AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le bonheur se pointe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Le bonheur se pointe   Sam 5 Sep - 20:42

Peu importe ma vision des choses, je ne suis pas un individu très causant. Les discours, je les conçois dans ma tête, ils prennent la forme d’images parmi lesquels les souvenirs de mes lectures se mêlent. Si je choisis aujourd’hui de vivre en marge du monde, ce n’est pas pour le fuir, il est juste un peu trop grand pour moi. Je préfère marcher dans le bois.
Les arbres centenaires me rassurent. Ils m’apportent la sérénité dont j’ai besoin. Il me suffit de lever le regard pour me sentir en union avec eux. J’apprécie leur calme et leur protection.
Leur immobilité me permet d’en supporter le nombre. Ils représentent les seuls moments de bonheur que je m’accorde encore.
Lorsque je rentre chez moi, la maison est vide. Il y a bien longtemps que ma famille ne me manque plus.
Cependant, la solitude me pèse parfois. Dans ces moments, l’isolement m’apparaît redoutable, j’ai l’impression de devenir une bête sauvage, incapable du moindre petit effort pour mes congénères.

Le facteur est sans doute la personne qui me fréquente le plus. Il vient, tous les matins, m’apporter mon journal, de temps en temps une facture, plus rarement une lettre.
Aujourd’hui, le facteur ne m’amène pas de courrier, il vient accompagné.
La fille est brune, très petite, extrêmement frêle, si menue avec sa petite frimousse de fille sévère, ses cheveux coupés courts qui la désignent presque du sexe masculin.
Elle est là devant moi alors que le silence règne.
Cette fille, c’est Lison, ma nièce, filleule d’une autre vie, dernière parente en vue. Elle aussi est seule, trop seule pour son âge, semble t-il.
Elle vient habiter sous mon toit en attendant d’être majeure. Je trouve la situation incongrue.

Le salon prend des teintes rosées. L’aurore a fort à faire pour donner un peu de vie à mon environnement. Lison l’aide beaucoup. Elle brique chaque jour un des meubles cirés qui luisent, à présent, sous les rais du soleil levant. Elle est déjà debout, prête à prendre le car qui doit l’emmener vers son lycée.
Sa présence dans la maison apporte une note de gaîté qui m’étonne. Les fenêtres s’ouvrent sur les champs, l’espace devant nous s’agrandit.
Ce matin, elle fredonne un air que je ne connais pas. Je la regarde par-dessus mon bol de café noir, comme un chat surveille le poisson dans son bocal. Je me demande encore ce qu’elle fait ici, près de moi.
Elle chantonne souvent bien qu’elle parle peu. Son silence est d’or. Sa présence seule suffit à éclairer ma raison.

Nous partons ensemble vers l’arrêt du bus. Sur le chemin, nous traversons le bois. Sa main, alors, se glisse dans la mienne, lui apportant une chaleur oubliée depuis tant d’année. Je lève mes yeux vers la cime des grands chênes, quêtant leur quiétude, appelant leur tranquillité. Pour la première fois depuis que je vis ici, je ne perçois pas la présence du silence des arbres. La paix est bruyante ce matin. Les oiseaux sifflent leurs chants mélodieux que j’entends soudain, faisant battre mon cœur plus fort, la main dans sa main.

(Ecrit sous contrainte lors d'un devoir donné par Ambre Melifol: Happy end)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Re: Le bonheur se pointe   Sam 5 Sep - 20:43

(partie 2)

Les ombres peuplent aujourd’hui ma demeure. La lumière qui filtre au travers de la fenêtre entrouverte vient déposer des flocons de poussières sur les meubles patinés. Ce léger rai de soleil éclaire les silhouettes sombres qui enveloppent ma vie, bibelots abandonnés, souvenirs de lieux lointains. Lison a, elle aussi, laissé quelques traces de son passage sur les murs. Une grande aquarelle illumine par sa transparence le seul coin de la pièce que je peux apercevoir de partout. Lison me manque. Voici maintenant six mois et bientôt une semaine qu’elle est partie suivre des études à Paris, loin de nos forêts, loin des grands arbres, loin de moi...

Je n’ai même plus envie de parcourir seul le chemin qui mène à la bétulaie. Ces grands êtres de bois ont libéré leurs bourgeons telles des papillotes tremblotantes. Toute cette animation encombre le ciel en bruissant trop fortement pour mes oreilles malheureuses. Même les oiseaux semblent ne pas vouloir s’arrêter. Leurs chants évoquent avec mépris les moments chaleureux que je ne souhaite maintenant plus entrevoir parce qu’ils soulignent combien la solitude aujourd’hui me pèse. Ils me paraissent excentriques, déplacés parmi les bouleaux frissonnants.

Je préfère diriger mes pas vers la pinède. Là, le ciel s’obscurcit sous les ombres enveloppantes des grands pins sombres. Aucun écho ne vient perturber le rythme régulier de mes pas. Je me retrouve avec moi-même, témoin du temps qui passe lentement. Il est vrai que sur le chemin du retour, je sens mes épaules se voûter sous la charge des ans. Mes pas remuent le sable du chemin comme s’ils dissipaient les cendres après le feu, guettant la moindre braise, éteignant la plus petite étincelle rougeoyante.

Je pense aux dernières lettres que Lison m’a envoyées. Elle y exprime son chagrin et son dégoût de la ville. La savoir abandonnée et triste me rend encore plus malheureux.
Ma vie a perdu son sens. La solitude encombre mon corps qui refuse de se laisser aller mais qui ne veut plus avancer aussi vite qu’avant… Cette longue marche lente en fin de journée me ramène à la maison. C’est la plus belle heure du jour, une lumière ocre teinte chaque fleur du jardin.

Soudain, le portillon du potager s’ouvre avec violence. Une ombre s’élance…
Une ombre svelte et fine, aussi légère qu’une biche ! C’est elle ! C’est Lison ! Lison est revenue !

Mon vieux corps semble doubler de volume. Ma cage thoracique cherche l’air capable d’apporter le souffle nouveau dont il a besoin. Je m’élance à mon tour. Comme chaussé des bottes de sept lieues, je parcours l’espace nous séparant sans percevoir d’autres mouvements que les siens. Nous nous retrouvons dans les bras l’un de l’autre, aussi enchâssés que la glycine sur la tonnelle de la terrasse. Je la serre si fort dans mes bras que je sens sa chair s’écraser. Nos larmes se mêlent sans pudeur libérant les rancoeurs et la douleur.

Nous restons un moment ainsi, sans plus bouger, écoutant battre nos cœurs et respirant la douce chaleur de nos êtres enlacés.

Puis, Lison s’écarte doucement, gardant dans ses petites mains mes grosses pattes déformées. Ses yeux noirs étincellent d’une vie tumultueuse, tout l’or du ciel semble avoir rejoint ses pupilles. Son sourire lumineux se met brusquement en action et un flot incessant de paroles claires et fraîches se déverse sans fin comme les chants des oiseaux le matin au réveil. Je ne comprends rien à ce qu’elle me dit, les mots n’ont aucune signification. Pourtant un bonheur euphorique m’envahit et je ris sans plus pouvoir m’arrêter pendant que nous rejoignons, main dans la main, la maison.


(Ecrit sous contrainte lors d'un devoir donné par Ambre Melifol: Happy end)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Le bonheur se pointe   Sam 5 Sep - 22:28

C'est bien écrit, présenté. Mais ça me plait pas. D'un côté je pense savoir pourquoi, c'est le thème. D'un côté tu avais en contrainte happy end. A partir de là j'ai l'impression que ça fausse toute l'histoire cette obligation et je suis pas convaincu. J'aime bien la relation avec la nature, la vision qui évolue mais j'ai du mal à m'accrocher , ça me convainc pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bonheur se pointe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bonheur se pointe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAL "Les belles de bonheur point de croix"
» L'oiseau bleu du bonheur
» Marvin Gaye l'impossible quête du bonheur (*)
» [Périodique] Mon Bonheur
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: