AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dernière soirée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 28
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Dernière soirée   Sam 17 Jan - 0:18


Dernière soirée.


Il m’a fait la gueule puis il m’a fait l’amour. C’était souvent comme ça avec lui, un coup de gueule puis un coup de rein. Pas de quoi vous enchantez une femme à première vue, mais j’aimais ça. J’aimais son caractère passif-aggressif, sa façon de cacher son affection et de hurler intérieurement contre moi avant que ça n’explose enfin.
J’avais du mal à le cerner. Ses silences, ses non dits, ses absences de bruit, tout ça me fascinait et me déroutait. Mais j’ai compris. Les choses évidentes n’avaient pas besoin d’être dites. Elles passaient directement de lui à moi. Il suffit d’écouter. Le silence a aussi ses vérités, et nous manquons d’attention.

Je le regarde conduire sans un mot. Et son silence me dit sa colère, sa désapprobation dirait-il. C’est ma faute. Je le regarde un instant et je sens qu’il ne comprend pas mais c’est moi qui ne comprends plus. Je n’entends plus son silence. Que pense-t-il ?
L’horloge numérique de la voiture vient se poser devant mes yeux, doucement. Deux heures et quarante-sept minutes. La voiture roule et roule encore. La il fait toujours la tête. Je sais bien pourquoi. Je le sais mais je ne dirais rien. C’est à lui de parler maintenant. Je n’en peux plus de mettre des mots sur chacune de ses phrases. A lui de se débrouiller pour une fois. Il ne dira rien, ça aussi je le sais bien. Tant pis, s’il se tait par manque de mot, moi je me tairais par trop plein d’orgueil.

La voiture roule en silence. Tout à l’heure il me fera l’amour, me diras que je suis belle, qu’il m’aime. Non ça il ne le dira pas. Il ne le dit plus. Il ne le dit plus depuis que j’ai enfin réussi à le lui dire moi. Depuis qu’il sait combien je déteste ces mots. Je ne sais pas vraiment ce qui me blesse le plus : qu’il ne me le dise pas ou qu’il ne me le dise plus. Peu importe, tout a l’heure il me fera l’amour. Après j’abandonnerai ma résolution et je lui demanderai pourquoi il se tait. Il me répondra surement, et je lui demanderai de s’expliciter, ce qu’il ne fera pas, comme à chaque fois.

J’enlève mes chaussures à talons et remonte mes pieds sur le fauteuil, je me pelotonne comme je peux le regard tourné vers la fenêtre. Je regarde les reverberes défiler et les lumières au loin comme une nuée de lucioles dans la nuit. J’ai mal aux pieds, j’ai trop dansé ce soir. Oui j’ai beaucoup dansé. Pas avec lui. Il n’aime pas danser. Ce soir j’ai danse avec d’autres et je sais que cela lui sera rapporté. A ce moment la il refera la tête puis me fera l’amour surement. J’aurais voulu danser avec lui, j’ai dansé dans les bras d’un autre. Je repense à ces danses qui m’ont endolories les pieds et je sais qu’il me regarde du coin de l’œil, pensant que je ne le sais pas. Je sais. Je sais que ça le perturbe quand je ne le regarde pas, plus, quand je lui tourne le dos, quand je suis ailleurs. Mais il ne dira toujours rien. Peut être qu’il est aussi bouffi d’orgueil que moi en fin de compte.

Il ralentit. Nous voilà arriver à destination. Des amis nous attendaient pour fêter la nouvelle année, ne dernière fois. Je remets mes chaussures. Mes pieds sont en feu. Je marche quand même, avec toute la dignité dont je suis capable et surtout en serrant les dents. Il me demande si ça va, l’air de rien. Je lui réponds que oui sur le même ton. Devant le portail un de nos amis nous attend. On se souhaite la bonne année et toutes les fadaises qui vont avec. Pourquoi cette année serait-elle meilleure qu’une autre ? Si c’était le cas, à force de souhaits on finirait tous mort de bonheur. Or personne n’est jamais mort de bonheur, tirons-en les conclusions adéquates. Je passe devant et entre dans la maison. Les autres sont la. On recommence le rituel des souhaits. On s’embrasse, on rigole, on parle. J’attrape une bouteille de whisky et me sers un verre. Puis un autre. Au bout d’un certain temps, un de nos amis nous propose de l’herbe hallucinogène. Parfait. Je suis la première sur le banc d’essai. Je demande qu’on charge la dose. Je veux partir, loin, très loin. Ils chargent la dose. J’aspire, j’aspire, encore et encore. Je m’allonge et ferme les yeux. J’entends les quatre saisons de Vivaldi, le Printemps, qui sort des enceintes. Je pars doucement. Mais pas très loin. Je ris beaucoup mais je feins. J’ai besoin qu’ils croient que je vais loin, alors que tout m’apparaît très clair. Je continu de rire car malgré tout je ne peux m’arrêter. J’entends des voix, leurs voix. Il s’est allongé à coté de moi. Je le repousse, faisant croire que le délire me fait agir ainsi. Il se lève et part.
- Elle est camée ?
- Oui.

C’est lui qui répond. Son ton et sa réponse me foutent en l’air. Je redescend sur terre et m’arrête de rire. Je regarde le plafond et je lui en veux. Je finis par me relever et rejoindre les autres. Je ne le regarde pas. Nouveau tour de fumée, il en prend aussi et va s’allonger dans la pièce d’a coté avec deux de nos amis. Je ne suis pas d’accord. Je n’aime pas le voir faire ce genre de chose. Ce que je peux faire moi comme choses inutiles et stupides, je ne peux les cautionner chez lui. L’orgueil surement. Je le regarde rire les yeux fermés. Il ferme toujours les yeux. Et je le regarde, j’attend qu’il les ouvre à nouveau. Il rit. Finalement ses paupières se lèvent, vers moi. Je lui jette un regard que je veux méprisant, déçu, triste et cynique. Puis je m’en vais, d’un seul mouvement. Il se lève et me suit.

- Qui a-t-il ?
- Rien.
- Viens on rentre…


_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Mer 28 Jan - 14:22

C'est étonnant cette honnêteté dans ce constat de ce qu'est un couple, un amalgame de silence, une lutte de mutisme, une autre forme de communication. Si les mots sont superflus, si parler c'ets construire, le mortier de ce couple est son vide.

J'aime vraiment la parfaite objectivité que tu as déployée ici. C'est criant de vérité, de réalité et c'ets tout à fait dérangeant en fait de concrétiser ce malaise de façon aussi chirurgicale. C'en est beau ! au-delà de l'hypocrisie des personnages bien sûr ^^


Par contre je trouve très bizarre le rapport que tu entretiens avec les accents sur les voyelles ...
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Nahïs
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 607
Age : 27
Localisation : Où m'emporte le vent
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Lun 2 Mar - 14:58

Je viens de dénicher ce superbe texte Content Vert

Dvb a déjà évoqué ce qui m'a le plus touché, cette connivence silencieuse entre Lui et Elle.


Malaise,
Froideur,
Silence.


Mots stagnant dans l'étendue de mes pensées.


Lilith ne fait pas de bruit, mais quand Lilith écrit... c'est.. à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Lun 2 Mar - 15:57


Citation :
C'en est beau !

Dépeindre "une" réalité est beau.

Quand cette réalité est ancrée dans un doute subjectif et fondé sur l'inexpérience... D'ailleurs tout le temps ce n'est qu'une question de goût. Tu vois de la connivence silencieuse là où je vois simplement une peur de la solitude. Tu ressens un malaise cynique et ironique ? J'y vois simplement de l'égocentrisme. La façon de percevoir le beau reste donc relativement inique.

Citation :
C'est étonnant cette honnêteté dans ce constat de ce qu'est un couple

Très subjectif l'emploi du mot "couple".

Disons que l'idée est bien amenée. Tellement bien amené que je ne comprends pas l'intérêt de l'épisode de la nouvelle année pour dépeindre le sentiment intéressant qui est mis en exergue dans la première partie. J'ai lâché à partir de cette phrase : "Pourquoi cette année serait-elle meilleure qu’une autre ? Si c’était le cas, à force de souhaits on finirait tous mort de bonheur". Why ? Parce qu'on plonge dans le classicisme bateau d'un Vivaldi. Il fallait rester dans la voiture, tout le temps, jusqu'à la fin. Laissez ressentir le doute, l'orgueil, l'ego, et le désir à partir de là - c'est ce qui aurait pu faire toute l'originalité du texte.

Je suis déçu.

Mais je ne doute pas du potentiel et des qualités de Madame Lilith.
Je ne rentrerais pas dans le détail.
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Mar 3 Mar - 12:23

Pas mal de fautes, des fautes d'accord surtout. Pour faire bref, car j'ai des cours à recopier et un commentaire poétique d'Ezra Pound à torcher très très urgemment, je trouve ce texte bon. L'écriture est agréable même si les traits d'esprits que tu sèmes dans ta composition manquent souvent un peu de finesse, ce qui est caractéristique des jeunes écritures. Il y a cependant beaucoup de simplicité et de charme dans ton écrit: il est évident que tu as quelque chose à dire, ce quelque chose présente assez de singularité dans le traitement pour nous donner au moins l'illusion d'une scène vécue, dès lors, la relation de partage entre l'auteur et le lecteur marche très bien. Tu joues sur un rythme saccadé, caractéristique d'une écriture qui sans être follement originale est moderne, il n'y a pas d'enflure verbale, pas d'exercice de virtuosité qui tendrait à nous montrer combien tu écris bien et tu connais de mots savants. Tout cela est très bien, mais je te conseille de prendre garde à ne pas abuser de cette sécheresse d'écriture: une phrase brève, plus une phrase brève, plus une phrase brève, ça finit par ne pas nous amener bien loin, sois plus souple dans la respiration de ton texte, et souviens toi qu'une séquence brève n'a vraiment d'impact qui si elle succède à une séquence plus ample. Question de dosage. Quelque chose m'a particulièrement gêné à la lecture, c'est le côté systématique et parfois un peu gratuit de certaines tournures stylistiques: le parallélisme (ou hypozeuxe) d'une part

Citation :
Tu vois de la connivence silencieuse là où je vois simplement une peur de la solitude. Tu ressens un malaise cynique et ironique ? J'y vois simplement de l'égocentrisme

édition: zut, je me rends compte que ça c'est un parallélisme de Tron, pas de Lilith, attends je t'en trouve un autre

Je redescend sur terre et m’arrête de rire. Je regarde le plafond et je lui en veux.

et surtout surtout l'épanorthose (ou correction) qui consiste à feindre de revenir sur son propos pour l'amplifier, ou l'altérer

Citation :
Et son silence me dit sa colère, sa désapprobation dirait-il
Je veux partir, loin, très loin.

C'est simple, tu en as mis partout, ce qui donne l'impression que l'on a fait le tour de ton écriture dès les deux premières lignes, l'idée d'une certaine pauvreté du style, donc. Pendant que j'y pense, j'aime bien ton attelage au tout début: faire la gueule et faire l'amour. C'est d'ailleurs assez amusant, je trouve que cela détonne un peu avec ce que j'ai pu lire de toi, cela fait très "romancière endurcie", à la Nothomb, quand ton écriture laisse plutôt imaginer une personne, disons, plus tendre. Je me trompe peut-être, après tout mes commentaires sont subjectifs et hétérosexuels.

Ces quelques remarques sur l'écriture ne m'ont pas empêché de prendre du plaisir à te lire, ce qui n'est pas souvent le cas lorsque je fais le tour des bibliothèques. Ce texte se défend, je n'ai à lui reprocher que sa jeunesse. Et contrairement à mes camarades, je ne vois pas dans ce texte qu'un constat désabusé de ce que peut être la vie en couple, j'y vois aussi beaucoup de tendresse, une tension entre l'expensionnisme du sentiment érotique et l'impassibilité d'autrui, cet alter ego - cet autre moi - à la fois pareil et hors de moi. C'est précisément ce poste de lecture qui m'a séduit. La relation entre ces deux êtres est terrible, mais elle a aussi quelque chose de beau, de subtil et de pudique.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Mar 3 Mar - 13:48

Contrairement à tes camarades ?
Je n'ai jamais dit que ce texte n'était pas bon. J'ai dit que la fin me paraissait totalement inutile en comparaison à l'axe central et développé de la scène dans la voiture qui s'articule autour de la phrase "faire la gueule et faire l'amour" qui comme tu le dis justement met en exergue l'émotion développée. Le raccourci qui consiste à dire qu'en lisant les deux premières lignes, on a toutes l'histoire, me paraît intéressant. C'est justement la cause de ce qui amène toutes les erreurs qui suivent et que tu développes.

Sinon mon cher Goldy tu n'es pas obligé de révéler toute la finesse ironique de mes commentaires.

Très Heureux
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Mar 3 Mar - 21:39

Ma remarque s'adressait plutôt à Nahïs et dvb: quant à savoir si l'épisode de la fiesta est en trop, je n'en sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Dounette



Féminin Nombre de messages : 4122
Date d'inscription : 22/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Mer 17 Juin - 14:44

J'ai lu ton texte. Je tenais à te le dire même si je n'ai rien de spécial à en dire. Il est très très bien écrit, avec la juste dose de violence et de réalisme. C'est une tranche de vie extrêmement bien décrite et analysée.

Oui, mais je n'en vois pas le but. Un texte doit il avoir un objectif, une fin justifiée? C'est un débat qui a été déjà lancé, il me semble.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 28
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: Dernière soirée   Mer 24 Juin - 20:34

tout d'abord Dounette, merci pour ta franchise, (et merci aux autres aussi) ensuite j'ai une question à te soumettre chère modératrice ^^

la vie a-t-elle un but ?
doit on toujours ecrire dans un but clair et affiché ?

je ne suis pas sure, comme tu l'as dit il s'agit la d'une tranche de vie rapportée.
je pense pour ma part que la vie se suffit à elle meme et n'a pas de justification à (se) donner.
bien entendu chacun à sa sensibilité et les mots ont tout leur sens là ou celui ci ne se porte pas avec netteté, a mon sens en toux cas.

merci encore pour le compliment sur l'écriture j'essaie de faire de mon mieux et continue d'écrire pour me corriger.
je posterai bientot d'autres choses ^^

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dernière soirée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dernière soirée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [McKinley, Tamara] La dernière valse de Mathilda
» Soirée chatbox à Thème (Miyazaki / Ghibli)
» Images pêle-mêle de la soirée Intel / Adhésia - Geek's So In #2
» Une soirée sympa chez Rop
» Soirée Privée APAS le 30 mai 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: