AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La prose du mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: La prose du mort.   Jeu 24 Mai - 3:16

Rien n'allait plus. Soulevant mes lunettes, j'essuyais quelques larmes. Tendant mon bras j'augmentais le son, le Deuxième mouvement de la Septième pénétrait mes oreilles. Mais l'allegretto ne parvenait toujours pas à remplacer le bruit du dehors.

Rien n'allait plus. Mon bureau avait été disposé en-dessous de la fenêtre, fermée, afin de profiter de la lumière du jour. Il baignait dans la clarté et la pureté, tandis que mon cerveau bouillonnait de contradiction et de montée de colère.

Rien n'allait plus. Alors je tentais par divers moyens de me calmer. Là c'était Beethoven. Quelque part cette idée produisait des effets. J'étais plus calme, mais aussi accablé de désespoir.

Rien n'allait plus. Avachis dans mon fauteuil, j'entendais maintenant, en souvenirs, leurs ignominies et crimes me parvenir. Les rebelles sifflaient la Marche Impériale, les Anglais mangeaient des grenouilles, la Chine s'établissait comme première puissance mondiale, les déviances des extrémistes idéologiques ne causaient plus de décès, le monopole du vin et du pain était détenu par Isâ & co, les clowns dansaient de la tecktonik et les ours utilisaient le peer to peer pour s'échanger des films et de la musique.

Rien n'allait plus. Rien n'avait plus de logique, les murs s'effondraient. Fondements et postulats subissaient un brûlot d'attentats. Pendant qu'étaient noyées les certitudes dans le seau boueux de l'assassinat et que mon entendement était violé par de l'oestrogène en poudre versé dans mon verre d'eau. Ils étaient tous coupables, tous.

Rien n'allait plus. Leurs cris résonnaient en mon esprit. Ils étaient des tambours, des marteaux, des scies, des perceuses. Ils avaient tout d'abord divisé ma conscience pour abattre un par un par les îlots de perception et de compréhension qu'il me restait. Ils préparaient le coup final. Celui qui me terminerait et terminerait cette blague atroce. Cette langue de bœuf alléchante liée s'approchait de moi et... ce fut la fin. Les minutes écoulées, les notes ne sortaient plus de l'enceinte.

Rien n'allait plus. Je transpirais, je suais l'alcool, j'avais la gueule de bois et une migraine affreuse. Ajouter à cela l'haleine et la couche de vin séchée sur les lèvres. Je m'étais endormis, le lecteur média de l'ordinateur lancé, les cadavres de deux bouteilles renversées reposaient non loin de mon siège, un verre d'eau préventif côtoyait un autre à pied, rougit par le raisin fermenté. Au centre de mon bureau, une page blanche. Elle y était posée depuis la veille. D'un geste maladroit je la maculais de mon doigt sale avant de la faire disparaître par une remontée gastrique bien mal digérée. Et là, la page prit tout son sens.

_________________
DÂdädâîsme.


Dernière édition par Mike001 le Lun 3 Sep - 17:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 20
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Jeu 24 Mai - 7:58

Mmh, miam.

Bon, sincèrement, au début, j'ai pu penser à tout mais, heu, cette fin-là m'a un peu surprise. On aurait pu deviner une guerre ou un décès, mais ça, heu... Ceci dit c'est un moyen comme un autre de créer une œuvre d'art.

Au niveau de la forme du texte, je trouve que les "Rien ne va plus" en début de chaque paragraphe ça alourdit le texte sans lui donner l'envol qu'il mériterait. Une autre formulation, ou simplement un en tout début de texte et puis c'est tout allégerait l'ensemble, là ça accroche et ça trainouille au début des paragraphes, c'est compliqué de le lire sans buter dessus.

Ah, et attention, cette phrase cloche :

Citation :
Ils préparaient le coup final, celui qui me terminerait et terminerait cette blague attroce.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Grendelor
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 3940
Age : 37
Localisation : Dans son coeur
Date d'inscription : 25/12/2007

Personnages RP
Pseudo: Grendelor
Pseudo : Lùthien
Pseudo : Pr. Lim

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Jeu 24 Mai - 22:19

Dans le troisième paragraphe, tu n'as pas mis de point après "rien n'allait plus", ça me choque.

La fin n'était pas évidente. Je me rends compte que tu m'agaces prodigieusement avec tes textes qui me laissent un goût étrange. Pour moi, il y a de bonnes choses, tout allait bien jusqu'à l'avant dernier paragraphe et cette histoire de langue de bœuf. Et la paf, on retombe dans l'absurde, dans le vulgaire, le banal. ça retombe comme un soufflé. Énervant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.unsoufflededetente.com/
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Sam 26 Mai - 3:42

Houlà !

Celui-ci me plait beaucoup (la musique donne un appui assez intéressant d'ailleurs).

Une bonne page de dégoût frelaté dans l'ivresse comme dernier moyen de se munir d'oeillères salvatrices.

Contrairement à mes deux précédentes comparses, je le trouve très explicite, loin de l'absurde et du vulgaire.

Il y a dans cette perception de la réalité, une ignominie quotidienne, froide, juste et factuelle.

C'est un monde ressenti pour ce qu'il ait, avec ses changements de règles. Là où la violence et la pertinence régnait, il n'y a plus que les fantômes d'une humanité dirigée par l'absurdité de l'époque.

C'est ce monde qui est absurde et vulgaire. Pas l'interprétation résignée qu'un auteur peut en avoir.

Ca me rappelle le mike du board d'il y a quelques années, avec la finesse et la précision de l'expérience.

J'aime bien, ouai !
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 37
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Sam 26 Mai - 13:39

J'avais écrit 3 pages de commentaires : je les ai laissés au boulot. Et l'autre m'a coupé l'envie de commenter donc tu ne l'auras pas. Et vlan, dans les dents (en plus c'était très agressif et je me demande si un écrivain est capable de l'accepter : j'avais fait dans l'analyse universitaire pour une fois).

Horreur!

Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Sam 26 Mai - 16:57

Egorann a écrit:
[color=#f2cf70]Au niveau de la forme du texte, je trouve que les "Rien ne va plus" en début de chaque paragraphe ça alourdit le texte sans lui donner l'envol qu'il mériterait. Une autre formulation, ou simplement un en tout début de texte et puis c'est tout allégerait l'ensemble, là ça accroche et ça trainouille au début des paragraphes, c'est compliqué de le lire sans buter dessus.

Rien ne va plus pour le personnage. Et quand rien ne va plus, ça dure. Ça se répète même.

Egorann a écrit:
Ah, et attention, cette phrase cloche :

Citation :
Ils préparaient le coup final, celui qui me terminerait et terminerait cette blague attroce.

Le seul point qui pourrait clocher à mon sens est la virgule après "final". Peux-tu préciser ce quel élément ne te paraît pas convenable ?
La phrase qui me dérange le plus actuellement est celle-ci : "Au centre de mon bureau, une page blanche". "Au centre de mon bureau" n'est pas très judicieux je pense.


Grendelor a écrit:
Dans le troisième paragraphe, tu n'as pas mis de point après "rien n'allait plus", ça me choque.

Corrigé, ainsi que des fautes qui trainaient et une répétition mal venue.

Grendelor a écrit:
La fin n'était pas évidente. Je me rends compte que tu m'agaces prodigieusement avec tes textes qui me laissent un goût étrange. Pour moi, il y a de bonnes choses, tout allait bien jusqu'à l'avant dernier paragraphe et cette histoire de langue de bœuf. Et la paf, on retombe dans l'absurde, dans le vulgaire, le banal. ça retombe comme un soufflé. Énervant.

Il y a de l'absurde car il rêve. Il fait un cauchemar et la langue de boeuf était son dernier repas. Là je décuite et le vomi sur la feuille me semble être davantage pertinent que lorsque je l'avais écrit sobre. :b

dvb a écrit:
Houlà !

Celui-ci me plait beaucoup (la musique donne un appui assez intéressant d'ailleurs).

J'ai tenté d'opposer la beauté de Beethoven à mon chaos, ou si ce n'est de les opposer de les faire jouer ensemble.

dvb a écrit:
Ca me rappelle le mike du board d'il y a quelques années, avec la finesse et la précision de l'expérience.

Il est vrai qu'il y a un petit peu (mais vraiment un peu) de l'esprit d'Automate et effectivement, j'ose espérer que mon niveau s'est accru depuis.

Tr0n a écrit:
J'avais écrit 3 pages de commentaires : je les ai laissés au boulot. Et l'autre m'a coupé l'envie de commenter donc tu ne l'auras pas. Et vlan, dans les dents (en plus c'était très agressif et je me demande si un écrivain est capable de l'accepter : j'avais fait dans l'analyse universitaire pour une fois).

C'est dommage car j'aurai bien lu ce commentaire.

Lumière Je vous remercie tous les quatre d'avoir pris le temps de me lire et me commenter (:

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Green Partizan
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Nombre de messages : 3950
Localisation : Ici, c'est Saint-Denis.
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Mer 13 Juin - 23:38

Pas mal.

Ce qui est vraiment bien dans ce texte, c'est la manière très efficace de restituer l'ambiance, très oppressante, et en même temps, on sent bien que ça n'a pas l'air si terrible que ça, que la tragédie cache un élément plus mystérieux. La montée crescendo est truculente.
Certaines formules bien huilées font que la lecture est très rythmée (à l'image des deux premières phrases (outre le gimmick)).
La chute est tout à fait dans l'esprit du texte, un bon coup de pied je dirais.

Rôlliste

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Erlidann

avatar

Masculin Nombre de messages : 2380
Age : 28
Localisation : Sur Terre
Date d'inscription : 24/04/2009

Personnages RP
Pseudo: Erlidann
Pseudo : Magel
Pseudo :

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Ven 15 Juin - 19:51

Un texte que j'avais noté dans un coin de ma cervelle, je reviens donc quelques temps après pour dire que je l'ai lu.

Un texte pas désagréable à suivre où on sent fortement les relents de dégoût qui finissent par ressortir physiquement. La musique indiquée au début du texte rajoute un côté intéressant à la lecture.

Sympathique.

_________________
Spoiler:
 



"Le jeu ? C'est l'homme ! La vie est fondamentalement un jeu." K. A. Porter
Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Lun 3 Sep - 15:48

Merci à vous deux. J'ai corrigé des fautes restantes et je me pose toujours la même question que quelques posts plus haut :

Mike001 a écrit:
La phrase qui me dérange le plus actuellement est celle-ci : "Au centre de mon bureau, une page blanche". "Au centre de mon bureau" n'est pas très judicieux je pense.

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Jarod
Rôliste


Masculin Nombre de messages : 1230
Age : 32
Date d'inscription : 01/04/2009

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: La prose du mort.   Lun 3 Sep - 20:10

Venir et dire que je ne sais pas trop quoi dire, est-ce en soi un commentaire ? Sans doute. Productif ? Moins.

Le premier truc qui me soit venu, c'est que je préfère personnellement le premier mouvement de la sonate "Pathétique". C'est pour faire bien.

Mais, sans compter que tu ne parles nul part de préférence, ton choix colle parfaitement à l'ambiance du texte.

Et la fin, si je puis me permettre, est "délectable" au possible autant que surprenante.
Et j'aime assez, finalement, les "lourdeurs" qui n'en sont pas.

Rien n'allait plus. Rien ne va plus.
Je vais au casino.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La prose du mort.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La prose du mort.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Pennac, Daniel] La petite marchande de prose
» Undertaker serait mort !!!!
» Dieu de la mort : 03/2008
» ou est la faux de La mort DOS ?
» Kinshasa, Mort de Taty de JB mpiana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: