AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Musique] Classique et pâtisseries

Aller en bas 
AuteurMessage
Pastries

avatar

Masculin Nombre de messages : 681
Age : 27
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: [Musique] Classique et pâtisseries   Sam 12 Fév - 3:18

On entend souvent les grands musiciens classiques dire qu’ils sont enveloppés par la musique classique depuis leur enfance. Moi je n’ai pas eu cette chance là, et j’ai découvert cette musique assez tardivement, en apprenant le piano. Certes, j’aime Pink Floyd, certes, j’admire Radiohead, certes, les Beatles me transportent, certes, David Bowie me berce depuis mon enfance, mais la musique classique c’est autre chose. C’est intense, ça retourne le cœur, ça calme l’esprit, ça forme l’intelligence, ça affine l’oreille ; et ça enseigne à faire la différence entre une «bonne» musique, et une musique de merde, dans le brouhaha catastrophique de notre bien malheureuse époque.
La musique classique, c’est vaste, plusieurs siècles de compositeurs, ça fait beaucoup de pages de partitions écrites ; c’est l’assurance d’une perpétuelle aventure, de découvertes incessantes.
La musique classique, c’est une science ; mais pas une science pour la science, c’est une science pour l’âme. La complexité apparente, le vocabulaire complexe, les mystères de la composition, ne sont que des moyens mis au point par les compositeurs dans un seul et unique but : transmettre les sentiments, les émotions, à l’auditeur, ou l’auditoire.

Je vous propose de découvrir, non pas les «grands classique», mais plutôt les œuvres m’ayant touché d’une manière ou d’une autre, qu’elles soient largement connues ou légèrement ignorées, majoritairement autour du piano.
Une sélection subjective et désordonnée de ce sur quoi on peut tomber en écoutant bien, accompagnée de concises précisions sur le compositeur, pour le situer historiquement, et quelque fois de termes spécifiques qu’il est toujours utile de connaître.






J’ai d’habitude du mal à supporter le clavecin, mais j’ai été bouleversé par un morceau de Couperin, nommé «Les Baricades Mistérieuses».

Deux pièces pour clavecin de François Couperin :

Les baricades mistérieuses, pour clavecin.
Naturellement transposable au piano.

Les idées heureuses, clavecin.

Comme dans de nombreuses pièces baroques, on note ici l'utilisation fréquente de la broderie, qui consiste en une alternance discrète rapide de deux notes suivant le schéma note réelle/note étrangère/note réelle.  A ne pas confondre avec le trille, qui est une alternance continue.

Et sa Troisième Leçon de Ténèbres à deux voix.

François Couperin (1668-1733) était un claveciniste et organiste français réputé, issu d’une grande famille de musiciens. Il en reste le membre le plus illustre. Surtout connu par son traité «L'art de toucher le clavecin», il a aussi composé de nombreuses pièces vocales et instrumentales.





Un impromptu de Franz Schubert, interprété par l’immense Alfred Brendel (vous pouvez pas test) :

Impromptu n°3 Op.90.

Et un autre, joué par le grand Krystian Zimerman :

Impromptu n°4 Op.90, très agréable à jouer d’ailleurs, une impression de gouttes d’eau sous les doigts.

Et un klavierstucke, magnifique, et varié dans le jeu, par Brendel encore.

Franz Peter Schubert (1797-1828) est un compositeur autrichien, maître du lied (chant accompagné d’un piano, ou éventuellement d’un ensemble instrumental). Il commence à étudier la composition à quinze ans, avec un certain Antonio Salieri, et à dix-sept ans, il compose sa première messe, qui est un succès. Il délaissera de plus en plus le style qui lui a été enseigné, pour tendre vers quelque chose de beaucoup plus personnel.


Dernière édition par Pastries le Jeu 17 Fév - 21:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lepianiste.deviantart.com/
Pastries

avatar

Masculin Nombre de messages : 681
Age : 27
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: [Musique] Classique et pâtisseries   Sam 19 Fév - 21:06

Quelques beautés,




On commence cette semaine par une pièce assez mystérieuse, qui date d'il y a à peu près cinq cents ans. On ignore pour quelle occasion un motet de cette envergure plutôt phénoménale a été créé, et quand précisément.

Spem In Alium de Thomas Tallis, compositeur Anglais du XVIème (1505-1595 et oui, même il y a cinq cents ans, les Anglais avaient la vie longue). Il tient l'orgue à la Chapelle Royale, et compose principalement des messes et motets.

Cette pièce a la particularité d'être écrite pour quarante voix réelles, ceci signifiant que quarante chanteurs chantent chacun une partition différente, contrairement à la plupart des écrits pour chœur, où plusieurs choristes suivent une même partition. Petite curiosité : les quarante voix chantent pour la première fois ensemble à la quarantième mesure.
Je vous conseille de l’écouter avec un casque ou des écouteurs, si vous n’avez pas une bonne chaîne, de lire la suite de cette rubrique plus tard, et de fermer les yeux, en remettant le morceau au début si vous l'avez déjà lancé ; c’est très transportant, et un poil étrange comme sensation, si vous arrivez à bien vous plonger dedans.














Le prélude de la partita pour violon en mi, de Jean-Sébastien Bach (1685 -1750), à propos de qui il y a bien trop de chose à dire, internet vous aidera si vous voulez en savoir plus sur ce gai luron.

Deuxième prélude du clavier bien tempéré (en ut mineur), interprété par nul autre que le sublime Sviatoslav Richter.
Écoutez également le sixième, en ré mineur, et puis aussi le dixième, en mi mineur.















Un peu plus récent, une douce mélodie de la Carmina Burana de Carl Orff (1895-1982), compositeur Allemand nous ayant offert divers opéras, cantates scéniques et autres œuvres pour mélodie et orchestre : In Trutina, des Cours D'Amour.





Dernière édition par Pastries le Mar 22 Mar - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lepianiste.deviantart.com/
Pastries

avatar

Masculin Nombre de messages : 681
Age : 27
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: [Musique] Classique et pâtisseries   Mar 22 Mar - 20:21

Plusieurs concertos pour piano,

Le concerto est une forme musicale dans laquelle un ou plusieurs solistes (pianiste, violoniste, flûtiste,...) dialoguent avec un orchestre. Il s’est développé durant l’ère baroque et était très utilisé chez les classiques et les romantiques.

Un peu de vocabulaire italien, pour comprendre les intitulés des mouvements :
Adagio : Plutôt lent, tempo de référence : 52.
Andantino : Très modéré, mais plus rapide que Andante (le vrai très modéré), dont le tempo est 60.
Allegro : Plutôt rapide, mais pas trop, «allant», tempo 116.







Beethoven, Concerto n°5 en Mi bémol majeur, interprété par Claudio Arrau et le Philharmonique de Londres sous la direction de Sir Colin Davis. Interprétation que j’aime beaucoup. Trois mouvements : Allegro, Adagio un poco mosso, Rondo Allegro. (A regarder).
















Grieg, son unique concerto pour piano, en la mineur, par Krystian Zimerman, accompagné par l’orchestre philharmonique de Berlin, dirigé par Herbert Von Karajan, que de beau monde :

Allegro Molto Moderato, partie première
Allegro Molto Moderato, partie deuxième
Adagio
Allegro moderato molto e marcato
















Vous pouvez vous amuser à le comparer avec le concerto pour piano de Schumann, que Grieg a entendu peu avant de composer le sien, et à noter les ressemblances. D’ailleurs, je vous le met. Même tonalité, joué par Matha Argerich et l’orchestre au nom imprononçable de Leipzig, dirigé par Riccardo Chailly :

Allegro affettuoso
Intermezzo : Andantino grazioso
Allegro vivace




Je vous en mettrai d’autres la prochaine fois.




Revenir en haut Aller en bas
http://lepianiste.deviantart.com/
Pastries

avatar

Masculin Nombre de messages : 681
Age : 27
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: [Musique] Classique et pâtisseries   Ven 1 Avr - 15:41

Mélodies,










Un extrait du Dixit Dominus de George Frideric Handel (grand compositeur Anglais, 1685-1759) :

De torrente in via bibet
















Plus récent, de l'Américain Samuel Barber (1910-1989) :


Adagio for strings, opus 11, dirigé par Leonard Bernstein, terriblement bouleversant vers la sixième minute.

Samuel Barber a peu après transcrit cet adagio pour chœur : Agnus Dei, air qui est utilisé un peu partout : cérémonies, films, chansons, ...
















Et pour conclure, un extrait d'un opéra de Vincenzo Bellini (italien, 1801-1835 malheureusement) :

Norma : Casta Diva, interprété par la grandiose Maria Callas.

Revenir en haut Aller en bas
http://lepianiste.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Musique] Classique et pâtisseries   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Musique] Classique et pâtisseries
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Favorite musique classique...
» Musique classique - suggestions?
» les chefs d'oeuvres impérissables de la musique classique
» Musique classique en forêt .... pour Meggye et les autres.
» La musique classique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Melpomenis, Havre Musical :: Échanges musicaux-
Sauter vers: