AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nuit blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Molly Vaï

avatar

Féminin Nombre de messages : 10
Age : 30
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Nuit blanche   Sam 6 Fév - 2:31

Il faut bien se lancer un jour. Est-ce le soleil qui glace toute tentative? Je me risque alors à la faveur de nuit.

=====

L'appartement est silencieux. Le sommeil frôle la rue derrière la fenêtre. Lui, endormi, le chat allongé sur ses pieds les yeux fermés. Etre réveillée quand tout le monde dort autour, c'est réussir dans ce drôle de silence à cueillir le temps pour le tenir serré dans ses bras. Une vie de la vingt-cinquième heure, hors du temps et de la conscience.

Et que dire quand il ne se passe rien autour de soi? L'agitation s'est éteinte et les autres s'évadent dans un monde inaccessible. J'aimerais alors poursuivre Morphée sans relâche, voyager à ses côtés, tisser de rêve en rêve et réaliser enfin l'étendu de l'imaginaire. Faire mien ce pouvoir et façonner à mon tour ce monde changeant à mi-chemin entre l'aboutissement des êtres et le commencement de toute chose.
Mais liée entre mes draps je ne peux que regarder impuissante l'envol du sommeil en me répétant sans cesse : quand?

Je voudrais m'approprier leur pensée, vivre au sein de leur rêve. Un tel état de paix pourtant se respecte et il me semble alors que troubler ce sommeil reviendrait à troubler la vie. Peut-être que pour chaque être endormi, il en faut qui puisse veiller leur sommeil? Sommes-nous alors destiné à voir la porte et ne jamais entrer? Si une flamme s'éteint quand une autre s'allume, alors je resterai, gardienne d'un secret que je n'ose révéler.

Il n'y a rien à écrire ce soir car rien n'est plus fou qu'un rêveur qui observe le temps rêver.

Je réveillerai tout de même mon chat.
Revenir en haut Aller en bas
Airet Syl
Chromatique
Chromatique
avatar

Masculin Nombre de messages : 1384
Age : 34
Localisation : Les Hauts Fourneaux
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Sam 6 Fév - 13:32

Typiquement la lecture qu'il me fallait. Court et intense.

Le premier paragraphe pose les bases de la nouvelle, un appartement personnifié, et endormi. On a le lieu, qui aurait pu être n'importe lequel. Et le sommeil prédateur qui rôde derrière les vitres. Dans la seconde partie, tu poses le paradoxe qui semble axer le récit ; finalement, la personne éveillée finit par réfléchir, puis finalement s'extirpe de sa gangue charnelle (y'a plus d'indices corporels comme dans le premier paragraphe (pieds, yeux, bras). Donc tu finis par t'échapper et entrer dans l'imaginaire, du moins l'imaginer, et rêver! Pas simple hein? Il y a ce côté prisonnier (liée entre mes draps - impuissance).
Je ne sais pas si c'est fait exprès "l'étendu de l'imaginaire". Parce qu'au premier abord je me dis qu'il y a une faute ; mais après réflexion, "l'étendu" entre parfaitement dans le champ lexical du dormeur. Et justement, ce pourrait être la vision métaphorique du rêveur.
Tu parles également du pouvoir de façonner. Finalement, la victime éveillée aimerait contrôler son univers onirique ; parce qu'il y a parfois ce sentiment de contrôler le rêve, d'en choisir l'aboutissement.
Mais finalement, le côté pragmatique renvoie à cette impuissance : certes, tu n'arrives pas à t'endormir, à contrôler ton environnement, mais tu te gratifies d'un rôle de Veilleur. Comme pour chasser les esprits malsains qui envoient ces rêves inconfortables (cauchemars?). Amusant de constater la révélation de fin de troisième paragraphe. Ta pierre philosophale, ce côté rassurant de connaître le secret de l'apaisement de tes proches. Parce que tu es juste là à leur apporter ton confort.
Un confort jaloux, puisque tu le dérobes des pieds de ton compagnon pour te tenir compagnie dans la veillée.

Un récit ronronnant qui ajoute tellement de lignes entre les réflexions que le sous-entendu suffit à combler.

_________________
Des montagnes plein les mirettes.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Dim 7 Fév - 17:28

Contente que tu postes, j'ai beaucoup aimé. J'ai trouvé une écriture toute en modestie, qui en peu de mots touche, qui ne cherche pas à faire de l'emphase, mais qui est huilée comme une mécanique où chaque mot s'entrechoque et fait sens.
Même ton intro avant le texte est un délice, le paradoxe du soleil qui gèle l'inspiration et la nuit qui est une invitation.

Premier paragraphe j'ai beaucoup aimé la personnification du sommeil, comme une ombre qui rode, visible et sensible à la fois. Je trouve ta troisième phrase un petit peu maladroite dans sa construction. Après c'est super mi réflexion, mi vision du rêve qu'on tente d'attraper, qui fait que le jour compte plus d'heures. Tu nous met dans un univers familier, tout melotonné, on sent le silence qui crie dans la description et la pensée insinieuse, le désir de garder l'instant.

Airet a fait un trés bon commentaire et j'ai bien peur de faire doublon dans mon commentaire, avec l'idée de maitrise, alors que s'il y a bien quelque chose sur quoi on a aucune emprise c'est bien l'inconscient, peut être est ce pour ça qu'il nous attire tant aussi car on a qu'à se faire porter, s'échapper, tomber dedans. C'est entêtant un rêve, par son incompréhension, par sa surprise.

Enfin là une autre facette se dessine dans le troisième paragraphe l'individualisme du deuxième paragraphe, dans son égocentrisme humain fait place à une sorte d'humanisme collectif, puisque je ne peux avoir aucune incidence sur mes rêves, sur leur longueur, sur leur apparition, autant aider les autres comme j'aimerai qu'il le fasse pour moi en veillant sur leur sommeil, leur rêve.

On voit vraiment toute la fascination que tu as pour ce quelque chose qui t'échappe.

Sans aucune transition, vu la fin du texte tu penses que les chats ne rêvent pas?
Revenir en haut Aller en bas
Dounette



Féminin Nombre de messages : 4122
Date d'inscription : 22/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Lun 8 Fév - 13:59

Ah j'adore ton texte ! Il est magnifiquement bien écrit, et le sujet est pur dans sa simplicité. De plus, étant insomniaque moi-même, je comprends d'autant mieux ce que tu as voulu dire.
Si seulement j'avais pu trouver aussi bien les mots pour décrire ces longues attentes nocturnes ...

Vraiment sublime. Vivement un autre !
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Nuit blanche   Lun 8 Fév - 14:27

J'ai vraiment aimé la légèreté du ton, la sincérité spontanée des expressions et tout simplement les images que tu as employées.

Ca me rappelle certains instants de fatigue et d'attente : quand il y a plusieurs personnes qui dorment dans une pièce, je ne m'endors jamais avant d'être sûr que tous dorment déjà... rien à voir avec ton chat, mais le parallèle m'a fait agréablement surpris Heureux

Bref, c'ets très convainquant.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit blanche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80
» Les métiers de la nuit
» Photos de nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: