AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Condamnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Condamnée   Sam 5 Sep - 20:24

Condamnée



Quel produit m’a-t-on injecté ? Un corps qui ne pouvait plus vivre, trop malade… Rongé par un mal qui gagnait toujours plus loin et qui bientôt me détruirait avec toujours plus de souffrances. Souffrances pour toi, pour vous… Et pour moi l’oubli…

Mais au moment de mourir, je ne veux pas. J’ai peur…
Mon corps ne sera plus rien. Je ne serai plus rien.

Je voudrais croire en Dieu et pouvoir m’élever vers les cieux. Mais, petit morceau de Nature je suis et je pourrirai…
Je ne suis qu’une petite étincelle, bribe d’énergie, je n’ai pas été capable d’allumer le moindre feu…
Pourtant, je veux continuer, poursuivre ce chemin, sans but, être juste vivante…
Et me raccrocher à toi mon amour, à toi, à la vie !

Ne rien faire, seulement penser à la joie, au bonheur en oubliant la cruauté… Ne pas voir le vide qui s’est emparé de moi quand le malheur est arrivé. Si grand malheur qu’il t’a fait sortir du monde pendant deux longues années….qu’il t’a fait mettre ton existence entre parenthèse comme si tu n’existais plus, en attente d’un futur meilleur.

Ne pas ressentir le chagrin de la perte. Ne pas pleurer devant l’abandon. Ne plus lutter pour des causes perdues d’avance.
Voir seulement le soleil, sentir sa chaleur et ses doux rayons sur mon visage. Me faire caresser par tes doigts légers et sentir tes baisers sur mes yeux, sur mes lèvres, sur ma peau…
Je veux la chaleur de ta main, l’odeur de ton corps. Je veux rire, chanter, encore aimer, exister, respirer et entendre mon cœur battre.
M’accrocher à toi, mon amour !

Et les larmes soudain sortent…

Attrape-moi, prends-moi dans tes bras ! Ne me laisse pas te quitter ainsi ! Je veux être collée à ton cœur, je veux battre avec toi ! Prends-moi dans tes bras et recouvre-moi tel un œuf… Protège-moi !
Je ne veux pas mourir ! Je veux vivre, recommencer tous ces moments de plénitude parfaite, au chaud, lorsque mon âme touche la tienne ; lorsque je pense avec tes yeux et que je suis devenue toi…
Emmène-moi encore partager la rigueur de l’océan et la folie du vent ; glisser au sommet de l’écume en épousant tous ses mouvements ; grisée par la vitesse et modelée par la risée ou le souffle violent de la tempête.
Fais-moi encore découvrir tout ce qui est bien trop difficile pour moi. Tu as encore tant à m’apprendre ! Ne me laisse pas te quitter avant de m’avoir tout donné.
Je veux encore sentir la brise sur ma peau, la caresse du soleil.
Je veux percevoir l’odeur de l’herbe coupée, le parfum du muguet, les roses qui s’épanouissent, veloutés de douceur.
Ma respiration est hachée… brisée… Je pleure, j’ai peur.
J’ai peur de t’abandonner. Je sais que ta vie va s’arrêter…

Les larmes coulent.

Mais vis pour moi ! Vis et fais tout ce que je ne pourrai plus jamais faire. Touche ce que je ne pourrai plus jamais toucher.
Je te laisse toutes mes sculptures qui sont des émanations de moi.
Je te laisse nos enfants qui auront besoin de toi et qui t’aiment…
Oh ! Mon cœur se serre, compressé par l’amour qui l’assaille. Mes fils, nos plus belles réussites, mon plus grand bonheur ! Soudain leurs forces me pénètrent avec leur jeunesse, leurs rires, leurs cris, leurs chahuts, leurs baisers… Je m’enivre de leurs regards si bleus et si tendres. Je surprends leur complicité et leurs combats pour quitter l’enfance. Je les entends s’amuser de mes craintes et se railler quand je me perds dans mes rêves. Je ressens leur vigueur. Mes fils, je vous aime !
Je ne veux pas mourir ! Je veux être là quand vos enfants naîtront ; je veux être grand-mère pour les tenir, si petits, dans mes bras et lire dans leurs yeux les générations futures.

Pourquoi mourir maintenant ?

Je veux encore créer, faire sortir de la pierre l’être qui s’y enferme, laisser sous le burin mes émotions internes, frapper, évacuer pour me purifier.
Je veux les fleurs ! Le bruissement des arbres sous la brise ! Le ciel et son immensité ! La pluie qui frappe mes joues !

Les larmes ruissellent sur mon visage.

Me plonger encore une fois dans la mer pour me sentir légère. Flotter entre deux eaux en oubliant la folie du monde. Me parfumer des embruns et me sentir libérée de toutes les tensions.
Lutter contre le froid, écarter la mort, combattre la tristesse. Mais pleurer, me vider de la peine que j’ai de tout laisser.
User mes forces pour aimer. Tendre mon être vers l’infini, vers le ciel et les étoiles et me perdre dans le firmament l’espace d’un instant, le temps de te rejoindre, de t’enlacer encore pour ne pas te quitter.
Sentir ta main, dans la mienne enserrée, me crisper sur ta présence pour ne pas oublier… pour encore exister.
Mon âme se détache de nos corps éperdus, elle s’égare, se dissipe… Encore m’accrocher, ne pas t’abandonner…


(Ecrit sous contrainte lors d'un devoir donné par Ambre Melifol: 2mn avant de mourir)

_________________



Dernière édition par Cassiopée le Sam 5 Sep - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Condamnée   Sam 5 Sep - 23:01

Le début est un peu nerveux, la lecture est un peu difficile , hachuré, d'un coté ça ressemble bien à la précipitation, à la panique, ce côté hachuré.

C'est vraiment poignant. On voit que tu y as mis beaucoup du tien. Je ne vais pas trop commenter la forme en tout cas pas aujourd'hui.

On sent la détresse du " personnage", l'amour de la vie qui surgit à l'aube de la mort, l'amour de l'humanité, de sa famille.

C'est poignant, ça prend aux tripes

Désolé de commenter si peu, je reviendrais dessus plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
 
Condamnée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Condamné pour des propos tenus sur un forum
» Pumpkinhead: Les Condamnés
» Condamnés pour avoir laissé leur chien devenir obèse
» Helene Martin - Le condamné à mort -
» Naxoo condamnée pour travail au noir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: