AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Catharsis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scarlet Hurricane
Chromatique
Chromatique
avatar

Féminin Nombre de messages : 3124
Age : 26
Date d'inscription : 30/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Maerenn
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Catharsis.   Dim 12 Juin - 22:59

Je ne sais as si je fais bien d'écrire ce texte, mais pas de bol j'ai laissé mon journal intime à mon autre chez-moi. En plus je fais des efforts, j'écris en français. Oui parce que mon journal je le rédige en anglais, ça semble directement moins ridicule. Comme une chanson de Britney Spears.
Bref.



Ca va faire vingt-quatre heures que je suis dans le déni. Vingt-quatre heures que j'ai décidé d'arrêter de penser, et de mettre mon cerveau sur pause à coup de séries télé ridicules et d'alcool. Je sais que ce n'est pas une solution, mais ça permet de retarder le temps des réponses.
Vendredi soir, un … Un quoi, un copain ? Une connaissance ? Un type ? Je vais me contenter de "garçon", faute de meilleur terme. Vendredi soir donc, un garçon de ma classe de terminale est décédé dans son sommeil. Crise cardiaque. On ne se connaissait pas vraiment, on ne s'appréciait pas particulièrement non plus, c'était un ami d'ami. Cependant, le choc est là. Palpable. Je ne sais pas gérer la mort, n'ayant jamais eu à l'affronter. Et quand bien même, est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer comment il est possible de ne pas se réveiller à vingt-et-un ans ? Sérieusement ? Ca doit être une blague. Une mauvaise blague. Déni, déni, déni.

Je n'imagine même pas ce que doivent ressentir ses proches. L'un d'eux était mon meilleur ami, jusqu'à l'année dernière, quand il a brusquement cessé de donner des nouvelles. Penser à ce garçon, c'est penser à cet autre avec qui je partageais tout, qui vient de perdre un morceau de sa vie et que je ne peux pas aider. Que je ne peux pas soutenir. Que je ne peux pas soulager. La perte de cet ancien camarade me ramène inlassablement à tous ces gens que j'ai perdus le long du chemin, par négligence ou par erreur. Ce personnes qui composaient mon quotidien et qui aujourd'hui se retrouvent sans rien. Je ne peux rien faire. Déni, déni, déni.

Il y a quarante-huit heures, quelqu'un est mort. Je n'ai su pourquoi que récemment, par peur de chercher. J'ai passé mon samedi soir à boire et mon dimanche à faire semblant de dormir pour ne pas avoir à y penser. J'ai évité ma mère parce que je ne peux pas aller chercher de fleurs, que je ne sais pas comment faire, et que je ne devrais pas avoir à vivre la mort de si près. Ce n'est pas normal. Je m'enferme donc dans ma bulle, loin des gens, loin de tout, pour ne pas avoir à entendre cette voix dans ma tête qui me fait culpabiliser. Ce garçon est mort, des gens le pleurent et je rapporte tout à moi qui ne savais pas vraiment qui ce garçon était. Déni, déni, déni.
Revenir en haut Aller en bas
Cocoon
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 985
Age : 26
Localisation : Dans 14 plans stellaires en simultané
Date d'inscription : 26/12/2010

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Catharsis.   Lun 13 Juin - 0:00

Considère ceci comme ma réponse à ton texte:

Trois ans. Trois ans que je suis ici, à regarder par ma fenêtre. A voir des gens courir dehors, s'agiter, s'amuser, et mourir. Depuis mon réveil d'un coma qui m'a prit 7 ans de ma vie, je suis à peine en état de zapper entre ma télé et ma fenêtre.

Hier soir, j'ai fait le point. Ma meilleure amie morte l'année dernière. Six des amis de mon cercle de proches se sont fait sauter la cervelle sur le bitume d'une after ou ont finit le crâne remplit de poudre, le foie pourrit d'alcool, ou dont le sang a décidé de prendre des vacances forcées. On m'a offert ça en cadeau de bienvenue. Certains c'est des fleurs, d'autres des jeux, encore d'autres un voyage ou tout simplement des sourires. Moi, j'ai eu droit à des têtes d'enterrement et des annonces de décès.

J'ai eu du temps pour m'énerver, pour pleurer, et pour réfléchir. Mais au final, la douleur n'est jamais vraiment partie. Je pensais qu'avec le temps, ça cicatriserait, mais non. En y réfléchissant, ce qui me fait le plus mal, c'est de me dire que je n'étais là ni pour leurs derniers instants, ni pour leur enterrements. Ne pas pouvoir leur dire adieu, je crois que c'est ça qui me ronge le plus. Coincé ici comme un oiseau en cage souffrant d'une aile brisée, je reste ici à regarder les autres vivre. Un peu comme dans un aquarium: on me nourrit, on me regarde, on tapote les parois pour voir si je suis toujours vivant, et puis on me laisse tranquille. Mais je n'ai pas la mémoire d'un poisson rouge malheureusement.

Je ne compte plus le nombre de fois ou je vois défiler les visages de mes amis, tous souriants, heureux, vivants. Je me réveille en sueur chaque nuit, le coeur battant, le souffle saccadé, en sachant que revenir à la réalité est à chaque fois un nouveau coup de poing mettant fin à mes rêves.

Hier soir, j'ai fait le point, car hier soir, j'ai appris que sur le chemin pour venir me voir, mes parents sont morts percutés par un homme qui, comme mes amis, revenait d'after. Ils avaient acheté un cadeau pour moi, un album photo m'a-t-on dit. Mais il a été presque entièrement brulé dans l'explosion. Avec eux, sont morts les souvenirs d'eux, et de mes amis. Toute cette mémoire a disparu, envolée en fumée. Sept années de perdues, disparues dans les flammes.

Alors hier soir, j'ai fait le point. En regardant la télé où tant d'autres gens mourraient au même moment. Je devrais peut être m'envoler moi aussi... Disparaître et me faire oublier. Et puis de toute façon, ce n'est pas bien grave. Après tout, quand un poisson rouge meurt, on en achète un autre pour ne pas inquiéter les enfants.

On ne devrait pas confronter la mort à des enfants si jeunes. Malheureusement, la vie ne l'a pas vraiment décidé ainsi. Et, parfois, il faut savoir prendre des coups, et répondre humblement: Oui madame...

Don't cry, little kid, life is unfair, but the show must go on.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Catharsis.   Lun 13 Juin - 12:19

Mon premier mort c'était le facteur. Je ne me souviens plus de son nom. Je sais juste qu'il était grand, gros, sympathique, qu'il avait une petite moustache et des cheveux très noirs et des joues roses. Malgré sa stature immense, je le voyais marcher très vite, très loin, tous les jours dans ma rue. J'aimais le voir venir jusqu'à chez nous pour nous remettre les courriers, les colis et discuter un peu. A noel il me laissait choisir le calendrier avec les photos de petits chiens et de petits chats.

Je devais avoir cinq ou six ans lorsqu'on m'a apprit qu'il était mort et qu'il ne reviendrait jamais. Comment affronter ce gouffre impensable ? ça n'a pas de sens, c'ets impossible. La mort est un voile au travers lequel on ne peut voir. Mais il y a forcément quelque chose. Lever le voile s'est s'apercevoir que la mort est intangible, absente, absolue et éternelle. Il n'y a rien, rien de plus que des larmes, des fleurs, des pierres tombales, des pelletées de terre contre un cercueil vernis au fonds d'un trou.

Les morts ont suivis après le facteur. Mon oncle, la mère d'une copine de classe, mon prof d'anglais, le père d'une autre copine, un copain de fac, un collègue de boulot, ma grand-mère, d'autres oncles, voisins et de vague connaissance.

Et puis le prochain ça sera sans doute toi. Toi qui m'a élevé, toi à qui je tiens plus que tout. Et je m'en veux de ne pas voir été plus vite, de ne pas t'avoir présenté ton arrière petit-fils, de ne pas t'avoir présenté une épouse, de ne pas...

Je te vois souffrir dans ce lit d'hopital, loin de mes soucis quotidiens, loin de l'insignifiance de mes devoirs d'homme.

Et je veux te tenir la main.

Toujours le voile se lève. A chaque mort on en voit un peu plus, on entraperçoit un peu plus distinctement ce qu'il cache. Jusqu'à ce qu'il s'abatte sur nous.

N'ait pas peur chère amie, les gens viennent et s'en vont, parfois reviennent, toujours demeurent en nous.

Juliette, certains ne t'ont jamais quitté, ils sont justes à portée de main Heureux
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 27
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: Catharsis.   Lun 13 Juin - 13:04

Il n'y a pas d'âge pour affronter la mort, elle est une suite logique, qui n'arrive pas tjs au bon moment.
Quand ma grand-mère est morte, on m'a refusé l'enterrement.
Quand mon grand-père est mort aussi. Je n'avais déjà pas eu le droit de leur rendre visite à l'hopital.

Puis, on apprend. On apprend qu'il n'y a rien à faire, que de continuer. Je vais l'écrire en anglais, ça fait moins ridicule. You just deal with it, you figure it out.

Depuis plus de dix ans maintenant, ma mère travaille à la mairie. Toutes les semaines on nous appelle pour venir faire les papiers parce que quelqu'un est mort. J'ai entendu et vu plus de façon de mourir que je l'aurais cru possible. On fait avec. On a pas le choix.

Puis, le père d'un ami est parti. De la pire façon qui soit à mon sens. Et ce coup la je n'ai pas su. Pas tout de suite. Cet homme que je ne connaissais pas était comme un écho à tous les gens que je connaissais, que je croisais dans ma ville jusqu'à ce qu'on nous appelle parce qu'ils étaient mort. Mais la vie reprend toujours le dessus. Parfois plus doucement que pour d'autres.
You deal with it.

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Catharsis.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Catharsis.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galerie de Catharsis
» Association Catharsis - revue Borderline.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: