AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le rat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Le rat.   Mar 14 Avr - 0:30

Relent nauséabond du fromage en putréfaction. Le rat savait grâce à son nez aiguisé combien il lui serait fâcheux de s'y laisser prendre. Ses vibrisses frétillantes l'y exhortaient cependant. A moins que ce ne fût l'inverse ; ses sens le trahissaient.

Il avait faim. De cette faim qu’une pitance ordinaire n’aurait pu aisément satisfaire. Choisissant de se montrer fidèle à sa réputation, il fit mine de sortir ses crocs pour ronger le bois qui lui était offert.

Crrr, crrr, crrr.


Ce goût n’était pas pour lui plaire. Et cette odeur de plus en plus forte. Il n’arrivait plus à réfléchir : c’était un rat pourtant !

Trop tard, il l’avait vu. Un poil plus haut. A disposition. Il ne lui restait plus l’ombre d’une hésitation. Sûr de sa puissance, il s’y jeta.


_________________


Dernière édition par Aligby le Jeu 16 Avr - 0:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 1:01

Citation :
Le rat savait grâce à son nez aiguisé combien il lui serait fâcheux de s'y laisser prendre
Un peu alambiqué.
Citation :
Ses vibrisses frétillantes l'en exhortaient cependant.
"L'y exhortaient". Le pronom adverbial "en" répond à la question "quoi ?/ à quoi ?" tandis que le pronom adverbial "y" répond à la question "qui ? à qui ?".
Citation :
De cette faim qu’une pitance ordinaire n’aurait pas pu aisément satisfaire
"Pas pu", c'est vilain. "N'aurait pu satisfaire".
Citation :
pour ronger le bois qui lui était offert.
On dira plutôt "qui s'offrait à lui", c'est moins lourd.
Citation :
Ce goût n’était pas pour lui plaire
Je suis pas sûr que ce soit correct, l'expression consacrée étant "n'était pas pour lui déplaire". Il y a en tout cas un côté très vieillot et un brin pédant dans cette formulation.


L'histoire est rigolote, elle gagnerait à être rédigée avec plus de légèreté: tu as opté pour la phrase brève et un style elliptique, des onomatopées qui rendent le tout plus vivant, mais la complexité de ta syntaxe, de ton vocabulaire, la surabondance d'adjectifs, l'archaïsme de certaines construction et le recours à des temps verbaux rares - je pense surtout à l'imparfait du subjonctif - viennent peser à l'autre bout de la balance. Au final, on se retrouve devant quelque chose d'assez bizarre, comme une fable aligbyesque, quelque chose d'original et de singulier, mais de finalement assez hétérogène.


Dernière édition par Goldmund le Mar 14 Avr - 1:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dounette



Féminin Nombre de messages : 4122
Date d'inscription : 22/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 1:03

Cela ressemble à un coup de gueule, un coup de sang, mais je n'en vois pas le sens ...
Revenir en haut Aller en bas
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 1:13

Citation :
Citation :
De cette faim qu’une pitance ordinaire n’aurait pas pu aisément satisfaire
"Pas pu", c'est vilain. "N'aurait pu satisfaire".
Entièrement d'accord avec toi, d'ailleurs, mon premier jet était ainsi, c'est en modifiant un mot que je l'ai ajouté : toujours une erreur.
Citation :

Citation :
pour ronger le bois qui lui était offert.
On dira plutôt "qui s'offrait à lui", c'est moins lourd.
Citation :
Ce goût n’était pas pour lui plaire
Je suis pas sûr que ce soit correct, l'expression consacrée étant "n'était pas pour lui déplaire". Il y a en tout cas un côté très vieillot et un brin pédant dans cette formulation.

Je plaide coupable : il y a un débat sur les sons récemment, je crois qu'en écrivant, je me laisse bercer par certains d'entre eux (satisfaire, plaire, offert), au final c'est assez pompeux. Sinon pour le sens, il est bien celui que je lui ai donné "pas pour lui déplaire" reviendrait à dire que ça lui plait (double négation, tu connais ça), ce n'était pas le cas ici. Mais comme tu le répètes souvent, détourner une expression n'est pas une bonne chose, au quel cas, j'ai fauté. Et les formulations vieillottes et moi...

Goldmund a écrit:
Le dernier paragraphe est bien.

La phrase la plus terrible du commentaire, à mes yeux. Tire la Langue
Je le reprendrai peut-être plus tard.
Citation :

je n'en vois pas le sens ...

J'en vois tout plein, rien que pour moi. A voir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 1:45

Citation :
Le dernier paragraphe est bien.
C'est pour éviter l'ambiguité que j'ai édité mon commentaire et retiré cette phrase. Je ne veux pas dire que le reste du texte est mauvais, simplement que c'est le dernier paragraphe qui me semble le mieux réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 10:37

Moi j'aime beaucoup.

Citation :
De cette faim qu’une pitance ordinaire n’aurait pas pu aisément satisfaire.

Une brève fable qui aurait plutôt sa place dans la bibliothèque poétique. Par contre on peut aisément noter les erreurs de syntaxe et un style à épurer un petit peu plus.

Je ne suis pas d'accord sur la correction de Goldmund en ce qui concerne le "qui s'offrait à lui". Il suffit de substituer "qui lui était offert" par "offert". Quant à rendre pédant c'est un point de vue que je ne partage pas. Tiens vendredi au boulot en sortant "je suis coutumier du fait", on m'a pris pour un mec au langage recherché... Si l'absence de culture chez les uns devient de la pédanterie, autant se pendre directement. Ce n'est pas à mon sens une justification suffisante. Très sérieusement ! Ce goût n'était pas pour lui plaire. C'est plutôt bon à mon sens d'avoir évité l'affligeante banalité d'un "Ce goût ne lui plaisait pas". Et ce n'est qu'un "brin" de pédanterie, donc de mon point de vue, un atout, plus qu'un défaut.
Revenir en haut Aller en bas
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 10:59

Tr0n a écrit:
Une brève fable qui aurait plutôt sa place dans la bibliothèque poétique. Par contre on peut aisément noter les erreurs de syntaxe et un style à épurer un petit peu plus.

J'ai hésité entre les deux. Il est vrai qu'un rat en partie poésie, ça en eût jeté ! (oups, pardon).
Je vais tâcher de reprendre le tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 11:24

L'absence de culture chez le français moyen tend en effet à généraliser les accusations de pédanterie. Mais ça, finalement, on s'en fout: qu'on soit pédant parce qu'on le mérite ou parce que les autres sont cons, on reste pédant. En outre, nous savons parfaitement quel est l'effet produit par les mots que nous employons; la pédanterie ne se subit pas, elle s'exerce en connaissance de cause. Je tiens beaucoup pour ma part à préserver une pointe de pédanterie, je tiens aux "précieux" qu'on me balance de temps en temps, l'oeil moqueur. On est obligé de passer par là si l'on veut s'instruire un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 13:01

Grimaud, c'est pédant.

Mais offert quand même. Voyons.
Revenir en haut Aller en bas
Franz

avatar

Féminin Nombre de messages : 3379
Age : 26
Localisation : Les Biscuits Roses
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 13:07

Une semaine sans que Goldy ne parle de syntaxe, ne cite quiconque, ne corrige les fautes.
Croyez-vous cela possible ? Très Heureux
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 13:56

Oui parfois il disparaît pendant des mois, genre il a une vie sociale notre petit Mooglie.
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 13:57

Moi j'aime pas beaucoup ton "offert", Tron: la phrase manque d'ampleur, elle devient trop tranchante. "Pour ronger le bois offert". Et tu sais Franz, quand on commence la syntaxe, c'est comme une drogue, on peut plus s'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 14:02

Le "offert" est une option parmi d'autres. Au fer ? Enfer ? Ô faire ! Enfin bon, en revoyant la structure de la phrase on peut évidemment faire bien mieux. Qui l'eût cru ! Quant à ta drogue, nous savons tous que tu préfères la syntaxe au sexe. C'est une évidence. De toutes façons Mooglie bien que n'étant pas asexué reste un disciple de Baloo et Baguera. Ne l'oublie pas.

Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 14:06

A défaut de m'épanouir dans la vie conjuguale, je sais conjuguer le verbe "épanouir" à tous les temps et tous les modes. La syntaxe, c'est un peu comme la vie en couple: il faut contruire (taxis) ensemble (syn).
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 14:59

Il est où le rapport ?

* aie confiance crois en moi... Que je puisssse veiller sur toi *

Comme dans taxi ... dermiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 14 Avr - 15:29

Taxidermiste, littéralement "construire avec des peaux".
Revenir en haut Aller en bas
Rodram



Masculin Nombre de messages : 5651
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Mar 19 Mai - 15:37

Aly qui poste un texte. On aura presque tout vu.
Enigmatiquement, qui plus est.
Rhâ.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ter-aelis.com (un jour)
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 20
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Le rat.   Ven 22 Mai - 1:12

Perso, je ne trouve pas beaucoup d'intérêt à ce texte. C'est marrant, mais c'est tout.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Jarod
Rôliste


Masculin Nombre de messages : 1230
Age : 32
Date d'inscription : 01/04/2009

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le rat.   Ven 22 Mai - 10:01

Comme un abstrait dont seul l'artiste a la clé du mystère... Heureux
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 29
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Le rat.   Dim 24 Mai - 15:28

Lorsqu'un texte semble résister à l'épreuve du sens, ce qui est caractéristique de notre littérature moderne, il faut à tout prix se prémunir de deux dangers: le danger de se braquer - "ce texte n'a aucun sens", "ce n'est que de la forme", "c'est raté" - ; et le danger de surinterpréter - "le texte parle de la lumière d'une ampoule ? thématique biblique, le rat est un nouveau messie, payé en fromage, dont l'objectif ultime est de racheter l'humanité". La solution, qui n'est pas une solution miracle mais qui permet d'interroger le texte sans le dénaturer, consiste à se poser des questions simples, sans toutefois exclure la possibilité que le texte ne "signifie" rien, ou ce qui est plus courant, que sa signification ne soit que partielle. Qui est le protagoniste ? Le rat. Que fait-il ? Il hésite à se jeter sur un gruyère sachant que celui-ci est piégé. Qu'arrive-t-il à ce rat ? L'éllipse finale semble suggérer qu'il se laisse prendre au piège, ne parvenant à réfréner ses instincts. L'atmosphère plantée par ce texte semble-t-elle plutôt allègre (=euphorique) ou plutôt desespérée (=dysphorique) ? Plutôt desespérée: il s'achève par la mort du protagoniste, cette mort qui semble saturer l'espace du récit au travers notamment d'un champ lexical de la pourriture omniprésent.

Nous disposons avec ces quelques éléments d'une base sûre à partir de laquelle nous pouvons élaborer des hypothèses.

Primo, la figure du protagoniste. Le rat ce n'est pas ce qu'il y a de plus héroïque, ce n'est pas nécessairement une figure à laquelle le lecteur puisse facilement s'identifier: il y a déjà un parti pris vis à vis du style romanesque, un effet de surprise. Cette figure type du rongeur est largement connotée: elle véhicule les motifs de la mort, de la sournoiserie, de l'obscurité, de la pourriture, de la maladie ; une figure largement dysphorique en conséquence. Il présente des caractéristiques inédites cependant, c'est un rat intelligent: il est dit de lui qu'il "savait", qu'il s'efforce de "réfléchir", il a même une "réputation". Clairement, ce rat fait l'objet d'une personnification. Il peut à cet égard inspirer une certaine empathie au lecteur - encore que la narration soit parfaitement indifférente sur le sort de ce rat, point de vue interne mais aucune marque de compassion -, la mécanique de l'incarnation du lecteur dans le personnage fictif est favorisée par cette humanisation de l'être animal. Rat = Je ? Rat = Nous ?
Deuxio, le texte développe abondamment le dualisme instinct / pensée. La pensée écarte le rat du danger, l'instinct l'y jette. Eloge de l'humanité pensante, supériorité de l'homme sur la bête ? Peut-être pas. La pensée ne parvient à vaincre l'instinct, elle ne fait que torturer ce personnage, le convaincre davantage d'une "puissance" illusoire dont le narrateur se moque avec cynisme en jouant tantôt du sous-entendu, tantôt de l'hyperbole: le rat se condamne "sûr de sa puissance", "sans l'ombre d'un doute". Ainsi est puni le rat qui se croyait homme: perdu par les effluves méphitiques de la pourriture qui l'a engendré, mort de cette mort ignoble et vulgaire qui est celle du rat, attrapé par un piège à souris.
Tertio, ce qui saute de suite au visage à la lecture de ce texte: la haine du narrateur. Une dialectique (=logique) de la torture, de l'abandon de l'être à son destin, de la condamnation, de la punition. Si le style est très différent, d'un point de vue thématique, le texte pourrait aisément être rapproché de l'univers kafkaïen. Paranoïaque et angoissé, affleure dans ce texte le plaisir "sadique" de faire souffrir son personnage, et de souffrir à travers lui.

Vous voyez, sans trop se forcer, on peut quand même dire quelques petites choses sur ce texte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le rat.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le rat.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: