AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Auteur] Jacques Prévert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 44
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: [Auteur] Jacques Prévert   Dim 3 Juil - 22:44

Jacques Prévert



Poète et scénariste français
né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine,
et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite (Manche).
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 44
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Dim 3 Juil - 22:53

Voilà, j'ai envie de partager quelques textes des poètes qui peuplent ma vie et ma bibliothèque.

Je commence par Jacques Prévert, car c'est son recueil de poèmes "Paroles" qui m'a donné donné envie d'écrire lorsque j'étais enfant.

Voici un premier poèmes de ce recueil. Qu'en pensez vous ?




DANS MA MAISON

"Dans ma maison vous viendrez
D'ailleurs ce n'est pas ma maison
Je ne sais pas à qui elle est
Je suis entré comme ça un jour
Il n'y avait personne
Seulement des piments rouges accrochés au mur blanc
Je suis resté longtemps dans cette maison
Personne n'est venu
Mais tous les jours et tous les jours
Je vous ai attendu

Je ne faisais rien
C'est-à-dire rien de sérieux
Quelque fois le matin
Je poussais des cris d'animaux
Je gueulais comme un âne
De toute mes forces
Et cela me faisait plaisir
Et puis je jouais avec mes pieds
C'est très intelligent les pieds
Ils vous emmènent très loin
Quand vous voulez aller très loin
Et puis quand vous ne voulez pas sortir
Ils restent là ils vous tiennent compagnie
Et quand il y a de la musique ils dansent
On ne peut pas danser sans eux
Il faut être bête comme l'homme l'est souvent
Pour dire des choses aussi bêtes
Que bête comme ses pied gai comme un pinson
Le pinson n'est pas gai
Il est seulement gai quand il est gai
Et triste quand il est triste ou ni gai ni triste
Est-ce qu'on sait ce que c'est un pinson
D'ailleurs il ne s'appelle pas réellement comme ça
C'est l'homme qui a appelé cet oiseau comme ça
Pinson pinson pinson pinson

Comme c'est curieux les noms
Martin Hugo Victor de son prénom
Bonaparte Napoléon de son prénom
Pourquoi comme ça et pas comme ça
Un troupeau de Bonapartes passe dans le désert
L'empereur s'appelle Dromadaire
Il a un cheval caisse et des tiroirs de course
Au loin galope un homme qui n'a que trois prénoms
Il s'appelle Tim-Tam-Tom et n'a pas de grand nom
Un peu plus loin encore il y a n'importe quoi
Et puis qu'est-ce que ça peut faire tout ça

Dans ma maison tu viendras
Je pense à autre chose mais je ne pense qu'à ça
Et quand tu seras entrée dans ma maison
Tu enlèveras tous tes vêtements
Et tu resteras immobile nue debout avec ta bouche rouge
Comme les piments rouges pendus sur le mur blanc
Et puis tu te coucheras et je me coucherais près de toi
Voilà
Dans ma maison qui n'est pas ma maison tu viendras."


Jacques Prévert - Paroles - 1945


Dernière édition par Sebastien K le Lun 4 Juil - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chikoun
Coordonnateur Littéraire


Masculin Nombre de messages : 4729
Age : 26
Localisation : Dansant sur un fil, une framboise à la bouche.
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Lun 4 Juil - 3:17

Il est tard, je n'ai pas encore eu l'occasion de (re-lire) ce poème, j'en dirai (surement) quelques mots plus tard.
Par ailleurs, je tenais à mettre celui-ci, car c'est un poème que j'aime beaucoup, qui me fait rire. Ce n'est peut être pas le poème le plus drôle du monde, mais c'est celui que j'avais choisi lors d'un weekend de stage de lecture à voix haute (de poèmes drôles). Alors voici.



PATER NOSTER


Notre Père qui êtes au cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Eparpillées
Emerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 44
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Lun 4 Juil - 14:09

Ah oui, il est génial ce texte ! C'est à la fois drôle et piquant. Il ne ménage pas ses critiques et ça passe très bien. J'aime bien la façon qu'il a de détourner les mots et les concepts pour révéler une certaine absurdité. Et tout ça, de façon très claires et "simples".
En fait dans "Paroles", tout le monde en prend pour son grade, mine de rien.
Je pense, par exemple, à sa critique des musiciens et intellectuels qui pour lui ne font que parler : L'orgue de Barbarie.



L'ORGUE DE BARBARIE

Moi le joue du piano
disait l'un
moi le joue du violon
disait l'autre
moi de la harpe moi du banjo
moi du violoncelle
moi du biniou...moi de la flûte
et moi de la crécelle
Et les uns les autres parlaient parlaient
parlaient de ce qu'ils jouaient.
On n'entendait pas la musique
tout le monde parlait
parlait parlait
personne ne jouait
mais dans un coin un homme se taisait:
"et de quel instrument jouez-vous monsieur
qui vous taisez et qui ne dites rien?"
lui demandèrent les musiciens.
"Moi je joue de l'orgue de Barbarie
et je joue du couteau aussi"
dit l'homme qui jusqu'ici
n'avait absolument rien dit
et puis il s'avança le couteau à la main
et il tua tous les musiciens
et il joua de l'orgue de Barbarie
et sa musique était si vraie
si vivante et si jolie
que la petite fille du maître de la maison
sortit de dessous le piano
où elle était couchée endormie par ennui
et elle dit:
"Moi je jouais au cerceau
à la balle au chasseur
je jouais à la marelle
je jouais avec un seau
je jouais avec une pelle
je jouais au papa et à la maman
je jouais à chat perché
je jouais avec mes poupées
je jouais avec une ombrelle
je jouais avec mon petit frère
avec ma petite sœur
je jouais au gendarme
et au voleur
mais c'est fini fini fini
je veux jouer à l'assassin
je veux jouer de l'orgue de Barbarie."
Et l'homme prit la petite fille para la main
et ils s'en allèrent dans les villes
dans les maisons dans les jardins
et puis ils tuèrent le plus de monde possible
après quoi ils se marièrent
et ils eurent beaucoup d'enfants.
Mais
l'aîné apprit le piano
le second le violon
le troisième la harpe
le quatrième la crécelle
le cinquième le violoncelle
et puis ils se mirent à parler parler
parler parler parler
on n'entendit plus la musique
et tout fut à recommencer!

Jacques Prévert - Paroles - 1945


Dernière édition par Sebastien K le Dim 25 Sep - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Lun 4 Juil - 14:35

Je vais paraitre ignorante, mais je ne connaissais pas ces poèmes de Prévert, que ceux qu'on apprend à l'école.
Et je découvre une facette nouvelle du poète, plus ironique.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Masculin Nombre de messages : 505
Age : 44
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Lun 4 Juil - 14:49

Dans ce cas, je te conseille vivement de te procurer son recueil : "Paroles". C'est truffé de poèmes de cet acabit. Il y a, dans ce même recueil, les poésies que l'on étudie en primaire, mais en fait ils sont peu nombreux au regard des textes beaucoup plus acerbes.

Il y a aussi dans "Paroles" des micro-poèmes dont on parle moins, mais qui sont pour ma part, très efficaces.



LA BROUETTE
OU LES GRANDES INVENTIONS

Le paon fait la roue
le hasard fait le reste
Dieu s'assoit dedans
et l'homme le pousse.



LA CÈNE

Ils sont à table
Ils ne mangent pas
Ils ne sont pas dans leur assiette
Et leur assiette se tient toute droite
Verticalement derrière leur tête.



LE CHEVAL ROUGE

Dans les manèges du mensonge
Le cheval rouge de ton sourire
Tourne
Et je suis là debout planté
Avec le triste fouet de la réalité
Et je n'ai rien à dire
Ton sourire est aussi vrai
Que mes quatre vérités.
Revenir en haut Aller en bas
Chikoun
Coordonnateur Littéraire


Masculin Nombre de messages : 4729
Age : 26
Localisation : Dansant sur un fil, une framboise à la bouche.
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Mar 5 Juil - 19:17

Oui ! Oui !

L'orgue de barbarie faisait partie de mes choix aussi. ^^ C'est un auteur qui me déplaisait assez à l'origine, du fait de son côté scolaire et par trop infantilisé. Mais il y a nombre de poèmes inconnus tels que ceux ci, mordant et mélodieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lumeï
Coordonnateur Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 556
Age : 27
Date d'inscription : 06/11/2009

Personnages RP
Pseudo: Mielle/Miel
Pseudo : Lumeï
Pseudo : Mluïe

MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   Dim 4 Nov - 15:55





Oserais-je rajouter un poème merveilleux de Jacques PREVERT à votre collection ? Oui.
J'espère que vous le lirez avec plaisir, si vous ne le connaissez pas déjà.
Au plaisir des mots joués. De les prononcer à haute voix.
Heureux







Cet Amour




Cet amour
Si violent
Si fragile
Si tendre
Si désespéré
Cet amour
Beau comme le jour
Et mauvais comme le temps
Quand le temps est mauvais
Cet amour si vrai
Cet amour si beau
Si heureux
Si joyeux
Et si dérisoire
Tremblant de peur comme un enfant dans le noir
Et si sûr de lui
Comme un homme tranquille au milieu de la nuit
Cet amour qui faisait peur aux autres
Qui les faisait parler
Qui les faisait blémir
Cet amour guetté
Parce que nous le guettions
Traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Parce que nous l'avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Cet amour tout entier
Si vivant encore
Et tout ensoleillé
C'est le tien
C'est le mien
Celui qui a été
Cette chose toujours nouvelles
Et qui n'a pas changé
Aussi vraie qu'une plante
Aussi tremblante qu'un oiseau
Aussi chaude aussi vivante que l'été
Nous pouvons tous les deux
Aller et revenir
Nous pouvons oublier
Et puis nous rendormir
Nous réveiller souffrir vieillir
Nous endormir encore
Rêver à la mort
Nous éveiller sourire et rire
Et rajeunir
Notre amour reste là
Têtu comme une bourrique
Vivant comme le désir
Cruel comme la mémoire
Bête comme les regrets
Tendre comme le souvenir
Froid comme le marbre
Beau comme le jour
Fragile comme un enfant
Il nous regarde en souriant
Et il nous parle sans rien dire
Et moi j'écoute en tremblant
Et je crie
Je crie pour toi
Je crie pour moi
Je te supplie
Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s'aiment
Et qui se sont aimés
Oui je lui crie
Pour toi pour moi et pour tous les autres
Que je ne connais pas
Reste là
Là où tu es
Là où tu étais autrefois
Reste là
Ne bouge pas
Ne t'en va pas
Nous qui sommes aimés
Nous t'avons oublié
Toi ne nous oublie pas
Nous n'avions que toi sur la terre
Ne nous laisse pas devenir froids
Beaucoup plus loin toujours
Et n'importe où
Donne-nous signe de vie
Beaucoup plus tard au coin d'un bois
Dans la forêt de la mémoire
Surgis soudain
Tends-nous la main
Et sauve-nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Auteur] Jacques Prévert   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Auteur] Jacques Prévert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chanson dans le sang - Jean Guidoni (Jacques Prévert)
» dessiner un oiseau, par Jacques Prévert
» Jacques Prévert
» Jacques Prévert
» [Poésie] Jacques Prévert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Échanges littéraires-
Sauter vers: