AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réécriture de de la visite du Louvre dans L'assommoir; changer de narrateur : un gardien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Innomable

avatar

Masculin Nombre de messages : 246
Age : 25
Localisation : Disparu là où il est dur de disparaitre...
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Réécriture de de la visite du Louvre dans L'assommoir; changer de narrateur : un gardien   Mar 20 Jan - 12:10

    - Ils arrivent.
    - Ils partiront bientôt.


Les portes de la galerie d’Apollon étaient déjà ouvertes quand ils les atteignirent. D’un seul pas ils avançaient, d’une seule voix ils parlaient, d’un seul regard ils évoluaient et d’un seul souffle ils passaient, sur mes trésors. Les petits cris plaintifs, de ces petits moineaux, qui, à l’inverse des nonnes, délaissent l’esprit, et préfèrent le corps. Leurs corps gras et lourds au milieu de leurs vides, qu’ils ne préfèrent voir, qu’ils ne préfèrent voir.

    - Au moins, ils déplacent la poussière.
    - Je n’ai rien à dire.


Et pourtant, et pourtant ils enterrent ces œuvres, comme ce parquet, la beauté leur fait face, mais ils n’en veulent pas, ils ne cherchent que leur être (mystérieux disparu), ils ne cherchent que leur être, et il n’existe pas. Les oiseaux sans plumages voient les fusillés ; mais ce n’est qu’un prétexte pour au mieux observer, les phalanges sans peur, pour qui sait les trouver, et, un marchand de café, de jambes levées, d’esprits encrassés.

    - Ils se vident et cela leur plait.
    - Les voici maintenant au salon carré.


Pour eux, le mariage est heureux. Ils n’ont guère besoin de se chercher, ils sont là. Les oiseaux au regard crevé s’émerveillent devant tant de beauté. Ils crient, ils hurlent, ils sont à eux. Ce qu’ils ne peuvent voir, maintenant est à eux, car tout leur appartient quand au détour du chemin il n’y a plus, d’imprévu.

    - La mère gesticulent.
    - Il n’y a pas d’erreur.


Le flot et la masse sont des singuliers. Eux aussi. A ces demi-humains, venus, contempler les déchets des Hommes, je n’ai qu’une chose à dire, et pourtant, je me tais. Mais si ta tente, ta maison, ta machine, ta
tante est la Joconde, elle sera toujours même. Tant qu’il y a chute, il y a Joconde, mais Léonard fut plus gentil, il mit un pont, et pour vous je n’en ai.

    - Ils sortent.
    - Ils entrent.
    - Et quand leurs yeux voient des fantômes.
    - Des corps.
    - Des corps.
    - L’unité n’est plus


Le cérébral nous tue. Eux aussi. A ce qui fut à eux, ils préfèrent le mouvement. Les pinceaux et leurs poils humides mélangent les couleurs. Et c’est finalement cela qui leur plait. Ils savent, quelquefois, au plus profond de leur gorge, qu’ils ont échoué. Ce n’est pas grave, nous allons nous recréer, et cela marchera.

    - Et cela marchera.
    - Et cela marchera.
    - Et cela marchera.
    - Et cela marchera.


Simplification

Des yeux sur une peinture.

…plification.

Une main devant une bouche

…cation.



Absence de simplification.


- Nous avons passé une très bonne
après-midi !
- Excellente visite.
- Excellent guide oh oui !

    -
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Réécriture de de la visite du Louvre dans L'assommoir; changer de narrateur : un gardien   Mar 20 Jan - 22:16

(c'est un superbe sujet pour un devoir, bonne initiative du mentor concerné)
Revenir en haut Aller en bas
 
Réécriture de de la visite du Louvre dans L'assommoir; changer de narrateur : un gardien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite du musée du grand bunker à Ouistreham
» Visite des loups au parc Alpha
» La lecture, seulement un moyen d'évasion ?
» changer la police d' ecriture d' un theme
» Sortie Chocolaterie Bordeaux le 01-avril-2012 - Les Photos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: