AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une fin d'année pas comme les autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ramalok



Masculin Nombre de messages : 168
Age : 25
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Une fin d'année pas comme les autres...   Ven 23 Jan - 22:49

[hrp] Ce texte m'est venu quand j'étais dans le métro parisien à la même date que celle du texte. [/hrp]

Paris, 31 décembre 2008
11h30 du soir

« Toute ta vie tu as été entrainé pour ça. Tu es né pour ce jour et ce jour est aujourd’hui. Fais nous honneur ce soir ! »

Ces paroles tournent en boucle dans ma tête, elles me hantent presque.
Je marche déjà depuis une heure. J’ai mal au pied, j’ai un creux dans le ventre et ma tête me fait mal en bourdonnant de mille et une pensées. Seul l’air frai qui me fouette violemment le visage me maintient en éveil et en état de marcher.

Il y a deux heures, j’avais reçus un coup de téléphone chez moi. Après deux minutes d’explication je raccrochais le combiné. Je montais lentement les marches puis sans un mot je me prépara. Dès que j’eu terminé, je parti en expliquant rapidement à ma femme le pourquoi du comment. Je la sert fort dans mes bras quelques minutes en lui soufflant des mots d’amour puis je me retrouva dehors sur le pas de la porte, laissant ma tendre aimée et mes deux anges à la maison. Ma femme sait pourquoi je suis parti, elle me fait confiance. Ce que je vais faire est très important pour moi. C’est d’ailleurs la seule à croire en moi ces derniers temps.

Je fends la foule noire qui m’environne. De multiples langues, toutes plus différentes les unes que les autres, me parviennent dans un brouhaha incompréhensible. Suis-je encore à Paris ? Oui, j’aperçois la Grande Tour au loin. Je m’arrête pour la contempler cinq petites minutes. Quelle est majestueuse avec ses poutres d’acier qui montent en essayant de toucher le ciel. Le ciel … ça doit être une sensation extraordinaire que de pouvoir voler. Sentir les vents ascendants et descendants sous mes ailes. Un jour j’espère être parmi eux.
Un frisson me parcourt et me tire de ma rêverie. Je regarde ma montre 11h40. Je suis en retard.
J’accélère le pas. Une grande bouche sombre s’ouvre soudain sous mes pieds et m’engloutie. Même sous terre il y a des centaines d’ombres noires. Elles sont exaspérantes, elles me ralentissent. Je marche le long de ces couloirs illuminés de joie, ce soir est un grand soir.
J’entends le crissement strident du ver de métal qui arrive. Les portes s’ouvrent et je monte à bord d’un petit saut.

Comme par miracle, à moins que ça ne fût prévu d’avance, je trouve une place de libre. Est-ce un hasard ? Non, je ne pense pas. Le Plan s’en tenir au Plan. Je l’avais presque oublié le Plan.
Un ricanement nerveux jaillit du fond de moi-même. Il est 11h55, c’est bientôt l’heure. Mes mains tremblent et j’ai la george noué. Respirer un grand coup et expirer lentement telle est la clé. Un homme en face de moi me regarde fixement. Qu’est-ce qu’il me veut celui là ? Il n’est pas normal. Il me fait un peu peur à me fixer comme cela.

Soudain ses yeux s’agrandissent. Il se lève avec un air menacent. Je suis son regard et je tombe sur ma ceinture « toute neuve ». Je regarde rapidement ma montre, affolé, 11h59 il est temps. L’heure est venue de faire ce pourquoi je suis né. L’homme s’approche de moi, une lueur de peur dans les yeux.
Je me lève, un petit cylindre en métal dans ma main droite avec un bouton dessus. Les ombres autour de moi s’agitent. Je dois le faire maintenant. L’homme parmi les ombres accélère le pas, horrifié par ses pensées, bousculant tout le monde sur son passage.
Je le regarde droit dans les yeux et je souffle :
-Allah wagba.

J’ai bien agit, Allah sera fière de moi. Ma dernière pensée fut pour ma famille.



[hrp] Dans le métro j'avais l'impression que c'était si facile pour eux de rentrer et de faire énormément de dégats un soir de fête où tout le monde est de sorti. Bref je vous laisse réagir.

J'ai eu beau me relire plusieurs fois, il doit rester des fautes et ma plume n'est pas parfaite mais je suis ici pour entendre vos remarques (mêmes cinglantes) pour m'améliorer. [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Une fin d'année pas comme les autres...   Mer 28 Jan - 13:07

Remarque cinglante à propos de la conjugaison :
Citation :
je parti
Je la sert
je me prépara
je me retrouva
peux mieux faire ^^

A propos de conjugaison, le changement de temps, qui oscille entre passé, présent, narration directe, rendu extérieur... c'ets un peu déstabilisant je trouve dans le second paragraphe.


Sinon, quant à l'histoire elle-même, c'est vrai que la psychose est bien entretenue par les média et par l'Etat, on ne risque pas d'oublier qu'on doit avoir peur... une logique d'asservissement comme celle-ci c'est tellement pratique et profond qu'on la retrouve même dans ton imaginaire ^^

Par contre je ne suis pas sûr qu'un fanatique se poserait autant de questions existentielles, je ne suis pas sûr qu'il garderait sa famille à si courte distance de son action, tout comme je ne pense pas qu'il ait cette vision des choses, se ressenti aussi vif, vivant, positif et occidental de ce qui l'entoure. Ici on a plus l'impression qu'il agit un peu malgré lui, qu'il n'est pas très convaincu. Un coup de fil, un ordre liminaire et une petite ballade digestive sur le trocadéro en amuse-bouche, j'ai du mal à me représenter le personnage en fait.

Mais c'ets une question d'interprétation. Je pense que tu es parti plus du présupposé de ton propre ressenti (que tu énonces d'ailleurs plus ou moins en introduction), ce qui fait que toutes ces "visions extérieures" ne s'intègre pas vraiment au personnage que tu décris, mais plus à la peur qu'il t'inspire. En fait, en gardant les mêmes mots, la même trame, tu aurais très bien pu figurer l'homme de la rame de métro, qui essaie de s'enfuir au dernier moment.

Sinon au niveau du style et de l'écriture, c'ets clair et maîtrisé.


On écrit pas plutot "Allahou akbar" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Ramalok



Masculin Nombre de messages : 168
Age : 25
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Re: Une fin d'année pas comme les autres...   Mer 28 Jan - 15:58

Alors pour les conjugaison effectivement c'est impardonnable la honte!!!

Sinon pour le terroriste disons que j'ai un peu trop regardé 24h chrono ^^ où il y a des terroristes à profusion et partout. (d'ailleurs je me suis basé sur la saison 6 car il y en a un qui rentre dans un métro mais je vous en dirais pas plus, il faut le voir sauf si on n'aime pas ^^)
Par contre c'est vrai qu'après une relecture (en ayant lu ton commentaire) on ne le sent pas totalement convaincu.

Sinon il ne m'inspire pas vraiment de la peur (ou alors inconsciemment) mais c'est juste que je me posais la question. Après s'il se fait sauter dans le métro tout se passera vite et je sentirais rien donc... Je prends ça un peu à la légère mais je préfère le prendre comme ça que vivre tout le temps sous le poids de la peur comme tu le dis.

Et sinon j'ai demandé à un ami comment ça s'écrit, c'est exactement : Allaha akbar (tu y étais presque ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une fin d'année pas comme les autres...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une fin d'année pas comme les autres...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un vendredi pas comme les autres,... à St Claude.
» Un moteur de recherche pas comme les autres !
» Un enterrement pas comme les autres
» L'amour est une arme comme les autres.
» Sherlock Holmes. Un Noël pas comme les autres. Holmes/Watson. Drabble. G.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: