AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Toi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cocoon
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 985
Age : 26
Localisation : Dans 14 plans stellaires en simultané
Date d'inscription : 26/12/2010

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Toi !    Lun 3 Jan - 20:01

Toi !

Brute que je suis-je n’irais pas avec le dos d’une cuillère, j’ai besoin d’exploser, de crier et de vider à l’arrache tout ce que j’ai dans le cœur à grand coups de pieds dans l’train. Pas de chance, c’est tombé sur toi, mais tu m’as cherché.

Je n’avais rien demandé moi, rien ! Et tu oses te présenter devant moi ? Me faire ça ? Maintenant c’est le résultat de ton acte, de ton erreur peut être ?

Explosion, c’est ce qui me vient aux lèvres, j’ai envie de te cracher au visage des choses que tu n’auras peut être jamais entendu. Seront-elles belles, seront-elles atroces ? Je n’en sais rien, j’ai l’esprit comme une marmite. Depuis des jours la vapeur monte et je ne sais plus ce qu’il s’y passe. Caresse, frappe, morsure, baiser, un viol tout en douceur, voilà ce qu’il faut faire ! Mon fébrile équilibre intérieur a été pulvérisé par tes soins, comme si un souffle pouvait faire aussi mal qu’une bonne paire de claque, la bonne blague ! Et je fais quoi moi ? Je souffre en silence ? Et bien NON ! Je suis perturbé, tu vas l’être aussi.

Certains s’amusent à déclarer gentiment, poliment ce genre de choses, moi j’irais aussi délicatement qu’une ogive dans une tranchée de soldats, ca sera sanglant, brusque, inattendu, et même si ce sera pas joli joli, crois moi ça sera du spectaculaire !

Tout ca à cause de toi, regarde dans quel état je suis, je suis même plus foutu de dire si je vais bien. Ce qui est sur, c’est que tu m’as lancé deux harpons dans le cœur. Tu es là et tu pars plus. Ca saigne, ca gémit, ca cogne et ca se débat, mais quoi que je fasse tu restes là à me regarder avec tes yeux, CES yeux.

Comment deux globes oculaires peuvent ils donner ce résultat ? Que cachent ces deux disques bleus ? Ces deux billes noires ? Pour découvrir ton secret je t’ouvrirais bien l’iris de force, mais ce serait gâcher une perle rare, et ca ne se gâche pas, une perle rare. C’est papa qui l’a dit ! Tu as de la chance, mais pourtant rien ne m’empêche de me tourmenter de ce regard. A cause de lui je me suis vu étalé, agonisant et rejeté par la houle marine. Vomit par un océan cristallin, parsemé de stries lumineuses. J’ai vu cette énergie, ce pouvoir, cette attirance, un être qui marque au fer rouge les âmes qu’il trouve sur son chemin. J’entends mon esprit hurler et supplier qu’on l’achève pour ce supplice, qu’il ne le supportera pas longtemps, mais pourquoi ?
Comment ? La marque ancrée au fond de mes rétines, de mon cœur, de mon âme, me fait office de pile électrique. La fragile constance de mon esprit agité est devenue aussi paisible qu’une eau qu’on martyriserait pour en faire de la bruine. Je bats à deux cent à l’heure, ma logique se disloque dans tout les sens et ne sait plus on fuir pour ne pas finir démantelée. La seule fuite qu’il a trouvée est dans les mots que tu lis à présent.

Mais « tu », qui est ce ? Enfin qui es-tu ? Je ne te connais qu’à peine. Un prénom ? Un visage ? Pfah ! Farce et foutaises que ceci. Ce n’est rien. Ce n’est pas un nom qui donne un tel regard à un être humain, c’est ce qu’il est au plus profond de lui, alors qui es tu ? Qu’es-tu ? Dois-je t’éventrer pour percer ton mystère ? Non ce serait trop radical, et le trop plein de sang gâcherais l’analyse, mais comment alors ? Je te suis étranger et pourtant presque proche. Nos ombres se croisent et se quittent comme le soleil et la lune, ne restant qu’à peine ensemble pour une brève entrevue.

Mais j’ai sentis ta présence, j’ai gouté ta chaleur, la saveur de ton regard tout comme celle de ton parfum. Ton essence m’est indispensable, je suis drogué, réellement ? Je n’ose y croire, comment se pourrait-il ? Non impossible. Pas en si peu de temps, pas après si peu de mots échangés. Et le service météo n’a rien prévu depuis des jours, donc Zeus peut aller se faire voir.

Tu as brisé une partie de moi. Et tu de demande pourquoi je te crie dessus ? Tornade ! Tu as éclaté mes défenses et tu t’es installée bien au chaud chez moi, et tu ne payes même pas de loyer ! Insolente. Mais pourtant je ne t’en veux qu’à peine, car mettre ma main dans le feu serait aussi douloureux que ta vue m’est agréable, que ta voix m’est douce. Tu as réussis à rentrer en moi comme la peste dans un village crasseux, et tu es contagieuse en plus, garce ! Même la gangrène n’est pas aussi rapide que ça. Guérir ? Un docteur ? Ils savent pas ce que j’ai, seul deux trois poètes pourraient y placer un mot dessus, mais l’étiquetage est une manie chez les hommes que je n’aime pas… Un mec en camisole s’est marré en entendant mon histoire, il m’a dit que c’était normal pour un gars comme moi, il devait être sous cachet, ou c’est moi qui en aurais besoin ?

Je plongerais mon âme dans la tienne, je me viderais de toute substance physique si je pouvais ne serait ce qu’un peu pouvoir être en toi, pour comprendre qui tu es, pouvoir recevoir ton amour et te renvoyer le mien en retour. Ensemble nous déclencherions l’apocalypse, la mort par intraveineuse sentimentale du sujet appelé « monde ». Mais est ce que c’est vraiment important ? J’ai trois mégatonnes de pensées et de sentiments à t’envoyer dans la face, prête ma chérie ? On va relancer une troisième guerre mondiale. Ces yeux… Pour eux j’ai envie de tout détruire, de tout recréer, ne serait ce que pour les revoir et me noyer dans cet océan. Je te veux, toi, ton être, ton âme, je veux tout de toi, je suis marqué, donc maintenant assumes, découvrons nous, aimons nous, je veux tout savoir de toi, jusqu’à tes rêves nocturnes.

Te ferais-je peur ? Mais pourtant c’est ma façon d’aimer, façon bien spéciale, mais TU es spéciale. Me faire tourner barge rien qu’avec ce regard, y’a que toi qui a réussis pour l’instant, bravo d’ailleurs. Mais maintenant que puis je faire ? Tu es proche et si loin en même temps. Je peux distordre ta gueule d’ange autant de fois qu’il me faut dans mon cœur, mais ton corps lui est pourtant bien loin … Et si je t’enlevais ? Disons façon cavalière, en te volant à minuit sous le clair de lune vers un bel avenir, une promesse d’amour éternelle et une bonne partie de jambes en l’air ? Qui sait ? Peut être c’est de ça dont j’aurais besoin, mais avant tout tes yeux, oui … tes yeux… CES yeux.

Je t’aime, garce.

________________

Texte né d'un trop plein d'énergie, d'émotions et de pensées, qui n'avait pour autre but qu'être un moyen de vider tout ce qui me passait par la tête, je suis partis de rien et n'avait aucune idée de texte particulière, d'où l'aspect un peu "chaotique" du résultat. C'est en me relisant au final que j'ai vraiment réalisé le sujet et la façon de le faire passer. Le concept m'a intéressé, c'est pour cela que je viens vers vous en espérant avoir des avis sur la chose et peut être des conseils pour améliorer mes textes futurs. Même si le but de celui ci n'étais pas la performance maximale, mais je le répète une forme d'écriture automatique.

Merci de votre lecture.

Revenir en haut Aller en bas
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 27
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: Toi !    Lun 3 Jan - 21:26

Oh j'aime j'aime j'aime...

Citation :
Nos ombres se croisent et se quittent comme le soleil et la lune, ne restant qu’à peine ensemble pour une brève entrevue.

Mais j’ai sentis ta présence, j’ai gouté ta chaleur, la saveur de ton regard tout comme celle de ton parfum.

Tu as tout résumé dans ces deux phrases je pense. La construction est bonne, le ton fort mais pas dégoulinant.

J'aurais pu écrire ça:
Citation :
une promesse d’amour éternelle et une bonne partie de jambes en l’air
ça me rappelle mon "Il m'a fait la gueule puis il m'a fait l'amour".

Joli texte =)

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi !    Mar 4 Jan - 0:52

Ouais!


Mais tu te lâches pas du tout assez. Tu pars en vrille, c'est différent, du genre "Zeus et la météo peuvent aller se faire voir". Dans la série colère pour chassieux premiers de classe lustrant leur cartable en cuir, on fait pas mieux: qu'est-ce que c'est que ces conneries?

Par contre! Tes derniers paragraphes, alors là, oui, tu dégueules un peu plus, ça sent quand même un peu plus la merde et le foutre et c'est vers ça que tu dois tendre. Il y a un tout petit stick de Céline dans les dernières lignes, de belles grosses syntaxes orales bien imbuvables qui te pètent à la gueule. Franchement reprends ça, continue dans cette veine et lâche-toi vraiment. Non mais sérieusement, ces paragraphes - les derniers, faut suivre coco- sont bons, bons, bons.

Merde, une vraie colère, contre une femme surtout, ça parle de tes derniers sujets: un petit viol, pour voir, par derrière, personne m'entend penser, personne regarder. Evidemment que quand tu te branles tu te tapes pas ta femme en missionnaire! Et tes insultes, c'est pas Zeus, pas les insultes à la Marcel Pagnol qui sentent bon la marguerite et le vieux, le très vieux recousu et revisité. Rien de plus faux que ces biographies à la lavande où on se prend pour un mec sincère dès qu'on s'est inventé un vice admissible.

C'est navrant à dire mais tu dois parler de bite, violemment, avec haine. Utilise les organes qui orientent ton écriture. Je te recommande fortement la scène de viol du Comte de Monte-Cristo (les bandits Italiens). Elle est excitante évidemment, horrible aussi. Ca te donnera la bave aux lèvres, un peu de haine.

Des fluides quoi. Pas des métaphores. Juste des fluides qui transpirent sous ta page qui respire et te dit putain, quelle salope, je l'aime mais quelle grosse pute. Et après tu t'envoles, ouais bien sûr, tu écris tout, tu t'imagines raconter, t'as le droit d'aimer tout en pensant "string" et pas "coeur" quand tu vois du rouge.

C'est une pute. Mets-toi bien ça en tête. Une pute. Et ça ira mieux.


Dernière édition par Volodia le Mar 4 Jan - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi !    Mar 4 Jan - 18:57

Zombie J'étais fatigué Zombie

En clair.

Cet essai d'écriture automatique m'a semblé un peu trop aseptisé. Comme si tu avais accepté une seule des deux facettes de cette épreuve, c'est-à-dire le premier jet, sans pour autant te laisser aller à la seconde, autrement dit le déballage. A moins que tu ne penses t'être livré à cet exercice?
Revenir en haut Aller en bas
Cocoon
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 985
Age : 26
Localisation : Dans 14 plans stellaires en simultané
Date d'inscription : 26/12/2010

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Toi !    Mar 4 Jan - 19:58

Une seule des deux facettes de cette épreuve ? Expliques toi je n'ai pas bien saisis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi !    Mar 4 Jan - 23:37

L'écriture automatique est une infortune continue - A. Breton- : elle s'émancipe de toutes considérations morales, éthiques, logiques mais aussi stylistiques. Or ton texte est très et trop soigneux pour se réclamer de l'écriture automatique: les phrases sont parfois choisies, les mots sans aucun doute, on sent des pauses peupler les lignes et souligner quelques instants d'hésitation, de réflexion, de rejet devant un mot. Autrement dit, on aperçoit les choix conscients aseptiser ta pensée et l'alourdir de considérations morales.

Pour une fois, la littérature a un avantage face au dessin: elle permet d'être plus spontané et violent que les techniques de frottage inventée par Marx Ernst - le principe est à peu près le même, il s'agit de laisser courir une mine sur le papier, néanmoins les impératifs techniques limitent l'intérêt de l'expérience.

Pour paradoxal et simplet qu'il soit, le constat est le suivant: l'écriture automatique n'est pas automatique. Elle se force. Bernard Werber, qui prétend avoir écrit un chapitre des Thanatonautes en écriture automatique, se goure totalement: il a fait du premier jet, voilà tout. Son chapitre en peau de fesses de bébé n'a rien de scandaleux ni même d'intéressant - encore que j'ai aimé son livre à l'époque.

C'est un état d'esprit extrêmement violent, une condition physique qui traînasse entre le sommeil et le rêve. L'écriture automatique va au-delà même du stade de la sincérité, qui poussée jusqu'au bout est d'ores et déjà d'une extrême violence. Tu n'en es pas encore là.

Alors pourquoi parler de sexe? Tout simplement parce que ce stade inconscient est, sans faire appel à la psychologie Freudienne, bourré de sexe. Tu le sais. Tu le sens. Tu en as besoin. Surtout si tu parles d'une femme. Ose aller plus loin qu'à salope; fantasme puis phantasme. Lentement, tombe dans les méandres, crache sur tout, deviens mauvais, arrogant. Et puis, peut-être, libères-toi, deviens bon et triste dans tes dérives. Qui sait.

Mais confies-toi. N'anticipe pas de faire lire; bats-toi s'il le faut avec ton propre narcissisme. Puis un jour, après avoir écrit toutes tes horreurs, ais le courage de les montrer à d'autres...sous le couvert d'un exercice de style. Mais quoiqu'il en soit, confies-toi.

«L'automatisme, c'est aussi cette confidence murmurée sous le couvert d'un discours singulier..."

André Breton, Les champs magnétiques
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi !    Mar 4 Jan - 23:41

Note tout de même que je trouve ta démarche très positive, tes derniers paragraphes de qualité. Je t'invite simplement à aller nettement plus loin dans ce procédé dont certains auteurs ont appauvri la consistance en le réduisant à la banalité du premier jet, sans grand intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Aillas
Coordonnateur Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3785
Age : 27
Localisation : Utopie flagrante des Arts.
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Toi !    Mer 5 Jan - 3:23

Yop.

Ton texte me fait penser à ceux que j'ai écris il y a quelques années -non, je fais pas ma pub!- et il en a la valeur, je crois. C'est-à-dire qu'il s'agit d'une déclaration d'amour, de passion infuse qui explose et fait des étincelles de cœur. Sais-tu d'ailleurs que "passion" signifie "souffrance" ? Pas étonnant que les amoureux soient de grands déchirés.

Ceci dit, à propos de ton style, de tes images, je ne pense pas qu'un travail de ce texte ne soit possible au vu de son contexte de création. J'imagine que l'effervescence de l'accouchement s'est déjà transformé en autre chose et que retrouver cet état d'esprit te serait difficile. Toujours est-il que pour les prochains coups, essaie de t'améliorer. Il y a pas mal de lourdeurs là dedans qui freinent la lecture, des formulations très chevalières à éviter. Du style : "Farce et foutaises que ceci" ou "C’est papa qui l’a dit !".

Là, je te sens dans un entre-deux du vocabulaire, tu essaies d'être virulent sans pourtant oser utiliser des mots qui portent plus de sens, plus de douleur, plus de fermeté. Tu dis vouloir taper mais on sens que tu conçois ton vocabulaire comme la main qui caresse, tu ne t'autorises pas taper de peur de le faire vraiment, alors tu tapotes gentiment en prévenant que tu aimerais faire plus. Voilà ce qui blesse dans ce texte je crois.

En tout cas, bien en amour. Clin d\'Oeil

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toi !    

Revenir en haut Aller en bas
 
Toi !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: