence. Alarmes et branle-bas de combat. C’est la panique à bord. Quelque chose a lâché.

Mouvements de masse. Affolement, frayeur, effroi. Crise. Désinformation. Les gens ne veulent pas de ce qui leur semble être un véritable suicide collectif, en orbite.
Car c’est un module de ravitaillement en tous genres qui vient d’échouer son arrimage. C’est le grain de sable dans une mécanique déjà si bancale, le rocher pour la tondeuse à gazon. Plus sérieusement, l’astéroïde pour la station orbitale. C’est, donc, une capsule de ravitaillement pour un génocide dans son sens le plus large, sans distinction aucune, la capsule de cyanure en libre service. Sauf que tout le monde, un joli petit pan de l’humanité, est dans le même bateau.

Et dans ce tout petit pan, il y a un minuscule petit pan, de spationautes. Des spationautes qui se sont réunis à la va-vite dans un tout petit pan de la station. Dans la centaine qu’ils constituent, certains sont clean, certains sont sérieux, certains sont tendus, certains sont idiots, certains sont déterminés, certains sont désespérés, certains sont en caleçons, certains ont une auréole de lait sur la bouche, certains ont les lunettes de travers, certains sont pieds nus, certains puent la clope -l’hérésie !-, certains ont des épis. Un seul est terrifié, un sourire discret aux lèvres.

Un autre se fait finalement leader, normal, il en sait plus. Et à mesure qu’il parle, vois comme les visages s’émacient. C’est la merde intégrale, notre nanopan de l’humanité le saisit très très vite. Et voilà qu’il se met à maudire les restrictions budgétaires, et tout le monde avec lui ! Une station de merde mal foutue, avec des capsules de ravitaillement si rares et merdiques, et pourquoi qu’une seule merde comme site d’arrimage ? Et pourquoi à l’extrême extrémité de cette poubelle orbitante ? Et pourquoi y a pas de bras télécommandé à cet endroit là ? Et pourquoi y a pas de sas là-bas non plus ? Les Terriens qui commettent un crime contre l’humanité, à coups de bouts de papiers filigranés et de comptes en banques. C’est le krach humain de la Bourse !

Certains crient, certains brandissent le poing, certains se bastonnent avec, certains s’accroupissent, certains ont peur que le ciel leur tombe sur la tête, certains prient Dieu pour qu’il n’existe pas -veulent pas de punition-, certains se scarifient, certains sont sortis de la salle, certains sont partis baiser, certains ont fermé les yeux, certains sont morts, certains sont partis réinformer les désinformés, certains sont revenus en enfance avec des envies de boisson –Molotov, qu’ils appellent ça-, certains se foutent de la gueule du monde, les autres noient leur désespoir dans la poursuite de leur incantation maudite budgétarienne. Un seul est parti aux chiottes, mais il nous intéresse pas. Un seul se rebelle contre la lâcheté du nanopan pitoyable de l’humanité. La pitoyabilité étant une grandeur intensive, on peut l’étendre à l’humanité elle-même…

C’est celui-là qui souriait tout à l’heure en tremblant.
Personne ne se bouscule au portillon pour tirer tout le monde d’affaire, pourtant, si personne ne se bouge, personne ne se tire d’affaire. Le calcul est à ce point décevant pour que le petit pan suicide le plus grand pan ? Notre singulier personnage fait s’arrêter toutes les courtes pailles qui, telles qu’elles sont parties, gaspilleront bien deux heures. Bah oui, avec toutes les accusations de tricherie…
Il se désigne. Il assure qu’il n’est pas le plus mauvais des spationautes, mais qu’il préfère tenter le petit rien pour le tout pour éviter de crever avec le reste du monde, image qui l’horripile, en voyant un tel désastre pré-apocalyptique.
Certains soufflent, certains veulent sabrer le champagne tout de suite, certains partent chercher un flingue et le reste l’accolade chaleureusement.

Allez c’est parti. Une équipe se constitue, se bouge, on a la niaque. Certains s’occupent du suivi des signes vitaux, certains des conditions de la mission, certains planifient tout (et dans ceux-là, l’un s’est endormi), certains ont les yeux dans le vague toutes les deux secondes, certains scrutent leur écran avec tellement d’intensité qu’ils se croient les seuls à œuvrer pour la sauvegarde du cocon mortifère merdique qui abrite quelques millions de larves purulentes : leurs semblables. Et celui qui nous intéresse toujours pas loupe la cuvette.

Le héros du jour est parti enfiler son attirail. « Vingt-huit heures grosso modo » qu’il a dit le leader de pacotille. Passé ce délai la nourriture manquera, le carburant manquera, les purificateurs d’air manqueront, les générateurs à courant ellipsoïdaux auto-azimutés et la casserole à pression sous-focalisable manqueront. C’est vraiment la merde. Heureusement qu’on sent rien dans l’espace.
Notre homme est emmené dans le sas le plus proche du lieu de l’incident. On lui file un grappin et surtout on lui dit rien. « T’as signé » que ça veut dire. En tout cas si ses calculs sont bons, il est bien à plus de deux kilomètres de l’extrémité du bras de la station. Ça veut dire deux bornes à se taper dans l’espace. Hé, ça veut pas dire deux bornes à fouler des graviers en regardant l’herbe verte et les mouches qui batifolent. Ça veut dire être la mouche, et batifoler tout seul n’est pas possible : le théorème de la main droite ne s’applique pas sur une région enveloppée d’une combinaison d’astronaute, c’est con.
Le voilà largué pour la mission-suicide. Son cœur, effet naturel d’un lâché dans l’espace (on parle ici d’abandon), se la joue cent quarante à la minute, comme le voient certains. Aucun œil n’est braqué sur lui. Peu savent qu’un abruti apeuré mais souriant s’évertue d’ores et déjà à les sortir du mauvais pas.
On lui signale par radio qu’il y a des échelons à intervalles réguliers tout au long du bras. On lui signale aussi qu’il n’y aura aucun câble pour lui sauver la mise, parce que les câbles de deux kilomètres de long, ils n’en ont pas. On lui signale qu’il dispose de vingt-quatre heures d’oxygène. Il se signale que ça correspond exactement à l’ultimatum, et que ça ça veut dire « tu rentres pas avant d’avoir terminé… ou tu ne rentres pas ». On lui signale qu’il a un paquet de gâteau dans une poche latérale s’il a un petit creux durant la mission. Il signale que s’il s’agit d’une poche extérieure à sa combinaison, il ne pourra pas faire passer les gâteaux à travers la visière de son casque ni ouvrir ce dernier sans risquer avec de fortes probabilités une dépressurisation potentiellement responsable d’une agonie mettant en danger la vie de celui qui voulait manger les gâteaux. Autrement dit : petit creux deviendra grand. On ne lui répond pas.

Un grappin avec un lance-grappin, des échelons. Si l’utilisation d’un tel engin sur Terre n’est pas forcément aisée, les conditions spatiales n’arrangent rien. L’apesanteur a de jouissif qu’elle soustrait de toute force autre que la vôtre, qu’il s’agisse d’action ou de réaction. Songez qu’ainsi, il devient difficile d’imprimer des trajectoires courbes aux projectiles, or voilà un effet sur lequel joue un grappin. Peut-être sous ces lumières peut-on voir le soulagement lamentable d’un homme dont nous nous désintéressons totalement comme autre chose que de la maladresse. Si seulement il avait été en état d’apesanteur…
Douze heures. Songez à un autre phénomène ennuyeux : votre grappin conservera globalement sa vitesse une fois propulsé dans le vide, faiblement ralenti par la mise en mouvement de la corde à laquelle il est attaché. Cela signifie qu’une fois celle-ci tendue, elle ne le restera pas et jouera le rôle d’élastique, perturbant de facto notre pauvre petit grappin livré à lui-même, qui ne pourra que constater son inutilité latente. Il faut donc faire preuve d’une dextérité exemplaire pour parvenir à ses fins.
Douze heures auront été nécessaires pour parvenir à attraper le premier échelon. Parmi elles, il y aura eu en moyenne quatre heures d’essais motivées par l’imminence d’une fin, vingt minutes à pousser des jurons, quarante minutes à rapatrier la corde après chaque échec, trente minutes à contempler les étoiles sans une seule pensée constructive, quinze à tripoter fébrilement le mousqueton assurant la fixation du héros afin que le héros s’assure de sa fixation assurée à la porte du sas, évitant ainsi un aller simple pour le Rien, ainsi que, comme certains en ont fait si correctement le compte, sept heures quinze de recueillement afin de retrouver la sérénité après l’échec. Chaque séance de recueillement se voyant suivie par une séance de contemplation stellaire parfaitement inutile, mais c’est dans la nature humaine de s’égarer.
Pendant ce temps, dans l’équipe de soutien de la mission, certains ont arrêté de soutenir, certains de ceux-là ont préféré le breuvage -dont la recette est tenue secrète- nommé whisky-coca, certains la belote, certains la pelote. Certains issus de la campagne de réinformation sont venus donner leur soutien en intégrant l’équipe de soutien, d’autres sont venus donner leur soutien en soutenant l’équipe de soutien de soutenir la mission qui, depuis douze heures il faut bien le dire, commençait à vaciller sur ses échelons. Certains ont d’ailleurs mis le grappin sur autre chose que des échelons, d’autres ont trouvé des créneaux. La confusion règne donc parmi le nanopan de l’humanité de la station.


Dernière édition par Asteroth le Jeu 25 Sep - 6:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://rp.azrelia.fr/asteroth/
Asteroth

avatar

Masculin Nombre de messages : 34
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Une Simple Envie d'Apothéose   Jeu 25 Sep - 6:29

En fait, la confusion règne tout court. N’oublions pas que le grand pan de l’humanité qui gravite est en proie à une entrecroise de furieux flux de désinformation et de réinformation (ce qui suscite la question du « MAIS ON VA CREVER OU PAS À LA FIN ?? ») comparable au joyeux méli-mélo d’un air froid et sec du Canada et d’un air chaud et humide du Mexique au-dessus de la bande Texas-Oklahoma-Kansas : on a l’impression d’assister au passage d’une tornade F5 dans tout ce bordel. Ah elle est belle la station.
Un seul habitant échappe à la confusion, et il n’est pas au petit coin, c’est notre bon vieux chasseur d’échelons, et il se rend compte que les gravir n’est pas simple, même si c’est la voie du succès. Il est tendu comme une ficelle, comme un string dirait l’autre, like a string dirait Neil. Oh, pas par nervosité, c’est simplement que son mousqueton assurateur le retient d’un côté tandis qu’il tire sur la corde de l’autre, et lorsqu’on tire trop sur la corde… enfin, ici c’est pour maintenir le grappin en place, donc n’allez pas le traiter d’idiot. Il vire lentement le mousqueton d’une main et cette libération joue le rôle de faible catapulte. Il s’y attendait mais la seconde de flottement qu’il vient de laisser échapper vient d’anéantir toute chance de rejoindre l’échelon : la corde s’est déjà distendue et le grappin devenu inutile.
Constatant cela sur les écrans de contrôle, certains s’arrachent les cheveux, certains fondent en larmes, certains partent avec certains du soutien de l’équipe de soutien qui s’étaient ramenés avec quelques bouteilles de champagne, beaucoup font la teuf, certains ne font que se crisper en voyant l’espoir s’amenuiser encore pour approcher du zéro absolu négatif. Treize morts sont à déplorer suite à l’événement dramatique : trois par pendaison, un par balle et responsable de trois autres par balles, une noyade dans un saladier rempli d’eau, un sur la piste de danse et deux par électrocution télévisuelle en tentant de traverser l’écran pour se sortir du guêpier. Notons aussi l’envoi par colis postal artisanal grossièrement scotché et pourvu de deux pétards-fusées en guise de propulseurs d’un chiot de deux mois en ligne directe (comprenez qu’on vise à l’œil l’adresse Terrienne cible, qu’on installe dans le sas, qu’on allume les mèches et qu’on ouvre) vers l’Igloo numéro quatre, rue des Inuits, quartier Groenlandais, dans le but secret de marquer un panier à trente-trois gigapoints à travers Arecibo. Il est des temps où l’éthique dont fait preuve les Hommes face à l’expérimentation est considérablement remise en question.

Notre héros de l’espace dérive, selon une trajectoire trop proche du bras de la station pour se considérer définitivement perdu, trop loin pour pouvoir rectifier le tir sans difficulté. Si la panique s’est tout d’abord emparée de lui, il a su s’en dégager en une dizaine de minutes. Il l’a dit, il n’est pas trop mauvais spationaute. Son sang-froid revenu, il analyse la situation tandis qu’on le voit défiler devant les hublots. Il possède un grappin et un paquet de gâteau qui pousse au suicide involontaire. Il doit à nouveau saisir un échelon pour s’en sortir, mais il est mouvant, à une vingtaine de mètres du bras de la station. Son lancer doit être ni trop fort pour limiter les échecs, ni trop doux pour éviter de gaspiller du temps dans la lenteur des tentatives. C’est l’engrenage, le dilemme ultime en temps limité. La recherche du compromis entre précipitation et excès de précision agrémenté de l’erreur de jugement et de la maladresse humaine. Le choix lui-même subit le compromis, entre une décision hâtive qui supprimerait ses chances et une décision trop mûrement réfléchie qui laisserait la station s’éloigner sans même agir. C’est un très mauvais choix.

Certains s’anesthésient le gosier à grosses lampées, certains vont se coucher, certains vont prier, certains vont manger, certains vont rêver, certains vont oser, certains vont s’enfermer, certains vont se recroqueviller, certains vont s’exhiber, certains vont ruminer. Certains regrettent déjà, et surtout les spationautes… sont-ce là aussi de très mauvais choix ?

Lui a trouvé. Il y a mieux. Le lancer quasiment derrière lui, un peu comme s’il utilisait un parachute. Laisser le grappin s’éloigner pour rejoindre la station de manière quasi-parallèle. Ainsi, plus besoin d’ajuster la longueur de la corde. Ainsi, par simple frottement, il pourra freiner l’avancée du grappin progressivement de manière à garder la corde tendue. Ainsi, le grappin effleurera la station sur toute la longueur qu’il reste encore. Reste à ce que le grappin soit correctement mis sur la route des échelons, mais même cela, il a le temps de faire plusieurs essais pour se faire la main. Espoir dans un nouveau choix.
Cent soixante-cinq pulsations par minute. Certains lui demandent de se calmer. Il rétorque que les missions-suicides et les missions de plus de sept heures ne sont pas monnaie courante, et qu’il se trouve exceptionnellement calme dans une telle situation. Il rajoute après un instant que les missions non assistées, puisque qu’il n’avait jamais entendu une radio aussi muette, n’ont pas le droit d’exister. On ne lui répond pas. Elles le prennent donc, ce droit.

Après vingt-cinq minutes supplémentaires de dérive dont quinze pendant lesquelles le grappin a avidement mordu la coque de la station, et pendant lesquelles notre spationaute a croisé mentalement les doigts d’au moins soixante-dix hommes -orteils compris- en plus des siens (le théorème du croisement des doigts n’existe pas, mais se référer quand même à celui de la main droite pour les restrictions d’application), ledit grappin a fini par se coincer, non dans un échelon, mais dans une quelconque aspérité de la coque, et cela est tout aussi bien. L’éternel terrifié en dedans mais calme au demeurant sourit et regarde furtivement parmi l’obscurité quel est l’astre unique qui constitue sa bonne étoile. Mais peut-être n’en a-t-il pas, après tout. Il a maximisé de lui-même ses chances de survie. Il ressent avec bonheur l’accélération qui résulte de l’à peu près arc de cercle qu’il décrit et qui l’envoie tout droit vers l’interface station - module de ravitaillement.
Certains sont partis pisser, certains ont pissé sans y aller, certains se sont retournés dans leur lit douillet, certains reprennent du courage, certains se plaignent du prix de la peinture spéciale revêtement spatial lorsqu’ils songent aux éraflures longues d’on ne sait combien de mètres qui traînent maintenant sur le bras de la station, certains se plaignent parce que ce seront eux qui devront repeindre mais ils jurent déjà qu’ils feront grève si on les force à y aller sans conditions de travail plus sécurisées car ils n’ont pas envie de faire joujou avec cordes et grappins. Un seul ne s’est jamais posé la question, et il est dehors.

Les difficultés ne font pas que s’effacer. Les heures s’égrènent et avec elles, le travail s’accomplit, bien qu’il devienne de plus en plus pénible. Le spationaute ne fait qu’inspecter minutieusement l’interface à la recherche de la faille, car celle-ci n’est pas évidente : à première vue, tout semble normal. Ses yeux parcourent le fatras des pièces métalliques qui s’imbriquent les unes dans les autres, et cela lui demande une concentration soutenue. Il est à bout, à tous point de vue. L’enjeu a fait naître en lui un professionnalisme dont il ne soupçonnait pas lui-même l’existence. Car cela fait bientôt vingt heures qu’il est sorti. Son cœur indique cent quatre-vingt, de sa peau s’échappe de la sueur à grosses gouttes. Chaque geste devient une lutte de tous les instants, effets contre-intuitifs de l’apesanteur. Il s’est encordé à la taille, mais la prise du grappin est éloignée, ce qui l’oblige à s’accrocher manuellement comme il peut pour travailler.
Nerveusement, il a atteint ses limites. Effets conjugués de l’apesanteur, des vingt heures hors station, de l’ultimatum, des complications, de son effort de concentration, de sa solitude. Il frôle maintenant l’instabilité psychologique.
Il porte la main à sa boîte à outils à sa ceinture et en tire un tournevis, bien entendu raccordé à la boîte par un fil de nylon blanc pour éviter toute échappatoire. Il a repéré une pièce qui a tout l’air de dépasser de manière suspecte. Il la démonte fébrilement et l’effort lui arrache encore un peu d’énergie. S’échappe alors du mécanisme une pièce de monnaie.
Il la contemple un petit moment, tournoyant dans le vide, et finit par éclater violemment de rire, ce qui le fait souffrir.
Un grand compte en banque pour l’homme, une petite pièce pour l’humanité. Ils avaient raison ! C’est le krach humain par la Bourse !
Il remonte le mécanisme et le contact se fait, et le ravitaillement s’effectue. Un simple contact manquant.
Tous hurlent de bonheur. Tous célèbrent la victoire. Tous informent tout le monde et infligent leur contre-réinformation. Certains baisent, certains boivent comme des trous, certains dorment, certains pleurent, certains jouent aux cartes, certains prient Dieu pour qu’il existe -veulent le remercier-, certains puent le joint, certains sont à poil, certains rangent leurs appartements sens dessus dessous, certains se calment, certains s’agitent. Qu’est-ce qui a changé, en fin de compte ?
L’équipe de soutien réunit le soutien qui l’a soutenu, ainsi que tous les cloportes qui se sont cassés, excepté le type des WC qui a fini la tête dedans. Il reste trois heures d’oxygène à notre Héros. Il est convenu que tous s’y mettent pour le tirer de là, en formant une chaîne humaine et en réunissant un peu de matos.
Un nom circule déjà sur toutes les lèvres, et c’est le Sien. Il est déjà Grand. Au fond de lui, il sait déjà tout cela. Il dira qu’une pièce était coincée, mais ne précisera jamais qu’il s’agissait d’une pièce de monnaie. Autant conserver plus de prestige…

Deux heures se sont écoulées et la chaîne humaine a progressé intelligemment. Ils sont bientôt à son niveau. Il a réfléchi.
Le bout de la chaîne lui arrive tout droit dessus. Il est si fatigué, il ne peut plus bouger le petit doigt, mais étrangement, son exploit a déclenché quelque chose qui l’a maintenu éveillé, malgré tout. Le spationaute qui va le saisir est à moins de dix mètres. Le Héros lui sourit et, grâce aux nouvelles visières, l’autre le remarque et sourit à son tour.
Ça y est. Il a choisi. Il s’est lancé.
Personne n’avait eu le temps de remarquer qu’il avait défait l’encordage. Il a pris son impulsion sur la coque, et s’éloigne à une vitesse qui paraît folle de tous.

« - Mon Dieu, Stern ! Qu’est-ce qui te prend ?!
- C’est le mal de l’espace, la fatigue ! Il devient dingue ! »

Rien de tout ça. Stern coupe la radio. Stern a tenu bon. Stern a fait son boulot et s’en est tiré avec les honneurs. Que ces honneurs pérennisent, mais par pitié…

Qui sont ces gens ?
Certains sont idiots.
Certains sont en caleçons.
Certains ont des épis.
Certains brandissent le poing.
Certains noient leur désespoir dans la poursuite de leur incantation maudite budgétarienne.
Certains s’occupent du suivi des signes vitaux.
Certains…

…les yeux dans le vague…
…larves…
…whisky-coca...

Certains ont d’ailleurs mis le grappin sur autre chose que des échelons.
Certains s’arrachent les cheveux.
Certains vont s’enfermer.


Certains regrettent déjà, et surtout les spationautes…


Qui sauve l’humanité ? Certains, et ce n’est pas certain. En tout cas pas tous. Pas tous ceux qui sont venus Le chercher, une fois qu’ils avaient une raison à donner à leur conscience pour le faire. Ne viennent-ils pas d’ailleurs de prouver qu’ils étaient parfaitement aptes à gérer la situation, bien mieux que le pauvre seul Stern ? Et ils ne s’en rendent même pas compte. Même pas.
Stern la sauve lui, l’humanité. Il préfère tenter le petit rien pour le tout pour éviter de crever avec le reste du monde.

La station n’est déjà plus grand-chose dans Son champ de vision. Il aurait pu vivre, se laisser sauver. Il veut arrêter le cours de sa vie maintenant. Il veut cette mort-là. Il n’est plus terrifié, mais il a gardé le sourire, il sait ce qu’il fait. Il vivra en tant que Héros, mais plus en tant qu’homme. Il ne veut pas crever avec le reste du monde, même si celui-ci continue de tourner. Surtout s’il continue de tourner…

…Freedom…

Son Apothéose.
Revenir en haut Aller en bas
http://rp.azrelia.fr/asteroth/
Sanz
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 1197
Age : 29
Date d'inscription : 26/08/2008

Personnages RP
Pseudo: Hezeriel Shinobi ( I)
Pseudo : Sanz
Pseudo : Anwen

MessageSujet: Re: Une Simple Envie d'Apothéose   Sam 27 Sep - 10:23

Piou j'adore ce texte. Entraînant, comique et plus que prenant!!!!

C'est tout boow

Mici Monsieur Heureux

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Asteroth

avatar

Masculin Nombre de messages : 34
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Une Simple Envie d'Apothéose   Dim 5 Oct - 15:19

Merci à toi, surtout Heureux
Revenir en haut Aller en bas
http://rp.azrelia.fr/asteroth/
Mary Sue
Rôliste et Littéraire
Rôliste et Littéraire
avatar

Féminin Nombre de messages : 1363
Age : 26
Localisation : Sur un arbre perchée
Date d'inscription : 23/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Idrial
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Une Simple Envie d'Apothéose   Dim 5 Oct - 15:42

Niaaaaaaaaaaa !

*Katana dans ta gueule*

J'trouve ça trop bon x) Bravo espèce de kevin ( =° ), j'aime ton texte. C'est pas ce que tu écris d'habitude mais c'est toujours bon ^^
Comme on dit en GFX : "Ça roxxxe sa maman la coquine"

...

...Ahem...Euh...Et bah tout pareil xD

_________________

By *Samurai-PET
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Simple Envie d'Apothéose   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Simple Envie d'Apothéose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» envie de monstre
» Test en simple aveugle de câbles HDMI
» Mini clean and simple à rabats par steph63
» La chanson qui vous donne envie de vous jetter contre un mur!
» Quand on sait déjà ce qui va se passer… Impact sur notre envie de lire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: