AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 37
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: La folie   Lun 14 Sep - 13:00

/!\ ATTENTION /!\

Ce texte présentant du contenu à caractère violent, les âmes sensibles sont donc priés de rebrousser chemin.
Merci de votre compréhension.


---


Une salle de réunion, tout le monde se connaissait.
J'étais la, je les appréciais tous, même elle.
Nous étions joyeux et euphoriques, mon ex était présente, nous étions restés en bons termes, quelques-uns de ses amis que j'ai appris à connaître, des collègues de bureau. Nous plaisantions, riions gaiement...

Une araignée naît dans mon cerveau...

Jusqu'à ce que l'un d'eux me fasse une remarque salace à mon sujet. Sortant juste d'une rupture malgré tout douloureuse, j'ai tiqué...

L'araignée grandit, mange...

Je ne disais rien, masquais les apparences... mais elle renchérit sur cette remarque douteuse!

L'araignée mord...

Mon couteau déplié, je me suis rué sur elle et la poignarde au niveau de la gorge. Je n'écoute plus, je n'encaisse plus, je réagis. Mes nerfs...

Le poison de l'araignée s'amplifie...

Ils ne peuvent pas m'arrêter, je ne vois plus rien que le meurtre, la soif de sang, les tripes saillantes. Je tue, j'égorge, j'étripe, je mutile. Les coups de couteau pleuvent, le sang gicle, les boyaux se répandent sur le sol maculé.

L'araignée se gave...

Je ne m'arrête pas à leur mort. Je perfore, j'empale, je découpe, je hache. Un rire nerveux m'échappe, je roule des yeux, les muscles raidis, je frappe, je coupe, j'énuclée, je vide, je saigne, j'écrase. Un amas de chair, un monticule d'os, de boyaux fumants, d'organes fretillants, une mare de sang.

L'araignée est en extase...

Je continue encore, ils m'ont floué, m'ont brisé, m'ont trahi. J'arrache, je mords, je mange, je bois, je brise, je tords. La viande est tendre, les abats onctueux, le coeur saignant à point, les yeux fourrés à souhait.

L'araignée finit sa vie...

Je ris de ce spectacle rouge, je danse dans ce décor rouge, bercé par les bruits de gargouillis des tripes chaudes, des chairs nerveuses. Allez, les treize coups en l'honneur de mon ancienne dame, treize coups de couteau en pleine face, treize fois qu'elle n'avait pas compris, ne m'avait pas compris, n'avait rien compris, qu'elle me faisait mal sans conscience de ses actes, ou avec la volonté de faire souffrir. Dernier coup qui lui explose la cervelle, elle s'éparpille sur le sol. J'adore, je ris, je m'esclaffe.

Et je m'égorge.

Je me réveille en sursaut, en sueurs, enfiévré. Un cauchemar, ce n'était qu'un foutu cauchemar. Ma belle n'était pas à côté de moi, j'entends des bruits venant de la cuisine. Je la rejoins, elle préparait une tartine. Elle me sourit faiblement, elle me reproche mes humeurs...

Un oeuf éclot, une araignée en sort...

Je prends le couteau de cuisine...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
Questo

avatar

Masculin Nombre de messages : 227
Age : 27
Localisation : Créteil
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: La folie   Lun 14 Sep - 17:11

Le narrateur-personnage dont le cœur infesté de ressentiments est une figure du criminel aux motifs que je qualifierai de grotesques : il assume certes son acte meurtrier ainsi que la jouissance qu'il lui procure, mais ce qui me dérange, c'est que ce plaisir sanguinaire trouve son origine sur des broutilles. L'introduction manque d'élément suggestif qui aurait permis d'aiguiller le lecteur vers une compréhension du personnage (à défaut d'adhésion du propos). Admettons que l'élément déclencheur soit "la blague salace" et la remarque de la femme : faut-il comprendre, puisque le narrateur est très touché, qu'elles portaient sur la sexualité de cet homme, référence aux éventuelles moqueries qu'a pues tenir la femme ? C'est en cela que le début manque d'information.

Concernant le texte en lui-même, le style est, même s'il n'est pas brillant pour le coup, assez cohérent avec le thème de la folie meurtrière, une folie ponctuelle ; et le choix des courts paragraphes, alternant un double récit, la scène de meurtre et celle de l'araignée ouvre un réseaux d'images efficaces. Un enchevêtrement arachnéen qui donne une allégorie de cette folie. Il est à remarquer que le choix de l'araignée n'est pas anodin : la huit-pattes velues connote la vengeance, le ressentiment, la peur, le poison, mais aussi la femme, la femme fatale et lubrique. Il y a une correspondance entre la victime et cette araignée :

Je suis la plaie et le couteau !
Je suis le soufflet et la joue !
Je suis les membres et la roue,
Et la victime et le bourreau !

Je suis de mon cœur le vampire,
- Un de ces grands abandonnés
Au rire éternel condamnés,
Et qui ne peuvent plus sourire !


Description d'un fantasme, puisqu'il s'agissait d'un rêve, le ressentiment est un retour continuel, l'araignée éclot d'un œuf, le mal se multiplie, etc. Cette narration rapide donne à la fin son efficacité. Enfin, la dernière phrase, dont l'ambiguïté est volontaire, est pour moi assez cocasse, pleine d'ironie : soit le couteau rappelle le cauchemar, peut-être prend-il ce couteau de cuisine pour son petit-déjeuner : les points de suspensions (marquant soit l'hésitation ou une suite inachevée) signifient qu'il va passer à l'acte ? Pour moi, ces coups de couteaux révèlent d'une impuissance de la parole, une mutisme purulent chez le personnage.

Je terminerai avec une citation de Prévert : Le pape est mort ! Un autre pape est appelé à régner. Araignée ! Quel drôle de nom pour un pape ! Pourquoi pas libellule ou papillon ?
Revenir en haut Aller en bas
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 37
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: Re: La folie   Lun 14 Sep - 17:55

Un commentaire très agréable à lire, et je suis assez d'accord en ce qui concerne l'introduction. Il est vrai que j'ai toujours eu du mal à amener le récit, du moins à le commencer. Mais pour détailler un peu la chose, en effet il existe quelques éléments suggestifs qui, même s'ils restent rares, expliquent cet acte soudain lorsqu'ils sont accumulés : le personnage est sorti d'une rupture très récente, donc l'évènement est encore ancré dans sa tête. Lorsque l'on est dans cette situation, il est compréhensible de prendre mal certaines remarques, surtout celles portant sur le sexe. Ajouté à cela le fait que, malgré que son ex et lui soient "restés en bons termes", elle en rajoute. Une personne déjà affaiblie par une rupture peut prendre cela pour une trahison, une sorte de promesse lâchement bafouée. Le manque d'information sur les causes de cette rupture est un temps soit peu voulu, car je me concentrai surtout sur le double jeu du personnage et de l'araignée dans l'acte proprement dit.

Effectivement, le style est volontairement simpliste et épuré, ceci étant dans mon idée pour montrer cet aspect brutal, en rien recherché, instinctif et impulsif. Pas de complication, je tranche. L'image de l'araignée que j'ai eu en écrivant ce texte est plutôt axée sur la séduction et la tentation que provoque la folie, la manipulation étant aussi une des images que l'on attribue à l'araignée (Louis XI était surnommé par ses ennemis "l'universelle aragne")
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: La folie   Mer 16 Sep - 19:44

Alors j'aurai un commentaire moins inspiré que mon cher collègue, avec moins de citations et tutti quanti même si j'aime ça.
Bon de un moi aussi j'ai des problèmes avec l'intro, ça glisse pas assez, ça part d'un coup, mais c'est une surprise sans choc. Peut être le fait queça soit un rêve explique le fait que ça soit mal ajancé. Personnellement ça ne m'a pas choqué
je pense que tu aurais pu épuré plus. Par exemple tes accumulations de synonyme de tuerie des fois je trouve que ça fait trop et rajoute pas de l'horreur, de l'ennui
bon par contre j'adore le parallèle avec l'araignée, avec la chute bien lancée et une fin en queue de poisson ou justement le doute est permis.
Fais gaffe aussi à certaines de tes phrases,je pense qu'en les relisant une ou deux fois tu peux mieux les écrire car il y en a ou il y a des mots de trop, ou la structure est moyenne.

Sinon j'aime bien l'idée de la folie, l'idée qu'i n'y ait pas forcément d'explication, mais soit alors tu présentes totalement le contexte ou tu le gommes. Les indices sont ou trop fins , ou trop gros, il faudrait une demi mesure. D'un côté c'est un rêve donc c'est pas forcément censé..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La folie   

Revenir en haut Aller en bas
 
La folie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» douce folie
» Kurtz Katherine - Roi de folie - La trilogie des rois 1 - Cycle des Derynis [Lecture commune de juin]
» Ma Folie (Quand elle ronge les mots)
» La Terre de la folie (L. Moullet)
» Proverbes en folie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: