AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sexdance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 19
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Sexdance.   Jeu 25 Aoû - 3:47

Ça pulse. Tous en rang ! Ils m'obéissent. J'aime ça. Je marche devant eux tandis qu'ils dansent au rythme affolé de la musique. Il faut qu'ils bougent, qu'ils montrent leurs corps comme ils doivent être, déhanchés. Ceux qui s'arrêtent, je les fouette. J'ai un beau fouet. Il est de toutes les couleurs, et le cuir est bien brillant. Ils se taisent et, si je me sers de ce dernier, ils vont dans un coin. Ils sont éliminés. Bien sûr, le but, c'est de rester au milieu. Parce que sinon, les perdants vont finir menottés. Des belles menottes, toutes jaunes, qui sont déjà attachés aux murs dans des endroits assez étonnants. Elles les attendent. Elles vont les faire patienter pendant leur pénitence. Parce qu'ils doivent bouger, en rythme. S'ils ne le font pas, ils sont inutiles.

Les filles sont en jeans et débardeurs, les garçons sont en chemises et slims. Ils suent. C'est bien. Ils ne s'arrêtent pas. En rang, bien dressés et dansant sous les lumières fluorescentes qui balaient la pièce. Je trépigne, c'est beau, c'est beau ! Oh. Un coup de fouet, ça zèbre l'air, ils craignent, ça s'abat. Il à la joue ouverte, et, penaud, va vers les menottes qui se referment sur lui en même temps que le mur. On entend des cris étranges, à côté. J'aimerais bien y être. C'est bon. J'adore. Mais je n'ai pas le temps. Je me balance, je souris, c'est tellement drôle de les voir !

Je m'approche en retournant ma tête et lève le fouet. Ils tressaillent, vont-ils cesser ? Je ris en déployant mes dents. La fille en face de moi se fait lécher le bout du nez, je caresse un ventre et fais danser le fouet entre les personnes. Quelqu'un tombe. Non ! Ils peuvent ralentir, mais ils ne peuvent pas tomber ! Ce n'est pas drôle ! Pas drôle !
Je le traîne par un pied, le fouette plusieurs fois, de toutes mes forces. Des coups de pieds, pour qu'il reparte, vite ! Je ne veux pas attendre ! Menottes. Mur. Soupirs, à côté.

Ils ne sont plus que trois, au milieu. Je change la musique, je mets des pulsations perdues au milieu d'un son électroniques. Jambes écartées en face d'eux, je leur souris, les yeux fermés. Bras levés. Une fille tombe. On entend un cri déchirant à côté. Je voudrais y être. Je vais y aller, non ! Je ne peux pas, il faut que je reste ! Punir ceux-là ! Je les rejoindrais après, après l'ultime gagnant. Je ris, j'aime la tête des gagnants, ils sont tellement déçus ! Je fouette, elle part.

Deux garçons. Beaux, en sueurs, les regards baissés. L'un les cheveux noirs, les yeux sombres et un sourire charnu appelant d'autres lèvres, chemise rouge et un foulard comme ceinture. L'autre, un blond, longiligne, ondule en faisant danser ses mains sur son corps. Chemise bleu, pantalon noir. Je veux. Qui tomberas ? Qui sera possédé ? Qui ? Lui ! Le blond. Il tombe. Me regarde d'un air suppliant. Je lui souris en lui marchant sur la main. Un coup de fouet déchire la toile de sa chemise. Il part.
Je me retourne. Demande à ce qu'il s'arrête. Il obéit. Immédiatement. "Tu as gagné. C'est l'Abstinence."
Puis, je vais voir les fautifs, à côté. Me joindre à eux.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Innomable

avatar

Masculin Nombre de messages : 246
Age : 25
Localisation : Disparu là où il est dur de disparaitre...
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: Sexdance.   Jeu 25 Aoû - 12:15

Ebouriffant, et je parle en toute connaissance de cause. Le seul problème avec l'écriture en sprint c'est l'enchainement des idées, types je pense à ça et je reprends la phrase suivante avec cette idée :

Citation :
je les fouette. J'ai un beau fouet.

Citation :
les perdants vont finir menottés. Des belles menottes

Mais malgré ça ton texte donne la sensation d'une trajectoire plus ou moins maitrisée, d'un avancement un peu chaotique vers la fin, mais d'un avancement géré. Mon prof de théâtre m'a dit une (deux, trois, quatre..) fois que la mise en scène c'était une porte coulissante et que le jeu c'était justement le jeu de la porte dans la rainure. Le petit mouvement de gauche à droite dans la glissière. Or j'ai l'impression que tu es à la charnière de quelque chose avec ce texte. (bon là c'est prétentieux, c'est pas genre j'ai tout lu de toi mais quand même) Acquérir une plus grande maitrise sur son écriture, ne plus complètement subir la décharge de texte qu'impose l'impulsion d'écrire à l'instinct, ça fait aller dans des horizons bien plus vastes.

Il faut comprendre. Écrire çà l'impulsion, ça donne des textes très rythmés. Une écriture laborieuse et inexpérimentée va souvent dans l'autre sens, et pour reprendre l'expression de gold, donne un effet vice et versa. Mais les thématiques sont souvent très personnelles, quelque chose qu'il faut lâcher. Apprendre à gérer sa course c'est donc nécessaire pour garder la vivacité de l'élan, tout en écartant les horizons, et donc à intéresser plus de monde. (parce que parler de soi c'est très bien, mais faut vachement malin et discret pour parler de soi et intéresser un inconnu)

Les défauts rytmiques de ce texte viennent à mon sens des répétitions et du manque de lexique. On peut suggérer d'autre choses avec plein de mot que simplement : je veux ou je fouette. Par exemple. Par ailleurs, le fantasme premier de ce texte, à savoir tous en rang est un peu triste faut bien dire. Comme tu le dis toi-même, la vie ça pulse. Il faut apprendre à supporter les trajectoires des autres même si ça fait mal. On ne contrôle pas une manifestation, on ne fait pas des carrés et des slogans officiels, sinon ça n'a plus de sens.

Bon courage pour la suite, sincèrement.

PS : ah oui et puis ta description des beaux garçons en sueur... Mouarf quoi, cliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiché Heureux
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Sexdance.   Jeu 25 Aoû - 23:55

outch ! très beau commentaire ^^


Sinon, j'ai vraiment aimé ce texte duquel émane une certaine maturité... étonnante !

Et je rejoins assez innomable sur l'aspect du fantasme un peu trop maîtrisé. Tous en rangs, en lignes, soumis et punis. Quelque part c'est fort, très structuré comme approche, et ça sous-entend pas mal de chose, comme le besoin de rectitude, d'imposer sa vision des choses par la violence du jeu auquel devrait se plier les autres. Les autres et non pas l'autre.

En tout cas la construction est pas mal je trouve. Le côté linéaire ne m'a pas choqué, au contraire, il répond au besoin de cette projection. Tout comme le doute qui envahit le personnage : lâché prise, abandonner son rôle central pour passer de l'autre côté, car succomber à la règle, échouer pour se libérer et rejoindre le plaisir caché, de l'autre côté du mur, c'est le but inavoué de cette direction droite. Tenir, avoir envie de céder, de se retenir pour mieux...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sexdance.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sexdance.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: