AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les ordalies modernes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 2:32

Les ordalies modernes.


« – Coule. Putain, vas-y coule !... Tsss. Fait chier. »
Eclats de rire. Puissants. Gutturaux.
« – Tu viens de te faire exploser lamentablement, mec.
– Grrr.
– Fais pas cette tête, ça va te couter… qu’une quarantaine d’euro. Tu as connu pire dans le genre !
– Oui, oh, eh, c’est bon, hein. »
Les ordalies n’étaient plus vraiment ce qu’elles étaient. On appelait ça des ordalies modernes : du genre de celles qui ne faisaient pas de vous un mort ou un mutilé.
En vérité, ce n’était même pas des ordalies, il ne s’agissait pas de déterminer si on était coupable ou innocent mais seulement si on était gagnant ou perdant.

Des jeux de hasards faussement sophistiqués, en somme ! Pitoyablement pas original. Surtout pour le perdant qui s’était vanté de ne jamais avoir perdu. L’on eût pu objecter au protagoniste principal, s’il n’avait pas été aussi insignifiant, combien il était saugrenu de tant s’offenser pour une si petite bourse. Et… un si petit ego (qualitativement et objectivement parlant). Lui faire entendre raison n’était pourtant dans l’intention de personne ; tant qu’il payait, ses jérémiades pathético-criardes, ses assommantes pleurnicheries laissaient indifférente la bande de prétendus débauchés qui lui servaient d’amis.

Ils entrèrent dans leur pub à pochards habituel où s’y côtoyaient tour à tour étudiants ouvriers, paysans fauchés, banquiers désargentés, architectes ruinés, stylistes loqueteux, prostituées sans-de-sous, boulangers crève-la-faim, quenottiers sans-dents et autres culturistes infortunés. Le barman (l’on comprendra qu’il était à moitié abruti) s’enorgueillissait de sa clientèle si mélangée.

– Tu parles d’un cocktail humain, ironisa le mauvais perdant.
– Tais-toi idiot, souffla le plus raisonnable, s’il t’entend, il va te jarter à coup de pied au cul.
Un troisième qui trouva là un bon moyen de faire son malin ne pu s’empêcher d’embrayer :
– Il a l’habitude ! Je suis sûr qu’au fond il aime ça. Et qu’il adore ce bar.
– Mais ouais, mais ouais, bien sûr, j’adore dépenser mon fric dans ce trou à rats peuplés de crétins décérébrés et, et… de crétins.

Sans qu’ils aient eu à commander, le serveur leur apporta une tournée de bière de la plus mauvaise qualité ; au meilleur prix de toute la ville : ça compensait. De l’avis de tout le monde, y compris du barman, la binouze était imbuvable, insipide et très probablement cancérigène.

Il est nécessaire d’effectuer céans une précision : comme toute boite à bière qui se respectait, il y avait un comptoir massif et imposant qui permettait une pléthore de coudée et, subséquemment, moult discussions de café du commerce. De sorte que bavards, jacasses et babillards avaient une opinion bien tranchée sur tout et plus que tout. Et notamment sur l’appellation du lieu de leur conversation : était-ce un bar ou un pub, une brasserie ou un café, un troquet, une buvette ou un cabaret ? Les arguments pleuvaient à foison au soutien de toutes les thèses même les plus extravagantes : un ivrogne patenté plaidait quotidiennement qu’on était dans la cafétéria de son dernier hospice !

Mais revenons-en à nos jeunes assoiffés ; dans ce décor suranné, leur phrasé sentait bon l’anachronisme.

– Bon, j’y vais moi, j’suis crevé. Oups !...
PATATRA.
Il s’était rétamé : autant la tronche que la gueule. La précision n’a que peu d’importance : si ce n’est pour signifier qu’il s’était vraiment explosé la tête et que ça devait lui faire vachement mal.

Finalement, les assoiffés ne l’étaient plus tant. Enivrés, nos compères décidèrent de rentrer chez eux. En vélo, en moto, en métro ou en taco, de toute manière, torchés comme ils l’étaient, ils ne se rendaient plus trop compte. Sam – celui qui s’était défoncé le nez contre la table – lui, rentrait à pied.

Et dans la rue adjacente, celle de leur jeu macabre, flottait encore dans le bassin prévu à cet effet le corps sans vie de l’enfant nouveau né. Non, les ordalies modernes ne permettaient plus de déterminer qui était coupable ou innocent : c’était bien trop scientifiquement illogique.

_________________


Dernière édition par Ambroise Alifère le Jeu 4 Sep - 14:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 12:40

Il existe plusieurs formes d'ordalie. L'épreuve de l'eau consiste à ligoter le supplicié et à le jeter à la mer: s'il flotte, il est coupable, c'est le diable qui lui a donné la force de survivre, s'il coule il est innocent. En l'occurrence, le nouveau né qui est l'incarnation même de l'innocence ne semble pas très disposé à couler, ce qui tendrait à signifier qu'il est coupable: tout ça, comme tu le dis Aligby, c'est un poil trop scientifiquement illogique.

Comme je te l'ai dit, j'aime beaucoup ce texte. J'aime la façon dont tu dilues le fil de ton récit dans des anecdotes du quotidien pour y revenir avec d'autant plus de force sur la fin. La superposition de l'ordalie et du simple pari met bien l'accent sur l'indifférence des personnages vis à vis de leur crime et sur l'ignominie de la scène: les diverses référances aux "assoifés" éclairent du reste non sans une touche de cynisme le sort qu'ils ont réservé à leur victime. La peinture du bar est riche, assez drôle, bien ficelée: le meilleur compliment que l'on puisse te faire, c'est qu'elle sent le vécu - encore que te traiter d'ivrogne ne soit pas forcément un compliment. Les développements que tu y fais s'inscrivent bien dans cette esthétique du désenchantement, qui est celle du mec blasé: montrer la pourriture avec légèreté, avec indifférence, mais aussi avec subtilité, ce qui peut manquer parfois aux autres textes de ce genre genre qui sont publiés dans nos bibliothèques.

En ce qui concerne le style: léger, elliptique, ponctué d'anecdotes et de récits parasites - c'est tout toi -, jalonné de tournures qui flirtent avec la maladresse grammaticale, et qui néanmoins offrent une coloration intéressante à ton récit, une coloration nettement ufyesque - ou youefienne: "pitoyablement pas original", "c'est bien trop scientifiquement pas logique". Ces expressions ont quelque chose de naïf de par la simplicité apparente de leur construction - adverbe + négation en "pas" -, elle sont un peu lourde sur le plan mélodique, et sur ce point, il faut peut-être que je prenne une seconde pour m'expliquer. Notre écriture obéit le plus souvent à une cadence prédéfinie, que l'on appelle cadence majeure, et que l'on applique comme un automatisme sans même en avoir conscience. Concrètement, la phrase se développe en allant des mots ou groupe de mots les plus courts aux mots ou groupes de mots les plus longs, c'est pourquoi on dira "un récit enchanteur" et non un "enchanteur récit", un "homme sinistre" et non un "sinistre homme". Or, avec tes adverbes à rallonge, "pitoyablement" et "scientifiquement", tu renverses la cadence majeure pour ancrer ta phrase dans un truc qui s'appelle - desfois faut pas chercher loin - la cadence mineure. On peut recourir à cette cadence pour des raisons de sens, ce n'est pas le cas ici, il s'agit donc bien d'une maladresse. Mais ces maladresses l'on voit bien qu'elles sont volontaires, elles sont porteuses d'une certaine ironie, d'une certaine exhubérance lexicale. En un mot, elles rendent bien. Il y a des petites choses qu'on pourrait fluidifier, des petites choses pas forcément nécessaires au récit et dont on pourrait faire l'économie, cela n'empêche pas ce texte d'être vraiment bon.


Dernière édition par Goldmund le Mar 21 Avr - 12:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 12:44

Pour le nouveau né, c'est le principe chrétien. On naît coupable et on a toute la vie pour racheter les fautes de ses ancêtres. Amen. Pour le reste, j'aime beaucoup le style et le rythme, cette façon naïve de marier le complexe et le simple.

Peur
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 12:52

Principe chrétien, pas vraiment: ça correspond à une certaine idéologie, une idéologie vaguement janséniste, qui n'est pas nécessairement la plus répandue. Nous sommes aujourd'hui et cela depuis un peu plus de deux siècles dans l'ère du Dieu amour, et ta conception de la culpabilité se rapporte plutôt à celle que l'on pouvait se faire au XVII et XVIIIe siècle. Bref, tout ça pour dire qu'il faut pas forcément chercher midi à quatorze heure. Pour moi, le nouveau né exprime l'absurdité de ces ordalies modernes - "bien trop scientifiquement pas logique" -, en même temps qu'il accentue le caractère ignoble du meurtre: ce n'est pas un développement théologico-philosophique sur la culpabilité du genre humain.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 13:05

Oh moi tu sais les affaires du Concile de 30... Je te dis juste que la culpabilité, à mon avis, est juste un excellent moteur de fonctionnement de l'Église chrétienne. C'est juste une idée d'Augustin Hippone au 3 ou 4ème siècle, je me perds dans ces zones séculaires et donc bien plus ancienne que tu l'énonces. Le pêché original (haha!) c'est pas le summum de la culpabilité humaine qu'on enseigne au catéchisme depuis 2000 ans ? Y a pas de jansénisme derrière tout ça. Le nouveau-né est d'ailleurs comme tout le monde coupable. Adam étant notre ancètre, on est tous coupable ! Et il faut toute une vie pour accéder à l'Eden (park !). Après je ne nie pas qu'au Moyen âge entre Jansénistes et Jésuites ça y allait pas de main morte pour inventer des nouveaux trucs (turcs !).
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 13:53

Le pêché originel, ça ne date pas du Concile de Trente en effet, la culpabilité est l'une des grandes lignes de force de la pensée chrétienne - et pour cause, c'est un très beau thème. Néanmoins, l'homme coupable est sauvé par Dieu dès lors qu'il le reconnait et accepte de le servir: il naît dans le mal pour être purifié, et qu'il consente seulement à embrasser la foi chrétienne, il sera sauvé. Ce n'est pas exactement ce que disent les jansénistes, et ce n'est pas non plus ce que dit Augustin d'Hippone (dont s'est largement inspiré Cornelius Jansen, puisque l'on va jusqu'à parler le concernant d'augustinisme): l'homme, selon Saint Augustin, s'est perdu. Il est voué au mal, condamné à l'enfer, et rien de ce qu'il pourra faire ne le changera. Seul subsiste dans le marasme un petit nombre d'élus, qui au prix d'une discipline de fer pourra peut-être espérer un jour être sauvé. Dans le premier cas, la culpabilité participe de cet élan vers dieu, ce n'est pas une fin en soi mais plutôt, je crois, une invitation à reconduire l'Alliance qui a été faite par ses pairs: l'homme a besoin de Dieu, sans lequel il n'est rien. Vanitas vanitatis et omnia vanitas. On est très loin du coupable oedipien qui va expier des fautes pour lesquels il n'est pour rien; l'homme est coupable, oui, mais coupable au sens d'imparfait. Dans le second cas, il y a une idée de prédestination: l'homme est voué au mal, la culpabilité chez lui est quelque chose d'inné et de naturel. La rigueur d'un tel raisonnement est très loin de faire l'unanimité aujourd'hui, comme elle était très loin de faire l'unanimité du temps où Louis XIV a rasé Port-Royal.

Amusant comme on en vient à se perdre dans les subtilités du dogme chrétien sur une simple extrapolation du Tr0n.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 14:29

On parle de jugement et du divin non ? A moins que je me trompe dans la définition du mot ordalie. Et puis je n'étais pas très loin de la vérité dans mes vieux souvenirs du petit Jésus. Qu'on modernise ou non le principe, il en reste néanmoins inique et partial, emprunt d'une thématique très religieuse, et donc de l'importance toujours d'actualité de la culpabilité et par là même de tout ce qui touche aux tabous (pas le jeu, évidemment - ok on dirait une remarque de dhpo je le concède).
Revenir en haut Aller en bas
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 14:52

Et pour faire la technique de la boucle (c'est à dire pour commenter le texte et non disserter) : je pense que les personnages de l'histoire se fichent de la culpabilité, ils la rejettent autant dans le fait que l'ordalie ne sert plus à la déterminer (scientifiquement illogique) mais aussi par rapport à ce qu'ils font eux même : ils ne ressentent aucune culpabilité à l'égard de leur acte, ils sont préoccupés par leur petite personne uniquement, je pense (et là j'extrapole, on pourrait le voir autrement) qu'ils trouveraient absurdes qu'on puisse les juger moralement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 14:55

Je laisse planer un doute quant à ce faux semblant qui consiste à ne pas percevoir le jugement moral. C'est en effet scientifiquement illogique. Mais se préoccuper de sa petite personne prend souvent une dimension de subtile culpabilité. Non ?


Dance
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 15:09

Le mot "ordalie" développe une thématique religieuse, le principe de la culpabilité est propre à la religion, donc le texte d'Aligby parle de culpabilité. On appelle ça un syllogisme.

1 point pour critiqu'mund - 0 pour éxégètr0n.
DTC


Dernière édition par Goldmund le Mar 21 Avr - 15:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 15:13

Tu exagères.

Ce qui revient à m'octroyer un double point avec une première balle de service à 190 Km/h. Et cesse donc tes jérémiades, tu t'éloignes du sujet et tu dissertes trop.
Revenir en haut Aller en bas
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 15:18

Tr0n a écrit:
Mais se préoccuper de sa petite personne prend souvent une dimension de subtile culpabilité. Non ?

On peut voir les choses ainsi. Je me méfie cependant en général de cette manière de procéder : la générosité c'est se faire plaisir à soi même, c'est donc de l'égoïsme, l'absence de culpabilité c'est un déni, c'est donc de la culpabilité. C'est peut-être subtile, mais à un moment donné, on ne sait plus trop bien ce qu'il y a à dire : si ce n'est que tout est tout et un peu plus que tout. Non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 15:22

Ce que j'en pense: l'ordalie insuffle un peu de superbe au quotidien décoloré de nos personnages. Dans l'insignifiance de leur petite vie de soulards sympathiques vient s'imiscer le motif du meurtre, et pas n'importe quel meurtre: le meurtre en tant que rituel. Toute la subtilité du récit, est de faire se cotoyer deux mondes bien distincts, celui que nous montre le narrateur, et celui dans lequel vivent les protagonistes; c'est une hésitation constante qui se ressent dans le vocabulaire même, hésitation entre l'ordalie et le simple pari, entre le meurtre et le jeu, entre le fait divers et le désir de bêtement tromper l'ennui en se livrant à une activité nouvelle. Ce décalage, cette pluralité des tons, aboutit à la surprise finale du lecteur, et contribue à accentuer son malaise. Je crois qu'il ne faut pas chercher plus loin, et que ce serait une erreur de faire intervenir la religion, la culpabilité et Saint Augustin dans tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 15:35

J'ai une nette tendance à concevoir cette absence de culpabilité comme une réaction épidermique au quotidien ancré dans la morale. Un peu comme la réaction de la société à l'égard du passé. Enfin on y voit toujours ce qu'on veut bien y voir. Ils ont trouvé une solution au Moyen Age Aligby : ils se sont dit quoi qu'il arrive tout le monde est sauvé et ils ont inventé le purgatoire, histoire d'éviter de tourner en boucle.
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 16:19

Libre à toi de faire ta propre lecture, l'essentiel étant de bien distinguer ce qui est dans le texte et ce qui n'y est pas. Tu n'as pas tort de dire que Les ordalies modernes posent, ou au moins sous-entendent le problème de la culpabilité, mais le texte reste très allusif sur cette question. Pour ainsi dire, il s'intéresse plus à l'effet que produit sur le lecteur l'indifférence - ou l'apparente indifférence si tu veux - des personnages qu'à la culpabilité en tant que thème philosophique. Il ne s'agit pas ici de disserter, mais d'obtenir un effet. Et si cet effet excite ton imagination ou te pousse à réfléchir: tant mieux, Aligby a bien fait son travail.

PS: C'est trop drôle de débattre d'une oeuvre devant son auteur.

- Il a voulu dire ça, j'te dis, putain de merde.
- Euh, à vrai dire, je voulais seulement exprimer ...
- Mais non, enculé, tu vois bien qu'il parle de Saint Augustin là ?
- En fait j'ai juste voulu...
- TA GUEULE TOI.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 16:51

A vrai dire, loin de moi l'idée d'imposer une vision précise, je ne fais que montrer une autre manière, imaginative si tu le souhaites, de voir le texte. Etrange que ce soit l'analyse qui s'évade et le littéraire qui recherche l'effet technique. Quant à Aligby, ce n'est pas un auteur, c'est un soumis à notre cause. Et il va finir par disserter lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 17:35

blablabla édité


Dernière édition par Goldmund le Mar 21 Avr - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Demetrios Poliorcète



Masculin Nombre de messages : 8
Age : 31
Date d'inscription : 15/04/2009

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Mar 21 Avr - 22:32

Ma foi, c'est une réussite ce texte. Pas mal du tout, la description du quotidien misérable est tout à fait efficace. L'ordalie transformé en jeu d'argent me donne un vague impression de déchéance. Cela plaît à mon esprit décliniste.

Pour l'interprétation, je laisse ça à d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   Jeu 4 Sep - 14:28

Désolé de ressortir ce texte vieux de cinq ans. Mais je n'ai pas résisté à la tentation de le mettre à jour. J'ai donc ajouté à la liste des pauvres pas-riches les "quenottiers sans-dents", puisque l'expression "sans-dents" est désormais validée par les plus hautes instances de l’État.  Sans-dents :   Sceptique

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ordalies modernes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ordalies modernes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les ordalies modernes.
» Les Romans Modernes (M. Vermot)
» [coll.] Les bons romans populaires (ed. Modernes)
» Qu'en pensez-vous ? Broderies modernes
» Méthodes de décrassage à sec appliquées à des peintures modernes non vernies - INP - 20 et 21 janvier 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: