AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La folie de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chikoun
Coordonnateur Littéraire


Masculin Nombre de messages : 4729
Age : 26
Localisation : Dansant sur un fil, une framboise à la bouche.
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: La folie de la nuit   Sam 5 Jan - 5:08

Selios cherchait désespérément un sujet pour son texte... Il avait envie de faire quelque chose de nouveau, de beau, d'inattendu... Mais il ne parvenait pas à trouver le sujet. Il avait déjà écrit de nombreux poèmes, genre dans lequel il excellait, quelques nouvelles, mais toutes plus fades les unes que les autres. Ce matin là il s'était réveillé avec le sentiment qu'aujourd'hui était un jour spécial, le jour où il aurait l'inspiration tant recherchée pendant toutes ces années.

Aussi bien dans le but de s'aider dans sa réflexion que par pure habitude, il s'empara instinctivement de son stylo de jonglage préféré. C'était son favoris, en effet, mais plus par sentimentalisme que par perfection. Il n'étais ni beau, ni bien équilibré, ni rien du tout ; c'était seulement son tout premier.
Un simple effaceur, les embouts alourdis et fixé grâce à du ruban adhésif rouge au corps vulgairement râpé à coups de ciseaux d'école afin de le faire mieux accroché à ses doigts et lissé à force d'utilisation. Le ruban faisait aussi le tour du stylo et faisait ressembler le tout à un sucre d'orge des mondes merveilleux des histoires pour enfants. Alourdit par cette technique qui créait deux « cylindre » de ruban adhésif à chaque extrémité et non par d'autres plus belles et pratiques mais moins simples à réalisées, le stylo au design ridicule empêchait Selios de réalisé certaines figures compliquées mais convenait parfaitement pour ses figures préférées, qu'il réalisait sans y penser.

Tout en réalisant un enchaînement plutôt simple il aperçut une étincelle au fin fond de son esprit. La lueur se transforma rapidement en soleil aveuglant dans son âme et il sut alors ce qu'il devait faire.

Selios bondit de son fauteuil et sortit en trombe de la maison sans prendre le temps de dire à son père où il allait. Cet élan de génie le conduisit tout droit dans la grande librairie de la ville, où il fonça directement au rayon fourniture scolaire.
Arrivé devant les stylos il fouilla fébrilement dans les bacs, les rangées, les étagères. Là ! Ce stylo noir avait un corps parfait ! Ces formes si belles ! Il lui fallait ce corps ! Et Ici ! Quels embouts magnifiques et superbement équilibrés ferraient ces bouchons s'adaptant en plus à la perfection au corps sublime de l'autre stylo ! Là-bas ! Ces grippes aux couleurs délicieuses ! Ils serraient idéaux !
Il prit le plus de stylo de chaque sorte désirée qu'il en pouvait porter dans ses bras, achetant au passage un cutter neuf. Peut lui importait le prix.

Arrivée chez lui il se précipita dans sa chambre et ferma la porte à clef. Il ne voulait en aucun cas être déranger. Il débarrassa son bureau de tout le fouillis qui s'y trouvait et y renversa le précieux contenu de son sac.

Pris par la même frénésie que dans le magasin il entreprit de les trier par type et par combinaison de couleurs, chaque groupe étant composé d'un stylo « corps », de deux « grippes » et de deux « embouts ». Après de longues minutes de réflexions et de nerveuses délibérations solitaires il opta pour un mélange de noir et de blanc que son esprit voyait déjà réalisé.

Il passa toute la nuit à travailler sur ses stylos, décollant les grippes, extrayant les cartouches d'encres, montant le tout, découpant au dixièmes de dixième de millimètre près des figures complexes dans les grippes afin de les remplacer par une autre couleur, ciselant si finement le corps en des figures tout aussi belles et parfaites qu'on aurait pu les croire réalisé par un maître.

Le matin venu, il n'avait toujours pas dormit. Il avait enfin finit son oeuvre, et attendait impatiemment le levé du soleil afin d'observer son chef-d'oeuvre à la lumière naturelle. Elle était si belle, si parfaite... Il avait fait un travail merveilleux, il était fier de sa création.

Mais ce que l'astre de vérité lui révéla quand il éclaira son nouveau stylo le fit tomber dans un désarroi sans borne. Ce que dans sa folie et son excitation il avait prit pour une oeuvre parfaite, se trouvait être en fait tout autre... Non ce n'était pas comme ça qu'il l'avait imaginé...

Le lendemain il retourna à la librairie faire le plein de stylo et se remit au travail la nuit venue. Le matin le remplit d'autant plus de désespoir qu'il pensait avoir réussit. Il recommença son manège le lendemain, et le surlendemain.

Chaque nuit tentant de réaliser ce que voyait son esprit. Chaque matin le soleil lui apportant une autre source de mépris. Maudissant l'astre de raison d'une haine sans nom. Bénissant son départ d'une funèbre oraison. Chaque jour s'enfonçant un peu plus dans la folie. Chaque nuit tombant un peu plus dans l'oubli.
Tout espoir apporté par le maquillage trompeur des ténèbres, se voyait au matin douché par la claire vérité. Tous les noirs mensonges de la nuits, de la blancheur du jour se voyaient éclaircit.


Jamais il ne songea à travailler à la douce lumière de l'astre de vérité.
Jamais il ne sortit de la folie dans laquelle il s'était plongée.

_________________
BlablaBlaÏsme
Revenir en haut Aller en bas
 
La folie de la nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ONE SHOT] Nuit de folie!!!
» nuit torride...
» La dernière nuit
» Cette nuit...
» Songe d'une nuit d'été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: