AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La vengeance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 38
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: La vengeance   Ven 20 Nov - 16:37

Un coup de feu dans la nuit.

Puis le silence. Pas un bruit, pas un murmure, juste le vent dans la ruelle.

Je venais de tirer.


---


Nous avions décidé d'aller au cinéma, en amoureux. Cela faisait longtemps que nous n'étions pas sortis un soir en amoureux, rien que tous les deux. Une belle nuit.

Main dans la main nous regardions le film. De crises de fous rires en moments d'émotions, nous l'avions bien apprécié. Un bon moment.

A la fin, nous sortions de la salle et allions boire un verre dans un irish pub. L'ambiance était chaleureuse, teintée de musique celte. Une belle soirée.

Nous étions sur le chemin du retour, main dans la main, sa tête sur mon épaule. Nous étions bien, amoureux, la soirée allait bien s'achever. Une belle balade.

Deux hommes nous abordaient à ce moment là. L'un d'eux nous demandait l'heure. Hélas je n'avais pas ma montre sur moi, je l'avais laissé à la maison. Aussi lui répondis-je par la négative.


- "C'est ça, dis plutôt que tu veux pas nous le donner! rétorqua l'homme. T'aimes pas nos têtes, c'est ça? Tu veux nos photos ?"

Les deux hommes étaient visiblement énervés, menaçants. Je leur dit de se calmer, qu'il y avait malentendu et que cela ne servait à rien de s'énerver comme ça. Comment en était-on arrivé là ? A vrai dire, je ne m'étais pas posé la question sur le coup.

Comme je n'avais pas vu ce coup de poing atteignant mon ventre, me faisant tordre de douleur. Un coup de pied me fit tomber à la renverse. Je fus roué de coups tandis que ma bien-aimée hurlait. L'autre homme en profita pour la frapper à son tour plusieurs fois, la prit par les cheveux et la fit se relever. Il sortit un couteau et la pointa sur la gorge de ma petite amie. A ses yeux, je savais pertinemment ce qui allait se tramer, l'intention de cet agresseur caressant la joue de mon amour avec la pointe de son couteau à cran d'arrêt.


- "Laisse-toi faire, je te promets de te faire prendre ton pied."

J'agonisais, ce connard continuait de me frapper à coups de pieds. J'entendais hurler mon amante, mais ne pouvais plus bouger.

Elle était par terre, le poignard toujours sous sa gorge, l'homme était sur elle. Il avait soulevé sa jupe et je le voyais faire des va-et-vients sur elle. Chaque geste fut accompagné des cris de celle que j'aimais, déchirants, douloureux. J'étais impuissant face à ce spectacle à gerber.

Elle hurlait de plus en plus fort, il l'égorgea. Le sang gicla.

Plus un son ne sortit de sa bouche, juste un gargouillis immonde venant de sa gorge tranchée.

Je fermai les yeux et sombrai dans le coma.


---


Le trou noir.

Je flottais dans le néant. Etait-ce cela la mort? Le temps n'existait plus. Plus rien n'avait de saveur en ce lieu.

Une lumière au loin. Elle se rapprochait de plus en plus, m'aveuglait.

Elle m'engloutit.

J'ouvris péniblement les yeux. J'étais sur un lit d'hôpital, je ne sentais plus mon corps. Un masque à oxygène m'aidait à respirer.

Ma tête...

Une infirmière entrait dans ma chambre et sourit en me voyant réveillé.


- "Comment vous sentez-vous ?" me demanda-t-elle.

Je ne pouvais pas parler, ma mâchoire semblait fracturée en de multiples endroits. Une minerve m'empêchait tout mouvement de la tête. Seuls mes yeux avaient gardé une certaine liberté de mouvement.


- "Ne vous inquiétez pas, vous êtes en bonne voie de guérison, vous avez beaucoup de chance."

De la chance… J'ai vu ma bien-aimée mourir sous mes yeux sans pouvoir rien faire, je me retrouve immobilisé dans un lit d'hôpital et on me dit que j'ai de la chance?

Plusieurs mois passèrent depuis mon réveil. J'avais retrouvé une grande partie de ma mobilité, mon visage était moins boursouflé.

Neuf ans s'étaient passés depuis mon plongeon dans le coma. Je n'étais plus que l'ombre de moi-même. Ma vie avait basculé ce jour là.

Mes forces reprenaient doucement. Je pouvais maintenant marcher, j'allais sortir dans une semaine.


---


Je suis rentré chez moi. Rien n'avait changé, la concierge s'était occupée de mon appartement tout le temps où j'étais à l'hôpital. Un grand tas de lettres était posé sur la table du salon. J'en ouvre quelques-unes, toutes des lettres de condoléances, de bon rétablissement, d'aide.

Je suis pris de sanglots : ma bien-aimée était morte, violée et égorgée, devant mes yeux, et je n'ai rien pu faire. Je frappe la table d'un coup de poing. La douleur est insupportable. La maison semble si vide sans elle. Si froide.

Je revois les images de la tragédie : les deux hommes, le couteau, les coups, le sang...

La rage m'envahit, je n'ai plus qu'un seul but : la vengeance.

De part mes nombreuses relations et des jours de recherches, j'ai pu enfin me renseigner sur l'identité des deux hommes, deux frères, récidivistes, toujours en cavale pour racket, attaque à main armée, viols et meurtres. Je les pourchasse, les traque sans relâche, je ne vis plus que pour éteindre ce feu en moi.

Je retrouve la trace de l'un d'eux, le file à son insu, patiemment, silencieux. Et je me jette finalement sur lui avec une batte. Je l'assomme et le traine dans ma voiture. Je prends la route et atterrit dans une forêt. Je descends et emmène l'homme inconscient dans une clairière. Il se réveille peu après.


- "Mais qui êtes-vous bordel ?"

Un sourire mauvais se dessine sur mes lèvres.

- "Tu ne me reconnais pas ? Ca remonte à neuf ans, tu m'as laissé pour mort et ma femme a été violée et tuée par ton frère. Ca ne te dis vraiment rien ?"

Un coup de batte l'atteit en pleine tête et le fait tomber à la renverse. Du sang coule. Un coup de pied dans le ventre lui arrache un cri de douleur. A dire cependant que ce traitement lui rafraîchisse la mémoire, je ne l'espère pas, en tout cas pas tout de suite.

- "Pitié... arrête, je ferai tout ce que vous voudrez, mais me tuez pas !"

Il m'implore. Je lève la batte au-dessus de lui.

- "Où est-il ?"

- "Je sais pas!"

Ben voyons.

J'abats mon arme sur son épaule. De toutes mes forces. Un craquement se fait entendre, l'homme hurle. Il se tient l'épaule brisée.


- "OU EST-IL?"

Je relève la batte au dessus de sa tête.

- "D'accord.. je dirai tout..."

L'homme lève la main devant le visage pour se protéger. Il m'avoue la cachette de son frère.

J'écrase ma batte sur sa tête.

Craquement sourd, pas de cris. J'abats de nouveau la batte sur sa tête, encore et encore. Je ne m'arrête pas. Je sens encore les coups reçus le soir de la tragédie, et les lui rend un à un. Sa tête est devenue maintenant une masse informe, une bouillie immonde, visage méconnaissable, corps entortillé par la douleur.

Il est mort, je tiens encore en main la batte rouge de son sang. Juste un regard à son encontre. Et intérieurement, je suis satisfait.

Je vois qu'il avait un revolver dans une poche et le subtilise. Puis je reprends la route, laissant le corps inerte dans la forêt.

Arrivé sur les lieux, j'attends que le violeur sorte, ce qu'il fait quelques heures plus tard. Je le suis discrètement, le revolver à la main. Puis dans une ruelle sombre je fonce sur lui, l'assommant par derrière. Je ligote ses pieds et ses mains avec des cordes et lui bande la bouche avec des adhésifs.

J'attends qu'il reprenne ses esprits.

Il me voit, me reconnait et prend peur. Je vois encore ces images, cet homme sur elle, ses hurlements, elle qui se débattait, lui qui continuait, et la tuait pour finir. Je pointe le revolver devant sa tête. Je prends tout mon temps pour armer le chien, les yeux dans les yeux. Il essaie de parler, il me fait signe de me raviser.

Cause toujours.

Un coup de feu dans la nuit.

Puis le silence. Pas un bruit, pas un murmure, juste le vent dans la ruelle.

Je venais de tirer.

Et maintenant… Un regard sur ce revolver encore fumant m'ayant aidé à assouvir cette vengeance. De deux choses l'une : je refais ma vie, ou je m'arrête là. Décision rapide à prendre.

Les sirènes des flics se font entendre au loin.
Ils viennent par ici. Ils ne m'auront pas.

Un autre coup de feu dans la nuit. C'est fini.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
Green Partizan
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Nombre de messages : 3950
Localisation : Ici, c'est Saint-Denis.
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 20 Nov - 17:31

Hum hum.

Y a de l'idée, mais ce texte manque cruellement d'originalité.
Le thème de la vengeance a été de nombreuses fois abordés et on retrouve ici un traitement assez pauvre en innovation malheureusement.

On voit tout de suite, le classique du couple d'amoureux, les deux gangsters, le mec tabassé, la gonzesse violée et tuée, c'est du vu et revu Triste .


Citation :
Pitié... arrête, je ferai tout ce que vous voudrez, mais me tuez pas !

Aïe aïe aïe, on se croirait dans un vieux feuilleton policier. :/

Sans trop traîner sur le point de l'originalité, il y a également de nombreuses incohérences.
Après le coma, 9 ans avant de sortir de l'hôpital ? Ca sert l'intrigue, d'accord, mais honnêtement, ça fait vraiment une super longue rééducation.

De même, en trois lignes, le personnage retrouve les deux voyous, un peu rapidement exposé, non ? On a l'impression qu'un coup de fil suffit à les trouver.

La scène de la clairière, le type a un flingue en poche mais ne pense pas à s'en servir tandis que le personnage le trouve aisément, un peu étrange...


On a vraiment l'impression que durant tout le texte, tu te précipites vers la fin, car aucune scène n'est réellement détaillée, il n'y a aucun arrêt sur image.

Quel dommage. Triste

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Grendelor
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 3940
Age : 37
Localisation : Dans son coeur
Date d'inscription : 25/12/2007

Personnages RP
Pseudo: Grendelor
Pseudo : Lùthien
Pseudo : Pr. Lim

MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 20 Nov - 18:06

Je rejoins Greenou sur l'impression de précipitation. En fait, on a l'impression que tu as jeté tes idées, que c'est l'ossature du texte et qu'il faut encore que tu l'écrives.

Évidemment, ce n'est pas super original, mais le traitement que tu peux lui donner peut l'être lui et c'est là-dessus qu'il faut jouer. Donc développe ton texte, enrichis-le, choisi l'angle qui lui donnera le plus d'impact et vas-y.

Je n'ai pas compris non plus cette histoire de 9 ans. 9 ans de coma? 9 ans à l'hôpital ensuite? Dans un cas comme dans l'autre il y a des incohérences.

Je dirais donc que tout ça manque de détails, de développements, d'expansion.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.unsoufflededetente.com/
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: La vengeance   Sam 21 Nov - 13:25

Je suis mes collègues. Vraiment très déçu. Plein de choses ne vont pas.
Bon déja un thème vu et revu, l'histoire de cette vengeance on l'a déja entendu dans les films policiers de série B ou qui servent à mettre le mode gros bourrin on.
Mais tu aurais pu rendre l'histoire malgré sa banalité et sa caricature meilleur tout du moins dans l'écriture.
Or comme ils l'ont dit auparavant tu sautes les étapes, tu ne t'arrêtes sur aucun moment,c'est du gachis, du va vite.
Beaucoup de répétitions, le langage ne va pas avec l'histoire, le ton employé est parfois contradictoire.
On peut produire mieux pour parler de la vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: La vengeance   Mer 25 Nov - 19:24

Je rejoins mes collègues aussi sur l'aspect trop précipité du récit.

En fait, on a tous vu ou lu des histoires de ce genre. Et en fait ce qui va les démarquer l'une ou de l'autre, va être soit l'originalité du traitement (ultraviolent façon Irréversible ou Mad Max) ou l'ingéniosité du scénario (genre Les Nerfs à Vifs ou Il était une Fois en Amérique). Enfin tu vois le genre.

Ici, on dirait tout d'abord que tu expédie l'histoire comme un prétexte pour en arriver au point culminant de l'exécution de la vengeance en elle-même... mais au final tu ne fais que survoler la fin également. En fait il aurait fallu apporter une plus value à ton texte, par un moyen ou un autre, en appuyant plus un aspect.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 38
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: Re: La vengeance   Mer 25 Nov - 23:02

J'avoue, même après modifs de certains passages, ça ne reste pas folichon. Je ferai mieux la prochaine fois =)

C'est un peu comme l'a dit dvb, concentré sur l'acte en lui-même, le reste pour faire "couche de peinture".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 27 Nov - 16:46

«L'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeauo.»

Il y a de l'idée dans ce texte...Dans quelles conditions l'as-tu écrit?
Revenir en haut Aller en bas
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 38
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 27 Nov - 17:06

Hum il n'y a pas eu de contexte ni de conditions particulières. en bref on va dire que j'étais tout à fait neutre en écrivant ce texte.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 27 Nov - 19:44

Pourtant j'ai l'impression que quelque chose a influencé ton écriture.
Tu écoutes de la musique en écrivant?
Revenir en haut Aller en bas
Legion
Chromatique et rôliste
Chromatique et rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 923
Age : 38
Localisation : Vers Bordeaux, ou dans les Ombres
Date d'inscription : 28/08/2009

Personnages RP
Pseudo: Legion
Pseudo : Camarë Manithil
Pseudo :

MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 27 Nov - 19:51

Ca dépend. Je dirai dans 40 % des cas, je lance une musique d'ambiance à mes oreilles. Ce n'est par contre pas le cas ici.

Par contre je dirais que l'influence vient plutôt de deux scènes de film. Le premier, c'est le meurtre des parents de Bruce Wayne dans le tout premier Batman (et dans une moindre mesure dans le Batman de Nolan). Le deuxième, c'est la scène du viol dans Irréversible.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thelionkmusic.com
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: La vengeance   Ven 27 Nov - 19:53

Ah ben tiens ! quand je parlais d'Irréversible, j'étais vraiment pas loin du compte ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vengeance   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vengeance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: