AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Procédure d'autisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Procédure d'autisme   Sam 22 Aoû - 12:26


Rapport de fin d’étude d’Elisabeth Franget
Etude de cas : Laura Rigeon

Procédure d’autisme :

Un jour j’ai décidé de faire une procédure d’autisme. Qu’entendons nous par la, je ne parle pas ici d’une quelconque opération ou d’une demande administrative. C’est ne procédure personnelle, un long développement intérieur. Un changement qui chamboule toute une vie. La décision de devenir autiste. Ne supportant plus cette vie, ni ce monde j’avais décidé de les voir autrement. Pas forcément d’un meilleur œil mais différemment, en faisant un pied de nez à la destinée.
Tout était question d’apparence, d’auto- persuasion aussi. Le choc fut brutale quand la procédure d’autisme fut mise en route.
L’autisme a différents degrés et différentes définitions, j’avais la mienne.
Un jour ce fut la fin de moi en tant qu’être normal, incluant responsabilité, choix, échec. Je me posais en posture permanente d’échec mais avec excuse.
Je commença par ne plus m’alimenter normalement, à ne plus interagir avec les autres, je ne parlais plus. Sauf à moi-même dans ma tête, ou en chuchottant ne rajoutant que plus aux critères de folie ou de maladie mentale. Je me renfermais dans un monde que j’avais crée, où les gens ne pouvaient pas m’atteindre, où je ne les entendais pas.
Ma famille était là impuissante, à en devenir violente, pour me faire réagir, à me bousculer, me secouer tellement la frustration et l’incompréhension étaient grandes.
Un médecin fut appelé, puis d’autres. Après on les appelait les gentils monsieur pour moi. J’étais tel un bébé, j’avais retrouvé un cocon. Puis ma famille se rendit à l’idée, s’auto persuada même qu’il y avait eu des signes avant coureurs : elle était souvent dans la lune, certaines difficultés à l’école, des relations sociales à l’emporte pièce.
Des fois, je sentai que j’allais craquer alors je pleurais, on attribuait cela aux crises d’autisme. Les pleurs étaient une réponse aux interrogations, montraient mon humanité, déclaraient ma perdition.
Mais ma famille ne supporta pas, alors elle me plaça. Mais je résistai, c’était mon idée. Je veux y rester.
Ceci furent les derniers mots vraiment rationnels que je pus échanger avec la patiente. Est-ce que ceci était une crise de lucidité ou ce qu’elle venait de me dire était vrai. Elle venait tout juste d’arriver dans le centre. J’étais une jeune stagiaire qui s’interrogeait et discutait avec les patients, ces êtres hors monde qu’on parquait dans un coin, cachés de la société dont-ils s’étaient exclus, volontairement ou non.
J’ai toujours été poursuivi par la question. Elle ne me parla plus. Elle ne parla plus. Je l’observa longtemps après, quand elle déambulait dans les couloirs du bâtiment, ou lorsqu’elle effeuillait des pétales de fleurs dans le parc. De loin, elle était si normale, de près si spéciale. Quoiqu’il en soit, elle avait réussi son pari mais à quel prix?
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 24
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Mer 26 Aoû - 16:08


Rapport de fin d’étude :
Médecin traitant : Drystan Hayarn.
Patiente : Xupinette.


Sujet : Commentaire de Texte.


Alors, alors, alors. Chose promise, chose due.
J’aime mon titre de commentaire.
Bon. On va faire la petite phrase sur la ponctue.
Une paire de Guillemets pour encadrer les dires de la patiente, ca aurait été génial ^^ Je n’avais pas tout bien pigé.
L’histoire est sympa. Tu as énormément d’imagination, profites en.
And… Now… Le véritable commentaire !
Je corrige, te donne une autre version, passe sur les fautes begnines…





Rapport de fin d’étude d’Elisabeth Franget
Etude de cas : Laura Rigeon

Procédure d’autisme :


On va commencer par ca. Je ne suis pas super bien placé pour un cours sur les balises, mais… Y’a des typos qui ne font vraiment pas rapport médicale. Quand à l’entête si dessus, coté texte, il est un peu flou. Fait net, précis, direct :



Rapport de fin d’étude :
Madelin traitant : Elisabeth Franget.
Patiente : Laura Rigeon.

Sujet : Procédure d’autisme.



_



Un jour j’ai décidé de faire une procédure d’autisme. Qu’entendons nous par la, je ne parle pas ici d’une quelconque opération ou d’une demande administrative. C’est ne procédure personnelle, un long développement intérieur. Un changement qui chamboule toute une vie. La décision de devenir autiste. Ne supportant plus cette vie, ni ce monde j’avais décidé de les voir autrement. Pas forcément d’un meilleur œil mais différemment, en faisant un pied de nez à la destinée.


Un jour, j’ai décidé de faire une procédure d’autisme. (1) Qu’entendais-je par la ? (2) Pas une quelconque opération, ou une demande administrative. Je parle d’une procédure personnelle, d’un développement intérieur. (3) Un changement qui chamboule toute une vie. Une décision. La décision. Devenir autiste. (4) Ne supportant plus cette vie, je choisis de la regarder autrement… [Ou : Je ne supportais plus cette vie. Alors, je choisis de la regarder autrement.] (5). Pas d’un meilleur œil. Différemment. En faisant un pied de nez à la destinée. (6).


(1) Une virgule est essentielle, à mes yeux, pour faire la scission, ne serais-ce que dans l’esprit du lecteur, histoire d’accentuer sur le jour, quoi ^^.
(2) Qu’entendons-nous par la est une question… Soit, un point d’interrogation. De plus, on passe directement du « Je » au « On ». C’est bizarre. J’ai modifié en fonction de mes dires. J’ai mis au passé, histoire de continuer dans le même temps. De plus, je ne considère pas cette phrase comme essentielle. Je l’ai mis en italique pour marquer cela.
(3) C’est redondant « Qu’entendons-nous » « Je ne parle pas ici ». Il faut retirer le début de la phrase. Pareil pour le « C’est ». Est-il vraiment utile ? Le «Long », même s’il apporte un renseignement (Quoique) sur la phrase, alourdi. Puis, tu peux ici placer ton « Je parle » dans la deuxième phrase.
(4) RAS sur la phrase. Puis, avis purement personnel, insiste sur la décision, hachure ta phrase, pour mieux marquer tes dires.
(5) Le « ni ce monde » est facultatif, et alourdit. Dis-toi que l’on peut comprendre qu’elle fasse une procédure d’autisme avec « Ne supportant plus cette vie ». Le passé composé alourdit le texte. Prend en un simple : Je décidai, je choisis… (Bla, enfin, les temps et moi, ce n’est pas le top, alors). Je t’ai donné deux versions de cette phrase, n’étant pas sur moi-même…
(6) Le « Forcément » est hideux. On le coupe. Puis, cette phrase peut être hachurée, en virant les conjonctions de coordination, tel que mais. Un point n’est t’il pas plus esthétique ?

Voila pour ce premier paragraphe. L’introduction, question idées, est sympa, tu nous mets sur le chemin de l’histoire, en nous donnant une définition, non superflue, je le confirme - Ben oui, avec le titre, je ne m’attendais pas à ca. Passons à la suite.

_



Tout était question d’apparence, d’auto-persuasion aussi. Le choc fut brutal quand la procédure d’autisme fut mise en route.
L’autisme a différents degrés et différentes définitions, j’avais la mienne.
Un jour ce fut la fin de moi en tant qu’être normal, incluant responsabilité, choix, échec. Je me posais en posture permanente d’échec mais avec excuse.


Tout était question d’apparence. D’auto-persuasion. (1). Le choc fut brutal quand la procédure s’entama [Ou s’enclencha, démarra…] (2). L’autisme a différentes définitions. J’avais la mienne. [Ou : L’autisme possède de multiples définitions. J’avais la mienne.] (3). Ce jour fut la fin de mon moi-normal. Plus de responsabilités, de choix… Je me posais en posture d’échec permanant. Avec excuse. (5)


(1) Aussi ? Pourquoi aussi ? Il est hideux ce aussi ! Rah ! Poubelle aussi. Sinon, pour le reste de la phrase, tu as le choix entre le point et la virgule. Étant adepte des phrases courtes, je préfère la première solution. Le choix te reste tout entier, sinon.
(2) On sait qu’elle est la procédure en question. Pas obligé de le repréciser. De plus, l’on remarque qu’il y a deux fois « Fut ». Répétition. Il faut donc user d’un synonyme. Du type : s’entama, s’enclencha, démarra…
(3) Par souci de concordance, j’ai supprimé les « différents degrés », car la fin de la phrase ne fait allusion qu’aux définitions (Une définitions : J’avais la mienne). Tu peux le laisser, mais, dans ce cas, il faut transformer le final. J’ai aussi scindé la phrase en deux, pour alléger. J’ai aussi donné une autre option, qui évite la réutilisation du verbe avoir dans les deux phrases.
(4) Un jour… Pourquoi un jour ? Elle vient de l’enclencher, la procédure, si je ne me trompe. C’est donc : « Ce jour », Puis la suite de la phrase n’est pas jolie. On raccourcit tout cela, en se servant du terme « Moi-Normal », puis, pour la suite, autant prendre « Plus de » pour tout entamer. On retire l’échec, pour éviter une répétition.
(5) Réordonnons la phrase, en déplaçant le permanant. Est-ce la posture, qui est permanente, ou l’échec ? Je trouve cette dernière possibilité plus logique. Bien sur, je peux me tromper. Puis, le final, on coupe, on enlève la conjonction, et hop.

_



Je commençai par ne plus m’alimenter normalement, à ne plus interagir avec les autres, je ne parlais plus. Sauf à moi-même dans ma tête, ou en chuchotant ne rajoutant que plus aux critères de folie ou de maladie mentale. Je me renfermais dans un monde que j’avais crée, où les gens ne pouvaient pas m’atteindre, où je ne les entendais pas.
Ma famille était là impuissante, à en devenir violente, pour me faire réagir, à me bousculer, me secouer tellement la frustration et l’incompréhension étaient grandes.


Je commençais par ne plus m’alimenter normalement. J’ignorais autrui. Je ne parlais plus. (1). Sauf à moi-même. Dans ma tête. Parfois, je chuchotais, afin de paraitre plus folle… (2). Je m’enfermais dans un monde que j’avais créé, où les gens ne pouvaient m’atteindre, où je ne les entendais pas. (3) Ma famille était là. Impuissante. Violente. Cherchant à me faire réagir, me bousculant, me secouant, tant la frustration, l’incompréhension était grande. (4).


(1) Première partie, on coupe a la virgule. La deuxième… Je n’arrive pas à la comprendre. Pas son sens, mais, à quoi sert t’elle dans cette phrase ? Interagir est un joli mot, mais dans un texte de ce type, sorti durant une crise de lucidité d’une gamine autiste, il est hors contexte. Tu as déjà réussi à user interagir dans une discussion non préparée ? Pas moi. C’est comme la racine des maths, implacable en discussion. Je te conseille donc de prendre quelque chose de plus logique, de plus simple. « J’ignorais autrui » par exemple (Autrui, je l’emploie tout le temps, et tout le monde se fout de ma tête à chaque fois… Ca sonne comme Ô Truies.). On scinde en trois le texte.
(2) On coupe en deux le « sauf à moi-même dans ma tête ». Et on transforme la suite. Elle est tout bonnement incompréhensible. Tu te relis Xupi ? Parce que ce morceau est affreux… Je l’ai retapé du mieux possible.
(3) Aha ! Le calme après la tempête. Petite modification au début, et au milieu… Sinon c’est bien.
(4) Élagage, nettoyage, découpe, remaniement, transformation. On met des virgules, on change de temps, on rajoute un ou deux points… Pour faire joli. (Pour le final, je ne suis pas tout a fait sur, mais je crois que le seul sujet est l’incompréhension, avec la virgule.)

_



Un médecin fut appelé, puis d’autres. Après on les appelait les gentils messieurs pour moi. J’étais tel un bébé, j’avais retrouvé un cocon. Puis ma famille se rendit à l’idée, s’auto persuada même qu’il y avait eu des signes avant coureurs : elle était souvent dans la lune, certaines difficultés à l’école, des relations sociales à l’emporte pièce.
Des fois, je sentais que j’allais craquer alors je pleurais, on attribuait cela aux crises d’autisme. Les pleurs étaient une réponse aux interrogations, montraient mon humanité, déclaraient ma perdition.
Mais ma famille ne supporta pas, alors elle me plaça. Mais je résistai, c’était mon idée. Je veux y rester.


Un médecin fut appelé. Puis d’autres. (1) En ma présence, on les appelait « les gentils messieurs » (2). Echecs. Vint le moment ou ma famille s’auto persuada qu’il y avait eu des signes avant coureurs « elle était souvent dans la lune, des difficultés à l’école, des relations sociales à l’emporte pièce ». (3). Il m’arrivait de pleurer, écrasé par le poids de cette fausse folie. Crise d’autisme, disaient t-ils. (4). Ces larmes étaient une réponse aux interrogations, montraient mon humanité, déclaraient ma perdition. (5). Ma famille ne supporta pas ces « Crises ». Elle me plaça. (6)
Je résistais… Je résiste… Mon idée… Je veux y rester… Je veux rester… Folle. (7)




(1) Le point. Ô magnifique création. La langue française l’ai fait pour qu’on s’en serve ! Ca fait choli ! *Disparais*.
(2) Deux choses qui clochent à mes yeux. Primo, le après. Il est logique, mais il gène. Laisse le lecteur faire la déduction tout seul. Lancement de la procédure, folie, parents qui ne savent plus quoi faire, appel du docteur, puis autres docteurs, état fragile de la malade… Donc, Gentils messieurs. Le « pour moi » est mal placé. Remplace-le par « En ma présence ».
(3) « Puis » a été employé voila deux phrases. Il ne faut donc pas s’en resservir si tôt. Utilise un synonyme. Le même est de trop, le certains coupe la lecture… Puis, je critique l’utilisation d’auto-persuada et de ce rendre a l’idée dans la même phrase… Ca mène à une chose identique…
(4) Cette phrase est très mal tournée. « Dès fois », « Alors »… Des mots à ne pas employer dans la même phrase. Un point après pleurs aurait été mieux indiqué. J’ai remanié dans ma correction, car je trouvais ca vraiment laid…
(5) Cette phrase est sympa. Seulement une modification au début, car tu viens juste d’utiliser le verbe pleurer.
(6) Le Mais n’est pas obligatoire. Evite d’employer des conjonctions de coordination par milliers. Ca ne sert a rien. Ca enlaidit. Le mais est à user pour les changements Radicaux. Pas pour une suite logique… Le alors, n’a pas grand-chose à faire ici non plus…
(7) Rien pigé ! Ou qu’elle veut rester ? Dans sa folie ? A l’asile ? Remarque… Ce sont ses derniers mots… Alors… On va mettre plein de points de ponctuation, histoire de marquer le final de la folie, et le « The End » de sa lucidité.

Voila pour les dires de ton personnage méga tordu (A croire que tu les aimes, ces gens illogiques.)
On encadre le tout de guillemets, pour rendre tout cela compréhensible.



_


Ceci furent les derniers mots vraiment rationnels que je pus échanger avec la patiente. Est-ce que ceci était une crise de lucidité ou ce qu’elle venait de me dire était vrai. Elle venait tout juste d’arriver dans le centre. J’étais une jeune stagiaire qui s’interrogeait et discutait avec les patients, ces êtres hors monde qu’on parquait dans un coin, cachés de la société dont-ils s’étaient exclus, volontairement ou non.
J’ai toujours été poursuivi par la question. Elle ne me parla plus. Elle ne parla plus. Je l’observai longtemps après, quand elle déambulait dans les couloirs du bâtiment, ou lorsqu’elle effeuillait des pétales de fleurs dans le parc. De loin, elle était si normale, de près si spéciale. Quoiqu’il en soit, elle avait réussi son pari mais à quel prix?


Ceci fut les derniers mots rationnels que je pus échanger avec la patiente. (1). Crise de lucidité ? Vérité ? (2). Elle venait tout juste d’arriver dans le centre. (3) J’étais une jeune stagiaire qui s’interrogeait, qui discutait avec les patients, ces êtres hors normes qu’on parquait dans un asile, cachés de la société dont-ils s’étaient exclus, volontairement ou non. (4) J’ai toujours été poursuivi par la question [Ou : Ces questions me suivirent a jamais…] Elle ne me parla plus. Elle ne parla plus. (5). Je l’observai longtemps. Déambulant dans les couloirs. Effeuillant des pétales de fleurs dans les jardins... (6) De loin, si normale. De près, si spéciale. (7) Elle avait réussi son pari. Mais à quel prix? (8)



(1) On revoit le temps. Ceci est un singulier, contrairement à Ceux-ci. Le vraiment est t-il indispensable ?
(2) La base d’une interrogation, c’est… Les points d’interrogations. Puis, tu réutilises « Ceci », ta phrase est à rallonge. Epure. Je t’ai donné un exemple d’épuration complète, radicale, ultime. Y’a plus délicat.
(3) Hum. Bon. Peut être remplacer « dans le » par « au », mais ca peut induire en erreur (Au centre de ?).
(4) Quelques mots à changer, une conjonction à retirer, une virgule à placer. Rien de grave.
(5) Pas super jolie, la première phrase. Sympa, mais, je peux te proposer une alternative. A toi de voir.
(6) Un petit point à la première partie. On retire le « Après ». Le reste mérite d’être coupé en deux. Enfin… pour ma version proposée, je ne suis pas vraiment sur que ca améliore. C’est plus une alternative. Je trouve que rend la lecture plus aisée.
(7) Le « Elle était » ne sert pas à grand-chose.
(8) « Quoi qu’il en soit », ce n’est pas le top. Retirons-le, mettons un point… Et… Gardons le « Mais ». Il est utile, cette fois…


Fini.
J'ai bien aimé l'histoire.
Le tout est compréhensible ?
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Mer 26 Aoû - 18:51

Il veut pas entrer dans le comité lui avec ses paveys de commentaires ^^ ? Il y aurait sa place !



J'ai pas lu le premier comm', trop gros, donc je vais sans doute faire dans la redite.


C'est écrit trop petit, c'ets tout tassé, ça respire pas, ya pas de lignes de séparation.

Ensuite il n'y a aucune séparation (physique ou typographique) permettant de distinguer les deux narratrices, et donc les deux parties du texte. J'ai du m'y reprendre pour remettre de l'ordre dans tes idées. Dommage, mais pas impossible à rectifier Heureux

Ensuite : honte à toi !
SHAME ON YOU !!

On t'a jamais appris à conjuguer la première personne du singulier du passé simple ?!

Citation :
Je commença.
Je l'observa

horreur malheur ! Jamais je ne pardonnerA ça !

Sinon j'ai envie de dire que c'ets très académique, ça colle à peu près à un rapport d'étude, même si ton coeur balance entre le compte rendu froid et clinique et l'avis personnel sur une anecdote passée.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 24
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Mer 26 Aoû - 22:11

J'ai mes raisons de ne pas rentrer dans le comité ^^
Green Partizan précise qu'il ne veut pas de moi. Si-si.

Green Partizan a écrit:
Le recrutement est complètement libre, chacun peut postuler pour intégrer le comité, aucune condition spéciale n'est demandée pour entrer, si ce n'est, cela va de soi, une connexion assez régulière au forum (rien de bien méchant, hein, on ne demande pas des Darkfire bourrés en amphétamines lol ).

Alors ^^.

J'ai corrigé les fautes d'orthographe sans rien dire ^^.
C'etait des erreurs de frappe, hein Xupi ?
HEIN ?
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Sam 5 Sep - 19:28

Pourquoi avoir utilisé la première personne du singulier alors que le texte est présenté comme un rapport médical, comme une sorte d’étude de cas. La troisième personne du singulier n’aurait-elle pas été plus adéquate ?

Prendre ce ton décentré pour faire parler un autiste de lui-même m’aurait pas gêné s’il n’avait pas été annoncé comme un rapport.
Si tu avais choisi de faire parler l'autiste jusqu'au bout sans parler au démarrage de rapport médical, il aurait même pu prendre toute sa valeur en accentuant par les choix stylistiques l’aspect physique du phénomène.

Toute la description de la transformation de Laura est menée avec brio car très efficace dans sa simplicité.

Quelques erreurs de conjugaison et des fautes d’orthographe qui mériteraient d’être corrigées.

Au final, ce texte m’a bien plu. J’ai pris plaisir à le lire car il en serait même instructif au-delà du récit. La seule chose qui m’ait véritablement gênée, c’est l’utilisation de cette première personne dans un rapport médical

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Goldmund

avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 28
Localisation : Plus loin qu'ailleurs
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Sam 5 Sep - 19:43

Comme d'habitude l'idée est bonne, mais le style est encore maladroit. C'est dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Sam 5 Sep - 19:50

Merçi pour les commentaires. Je sais que mon " style", plutôt mon écriture pêche encore, je n'ai pas encore trouvé comment le travailler, l'améliorer. D'autant plus que souvent les écritures sont instinctives et en un seul jet.

Petit topo sur l'autisme:
A la base le mot qualifiait le repli sur soi mais ensuite on est revenu sur cette donnée. L'autisme inclue plus généralement trois domaines affectant le patient :
Cela touche
  • la communication (on observe des déficiences qualitatives) ;
  • les interactions sociales (on observe également des déficiences qualitatives) ;
    les centres d'intérêt (on note qu'ils sont restreints, répétitif, stéréotypés).

    L'autisme normalement est dépisté en bas âge. Pas de cas d'autisme développé à l'âge adulte à ce qu'il me semble.
  • Revenir en haut Aller en bas
    Goldmund

    avatar

    Masculin Nombre de messages : 2123
    Age : 28
    Localisation : Plus loin qu'ailleurs
    Date d'inscription : 23/12/2007

    MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Mar 8 Sep - 21:33

    Tu tiens absolument à ce qu'on t'appelle l'autiste, si je comprends bien ?

    Comment travailler ton style ? Une grammaire, une grille de conjugaison, google pour l'orthographe, et des livres. Pas du Marc Levy hein ? Tu nous ferais plus de fautes que jamais ; je dis : quelque chose de lisible (genre Sade, ou le compte rendu papier du site Redtube).
    Revenir en haut Aller en bas
    Teclis
    Rôliste


    Masculin Nombre de messages : 1750
    Age : 28
    Date d'inscription : 23/12/2007

    Personnages RP
    Pseudo:
    Pseudo :
    Pseudo :

    MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   Ven 23 Oct - 2:20

    Il l'aime son sade lui ! XD



    Alors... L'idée de passer du point de vue de la patiente à celui de la stagiaire est un brillant petit plus. Je crois juste qu'au niveau de la forme, il aurait fallu citer avec des guillemets l'histoire de la patiente.

    Son cheminement psychologique, la volonté du "pourquoi" son attitude, est rondement mené. Le fait que le texte ne semble pas respirer (choix de petits caractères tassés) est expliqué par la volonté de renforcer le sentiment de claustrophobie intérieure, d'autisme justement.
    Des fautes se promènent, par-ci par-là. Un peu de relecture pourrait ne pas faire de mal (paresseuse !!! ).
    Chien

    Le changement de narrateur est un point fort. Le doute subsiste, fiction ou vérité ?! Héhé ! A chacun de se faire son idée.
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: Procédure d'autisme   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    Procédure d'autisme
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Info INP - Nouvelle procédure d'admission
    » Qu'est ce qu'une procédure pénale?
    » [Tuto] Bien configurer le Wildfire S depuis le S-Off jusqu'à l'utilisation (procédure pas à pas)
    » [Officiel] Procédure de traduction
    » La procédure à suivre pour le Flash de Bada 2

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
    Sauter vers: