AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Singe et le Rhinocéros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 18:12

Il fut un temps où le Rhinocéros paradait dans la savane, vêtu d’un cuir blanc et soyeux qu’il aimait à montrer à tous ses camarades.
Bien qu’il fut court sur pattes et puissant dans l’effort, il s’en allait alerte, solitaire et heureux.

Le Singe, par ses grimaces friponnes et sa verve éloquente devint l’ami fidèle de ce cavalier blanc et tous deux parcouraient sans soucis leurs chemins dans la brousse.

Un jour, ils s’arrêtèrent au pied d’un immense arbre qui levait vers le ciel ses longs doigts aiguisés. Il pénétrait le bleu sans qu’on en voie la fin.
Le Singe resta béat :

« Le simiesque que je suis, montera vers cette cime ou je ne suis pas un singe ! »

Fort enthousiaste à l’idée de s’ébattre, il convainquit le rhinocéros de tenter l’aventure et monter tout en haut pour contempler le monde malgré sa peur du vide.
Mais l’opalin cornu regardait la frondaison qui se perdait dans les nuées brumeuses en se demandant bien comment il atteindrait son but.
Il creusa ses premiers pas dans les sillons du tronc, se hissant sur les nœuds et s’agrippant aux anciens moignons qui lui tendaient les bras.
Le Singe le poussa sur les premières branches, l’épaulant dans les moindres passages quand il peinait à soulever sa masse. Il l’encourageait ardemment, vraie mère-poule pour le maladroit acrobate.
Le Rhinocéros s’appliquait et suait sang et eau pour ne pas ralentir le Singe trop agile.
Le Singe, quant à lui, musardait et glanait quelques fruits ou suçait le suc sirupeux des bourgeons tout en guidant son ami. Il fallut peu de temps aux deux compères pour atteindre les rameaux que les frissons du vent mettent en mouvement.
Le Rhinocéros n’aimait pas être ainsi ballotté et s’arrêta dans son élan, ne pouvant ni avancer, ni reculer.
Le Singe s’amusait tant et tant que bien vite, son ami ne le vit plus. Il avait disparu, attiré vers le jeu que livraient les hauteurs à son agilité d’animal futile.

Agrippé sur sa tige qui se balançait sous les assauts de la brise, le Rhinocéros fermait les yeux et n’osait plus bouger. L’animal pleurait, tout secoué qu’il était :

« Il voulait que je vienne, mais j’avais peur du vide ! Il disait qu’il me couverait…. Et moi, je le maudis ! »

Sur ces dernières notes, le désespéré ouvrit une paupière, plongeant ainsi son regard vers l’abysse. Un monde sans fin fuyait au dessous de lui et sans s’en rendre compte, son corps fut par lui attiré. Il glissa malgré lui, perdant tous ses appuis.

Il attrapa une branche qui cassa sous son poids et son corps lourd et dense dévala des hauteurs.

La chute fut longue car chaque branche creusait dans sa peau de longues lacérations qui marquaient le cuir soyeux de longs sillons de sang.

C’est un tas de couleur rosâtre et sans forme qui s’écrasa au sol au pied de l’arbre.
Le Rhinocéros resta quelques heures ainsi qu’une masse douloureuse et sanguinolente étalée sur la terre qui combla les blessures d’une poussière fine et réparatrice.
Quand son cœur réussit enfin à apaiser le rythme infernal induit par la chute vertigineuse, il se leva et traina son corps vers les berges du fleuve.
Il fallut plusieurs semaines pour cicatriser les larges plaies qui venaient strier sa vêture de larges boursoufflures grises.
On le voyait, vaquant dans la savane, semblant paître en paix, ne parlant à personne. Aucun de ses anciens amis n’osait plus l’aborder, chacun redoutait le regard noir et furieux que le Rhinocéros ne manquait pas de lancer.

Depuis, Le Rhinocéros porte le poids des cicatrices sur sa peau épaissie. Sa démarche lourde a perdu l’élégance des galops d’un autre temps ; le temps où le Singe était un ami qui le faisait rire et chanter ; le temps où le Rhinocéros pouvait encore tenter tout et n’importe quoi pour cette amitié qui le rendait plus léger.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Dounette



Féminin Nombre de messages : 4122
Date d'inscription : 22/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 18:17

Oooooo ! Coeur

Tu nous fais des contes africains?
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 20:06

c'est magnifique !


Le message est vraiment beau, le style du conte de la savane est excellent et c'est agréable à lire. Je suis charmé par cette idée fraîche et pétillante.



Par contre petit bémol, j'ai trouvé que la rédaction était un peu inégale : il y a des tournures trop terre à terre, des expressions un peu froides vers la fin qui ne collent pas tout à fait à l'ambiance générale.

Citation :
C’est un tas de couleur rosâtre et sans forme qui s’écrasa au sol au pied de l’arbre.
Le Rhinocéros resta quelques heures ainsi qu’une masse douloureuse et sanguinolente étalée sur la terre qui combla les blessures d’une poussière fine et réparatrice.

"sanguinolentes" ?!

Vraiment ? tu as réellement utilisé le mot le plus laid de la langue française ? (c'est plus fort que moi, je déteste ce mot là).
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Dounette



Féminin Nombre de messages : 4122
Date d'inscription : 22/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 20:10

Oui tiens c'est vrai ce que dit Dvb. Moi ce qui m'a gênée, c'est cet effort un peu forcé de faire de très belles phrases, avec des tournures tres emberlificotées. Il y a une volonté de faire une poésie très aerienne, très recherchée, mais en même temps, le message est très simple, alors ...
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 20:14

Tu me fais toujours le même reproche Dounette. Je crois que je suis incapable de faire autrement. Je n'écris que lorsque ces phrases sortent toutes seules de mes pensées. Je déverse ici toute ma complexité, elle apparait donc. Je suis désolée de ne pouvoir faire autrement. Quand je me relis, je tente toujours de simplifier, mais je n'y réussis jamais assez. Je suis tordue.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 20:16

A vrai dire, c'est pas tant le style aérien, ni les arabesques lyriques qui me dérange, que l'alternance avec un autre style plus lourd.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Cordelia Melicerte

avatar

Féminin Nombre de messages : 2069
Age : 27
Localisation : Complètement à l'ouest, sous les épines d'un hérisson
Date d'inscription : 12/10/2009

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 21:58

J'ai beaucoup aimé ce conte, moi aussi. L'histoire et sa morale parlent à ma petite tête. Juste un peu déçue que le style d'écriture ne soit pas plus proche de l'oralité : car un conte est d'abord... raconté. Par exemple, l'idée d'utiliser des périphrases pour désigner les personnages est bonne (par exemple : "opalin cornu"), mais dans l'optique d'un conte tu aurais du conserver les mêmes au fil du récit : c'est un moyen pour l'auditeur/lecteur de se repérer, comme pouvait le faire Homère par exemple dans l'Iliade ou l'Odyssée (je me souviens par exemple de "Nausicaa aux bras blancs"). Bref, peut-être un peu de réécriture à faire pour mieux mettre en valeur l'aspect "conte" de ton texte. Mais un très chouette texte malgré tout !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Teclis
Rôliste


Masculin Nombre de messages : 1750
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Mer 17 Fév - 22:07

A mon tour d'être critique : quelques phrases se trainent un peu, comme notre rhinocéros.

Citation :
Le Rhinocéros resta quelques heures ainsi qu’une masse douloureuse et sanguinolente étalée sur la terre qui combla les blessures d’une poussière fine et réparatrice.
C'est un peu long, comme une chute.

Dvb=> Sanguinolentes ? Le mot le plus laid de la langue française ? Fais un tour du coté de "zététique" ou "ostracisme..."

Du reste, l'impression est positive quant à ton conte Cassi. C'est maitrisé. Je ne suis pas sûr par contre de voir une morale à cette histoire. On y trouve bien plus une petite leçon de vie, un exemple à ne pas suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Cotin L. Nerae

avatar

Masculin Nombre de messages : 28
Age : 22
Localisation : Dans l'éther libre
Date d'inscription : 05/05/2009

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Sam 27 Fév - 18:45

J'adore les contes !

Et celui-là est fort bien mené, même si je n'accroche pas trop aux phrases à rallonge, qui n'étaient pas forcément nécessaires, je crois.
Comme l'a dit Cordelia, il vaut mieux pour un conte adopter un style le plus oral possible, ça passe mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Jeu 20 Mai - 12:18

Dans le genre, c'est vraiment bien.

Une phrase cependant me fait tiquer:
Citation :






Il l’encourageait ardemment, vraie mère-poule pour le
maladroit acrobate.

L'expression de mère-poule est inappropriée. Il ne s'agit pas de couver le rhinocéros ou de le maintenir dans une situation confortable; au contraire, le singe l'incite à prendre des risques et à grimper toujours plus haut. Si le paradoxe était volontaire, songe alors à le rendre plus explicite et évident: il a pour l'instant la forme d'une maladresse.


Enfin il y a cette expression de maladroit acrobate. Ici encore, le paradoxe peut être voulu, mais encore faut-il qu'il soit conscient. Car l'acrobate, par définition, n'est pas maladroit.

Comme l'écrivait J-C:




Jamais un acrobate
Ne tombe dans la cour.




Cocteau, Poésies, « Pauvre Jean ».


Je crois que lorsqu'on tente de construire un paradoxe pour produire un effet de style, on ne peut en rester à une petite touche inexpliquée, une petite teinte impressionniste. En effet, les paradoxes tels quels n'ont rien de bien intéressant: le célébrissime "clair-obscur" qu'on donne souvent en exemple n'a aucun intérêt sans sans sa suite de vers. C'est juste un assemblage de mots qui s'opposent produisant non pas du style mais plutôt l'illusion d'un style. D'ailleurs, comme l'écrit Flaubert dans Le dictionnaire des idées reçues et des idées chics:


Clair-obscur: personne ne sait ce que c'est mais tout le monde en parle.



La conséquence que j'en tirerai, mais c'est bien entendu une réflexion personnelle, serait donc d'expliciter tes paradoxes, de prolonger le mouvement des images que tu as pu trouver au détour d'une phrase.



Dernier élément, un point de détail:

Citation :

Le Rhinocéros resta quelques heures ainsi qu’une masse douloureuse et
sanguinolente étalée sur la terre qui combla les blessures d’une
poussière fine et réparatrice.

Le rhinocéros ne reste pas quelques heures par terre ainsi qu'une masse. C'est une masse. Par ainsi, tu introduis l'analogie, la comparaison, l'image; or tous ces procédés sont bien inutiles, puisque le rhinocéros est réellement écroulé sur le sol, toute sa carcasse d'os lourds et de sang coagulé écrasée contre la terre.
Ce genre de procédés "ainsi, comme, tel" serait utile si, en parlant d'un petit gringalet de trente kilos, tu avais écris "Il s'endormit comme une masse". Or le rhinocéros pesant son poids, c'est ici inutile.


Du reste, je reviendrai sur mon commentaire initial: c'est bien. J'aurai par contre, et très paradoxalement à ce que je viens de t'écrire dans mon paragraphe précédent, aimé une analogie plus claire en fin de texte. Par analogie, j'entends la morale du conte.
En soit, elle est forte: elle concerne tous ces hommes que l'amitié a entraîné sur les plus hauts Everest, et que la rupture de cette relation a fait chuter plus bas que terre. Elle parle aussi de l'impossible relation entre certains êtres humains, trop distincts par leur inégales capacités, qui peuvent être un temps tolérées..mais finissent au final par provoquer la chute de l'un qui s'échoue dans la jalousie, la rancune...ou plus simplement, s'ancre dans l'échec permanent. Car le rhinocéros, en grimpant à l'arbre, se dénature; aussi ais-je tendance à me figurer ces couples dans lesquels, inexorablement, l'un absorbe l'autre pour lui fixer des exigences parfois impossibles. Je pense notamment à mon premier grand amour; je passai mon temps à réclamer des impératifs artistiques...le type chiant quoi. Joue du piano! Apprends à dessiner! Fais de la photographie! Ca a ses côtés sympathiques: un bal à Vienne, une semaine au festival de musique classique de Santa Fe, etc. Mais c'est surtout étouffant. Voir aliénant.

Pour faire bref, je crois que ton écrit est une très bonne idée. Mais pas encore un très bon texte. A mon goût bien entendu! Ca ne tiendrait qu'en quelques phrases, mais si tu pouvais parvenir à dégager de façon plus ostentatoire les messages contenus dans ce superbe conte, il gagnerait en saveur et en substance.

Qu'on ne le résume plus à "OooOOo...J'adore les contes africains!"

Je t'embrasse,

P.
Revenir en haut Aller en bas
Layz
Coordonnateur Chromatique
avatar

Masculin Nombre de messages : 4611
Age : 28
Localisation : Sûl-Nar
Date d'inscription : 23/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Laylay
Pseudo : Django
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Jeu 20 Mai - 12:26

Je ne saurais pas citer de Cocteau,
mais bien que me penchant rarement sur les textes accueillies par la bibliothèque,
je dois bien dire que celui-ci m'a séduit.
Tout amateur que je soit j'ai pris plaisir à le lire et chaque phrase à sonné dans ma tête comme une mélodie au fil de la lecture,
jusqu'au moment ou l'animal se perd et s'énerve ou là sa devient plus hacher.
Alors si c'est voulu chapeau c'est fichtrement réussi, puis si c'est pas voulu ben c'est ce qu'on appel le talent je crois
La conclusion est intéressante, je ne manquerais pas de parcourir plus souvent la bibliothèque à l'avenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   Jeu 17 Fév - 12:29

Moi aussi j'ai bien aimé cette fable exotique et peut être c'est parce que je la désigne ainsi que je suis restée sur ma faim, je m'attendais à une fin plus juteuse, avec un dénouement plus grand glissant à une morale plus étudiée. Après montrer juste les résultats d'une amitié hors norme est peut être suffisant selon ce qu'on recherche. Je suis d'accord avec Dv' l'alternance des deux styles gêne un peu, il aurait fallu que tu ailles à fond dans l'un des deux styles pour rendre plus uniforme le texte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Singe et le Rhinocéros   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Singe et le Rhinocéros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» singe
» Buste HOMME-SINGE (Man-Ape)
» Bouton de revers émaillé - XIXème - Singe Pêcheur (caricatural)
» Jean de la Fontaine : le loup le renard par devant le singe
» J'ai lu "Le dieu singe" de Jian Yi et Morvan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: