AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les ténèbres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Green Partizan
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Nombre de messages : 3948
Localisation : Ici, c'est Saint-Denis.
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Les ténèbres.   Dim 15 Mar - 14:14

Il est là, assis sur son lit, la mine triste sous sa barbe hirsute.
Paul Van Vuuren. Quarante-neuf ans, lourdement endetté et vagabond. Alcoolique.
Un "sans domicile fixe", comme dit le politiquement correct.

L'infirmière discute avec le médecin. "Monsieur Van Vuuren" a été "ramassé" et amené ici en état de coma éthylique. C'est la quatrième fois cette année.
Le médecin paraît agacé, presque en colère. Paul s'en fiche, lui. Il sait que cet homme le méprise sans doute, mais cela l'indiffère complètement.

Paul Van Vuuren était écrivain. "Un artiste raté", c'est ce qu'on dit les éditeurs qui refusaient tous de le publier. Pourtant il a espéré, il n'a pas abandonné. Qu'est-ce qu'il aurait pu faire, lui qui a deux mains gauches, et une sainte horreur des mathématiques ? L'école ne lui a jamais réussi. Puis c'est tellement beau de vivre sa passion, de vivre de sa passion.
Le roman dont il était le plus fier et plein d'espoir parle d'un petit garçon au temps de la guerre, pris malgré lui dans la résistance. Un combattant courageux pour la patrie, qui voit les atrocités de la violence à travers son prisme de jeune garçon naïf et innocent. Une jolie histoire qui finit bien, avec des rebondissement et du suspens, des sentiments, de l'action, un message à faire passer.


"Votre thème est Has Been."


Le médecin et l'infirmière semblent en grande discussion. Paul connait la chanson, maintenant. D'ici quelques minutes, on va lui demander de partir, puisqu'il est à nouveau conscient et peut marcher. Une sorte de cercle qui se reproduit encore et toujours.
L'infirmière hoche la tête. Le médecin lui caresse le menton délicatement, puis s'en va. Paul fait une esquisse de sourire, sous son piteux ornement. Les hommes et les femmes sont amusants.

L'infirmière s'approche de lui. C'est le moment, Paul descend du lit.

"Non non monsieur Van Vuuren, remettez-vous sur le lit, allongez-vous".
Paul ne comprend pas, mais s'exécute. L'infirmière referme les rideaux autour, s'approche de la tablette. Elle a de jolis cheveux blonds constate Paul, qui contemple son dos. Elle se retourne. "C'est l'heure de la piqûre, monsieur Van Vuuren." Paul grimace. "Depuis quand je dois avoir une piqûre ? D'habitude, on me donne juste des cachets et on me laisse partir". L'infimière le coupe sèchement. "Ne discutez pas monsieur Van Vuuren !"

"Mais qu'est-ce que c'est, cette seringue, qu'est-ce qu'il y a dedans ?" proteste Paul. L'infirmière fait un gros travail sur elle pour se maîtriser, il le voit bien. "C'est pour votre bien". "Je ne suis pas d'accord, mademoiselle, dîtes-moi ce qu'il y a dedans !"
L'infimière finit par le piquer dans le bras. "Maintenant, tenez-vous tranquille. Vous pourrez sortir un peu plus tard". Paul est très énervé, mais se tait. Il n'a pas envie d'avoir d'ennuis.

Le sommeil le prend, peu à peu. L'infirmière a dû lui administrer du somnifère. C'est étrange.
Il se sens très mal, tout à coup. Il a envie d'appeler quelqu'un, mais il se sent bien trop faible pour tirer la sonette, même pour crier.
Il se sent partir.

Puis les ténèbres.

_________________
.


Dernière édition par Green Partizan le Mer 1 Juil - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ténèbres.   Dim 15 Mar - 14:38

Je sors le chien et je reviens dire un mot de ce texte.
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ténèbres.   Dim 15 Mar - 15:54

Haha, maintenant je peux taper mes commentaires sur word: c'est plus clair, plus espacé, et je n'ai pas à cisailler mon texte parce que le logiciel par défaut ne prend pas en compte les retours à la ligne. Bref.

J'ai trouvé ce texte agréable: d'abord parce qu'il est bref, va droit à l'essentiel, ensuite parce que le style est fluide, moderne, il n'y a pas de lourdeurs ni d'envolées lyriques hors de propos. Il prend l'allure d'une dénonciation du corps social, dénonciation qui sans être bouleversante d'originalité est conduite de manière honorable. Il y a malheureusement des sujets qui appellent à être répétés, même s'ils ont déjà été dits. J'ai eu très très peur je te l'avoue en arrivant à la fin, lorsque l'infirmière sort sa seringue, de la manière dont tu tournerais ta chute. Dans ces moments il faut rester sobre, suggestif, elliptique et ne surtout pas profiter de l'occasion pour faire un gros plan sur le moribond et ponctuer tout cela de quelques métaphores de derrière les fagots. Une fois encore, tu t'en es sorti honorablement: pour commencer la mort n'est pas évoquée, même s'il me semble que les deux derniers paragraphes sont un peu de trop, et notamment le coup des ténébres.

Il y a assez peu de fautes de style je l'ai dit, mais il y a assez peu de faute d'orthographe également, j'en ai relevé quelques unes:
Citation :
C’est ce qu’ont dit les éditeurs
Ici ce n'est pas le pronom impersonnel "on" mais l'auxiliaire avoir à la sixième personne: ce qui t'a induit en erreur c'est l'inversion du sujet et du verbe provoqué par le clivage de la phrase (c'est ...).
Citation :
avec des rebondissements
Un pluriel qui saute, grand classique, bienvenue au club.
Citation :
dîtes-moi ce qu'il y a dedans
Avec un accent circonflexe sur le verbe "dire", c'est du passé simple (nous dîmes, vous dîtes, ils dirent), or ici il s'agit plutôt d'un impératif présent (dites).
Citation :
L'infimière finit par le piquer dans le bras.
Et bam la faute que j'avais pas vu et que Word m'indique (han, je suis heureux de te retrouver mon p'tit traitement de texte) il manque un "r" à "infirmière".

Là on a fait le plus dur, il reste un petit quelque chose qui me gêne: tu as tendance à employer des tournures syntaxiques que tu ne maitrises pas vraiment, du coup, sans aller jusqu'à parler de fautes, il y a un certain nombre de maladresses dans ton écrit auxquelles je suis sensible.
Citation :
Il sait que cet homme le méprise sans doute
Le verbe "savoir" s'accorde assez mal avec le modalisateur "sans doute": soit il sait, soit il n'est pas sûr, ou encore il croit savoir, mais il n'est pas sûr d'être "sans doute" méprisé.
Citation :
Le roman dont il était le plus fier et plein d'espoir
Le roman dont il est le plus fier, ok, mais le roman dont il est plein d'espoir, ça c'est pas français. Tu ne peux pas mettre sur le même plan syntaxique "le plus fier" et "plein d'espoir", parce que ces deux syntagmes n'ont pas la même construction. "Le roman dont il est le plus fier et pour lequel il nourrit le plus d'espoirs", c'est affreusement lourd, mais c'est correct et assez fidèle à ton idée: à toi de trouver mieux.
Citation :
Un combattant courageux pour la patrie
Ici la maladresse tient de l'ambiguité de cette phrase: on est "combattant pour la patrie" mais pas "courageux pour la patrie", du moins il y a des façons bien plus élégantes de retranscrire cette idée. En intercalant l'adjectif "courageux" entre le nom principal "combattant" et son complément "pour la patrie", tu crées une flottement qui n'est pas très heureux. Ce qui est embêtant aussi c'est qu'il une structure toute faite pour exprimer ce genre de choses: "combattre pour la patrie". Du coup quand on lit ce que tu écris, on a cette construction à l'esprit, et ce souvenir nous fait sentir ta propre phrase comme un détournement de l'expression séculaire. Détourner une expression toute faite est (presque) toujours maladroit.
Citation :
son prisme de jeune garçon naïf et innocent
Il n'y a pas de "son prisme" qui tienne: on dira "à travers le prisme" (un peu lourd) ou "au prisme". C'est encore une expression toute faite qui supporte mal d'être bousculé.
Citation :
Une sorte de cercle qui se reproduit encore et toujours.
Ca c'est une belle tautologie: le cercle est une métaphore in absentia qui traduit l'idée de répétition, or un cercle qui se reproduit "encore et toujours", c'est un poil redondant. En revanche tu peux faire le contraire: commencer par dire qu'une action se reproduit encore et toujours, et préciser ensuite "à la manière d'un cercle", là ce n'est plus une redondance mais une illustration métaphorique de ton propos (j'allais dire "illustration imagée", mais pour le coup, c'est aussi un pléonasme, comme quoi il faut se méfier des nombreuses significations des mots: l'image au sens pictural et l'image au sens stylistique).
Citation :
L'infirmière referme les rideaux autour
Autour de ? Je comprends bien ton idée, tu essayes de donner un tour un peu familier à ton écriture pour illustrer la simplicité du personnage, sa médiocrité sympathique, mais là c'est un peu choquant.
Citation :
L'infiRmière finit par le piquer dans le bras.
Là je n'étais pas très sûr de moi, j'ai demandé l'avis de ma mère qui travaille dans le médical: on ne pique pas "dans", on pique quelque chose. L'usage du verbe est intransitif lorsqu'il s'agit de faire une piqûre. "L'infirmière finit par piquer le bras".

Je crois avoir fait le tour des maladresses, je finis par deux petites choses qui m'ont beaucoup plu.
Citation :
L'infirmière hoche la tête. Le médecin lui caresse le menton délicatement, puis s'en va.
Je trouve le commentaire horrible: la tendresse de ce médecin pour l'infirmière, suggérée par un geste anodin, rend d'autant plus preignant je trouve la solitude du protagoniste et son rejet du corps social: "allez on le tue, c'est qu'un mauvais moment à passer". Il y a aussi un peu de ce topos du médecin libidineux et de son infirmière nymphomane, qui rend la scène assez ignoble.
Citation :
C'est l'heure de la piqûre, monsieur Van Vuuren.
Ca c'est très drôle: cette petite phrase préconstruite qu'on a tous entendu infantilise le protagoniste et rend, de manière ironique, l'idée de meurtre plus choquante.


Dernière édition par Goldmund le Dim 15 Mar - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Green Partizan
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Nombre de messages : 3948
Localisation : Ici, c'est Saint-Denis.
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Les ténèbres.   Dim 15 Mar - 16:07

Eh bien.

D'abord, merci beaucoup d'avoir commenté mon texte. Content Vert
Ca fait plaisir de voir que tu l'as apprécié.

Pour les fautes que tu as relevé, je me suis rendu compte en te lisant que je n'avais pas fait de vérification orthographique comme d'habitude. Donc, si on exclu l'accent circonflexe sur "dites", le reste n'est que maladresse et/ou faute de frappe. Ca m'apprendra à oublier de me corriger !

Pour les tournures, toutes celles que tu as relevé m'avaient également interpellé. Je veux dire que je n'étais pas toujours sûr, soit que la construction était vraiment correct, soit qu'elle était "esthétique". Donc je ne suis pas surpris que tu les ai relevé, et je te remercie de m'avoir donné quelques remèdes. Content Vert

Voila voila. Heureux

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Devil May Cry

avatar

Masculin Nombre de messages : 32
Age : 27
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Les ténèbres.   Dim 15 Mar - 19:31

Hé bien, sympa comme tout!
A vrai dire, je n'ai jamais pris le temps de venir voir les nombreux écrits de Ter Aelis, mais ceci m'encourage.
Loin d'être spécialiste en la matière, mon commentaire n'ira pas plus loin.
Bravo en tout cas =)
Que la conquête aux écrits divins commence.
Revenir en haut Aller en bas
Astriel
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 1932
Age : 28
Localisation : Au beau milieu d'un champ de bouteilles \o/ Nyaaa
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Les ténèbres.   Mar 8 Sep - 16:19

Sombre à souhait pour une chute ignoble et Horripilante.
Pour tes inquiétudes, ne t'en fais pas, ça ne sera pas long, juste le temps d'un picoti Demon oui

_________________

~*~

By AligbAïe
°~o~°
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ténèbres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ténèbres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés
» [Lovecraft, H.P] Celui qui chuchotait dans les ténèbres
» [King, Stephen] La part des ténèbres
» [Rendell, Ruth] Le lac des ténèbres
» [L'Homme, Erik] A comme Association - Tome 1: La pâle lumière des ténèbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: