AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 errance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: errance   Sam 5 Sep - 20:06

http://www.youtube.com/watch?v=0rD5bNz1gm8&feature=related



Ce petit caillou poussé de la pointe du pied, délicatement écarté du chemin par ce gamin perdu, est peut-être le témoin de sa peine ; car sur son chemin, l’enfant semble vouloir écarter tous les obstacles qui obstruent son avenir… A moins, que repousser les pierres du chemin ne soit qu’une occupation banale pour ce frêle petit corps livré à lui-même sans attache et espoir… Ce garçon maigrichon et pâle marche sans but depuis la nuit tombée, errant parmi les ombres de la nuit, sans quête et sans contrainte.

Alors que le soleil ébauche son entrée, réchauffant l’asphalte et déversant sa brume sur la ville, les rêves du bambin s’égarent, livrant ses pensées au hasard des rues. Son dernier repas remonte déjà à la veille, lorsqu’il a chipé une belle brioche sur l’étal du gros Fernand qui n’a rien vu, le pauvre ! Il est allé manger ce met délicat près des quais, les jambes ballant dans le vide dégagé par la marée, la tête chargée de souvenirs. Il a fait durer le plaisir… laissant fondre chaque petit morceau sur sa langue, aspirant le sucre et dégustant la pâte, combattant sa faim permanente et son chagrin.

Ce matin, son appétit est encore à vif. Mais il est encore trop tôt pour trouver de quoi satisfaire sa fringale. La ville dort encore et les quelques badauds qui apparaissent, se fondent, vagues silhouettes grisonnantes, dans le brouillard matinal. Il attendra que les boutiques ouvrent leur porte et que fruits et légumes attirent les regards concupiscents des promeneurs pour tenter d’attraper de quoi subvenir à ses besoins en risquant la volée de coups de bâton.

Marchant, la tête basse, concentrant sa faim sur les souvenirs de la veille, afin de retrouver le plaisir de l’estomac rempli, ce gosse des rues ne s’est pas rendu compte que ses pas l’avaient guidé vers la ruelle des heureux jours… Ces jours heureux des toutes premières années passées dans la chaleur et l’affection, quand il pouvait poser sa tête sur le sein de sa mère, lorsqu’il pleurait contre son cou s’il était triste. A cette époque, la nourriture semblait tomber du ciel et il en profitait sans effort et sans crainte car il n’était pas seul…

Mais un matin, il s’était levé et avait couru, selon son habitude, se jeter sur le lit de sa mère pour l’embrasser et se blottir dans sa douce chaleur, jouer avec ses nattes et sentir les odeurs de la nuit. Dans la chambre, il n’avait trouvé que le vide et un lit froid, bien plié, sur lequel reposait la lettre.
Avec application, il en avait déchiffré chaque mot et chaque mot restait gravé dans son coeur comme une marque au fer rouge. Elle était partie, abandonnant ce boulet qui l’empêchait de vivre ses plus belles années, écartant cette entrave à son plaisir … Elle avait choisi de l’abandonner, convaincue que son frère serait là pour le recueillir...

Mais le môme était parti. Il avait fui cet oncle disgracieux et glacé et refusé la vie sans joie et privée de liberté qui lui était offerte. Il savait qu’il n’aurait pas le bonheur mais il avait choisi de vivre en toute indépendance. Aussi, s’était-il caché, avant d’apprendre à chiper et à mentir. Il avait bâti sa vie sur les ruines de ses souvenirs et luttait chaque jour pour ne pas y penser, pour construire son bastion, ériger sa forteresse.

Debout devant l’embrasure, figé devant le palier de la porte close, l’enfant sent ses murailles se briser, déchirant au passage les lambeaux de son cœur, vestiges du passé.
Il lutte face au mal qui l’étouffe, l’agrippant à la gorge, et prenant peur, il s’écarte bien vite, appelant à l’aide un dieu qui ne lui en a jamais apporté. Ses pas saccadés et rapides résonnent, se répercutant sur les façades des habitations, rebondissant pour se perdre dans les reflets blafards et décolorés de l’aube grise.


(Ecrit sous contrainte lors d'un devoir donné par Ambre Melifol: Improvisation sur musique)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: errance   Sam 5 Sep - 23:22

J'aime beaucoup!! beaucoup!!
et en plus la musique est vraiment adéquate, celle que tu m'as envoyé avec le texte ça nous permet mieux de nous transporter. La musique m'amène toujours des univers, des histoires et là ça colle parfait.

On a l'impression de lire une histoire d'un autre siècle, c'est comme ça que je l'imagine, début 1900 ou même époque moderne.
L'histoire d'un petit dany copperfield bis.

J'aime les images de douleur, de coeur, de souvenir que tu développes, je trouve qu'elles sont vraiment bien trouvés. Ca fait écho, ça nous touche.

Merçi.
Revenir en haut Aller en bas
 
errance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: