AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Puk

avatar

Masculin Nombre de messages : 35
Age : 27
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Les origines   Mer 17 Juin - 3:10

Processus long et difficile que celui de reprendre un texte. J'ai du mal à redémarrer alors je me permets de vous poster le commencement. La critique ne peut pas faire de mal.
Comme souvent, je suis confronté à des phrases que j'apprécie beaucoup mais je n'arrive pas à m'en débarrasser, ayant pourtant bien conscience de leur influence parasite. Ce sont des phrases trop fortes, trop synthétiques. Elles me coupent l'herbe sous le pied. Enfin ! Je vous laisse juger. Peut-être une occasion de reprendre ce texte et de le boucler !



C'était une nuit de plus. Son dos voûté épousait les formes de l'oreiller. Il fumait une cigarette, rêveur, et caressait lentement la tête de Roxanne. Les volutes s'enlaçaient. Il aimait à les regarder : cela lui évitait de penser trop fort. Elles naissaient dans le palais qui les sculptait, et, pelotées comme des flammes, s'accrochaient aux lèvres expirantes. Des poumons à la bouche, le corps ne formait plus qu'une artère. La pièce était plongée dans la pénombre, éclairée, parfois, de tâches que filtraient les persiennes. Des arabesques, comme ployées par le jour, livraient un ballet sensuel qui se fixait dans l'esprit par le mécanisme d'une fascination indicible. Il y avait des nébuleuses de fumée, aux lèvres qui se touchent, et des bras de lumière cachant des nids entiers d'étoiles phosphorescentes. Et parfois, une ombre se posait et tout cela disparaissait. Le corps reprenait ses droits, alors, et les rêves leur distance.
Les draps se plissaient entre les jambes d'Alexis pour couvrir son sexe laissant les jambes
nues, l'une pliée, l'autre au repos. Elle avait posé sa tête sur son ventre, comme toujours après l'amour : aimante, douce, tendre, recroquevillée en enfant. Une odeur âcre flottait dans sa gorge. Il souleva légèrement le couvercle d'un cendrier marocain et tourna deux ou trois fois sa cigarette dans l'interstice. En écartant le cendrier, il mit de la musique : surtout, ne pas être seul...


Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Les origines   Mer 17 Juin - 11:48

Effectivement beaucoup de phrases fortes, mais quasiment aucune inutile ou simplement pratique. C'est une belle construction, au delà de l'empilement de belles images; l'ambiance calme est solidement posée sur un rythme et une chaleur propres au moment que tu décris.

Et puis surtout ça laisse filtrer beaucoup de choses entre les lignes, notamment les sentiments ambigus du personnage dans une situation qui lui semble éprouvante.

C'est un bel échantillon. Ca mérite que tu t'y attarde je pense Heureux
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les origines   Mer 17 Juin - 23:34

En fait, davantage que des phrases trop lourdes (même s'il y en a), ce sont certaines phrases qui manquent de puissance, parce qu'elle sont un poil trop communes, trop usées (cf ce que tu disais à Hédoniste), ou tout simplement (et c'est personnel) trop clichées/sucrées.

" Elle avait posé sa tête sur son ventre, comme toujours après l'amour "

Par exemple, cet extrait (choisi) ne contient plus rien de soutenu, après une très jolie description des volutes. "Après l'amour" surtout, me fait tousser. S'il y a des styles qui ne supporte pas la crudité du mot tel quel, ce sont ceux qui décrivent, enjolivent, et entretiennent un moment. Sexe, l'amour, seins, verge, c'est soit connoté niais (dans mon esprit au moins) soit plus adapté à un récit direct, sans enluminures. Il faudrait détourner.

"Il y avait des nébuleuses de fumée, aux lèvres qui se touchent, et des bras de lumière cachant des nids entiers d'étoiles phosphorescentes. Et parfois, une ombre se posait et tout cela disparaissait. Le corps reprenait ses droits, alors, et les rêves leur distance."

Ce genre de truc, par contre, c'est tout à fait puissant et joli.

J'essaye, quand j'écris des instantannés, de proposer une chute (ici, tu as une trè jolie) et un crescendo, au moins la stabilité dans la puissance de la prose. C'est ce qui manque ici, un premier début tout à fait enthousiasmant, une montée sur tout le premier paragraphe, une brusque redescente, peu de plat, et une petite chute, jolie mais pas assez pour forcer à effacer ces quelques phrases horriblement terre à terre du deuxième paragraphe. Cette histoire de drap, de sexe et de ventre, c'est premier degré, c'est trop en porte à faux par rapport au début et pas assez pour qu'on croit à une volonté.

Donc, je te dirais de modifier ce passage, garder le début et la chute, et rester dans les pensées de ton avatar, sans te perdre avec du factuel qui affadit le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les origines   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les origines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bestiaire mythologique : les origines
» Ginger Snaps : Aux origines du mal
» Les Origines de Noël
» Quelles sont vos origines ?
» retour aux origines !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: