AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anagramme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pandore
Rôliste


Féminin Nombre de messages : 260
Age : 21
Localisation : Dans mon coussin.
Date d'inscription : 10/02/2010

Personnages RP
Pseudo: Pandore
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Anagramme    Ven 18 Mai - 4:58

Que ton cœur crache des flammes et tes yeux des larmes !

Je n’ai plus peur des cauchemars maintenant, j’attends le fou, j’entends le tic-tac de sa montre. Maintenant je marche droit à l’inverse de nous, de toi. Je m’évade loin ; loin de tes roses, et de ton étoile.

J’en veux au temps passé. Il m’a menti, le bougre ! J’ai mal aujourd’hui. J’ai mal et je n’ai vu ni tendresse ni passion. Je sais bien que mes paroles seront vaines, sans doute serais-je attaquée pour m’être faite entendre, pour avoir dévoilé ma voix et ses sanglots cachés.

Sans qu’on s’en aperçoive, je partirai discrètement. En chemin je rencontrerai bien d’étranges créatures : des papillons cannibales, des fourmis vengeresses, et que sais-je encore. Un jour, alors que je serai fatiguée par la course, par la fuite, je m’appuierai lentement contre le tronc d’un arbre aigrit et somnambule. Il m’arrachera quelques larmes au passage, mais rien de bien grave, le pauvre s’il savait, s’il voyait la nuit ! Je le quitterai sur un « Nothing Else Matters », et je continuerai ma route effrénée en quête d’une vérité, d’un mensonge. Quelques bandits me voleront mon or et ma dignité, mais après tout, à quoi bon dire non ? De toute façon ça n’aura plus d’importance pour moi. Un autre jour, je tomberai sur une douce clairière, un moment de répit tranquille dans l’herbe tendre, puis il faudra reprendre la route. Il faut bien souffrir pour être comme les autres. J’aurai honte aussi, mais il parait qu’il ne faut avoir honte de rien quand c’est fait avec le cœur.

Puis le dernier jour, alors que je rechercherai encore la vérité, le mensonge, je tomberai de fatigue dans la dune qu’il ne faut pas oublier, dans la dune dont il faut se souvenir. Caché sous le sable mon cœur était là, attendant mon retour. Doucement, mon corps s’éteindra sous les dents d’un éclair doré, et dans ma dernière larme on pourra lire :

« Si j’avais lu, si j’avais su »

_________________


Dernière édition par Pandore le Sam 19 Mai - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chikoun
Coordonnateur Littéraire


Masculin Nombre de messages : 4729
Age : 26
Localisation : Dansant sur un fil, une framboise à la bouche.
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Anagramme    Ven 18 Mai - 6:49

Je voudrais tout d'abord te dire que ça me fait très plaisir de te voir écrire et oser le partager avec nous.

J'ai trouvé ton texte très touchant. Il est plutôt bien écrit, on y trouve des formules heureuses. J'aime bien ces images de papillons cannibales et de fourmis vengeresses. Ou encore ce "Je rechercherai encore la vérité, le mensonge." Il y a dans cette association quelque chose d'intéressant. Le mot mensonge se prête bien à être ainsi mis en aparté. C'est joli, quoi.

La toute première phrase est un peu grossière, mais ce n'est pas grave, elle est tout de suite rattrapée par celle qui suit. Qui est plutôt musicale. En trois temps, elle entrecoupe et alterne les moments longs et courts, rebondit bien.


J'aime donc bien ce texte, dans son ensemble, et je répète que tu devrais poster plus souvent. Heureux

Bisous.

_________________
BlablaBlaÏsme
Revenir en haut Aller en bas
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 19
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Anagramme    Ven 18 Mai - 15:06

Ma Pandore qui écrit ! J'aime !

Ma Pandore qui écrit un texte qui me touche.

T'as bien progressé, tu as dû écrire en cachette ou je ne sais quoi mais ton style s'est envolé au-dessus de tes bases, et c'est très agréable de voir ce changement mûrir là-dedans.

Un très bon rythme dans l'ensemble, pas d'arrêt notoire à respecter et ça emporte, ça entraîne, là-dessus tu as bien géré. Un seul truc, c'est la première phrase, qui pourrait apparaître comme une exclamation, ou un ordre, mais là, avec un point, ça cloche. La formulation en elle-même est jolie mais la ponctuation ne va pas avec.

Pas grand-chose de plus à dire, à part que c'est vraiment touchant et que te voir revenir avec ça, c'est un énorme progrès et ça fait très, très plaisir à bibi.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Anagramme    Sam 19 Mai - 19:23

Ah oui !

J'avoue que je suis aussi très agréablement surpris par ces progrès et l'intensité que tu parviens à glisser dans ce texte.

Il y a une ou deux lourdeurs de vocabulaire à mon avis. Le choix n'est pas toujours certain. Je pense à "houspillée" et "sous" (en parlant des bandits). A mon avis le premier est placé trop haut (en fait il passe pas très bien dans le contexte direct et surtout dans le ton... c'est une autre sphère de discours qui ne correspond pas à ton texte), tandis que l'autre c'ets un peu l'inverse : il est vraiment trop "simple" ou "pauvre" et vraiment poussif.

Pour le reste je suis pleinement convaincu par ton potentiel; les images surréalistes et les étapes du voyage sont très agréables (et somme toute assez subtils). Il y a un code de langage qui se met en place et qui a du sens (on sent que ce n'est pas juste là pour faire joli).

Je suis content Heureux
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Pandore
Rôliste


Féminin Nombre de messages : 260
Age : 21
Localisation : Dans mon coussin.
Date d'inscription : 10/02/2010

Personnages RP
Pseudo: Pandore
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Anagramme    Sam 19 Mai - 20:00

Merci à vous trois, je ne m'attendais pas à cette réaction positive, j'en suis sincèrement touchée.

A Ego : Voilà j'ai modifié ça, je ne sais pas si c'est mieux ?

A dvb : Pareil, j'ai changé les mots qui sonnaient faux, oui. Par contre je ne sais pas si "mon or" est plus adapté ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 27
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: Anagramme    Sam 19 Mai - 23:09

"Quelques bandits me voleront mon or et ma dignité."

Il n'y a rien à dire. Cette phrase là justifie bcp à mes yeux. Bravo choupette Heureux

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Erlidann

avatar

Masculin Nombre de messages : 2380
Age : 27
Localisation : Sur Terre
Date d'inscription : 24/04/2009

Personnages RP
Pseudo: Erlidann
Pseudo : Magel
Pseudo :

MessageSujet: Re: Anagramme    Dim 20 Mai - 23:23

Alors là.

Franchement, n'ose plus JAMAIS, mais alors là JAMAIS me dire que tu écris comme un pied, que c'est moche ce que tu fais etc...

Compris ?

Ah, et... Très joli.

_________________
Spoiler:
 



"Le jeu ? C'est l'homme ! La vie est fondamentalement un jeu." K. A. Porter
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Anagramme    Lun 21 Mai - 17:14



Allons y gaiement.

Citation :
Que ton cœur crache des flammes et tes yeux des larmes !

Bon choix. Je ne sais guère si cette phrase va résumer la suite mais immédiatement je me suis dit qu'il fallait la commenter. C'est le début de la réussite ce genre de phrases : "presque". L'usage de deux sonorités proches - je ne ferais pas de technique ici - est ce qui sert le mieux l'accroche d'un griffonnage. Mais, car j'aime toujours à travailler la perfection, dans ce genre de diptyque ce qui est encore plus joli est de développer une "métaphore inversée". Pour faire simple les yeux qui pleurent des larmes, c'est une évidence : les yeux pourraient pleurer des flammes et le cœur des larmes. Tu pourrais tout à fait d'ailleurs mettre l'une puis l'autre, jouer de l'inversion pour appuyer encore plus.

Exemple : Cœur larme - yeux flammes (inversion) suivi d'une seconde avec assonance et allitération successive avec les sons [AME] ou [ARME] ou tout autre s'en rapprochant.

Pourquoi ?

C'est la substantifique moëlle de l'écriture que l'image.

Pourquoi ?

Car je l'ai dit récemment l'important dans l'écrit c'est le dialogue et le partage, un discours qu'on crée entre un émetteur et un récepteur (On peut d'ailleurs étendre cette définition à l'art en général). Écrire pour soi, se garde pour soi. Donc, pour éviter les égarements douteux et matinaux, cette accroche, car c'est bien son objectif, est plutôt réussi. Il faudrait la travailler encore plus, désormais, en usant de technicité pour attraper encore plus le lecteur. Quand on tient un bon bout, il vaut mieux le faire grandir un peu plus (Oui je sors...). Mon conseil serait donc d'inverser les sens de certains mots et de rajouter en apposition, une phrase complémentaire elle aussi inversé pour donner une plus grande profondeur à l'image.

La littérature raffole des oppositions. Un cœur qui versent des larmes et des yeux carmes, qui pleurent des flammes. Ce genre de choses (rapides) avec comme tu peux le voir un ajout d'un nouveau rapport sonore en [EUR]. Tu donnes ainsi un peu plus d'imaginaire dans l'empreinte émotionnelle que tu transmets à ton récepteur. Déjà qu'on arrive difficilement à se faire comprendre d'autrui par le langage parler donc autant user de tout pour se faire comprendre à l'écrit.

Citation :
Je n’ai plus peur des cauchemars maintenant, j’attends le fou, j’entends le tic-tac de sa montre. Maintenant je marche droit à l’inverse de nous, de toi. Je m’évade loin ; loin de tes roses, et de ton étoile.

Alors toujours dans un souci de compréhension, j'avoue n'absolument pas comprendre qui est "le fou" à la première lecture. Je suis peut être idiot ou stupide mais je ne vois aucune image si ce n'est celui d'une pièce d'échec ou d'un bouffon royal... On saisit le sens grâce à la suite, mais l'image est maladroite, très maladroite dans l'ensemble de ce paragraphe. Pourtant la dernière phrase est plutôt bien réussi, mais entâché par un départ raté et dans l'art comme je le dis souvent, c'est bien l'accroche qui importe, l'oraison.

Une nouvelle fois, pourquoi maladroite ?

Et bien l'image du "fou" est mauvaise, si tu veux user d'un son particulier pour le répéter, il ne convient pas de faire une impasse sur la sémantique de l'image. A première vue, je ne sais pas si c'est volontaire, c'est le son [OU] qui est répété. Il existe d'autres noms communs pour mettre en exergue un sens similaire. Trouve autre chose car, à mon avis, c'est une césure aggressive quand on le lit.

En ce qui concerne la dernière phrase, c'est un peu identique que la toute première que j'ai précédemment commenté : le mot "étoile" dans ce genre de situation est trop "simpliste". Image malhabile mais qui passe bien mieux car récurrente. Mais excellente reprise du son [OI]. L'ambivalence dans ce paragraphe est notable et très joli, le nous et le toi, marié avec des mots aux mêmes sonorités est agréable, mais malheureusement au profit du sens du mot.

Un peu comme lorsqu'une main douce te touche et qu'elle révèle soudainement quelques imperfections qui te dérangent. Tu aimes le geste, tu aimes la personne mais il est comme un instant où tu n'as pas envie de cette douceur maladroite.

Citation :
J’en veux au temps passé. Il m’a menti, le bougre ! J’ai mal aujourd’hui. J’ai mal et je n’ai vu ni tendresse ni passion. Je sais bien que mes paroles seront vaines, sans doute serais-je attaquée pour m’être faite entendre, pour avoir dévoilé ma voix et ses sanglots cachés.

Usage systématique du doublon de certains mots pour marquer le pas, c'est bien réussi : ça me plaît. Lourdeur syntaxique détecté dans deux cas : "j'ai mal et je n'ai vu ni". Comptons : 9 mots, 1 seul important : "mal". Une planète et 8 en orbite qui parasitent les champs magnétiques. Ca écorche à la lecture à voix haute. D'ailleurs on constate la même anomalie en suivant "pour m'être faite attendre", c'est moins marquant mais au fond, c'est le même soucis. "Se faire attendre" est une lourdeur qui dérange. D'ailleurs, très souvent, certains verbes, notamment celui là, sont au même niveau que le pronom indéfini "on" : des cons qui dérangent le niveau littéraire et le discours. Trop facile, comme si à l'oral, on ne prenait pas le temps de développer avec un vocable spécifique, sa pensée. Ca va même plus loin dans les analyses, ça dénote une phrase non travaillée.

Il faut bien se rendre compte de l'importance de l'alliance dans un paragraphe entre les phrases, les mots : leur sens et leur son, la technique employée pour les relier entre eux. Il suffit qu'un élément soit imparfait pour rendre l'ensemble imparfait, et c'est le gros problème de l'artiste ou de l'écrivain : être capable de masquer cette imperfection par un style original ou un traitement technique spécifique. Là, je suis extrêmement dérangé dans ce paragraphe, non par le sens, non par l'image, non par le mot, mais bien par tout ce qui gravite autour et qui relie l'ensemble. C'est une critique récurrente pour tout le monde (et je n'échappe évidemment pas à la règle).

Citation :
Sans qu’on s’en aperçoive, je partirai discrètement.

Ça paraît normal et bon, mais on peut l'améliorer pour la faire évoluer vers du meilleur. Je prends cette phrase pour exemple.

"Sans qu'on s'en aperçoive" : Usage d'un subjonctif compliqué, du "on". Double maladresse dans le discours. Comment corrige-t-on ? En simplifiant la phrase sans en perdre le sens : "Sans être aperçu", "Sans s'en apercevoir" (mais je trouve ça encore lourd), ou en utilisant une autre expression, selon le ton. Si tu avais choisi du léger (ah tiens c'est ce qui vient dans la suite), tu aurais pu mettre un "Ni vue, ni connue" : de l'idiome en somme.

Citation :
En chemin je rencontrerai bien d’étranges créatures : des papillons cannibales, des fourmis vengeresses, et que sais-je encore. Un jour, alors que je serai fatiguée par la course, par la fuite, je m’appuierai lentement contre le tronc d’un arbre aigrit et somnambule. Il m’arrachera quelques larmes au passage, mais rien de bien grave, le pauvre s’il savait, s’il voyait la nuit ! Je le quitterai sur un « Nothing Else Matters », et je continuerai ma route effrénée en quête d’une vérité, d’un mensonge. Quelques bandits me voleront mon or et ma dignité, mais après tout, à quoi bon dire non ? De toute façon ça n’aura plus d’importance pour moi. Un autre jour, je tomberai sur une douce clairière, un moment de répit tranquille dans l’herbe tendre, puis il faudra reprendre la route. Il faut bien souffrir pour être comme les autres. J’aurai honte aussi, mais il parait qu’il ne faut avoir honte de rien quand c’est fait avec le cœur.

Je ne ferais pas plus de critique. Il est assez "facile", de revoir tous les éléments en fonction de ce que j'ai dit et de continuer à travailler ce genre de nouvelles (qui n'en est pas une). Mon avis sur la forme étant exprimée, c'est désormais le fond que je vais aborder.

Et fichtre, je risque d'être moins gentil, presque pénible comme on me qualifie. Ce dernier paragraphe, plutôt habile sur la forme et contenant quelques expressions intéressantes, ne m'arrache pas une once de larmes et d'émotion. Outre l'image que je trouve désuète, d'un classicisme à faire pâlir la peau d'un picte, j'aborde la thématique de ce qui est dit. Je sais, on ne juge pas, mais moi j'adore et c'est l'essence même de la vie que de le faire. Ce qui est très ennuyeux, c'est ce ton constant entre le littéraire métaphorique et l'âme d'une personne à qui il manque un pan de réalisme. J'ai longtemps été un inconditionnel de Madame Bovary, mais le bovarisme ne me plaît plus, comme si le temps officiait progressivement sous la forme d'une lente et douloureuse agonie à propos de ce genre de sentiments. Je trouve que le sujet est trop évoqué, qu'il n'est nullement traité avec originalité et que s'entrelacent des passages d'une écriture jeune et maladroite avec une volonté de travail littéraire. Non que je n'aime pas puisque c'est assez bien réussi pour quelqu'un qui écrit ici mais je trouve que traiter ce genre de sujet de la sorte n'est ni productif, ni utile, ni intéressant pour un lecteur. Tâche à toi, quand tu écris, non de trouver l'originalité, mais de parler à l'autre; non de lui montrer simplement ce que tu ressens puisqu'il en est incapable mais bien de lui faire ressentir la dite chose. Et en ceci tu ne toucheras pas un lecteur averti qui a déjà lu ces quelques lignes par centaines.

Par malchance, tu tombes (si je puis me permettre le tutoiement) sur moi, qui suis un inconditionnel de l'aigreur et de la haine de l'imperfection (même contre moi même, donc on ne touchera que rarement mon ego en me répondant). Par contre, ce que j'écris ici n'est pas dirigé à ton encontre, j'essaie de donner quelques pistes avec un ton relativement neutre (je suis courtois - ce me semble, et il n'est nul besoin d'avoir peur ici de poster pour ce genre de réponses. J'espère qu'elle sera utile pour te montrer quelques points importants et quelques pistes utiles). Sur ma conclusion et le fond, je ne peux être gentil ou donner des pistes, la vie n'est qu'une question d'expérience et l'émotion qu'on peut mettre dépend de tout un chacun, c'est donc juste mon avis personnel.

Citation :
alors que je rechercherai encore la vérité, le mensonge,

Un dernier exemple pour faire mieux avec un seul mot.

Alors que je rechercherai encore la vérité, [ce] mensonge.

Bien plus de profondeur de l'image avec un seul et unique mot, simplement pour te faire remarquer que l'écriture ne dépend quasiment à l'essentiel que de petites choses qui font un ensemble très grand. Raison pour laquelle Rimbaud écrit mal en comparaison d'un Dante. Un grand écrivain, comme je le dis toujours, c'est celui qui est capable de faire ressentir la joie quand il est triste et la tristesse quand il est joyeux (et pas juste celui qui fait un mètre quatre vingt dix).

En conclusion je dirais que ce n'est pas mal du tout, mais je reste, comme souvent, peu touché par ce genre d'écrits qui manque de verve, de profondeur, de technicités, d'originalité. C'est bien écrit, enfin tout dépend de la définition qu'on en a, mais une nouvelle fois, ma faim de lectures qui me prennent un peu les tripes par leur beauté, n'est pas rassasiée.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
Rôliste


Féminin Nombre de messages : 260
Age : 21
Localisation : Dans mon coussin.
Date d'inscription : 10/02/2010

Personnages RP
Pseudo: Pandore
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Anagramme    Lun 21 Mai - 23:14

Merci Lilith et Erlidann.

Tr0n... Heu. Et bien, je ne sais pas trop si je dois bien le prendre ou aller me pendre. Merci en tout cas d'avoir pris le temps, et merci pour toutes tes remarques. Ah et merci de pas avoir été méchant Souriant !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: Anagramme    Mar 22 Mai - 3:57

Si j'avais réellement pris le temps, tu aurais eu un commentaire plus long et structuré. Malheureusement, je travaille en même temps et j'écris. Il n'y a pas à aller se pendre, il n'est nullement question d'ego et vu que je ne te connais pas du tout, il n'y a juste qu'à travailler sur ce texte. Quand j'avais ton âge, c'est ma petite maman qui corrigeait mes écrits et elle était bien plus dure que je ne le suis ;-) .

Bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anagramme    

Revenir en haut Aller en bas
 
Anagramme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anagramme
» anagramme
» Anagramme, un de plus/un de moins.
» Anagramme :remettre les lettres en ordre.
» Les lettres de TBL : Un anagramme de plus !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: