AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De la foi et des livres.

Aller en bas 
AuteurMessage
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 17
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: De la foi et des livres.   Dim 25 Mar - 1:32

Chapitre 1



1. Il priait. Il priait l'Unique. En partie pour Le remercier de l'avoir maintenu vivant et d'autre part car la cathédrale de Belthil lui permettait d'être en sécurité le temps de l'office. Il avait conscience que les puritains ne manqueraient pas de lui signaler, si un jour ils apprenaient à lire dans les pensées, que s'il était en sécurité c'était grâce à Son bon vouloir, point final. Que pour cela, il devait armer sa main droite d'une bonne lame, sa main gauche d'une torche purificatrice, son cœur de Son amour et sa bouche de Ses paroles. Il aimerait pouvoir le faire mais la peur lui bloquait toute volonté et sa vie première d'archiviste de la cité de Wilwarin tendait à le rattraper. Elle ne s'effacerait pas d'un claquement de doigt.
Autour de lui les survivants de la ville ou du moins ses survivants humains, faisaient comme lui. Chacun accordant plus d'importance, selon ce qu'il lui était arrivé, à la foi ou au réconfort psychologique qu'apportait d'être gardé un instant par des Frères Jurés.


2. Sagrès Urquell avait la foi, depuis peu certes car cela remontait au déclenchement de l'Apocalypse, et ce en dépit de l'enseignement qu'on lui avait accordé et de sa formation puis maîtrise au poste d'Archiviste Diligent. Cette fonction était tout à fait respectable puisque étant parmi les plus hautes de la hiérarchie des Archivistes, elle même se trouvant entre les Bibliothécaires et les Libraires. Ceci dit, l'organisation des Ecrits de Wilwarin s'avérait être plus compliquée qu'une simple pyramide des ordres. Oui, tout érudit novice débutait chez les Bibliothécaires, en ajoutant aux immenses rayons de documents écrits de tout types, les mots les plus récemment rédigés. Et oui, les Archivistes étaient supérieurs aux Bibliothécaires car leur tâche impliquait de tirer de ce savoir infini les connaissances. Et enfin, oui, les Libraires dominaient le tout. Mais les puissantes instances du premier ordre avait leur place aux réunions dirigeant les Ecrits, où chaque personne possédait une voix. Si bien que celles-ci prirent le nom de Conseil des Trois et de tout temps, les Actualistes, comme ils (les Bibliothécaires) étaient surnommés dans leur dos, essayèrent de façon permanente d'augmenter leurs prérogatives sur les deux autres ordres. Le Conseil versait alors dans la politique mais il est inutile présentement de s'appesantir sur les tenant et aboutissant des duels de pouvoirs qui s'y jouèrent car il avait disparu.
Evidemment, Sagrès ne pourrait jamais oublier ce jour. Le jour de l'Apocalypse. La cité stationnait depuis une décade au-dessus de Belthil, il se souvenait même avoir brièvement aperçu au détour d'un rayon de bibliothèque la délégation envoyée par la commanderie des Enfants de l'Unique. Amusant comment le destin rapprochait les individus. Toutefois, il ne se remémorait qu'imparfaitement les traits de ces illustres visiteurs. Par la suite, au cours de sa pause déjeuner il prenait l'air accoudé à une rambarde extérieure, profitant de la vue incomparable qu'offrait Wilwarin à ses habitants. Et là, ce fut la fin. Ou plutôt le début de la fin. Une explosion saccagea la tranquillité, l'immobilité et l'équilibre de la cité volante. D'autres survinrent, expédiant le chaos partout au sein de la ville, détruisant les bâtiments, assassinant les passants.
Déjà, Wilwarin basculait. Touchée ou sabotée directement au centre de contrôle, le système technologique apportant le célèbre élèvement à la cité ne fonctionnait plus. Elle chuta inexorablement vers Belthil. Sagrès quant à lui s'accrochait comme il le pouvait à la rambarde afin d'éviter de se cogner contre les débris roulant ou de voler contre un mur et murmurait des paroles espérant qu'elles sauveraient sa savante cité.


3. Le choc fut terrible. Wilwarin toucha en tombant les quartiers nord de la capitale et les rasa complètement avant de finir sa course dans la campagne. Tuant sur le coup des milliers personnes et bien d'autres par la suite du fait des incendies, des habitations s'écroulant, des nuages de poussières et du non-droit qui en résulta. Les délits se décuplèrent, pareillement des vols, viols, meurtres, enlèvements et autres. Il en sortit aussi quelque chose d'affreux et d'inconnus. Des monstres s'élevèrent des ruines, innommés, ils fauchèrent quiconque se trouvait sur leur chemin. Ils étaient peu lors de leur apparition, mais quelques yeux averti remarquèrent que leur nombre croissait. Par ailleurs, ils n'avaient besoin d'aucun repos. Les autorités ou ce qui en restait, peinèrent à rassembler un semblant de forces capables de contenir les monstres et ce fut l'intervention des Enfants de l'Unique qui sauva le reste de Belthil. Bien que les sauveurs profitèrent de la panique générale en ne manquant pas de passer au fil de l'épée et de dresser des bûchers, quand une maison en feu n'était pas disponible, pour les hérétiques et les allanthropes.

4. Sagrès se réveilla à des centaines de mètre du premier contact entre le ventre de la cité volante et la cime de la ville bien terrestre. Nonobstant la violence du choc, son corps ne portait pas la marque de blessures graves, seulement quelques contusions. D'ailleurs, il ne le remarqua pas tout de suite car après être revenu à lui, il déambula dans les ruelles marchant tant que ses jambes pouvaient le porter. Personne ne lui adressa la parole ni ne fit mine de lui porter assistance. Soit les Belthiliens se dirigeaient en direction du crash, soit ils prenaient la direction inverse. Sagrès récupéra la possession de ses facultés alors qu'un homme se dressait devant lui. Celui-ci n'était autre qu'un officier (il l'apprendrait plus tard) des Frères Jurés, imposant dans son armure, inquiétant par sa carrure. Il était accompagné d'une poignée d'hommes de son corps à la face sinistre et menaçante. Une odeur de bois et de brûlé venaient d'eux et du sang entachait le rouge et or de leur tabard.
- Avez-vous besoin d'aide, Monsieur ? Demanda la montagne au service de l'Unique.
- N... Non ça va, couina Sagrès d'une voix aïgue qu'il ne connaissait pas lui même, habitué à s'entendre donner des ordres à ses subalternes.
- Vous êtes un Archiviste. Ce n'était pas une question, le Frère Juré ayant depuis longtemps appris à reconnaître les uniformes et autres vêtements distinctifs des ordres présent en Ter Aelis, l'habit bien que hautement sale d'Urquell n'empêchait en rien l'identification de son appartenance aux Ecrits de Wilwarin.
- Toi, désigna le premier Frère Juré de son doigt cuirassé un de ses compagnons d'armes, tu vas l'emmener à la Cathédrale.
- Mais euh..., commença à protester Sagrès vite coupé par le regard du soldat qui laissait peu à discuter ses directives.
Et voilà comment l'Archiviste se retrouva à la commanderie des Enfants de l'Unique. Il ne savait pas pourquoi il y était, personne ne l'avait mis au courant, mais Le remerciait au moins de l'avoir protégé. Il prit mesure, enfin, de l'ampleur de la destruction et du chaos qui l'entourait. Les gens hurlant, le feu passant de toits en toits, les pleurs. Alors quand il se retrouva devant la noble mais au demeurant solide Cathédrale, il tomba au genou épuisé et contempla les yeux larmoyant l'immense bâtisse salvatrice.

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
 
De la foi et des livres.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combien de livres lisez-vous en même temps?
» Les autres livres de Lucy Maud Montgomery
» Censure des livres populaires
» Les livres illustrés et les livres-objets
» Liste de livres à vendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Tomes Longs-
Sauter vers: