AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 J'ai froid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sharah'In
Rédactrice en chef
avatar

Féminin Nombre de messages : 1150
Age : 28
Localisation : Quelque part entre ici et là-bas
Date d'inscription : 03/08/2009

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: J'ai froid   Mer 5 Aoû - 3:33




J’ai froid. La lande glacée s’étend devant moi, vierge de toute présence, vide de tout sens. Ce n’est que terre, sable, ocres jaunes, bruns et verts qui courent et qui se répandent. Et moi. Assise là, sur le seul îlot grisâtre de toute cette nature, j’attends, pauvre naufragée que je suis. Mais attendre quoi ? Le ciel, qui semble résister tant bien que mal au poids des lourds nuages sombres, contemple la débâcle qui se joue en dessous de lui. Peut-être, dans un excès de bonté, s’écrasera-t-il sur ce monde pour en faire cesser les souffrances. Qui sait…

J’ai froid. Panne de volonté, panne d’inspiration, panne de tout, en fait. Il n’y a que moi et la lande. Ça devrait me réconforter, au fond, d’avoir cette nature pour moi seule, ce calme que je ne peux avoir nulle part ailleurs… enfin, presque nulle part ailleurs. Mais je préfère ne pas y penser. Pas maintenant. Le spectacle qui s’offre à moi est suffisamment lugubre pour que je ne rajoute pas, en plus, ce détail si… Non. Je suis venue ici pour oublier. Pas pour me morfondre. Le ciel, déjà, étend sa masse grise au dessus de ma tête. Peut-être déversera-t-il les larmes que je retiens depuis si longtemps. Ces larmes qui restent fermement accrochées au coin de mes yeux. Et ce froid qui n’arrange rien. Pénétrant à souhait, vous pétrifiant de l’intérieur plus sûrement qu’une chape de béton armé.

Et cette lande, toujours vide, toujours vierge, toujours froide.

Impersonnelle à souhait et en même temps me reflétant parfaitement. Etrange dédoublement que celui là. Voir ce que l’on veut tellement cacher se répandre devant vous, matérialisé sous la forme de cette étendue de terre aride et stérile. My mind in this wasteland. La terre d’abandon, la terre de perte… la terre de ce que je suis finalement. Ou plutôt de ce que je ne serai jamais. Un vide insondable, un gouffre qui s’est ouvert en moi. Impossible amour, impossible…

Ce mot résonne encore dans ma tête vidée de toute pensée. Calebasse résonnant des échos des vents qui balaient la lande, comme pour en chasser les esprits joyeux qui oseraient s’y aventurer, seul cet impossible futur m’obsède. Pourtant… pourtant, je n’y avais jamais vraiment pensé avant. C’était juste la probabilité d’une existence plus normale, plus heureuse aussi, quelque part, mais aussi plus inquiétante, avec ses nouvelles sources de tracas et autres petits détails qui forment un quotidien heureux. Mais ce froid m’en rappelle un autre, né de ce vide, de cette annonce. Impossible… comment peut-on entendre ces mots dévastateurs après tant de temps ?

J’ai envie de m’étendre, là, sur cette lande si froide, de ne faire plus qu’un avec elle qui semble comprendre ma douleur. Elle restera toujours vierge, elle, toujours stérile de toute forme de cet amour que je voulais, au fond, sans vraiment m’en être rendue compte. On ne sait les choses que lorsque l’on les perd. Là, allongée, ne plus faire qu’un et se laissé écraser par ce ciel si lourd. Explose ! Toi qui le veux tant ! Déverse les lambeaux de mon futur qui ne sera jamais plus qu’un rêve ! J’ai envie de hurler, de tempêter, de me rebeller, mais je n’en ai même plus la force.

Au dessus de moi, il crève enfin l’abcès de ses longues heures de contemplation. La pluie ruissèle sur ma peau, modèle le sable et la terre autour de moi. Plus froide encore est sa caresse lorsque je m’offre complètement à elle, m’étendant finalement de tout mon long. L’eau coule, glisse et s’enfuit. Elle me lave de tout mon passé, ou de ce futur utopique désormais. Le tonnerre gronde la colère que je n’ai pas la force d’avoir, et les éclairs illuminent le ciel comme autant de mise en garde d’une fureur trop lointaine maintenant. La pluie, elle, douce et calme, pleure en silence, accompagnant les larmes qui roulent enfin sur mes joues, se confondant avec celles du ciel. Mais jamais elles ne pourront remplir ce vide au creux de mon ventre. Jamais personne ne le pourra. C’est impossible. Cet amour ne sera jamais qu’un rêve. Un rêve lointain mais jamais absent… Une présence fantomatique, spectre de mes nuits sans sommeil et de mes journées sans soleil… Et ces mots qui résonnent encore, et qui résonneront toujours au fond de mon esprit, promesse pernicieuse d’un futur ombré d’un regret unique et lancinant…

« Désolé Madame, mais les tests sont formels. Vous êtes stérile. Il vous sera impossible d’enfanter. »


Dernière édition par Sharah'In le Jeu 6 Aoû - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://bcoudiere.wordpress.com/
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: J'ai froid   Mer 5 Aoû - 12:25

L'analogie est très touchante et tu as bien maîtrisé la métaphore jusqu'à la révélation finale qui donne tout son sens au texte et à ses images.


Pour la forme, c'est agréable à lire, quelques tournures un peu alambiquées, je n'ai vu qu'UNE seule faute (en tout cas relevé). Toutefois sur la forme toujours, je trouve que c'est un peu long quand même; certes du coup la forme rejoint le fonds avec ces étendues sèches et mornes, mais quelques lignes en moins ne seraient pas du "surplus" ^^


En tout cas je salue l'originalité du sujet et la pudeur avec laquelle tu as su l'aborder.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: J'ai froid   Mer 5 Aoû - 22:05

C'est pas mal du tout.

Mais ça manque de tripes et donc de douleur. C'est limite léger et je ne ressens pas la douleur du "Je", de part un mélange agrégé et bordélique de mots au registre différent ainsi qu'une longueur de phrase qui tranche involontairement avec le sentiment réel de lente et longue agonie, colère et haine (il faudrait en effet trancher, hurler, gueuler soudainement pour faire réagir le lecteur). C'est étrange mais le sentiment ne me paraît pas "vrai", le "Je" ne hurle pas assez et les alternances colère / lenteur sont malhabilement usitées. Voilà pour mon premier sentiment.

Malheureusement pas le temps de faire un long commentaire comme je sais si bien les faire (quelques fleurs au passage). Laure Mamadou m'attend.
Revenir en haut Aller en bas
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 20
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: J'ai froid   Sam 8 Aoû - 3:51

Alors j'avais dit que je posterais un commentaire sur ce texte, alors avec certes un peu de retard, mais je m'y lance.


J'ai beaucoup aimé ton texte déjà parce qu'il parle de quelque chose que je n'avais vu personne aborder avant toi, et ensuite parce que tu le traite tout de même avec pudeur, même si tu écris de la place de la femme stérile. Tu vois ce que je veux dire?


La forme est très agréable à l'œil et invite à lire le texte. Que vraiment te dire de plus? je sais que ce commentaire n'est pas très construit mais je en sais pas vraiment quoi ajouter, sauf que je te donne toute mes félicitations pour ce texte que je trouve très touchant. Bravo.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: J'ai froid   Sam 8 Aoû - 10:05

Hum je n'ai pas vraiment de commentaire à faire, de critique à développer.
J'ai beaucoup aimé ce texte, la forme est agréable, tu écris bien , et on lit sans interruption jusqu'à la fin. La comparaison est bien ficelée, tu ne t'y perds pas et n'en rajoute pas des tonnes, le sujet est traité avec retenue.
Je ne suis pas d'accord avec Tron sur le manque de tripes, ou de douleurs, je trouve que tu montres bien cette douleur même s'il est comme muette, pas besoin de cris pour avoir mal. On ressent la lassitude, le désespoir, elle est morte au fond d'elle, même la colère n'a plus de place. C'est une douleur si profonde qu'elle anesthésie les réactions à grand effet.
Il me semble que c'est ton premier texte, je te félicite, je suis toujours bluffée par ces talents qui arrivent et qui nous scotchent dès le premier essai, je t'encourage à écrire et à poster encore plus, la Bibliotèque ne s'en portera que mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: J'ai froid   Lun 10 Aoû - 12:16

Citation :
pas besoin de cris pour avoir mal

Un cri peut être silencieux.

Et c'est justement ce qui n'est pas réussi dans ce texte. Il n'est pas besoin de hurler au sens dialogue et communication du terme, mais d'y mettre des mots qui représentent la douleur et la lassitude sans l'alternance mal employée entre le hurlement soudain et la lenteur de la phrase suivante. Tout devient haché. Un peu comme le hoquet sauf que là, on a la nette impression qu'il est forcé.

Les gens jugent trop souvent selon leur ressenti. Ce texte est correctement écrit, car la langue est maîtrisée. C'est ce qu'on constate à la première lecture, mais pour moi, il n'a pas l'âme suffisante et il nécessite un retravail de fond sur l'emploi des mots et l'agencement global des structures de phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai froid   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai froid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» réfrigérateur trop froid
» [INFO] tactile et froid?
» Front froid actif du 1 aout 2010
» Pour ne pas avoir froid aux oreilles ....
» Prisonnier du froid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: