AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La rue du bonheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 37
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: La rue du bonheur   Mer 9 Sep - 11:04

[un vieux texte sorti du fond de ma malette]

Une grande rue piétonne, toute pavée, propre et illuminée par les jeux de lumières qu'offrent les lampadaires. Je marchais nonchalamment devant les vitrines bariolées, toutes différentes les unes des autres, mon Polaroïd en main. Un jeune homme vient me voir, pour me demander de prendre une photo de lui devant l'une de ces vitrines. Celle-ci représentait différents jeux à gratter, dont une publicité pour l'un deux, promouvant une cagnotte de plus d'un millions d'euros. Cet homme posait devant, un chèque bien en évidence, je pris la photo avec mon polaroïd et lui tendis la photo, ma foi bien réussie, de cet homme souriant à la vie et du cadeau qu'il a reçu.

Cet homme, je le connaissais, je lui disais cette simple phrase à propos des jeux à gratter : "Qui ne tente rien n'a rien!".
Mais il ne m'a pas reconnu, ni remercié.

Un couple passait devant moi, ils affichaient un sourire radieux, sentiments solides. Ayant vu que j'avais un appareil photo, ils me demandèrent de prendre un cliché d'eux devant une vitrine. Ils choisirent celle d'un magasin spécialisé dans les robes de mariées. Ce couple était magnifique à voir, leur complicité sans égale, ils étaient bien ensemble. Je pris la photo, ils affichaient ce même beau sourire ensemble, et leur tendis le papier glacé, belle photo, moment immortalisé de bonheur simple. La encore la vie leur avait offert un beau cadeau.

Ce charmant couple, je les connaissais; à elle, je lui disais "tu n'as rien à perdre à lui demander, il a les mêmes goûts que toi et vous vous entendez bien!"; à lui, je lui signifiais que cette jeune fille qu'il aimait secrètement n'était pas indifférente à son charme, "ne laisse pas passer cette occasion unique", je lui disais.
Mais ils ne m'ont pas reconnu, ni remercié.

Je continuais à flâner le long de cette belle rue parsemée de bonheur, toutes ces vitrines étaient vraiment belles à contempler. Un autre couple m'accostait, encore une fois pour une photo. Jeunes futurs parents, ils voulaient immortaliser ce moment en s'affichant devant une vitrine d'un magasin de mobilier et accessoires pour enfants. La mère était radieuse avec son ventre rebondi, signe d'un futur heureux évènement, l'homme ne réalisait pas encore, cela se voyait, trop heureux de ce que la vie leur offrait. Je pris la photo, et la leur donnai. Encore une fois, elle était des plus réussies, encore une fois un moment immortalisé dans du papier glacé.

Cet autre couple, je les connaissais; "tu penses qu'avec tes nombreuses fausses couches, la vie ne veut pas que tu ais un enfant? Détrompe-toi! Va donc voir un spécialiste! Fais-toi suivre! mais ne reste pas sur ces défaites!", je la poussais à aller de l'avant.
Mais ils ne m'ont pas reconnus, ni remerciés.

Une jeune femme m'aborda alors que je continuais à suivre cette rue pavée. Elle semblait elle aussi contente, heureuse. Apparemment un évènement qui la transportait de joie, encore un moment à prendre en photo. Je sortis mon polaroïd, elle se posta devant une vitrine d'une agence immobilière, à côté d'une agence pour l'emploi. En fin de compte elle décida de se mettre entre les deux, toute guillerette. Un petit sourire en coin aux lèvres, je pris la photo, elle prenant une pose des plus excentriques, et la lui donna. Le bonheur d'une réussite, la chance qui lui sourit, c'était magnifique.

Cette femme, je la connaissais; au bord du suicide, dépression chronique, elle avait tout perdu, travail, logement, aides, ainsi que la garde de son enfant. Je lui ai arraché la lame de rasoir des mains, et après un moment de tentative de discussion, je lui tendis un papier, avec un nom et un numéro de téléphone, une adresse d'entreprise.
Mais elle ne m'a pas reconnue, ni remerciée.

J'arrivais déjà au bout de cette magnifique rue, n'ayant pas eu le temps de la contempler suite à tout ce monde qui m'accostait pour une photo, tous ces gens que j'ai croisés, et aidés. La vie leur souriait désormais.

J'allais sortir de la rue piétonne quand une jeune femme brune aux yeux noirs s'avançait vers moi. Je ne l'avais jamais vue mais elle semblait se diriger droit vers moi, sans hésitation dans sa démarche, son regard profond plongé dans le mien. Arrivé à mes côtés, elle me salua d'une voix grave mais suave. Elle me demandait ce qui n'allait pas. Je fus surpris, et pas qu'un peu! La seule personne qui ait daigné s'intéresser à ma personne, qui ait vu mon désarroi caché sous mon apparence tranquille. Je lui répondis alors, en montrant la rue et ses passants, que malgré tout ce que j'ai pu faire, je passais encore inaperçu, et que le bonheur m'évitait. Tout simplement. La jeune inconnue m'écoutait avec attention, chose troublante pour ma part, jamais personne n'avait pris la patience de rester avec moi et jouer les confidents. Et Dieu sait si j'en avais besoin... A la fin de mon discours, elle eut un sourire sincère, ses yeux pétillaient de générosité. Elle me dit qu'elle pouvait m'aider à aller mieux, qu'elle serait à mes côtés pour me soutenir, tel un ange gardien. Je rêvais, ce n'était pas possible autrement. Pourtant elle était bien là en face de moi, son regard troublant me fixant intensément. Je devenais quelqu'un, avec une identité, grâce à elle, je reprenais espoir. "Qui ne tente rien n'a rien!" qu'elle me disait à la fin.

Oui, qui ne tente rien n'a rien...

Le bout de la rue s'illuminait avec les rayons de soleil, elle me tendis la main, me faisant signe de la suivre. Je la lui pris...

Sa main était froide et squelettique...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: La rue du bonheur   Mer 9 Sep - 12:09

Hum voyons voir, je dirai que l'idée est bonne mais la présentation maladroite, les histoires sont un peu trop clichés et trop brèves je trouve pour qu'on se sente concerné. La fin est mieux mais je pense que tu aurais pu mieux l'introduire. Certaines phrases ont une syntaxe un peu particulière qui gênent à la lecture.
Revenir en haut Aller en bas
 
La rue du bonheur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'oiseau bleu du bonheur
» Marvin Gaye l'impossible quête du bonheur (*)
» [Périodique] Mon Bonheur
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC
» Nouvelle : Le bonheur est dans l'après

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: