AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Saumons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 23
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Saumons.   Ven 7 Aoû - 21:53

Bien. Je ne crois pas m'être enfoncé si profond dans le domaine de l'absurdité, de l'illogisme, ect...
Je ne sais pas si ce texte est bon, ou si il est mauvais. Je ne sais pas si il va vous faire rire, ou vous décevoir. Je fais de mon mieux, pour écrire, attendant impatiemment la ré-ouverture de l'équivalent de l'académie.
J'ai écrit cette histoire, pour un concours de nouvelles. Devant le manque de réponse, soit il sont a la bourre (Ce qui serait fort logique, vu que le délai du jury vient a peine d'être dépassé), soit je suis aussi catastrophique que je l'imagine. Fin Bref.
Les deux critères se trouvait entre l'introduction de l'ensemble "Nouvelles du Large" dans le texte, et parler du monde sous marin. J'ai essayé. A vous de me dire ci c'est un plantage total.
Je vais moi même aller commenter d'autres textes, ayant conscience que la bibliothèque, ça va dans les deux sens.
Le tout ensemble est trop long...


Prologue.


Pour certains, les saumons sont des héros, intrépides poissons affrontant les rapides tumultueux des fleuves déchaînés. Pour d’autres, ils se trouvent être l’incarnation de la stupidité. Tout dépend du point de vue. Remonter une rivière sans savoir pourquoi, pour un but illogique 1, au prix de sa vie, est-ce une preuve de courage ? Y’en a qui disent que c’est de l’inconscience. La véritable question, c’est pourquoi font-ils ça ?
C’est en eux. Dans les gènes de ces poissons, se trouve celui des explorateurs. Leur cœur ne bat que pour l’aventure. Ils n’existent que pour les connaissances. Seule la faucheuse - en costume de plongée - peut arrêter leur quête de savoir.

Oyez, Oyez braves gens ! Car voici le titre de l’histoire ! Enfin… Permettez que je le retrouve ; un Aperçu du Gratin de la gente dauphinoise ? Non. Euh… Génocide par les dauphins ? A moins que ce ne soit l’art de vaincre avec les mots ? Ou Divagations sur le contenu des abysses. Oui, ça c’est bien. Ça ne fait pas tout par contre… On va donc prendre :

Les Saumons.
Et puis c’est tout !

Notre histoire commence un beau matin, dans ces lieux où le terme de jour se révèle totalement inutile, le soleil ne pouvant percer l’immensité glauque de l’océan. En ce séjour obscur vivent les saumons. Plus précisément, ceux de l’épave Tango Exploration, superbe navire de la flotte britannique ayant percuté une baleine joueuse. Ce nom - les saumons savent lire - a légèrement perturbé la masse cérébrale de ces énergumènes à branchies. Encore plus que celle de leurs ancêtres.
Effectivement, ce sont les aïeuls des actuels locataires qui ont eu la charmante idée de remonter des rivières, face aux barrages, aux cascades, en quête de la source des mers. Mais ça, c’est une autre histoire.
Avant, les aventuriers saumonnesques se contentaient de répertorier le nom de toutes les racines autour de leur demeure, de cartographier le monde faisant parti intégrante de leur quotidien. Explorateurs, oui. Fous, non. Hélas, les temps changent…

Les saumons ont bon goût. À table comme au quotidien. Alors qu’une banale sardine choisirait la salle la plus proche pour tenir les réunions urgentes, le saumon se sent obligé de traverser tout le navire, d’envoyer des lettres avec accusé de réception à tous les membres de sa communauté, de mettre des petits nappes à toutes les places. Ils prennent aussi le temps de cuisiner quelques huitres… Pendant ce temps, les concernés, capturés par un chalutier, trouvent le temps de décéder une dizaine de fois.
Pour tout dire, les congrès - non, pas avec des congres ! Les congrès de saumons - sont incapables de traiter autre chose que les affaires non urgentes. Le temps de la préparation, les affaires en question ont tout le temps de devenir importantes. Pour l’exemple, la naissance d’un membre de la communauté sera traitée le jour de son décès. Enfin… Je m’étale. Passons à la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 23
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Re: Saumons.   Ven 7 Aoû - 21:58

Dans la salle de commandement du navire Tango Exploration se tenait un débat dont dépendra la suite de notre histoire. Une cinquantaine de saumons s’étaient alors installés dans des positions diverses, se demandant comment les bipèdes pouvaient bien se tenir sur une chaise à dossier. L’un d’entre eux, complètement dépassé par cette question existentielle - qui n’est pas, par chance, le thème de la discussion - triturait tranquillement les restes de son napperon en papier.
Cette ambiance tranquille, voire reposante, n’était pas faite pour durer.

Quelques secondes plus tard, alors que l’orateur, assis au bout de la table, essayait vainement de se faire entendre dans le désintérêt général, une escadre dauphinoise 2 ayant vu dans le Tango Exploration une boite de conserve forte alléchante, surgit. La pièce se trouva sens dessus dessous, les saumons essayant d’éviter les coups de fourchettes… Une affaire à laquelle le conseil devrait trouver une solution dans les prochaines années.
La moutarde monta rapidement au nez du jeune saumon, qui rouge de colère, se mit à hurler comme un damné 3 .

- « Hé ! Quand le présentateur du débat parle, on se la boucle ! Je parle à tout le monde ! Bande d’huitres ostréicultrices ! Les dauphins ! Faites pas les sourds ! Sinon je vais m’énerver ! »
L’un des dauphins, la bouche remplie de membres du débat, s’exclama :
- « Hey ! Le saumon sauce-moutarde! Quand je mange, je veux un silence complet ! Alors… Toi aussi tu vas te taire, Ok ? Parce que la différence entre un petit, un ridicule saumon fâché et un glorieux dauphin furieux, c’est que le premier éraflera le second, alors que le second décapitera le premier.
- Mon gars. Je ne sais pas si tu t’es rendu compte, seule la moitié de la salle mange. L’autre partie sert de plat principal. Donc, tu peux tenter de nous menacer, si ça te fait plaisir… Mais jamais, jamais, tu n’auras la possibilité de faire taire les opprimés. »
Le speech de l’orateur faillit arriver à ses fins. Malheureusement, l’un de ses compagnons d’infortune jugea bon de l’ouvrir.
- « Sauf s’ils nous mangent tous… dans ce cas là, il n’y aura plus d’opprimés. Du coup, il n’y aura plus personne à faire taire.
- Ben tiens, je me doutais bien qu’il y avait une solution. Merci mon gars ! »
Afin de manifester sa reconnaissance, il attrapa la poiscaille, la décapsula d’un coup sec, puis l’avala, afin - ou, tout du moins, c’est ce que pensait le dauphin - de lui épargner toutes les souffrances de la vie.

Il barbota ensuite, avec un air particulièrement effrayant qui colle fort mal avec le terme « Barboter » en direction de l’agitateur, lequel insultait copieusement les dauphins sanguinaires, coupables d’un massacre pour le seul plaisir de leur estomacs. Mais, au lieu de dévorer le saumon, comme nous aurions pu l’attendre de la part d’un dauphin commun, il décida de défendre son point de vue :

- « Tu as été à l’école, non ? Tes profs ne t’on jamais parlé de la sélection naturelle ? Les faibles, vous quoi, doivent s’adapter, ou ils y passent. Nous ne voulons pas vous tuer pour nos ventres. Notre but est de pousser votre civilisation vers la réussite.
- Si ma mémoire est bonne, grogna le saumon, mon professeur de sciences a vu sa famille se faire dévorer par tes congénères, alors, il se peut qu’il ait fait l’impasse. Nous raconter que les dauphins nous mangeaient pour le bien de notre peuple, ça devait lui paraître fort peu crédible.
- Oh. Dommage. C’est regrettable. Pourtant Darwin, c’est vachement intéressant… On ne doit pas sacrifier une part de l’éducation d’autrui pour un petit carnage de rien du tout !
- Franchement. As-tu une idée de ce que je lui dis, à Darwin ?
- Humpf. Je m’en doute. Le dauphin prit un ton conciliant. À ta place, j’éviterai. Tu pourrais choquer le jeune public. J’ai à cœur l’intégrité mentale des enfants… Si jamais tu fais quoi que ce soit pouvant les choquer, je me verrai obligé de t’arracher les cordes vocales. Cool, non ? »

La réponse du saumon s’étouffa dans sa gorge, remplacée par un gargouillement. Il prit rapidement la teinte d’une soupe aux épinards. Il lui fallut plusieurs minutes pour retrouver son souffle.
Puis, tout en essayant de camoufler sa rage, il reprit :
- « Là, vous avez fini de vous remplir la panse ??
- Oui, je pense. À part si tu veux me servir de dessert, bien sûr », dit le dauphin, avec un sourire carnassier.
Le saumon regarda l’ensemble de la salle. Quelques uns de ses frères avaient réussis à s’enfermer dans les tiroirs de l’un des bureaux. Les autres avaient pris la forme de squelettes, stagnant entre deux eaux.
Il inspira un bon litre d’eau avant de reprendre la parole.
- « Je n’ai pas l’impression d’avoir le choix. Ai-je une chance de survivre ?
- Yep. Nous les dauphins, on est réputé pour être joueurs. Alors, on va s’amuser. Tu vas continuer ton discours ; Tu vas nous présenter ton plan. Tu vas tenter de gagner, avec les mots. Voire si t’es aussi bête que mou. Si ça nous plait, on finance. Sinon…
- Arhem. Pas la peine de finir. J’ai compris. Le temps de reprendre mon souffle… »

Un saumon effrayé tremble particulièrement fort. A l’air libre, cela n’affecte pas le milieu. Dans l’eau, cela provoque un remous monstre.
- « Bon. Alors. Nous allons commencer par le titre. »
Quelques dauphins sourirent, non pas avec l’air encourageant tant attendu, mais avec le sourire que la lionne réserve à la gazelle coincée dans un canyon. Plus apeuré que jamais, le saumon reprit, vitesse grand V.
-« Le-titre-c’est-nouvelles-du-large 4 -je-m’excuse-tout-de-suite-pour-ce-nom-bidon-c’est-une-des-conditions-pour-que-ce-projet-puisse-être-présenté ! »
L’un des dauphins suspendit son geste, consistant à entamer la queue de l’orateur, pour prendre la parole, intéressé malgré lui.

- « Tu es tout excusé mon cher. Continue donc. On ne va pas te manger, voyons…
- J’avais pourtant l’impression que vous étiez en train, répondit le poisson, légèrement sarcastique. Bon. Voila mon idée. Aujourd’hui, nous connaissons le monde entier. Les rivières n’ont plus de secrets pour nous, les Saumons. Les dauphins, je ne dis pas : Votre divin postérieur, surtout après cette légère collation, risque d’être trop imposant pour passer l’embouchure du St Laurent ! »
Le ton de l’orateur avait, sur les dernières phrases, entamé un crescendo dans l’échelle de l’ironie.

- « Je ne pense pas que tu sois en dans une situation de te moquer d’autrui, à moins que tu ne veuilles contribuer à l’élargissement de mon estomac. Ce qui certes, me privera des voyages en montagnes, mais me permettra de me sentir mieux dans ma peau.
- Glop, le concerné aurait bien été en mal d’en dire plus.
- De ? Pourrais-tu répéter ta réponse ?
- Glop.
- J’avais oublié de préciser ; de manière compréhensible. Le dauphin commençait vraiment à s’énerver.
- Arhem, c’est bon, c’est bon, J’ai compris. Nous pouvons donc nous vanter de connaître beaucoup. Beaucoup n’a jamais fait tout. Il y a des milieux inexplorés, des endroits où aucun poisson des eaux supérieures n’est jamais allé. Et c’est ces lieux là, messieurs, que je propose d’explorer. Une seconde, je vous prie. Je dois sortir chercher quelque chose. »
Le saumon disparut dans une coursive.
De leur coté, les dauphins restèrent mâchoire béante, en train d’assimiler ce flot de paroles. L’une des victimes de la razzia prit cette soudaine paralysie pour argent comptant. Il jaillit hors de son tiroir.
Un membre du public l’attrapa, le décortiqua, puis l’engouffra, avant de donner un coup de coude à son voisin.
- « Qu’est ce qui ne nous dit pas que l’autre va ficher le camp ?
- Partir ? Alors que, pour une fois, il a un public intéressé par ses idées ? Il est trop avide de reconnaissances pour ça… »

La prédiction se réalisa. Le saumon réapparut, un rouleau de carte détrempé entre les nageoires.

Les plus grands scientifiques sont unanimes sur ce point. Le papier supporte mal le contact avec l’eau. Imaginez donc la déconfiture du saumon quand il déroula la carte.
- « C’est joli… Ça se disloque bien. C’est censé représenter quoi ? dit l’un des dauphins contemplant les morceaux de continents d’un œil dubitatif.
- Le monde. Enfin. Là, on a les mouvements des plaques tectoniques depuis la Pangée. On va faire avec.
Tant bien que mal, le poisson réussit à rassembler les différents morceaux, pour les accrocher contre la coque.
- Alors… Pour ceux qui ont suivi, je parle bien-sûr de l’exploration des profondeurs. Pour cela, il nous faut un endroit profond. Logique, non. J’ai donc choisi… Il prit un air réservé aux occasions sensationnelles. La fosse des Mariannes !
- Sans vouloir te couper. C’est où ?
- Normalement, à côté de l’extrême orient.
- Pourquoi « Normalement » ?
- Le morceau en question flotte vers la passerelle.
- Des questions ? »
Le saumon rassembla, avec une délicatesse infinie, tous les morceaux de la carte. Puis, constatant leur inutilité, les jeta violemment dans la poubelle, maudissant les fournisseurs de paperasse incapables de faire du solide.
- « Oui. Pourquoi Nouvelles du large 4 ?
- Vous êtes bêtes, ou vous le faites exprès ? »

Pour la première fois depuis l’invasion dauphinoise, il n’y eut pas de sourire carnassier, de menaces traumatisantes, ou d’attaques sournoises. Le dauphin était bête. Il le savait. Contrairement à ce que l’on pense, la plupart des dauphins, à part faire les andouilles à coté des barcasses, ne savent pas faire grand chose.
L’orateur n’en croyait pas ses yeux. Il jugea bon de ne pas demander pourquoi on ne l’avait pas dévoré bucco militari.

- « Bon, comme vous avez pu le constater, le papier à dessins est inefficace sous l’eau. Un schéma aurait été bien plus simple, mais enfin… On va faire sans. L’Océan est bien un monde en trois dimensions ? »
Les dauphins répondirent d’un oui unanime.
- « Parfait. Donc, contrairement à l’univers des mammifères, le large ne se situe pas seulement à vingt deux milles des côtes. Il se trouve aussi en dessous de nous. A onze kilomètres en dessous de nous, c’est aussi le large. Z’avez compris ?
- Oui. Et nouvelles ?
- Ca sonne bien. Pas beaucoup de syllabes, ce qui permet à tout les imbéciles de comprendre. J’aurais préféré « Informations à propos de l’immensité abyssale ». Hélas, dans ce cas-là, exception faite de deux intellectuels particulièrement imbus de leur personne, personne n’aurait compris. »

En quelques phrases, le saumon avait réussi à débarrasser les prédateurs de leurs instincts meurtriers, les transformant en une classe d’élèves affamés par le savoir.
Je dis bravo.

Puis, subitement, cette salle de dauphins calmes se transforma en un bazar monstre.

À qui la faute ? Aucune idée. La compréhension subite du titre de l’histoire déclencha plusieurs maux de têtes chez les dauphins, une euphorie - comme quoi, on n’est pas si stupide - chez d’autres, une envie de liberté pour les saumons enfermés dans les placards… Et cætera.
Pour mieux comprendre ce soudain changement dans l’ambiance de cette nouvelle, nous allons suivre les mouvements et dialogues de certains des protagonistes avec la plus grande attention.


- « Dis, Bob, y’a pas si longtemps, le saumon a parlé d’huitres ostréicultrices 5 . C’est bon ça, les huitres ostréicultrices. T’a une idée d’où elles sont, Bob ?
Le concerné ne répondit pas, tortillant ses méninges dans tout les sens à la recherche d’une réponse inexistante. Son ventre par contre répondit :
- « Dans le placard, à gauche du bureau, en dessous des boites de raviolis.
- Yahoo ! Bob, j’savais pas que tu étais ventriloque ! Moi j’aimerais bien être ventriloque, Bob !
- Ce débile n’a aucun don dans ce domaine. Je suis un saumon dévoré par c’t’andouille…
- Oh, vas-y ! T’a insulté mon copain Bob ! Attends un peu, voir ! »

Le dauphin expédia un direct de la nageoire dans l’estomac de son « ami ». Ce dernier, ne cherchant pas à comprendre la raison cette soudaine attaque, décida d’anéantir l’auteur de cette agression. Il en résultat une jolie mêlée en plein milieu de la pièce.
Simultanément, à l’autre bout de la salle :

- « T’a entendu ca ? Onze ki-kilomètres… Le dauphin éternua violemment, projetant une nuée de bulle dans le visage de son voisin.
- Des ki-kilomètres ? C’est une nouvelle unité de mesure ? Interrogea son interlocuteur, légèrement vexé.
- Oh… Te moque pas de moi. J’ai un rhume de cerbeau. Trop d’informations en trop peu de temps…
- Ca m’étonnerait. Je ne pense pas que tu ais un quelconque neurone à enrhumer dans ta caboche vide. »
Il n’eut pas le temps de se décaler. La « Caboche vide » le percuta entre les deux yeux.

La mêlée, alors mollassonne, devenait générale. Hélas, les amateurs de sang vont rester sur leur fin. Le cri du Saumon furieux les paralysa.
- Auriez-vous l’obligeance de vous taire, bande de débiles !
Quelle vulgarité.

Le saumon tendait l’oreille, air préoccupé.
- Avec tout ce boucan, on n’entend rien… Écoutez.
En effet, depuis quelques minutes, le bateau était secoué par les remous. Des bruits sinistres, semblables au claquement d’une mâchoire démesurée, retentissait dans l’épave silencieuse. Puis, dans un ÉNORME - les majuscules sont méritées - fracas, le navire disparut.

Epilogue.

L’empereur des terres inférieures, alias le serpent géant - bien que géant soit un titre fort peu honorifique pour cette gigantissime majesté - Dieu éternel du large abyssal, souverain vénéré par son peuple écervelé, époux du sublime calamar géant et propriétaire d’une centaine d’autres titres que nous ne citerons pas, de peur d’endormir les lecteurs survivants, poussa un hurlement de douleur. Les poissons étaient solides, dans ce coin, pensa t’il… Il dut immédiatement repartir dans les profondeurs, abandonnant ainsi son exploration séculaire, tout en maudissant le dentiste qui allait, sous prétexte qu’il avait des grandes dents, lui arracher une fortune. Ainsi, l’explorateur du bas emporta les explorateurs du haut dans son domaine. Malheureusement pour eux, nos héros n’eurent droit qu’au ticket « Visite gratuite d’un estomac géant, avec lac d’acide ».


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Saumons.   Lun 10 Aoû - 11:35

Mon commentaire ne sera pas complet je reviendrais après.
Bon ben comme un peu les autres, se mélangent bon et mauvais, mais le mauvais a tendance à prendre le dessus et ça fait qu'on a du mal à lire le texte ( pour ma part). J'ai eu du mal à le lire en entier, jusqu'au bout, le début est brouillon, c'est dans le ventre mou qu'on voit quelque chose d'intéréssant puis ensuite tu nous reperds et toi même en même temps, tu te disperses et on suit plus. Trop d'annotations, de commentaires, je ne veux plus voir ton narrateur il allourdit la chose!
de même j'aime ton coté absurde mais garde une logique dans ton absurdité car on dirait que tu mélanges plusieurs absurdes et ça tient pas la route.
Je te ferai un commentaire complet , et détaillée plus tard , car il y a aussi des bonnes choses mais pas tout le temps de reprendre là

et juste pour info dauphinoise, nan! en tant qu'historienne tu peux pas dire ça gratin dauphinois, car c'est un gratin qui vient du dauphinois, qui était un état appartenant au dauphin offert par le roi aux habitants mais qui a gardé le nom de dauphin en gros!
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Saumons.   Lun 10 Aoû - 12:08

Citation :
et juste pour info dauphinoise, nan! en tant qu'historienne tu peux pas dire ça gratin dauphinois, car c'est un gratin qui vient du dauphinois, qui était un état appartenant au dauphin offert par le roi aux habitants mais qui a gardé le nom de dauphin en gros!

C'était la minute xupinette. A vous les studios.

C'est la même critique qui devient habituelle. On écrit avec de jolis mots, on s'applique, mais l'ensemble reste à mon goût : terne. Pourquoi ? La façon trop simple et carrée d'écrire de l'absurde sans aucune fantaisie dans la forme. Décalage qui demande un peu plus de travail. Peut être ferais-je un commentaire plus long si le coeur m'en dit (ou surtout si j'ai le temps).
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 23
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Re: Saumons.   Lun 10 Aoû - 14:39

Celui la, je ne pense pas avoir la force de le réécrire, j'ai beaucoup hésité avant de le posté, de peur de vraiment décevoir, et en fin de compte...
Enfin. J'avoue avoir eu une peur bleue en voyant le nom de Tr0n en dessous de mon texte. Mais enfin. Ça c'est pas trop mal passé.
Donc... Vous n'êtes pas du tout obligé d'étoffer vos commentaires, je les comprends, je les accepte, toussa.
Je n'ai qu'une question. Comment arriver à faire de l'absurde réussi ? Comment éviter de me perdre dans les méandres d'une algue que moi seul comprens ?

Merci à vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Saumons.   Lun 10 Aoû - 20:50

Pour l'absurde réussi, je te conseillerai peut être de lire les bouquins de H2G2 et "la Cybériade". Car en effet la légèreté peut se démarquer parfois du sempiternel ton "pince sans rire".

En fait, ici aussi les tournures sont trop alambiquées, trop "personnelles" pour avoir l'universalité de l'humour. Descendre d'un cran dans le délire, ne pas oublier de prendre en compte tes ellipses narratives : ce qui te fait sourire, peut me laisser perplexe si je ne connais pas tous les éléments qui amènent à la situation drôle.

En fait, j'ai surtout l'impression d'avoir lu la même chose que dans "sem"; tu auras juste remplacé les légumes par des poissons ^^


Par contre, petite remarque personnelle qui me chagrine un peu : s'agissant d'un texte présenter pour un concours, annoncer que le nom du thème et le projet est "bidon" risque de ne pas plaire au jury !
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saumons.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saumons.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tagliatelles aux deux saumons
» Verrines aux trois saumons
» lasagne au 2 saumons
» Pennes aux deux saumons
» Gratin aux deux saumons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: