AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Conséquences.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 21
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Conséquences.    Ven 27 Juil - 0:43

La mémoire est une chose étrange, qu'on ne saurait contrôler.

C'est une commode aux tiroirs tantôt remplis, tantôt vides. Les premiers tiroirs de ma vie, eux, sont tout bonnement inaccessibles.
Pourtant, aujourd'hui, je me souviens.

Je me souviens de ton sourire inquiétant, des tes dents trop blanches et de tes yeux trop sombres. Ton teint pâle, tes cheveux gris, ton nez crochu.
Ta tenue me reviens à l'esprit. Tu portais un sweat rouge sang et un pantalon noir foncé.

Je n'étais pas vieille, mais je me souviens de toi. De ton regard. Tes yeux avides qui me regardaient. Des tes mains planquées dans tes poches comme des armes.

Tu pensais peut-être que ce n'était rien. Un regard, ça ne fait de mal à personne. Une enfant est trop jeune pour interpréter tes arrières-pensées. Mais je l'ai perçu, ton envie, que tu essayais de réprimer tant bien que mal. Je sais que c'était involontaire. Mais le mal était fait, par un simple coup d'oeil.

On a tendance à croire qu'un enfant ne comprend pas.
C'est vrai. Il ne comprend pas.

Mais il n'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
Egorann

avatar

Féminin Nombre de messages : 2050
Age : 19
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Conséquences.    Mer 8 Aoû - 23:41

Ça à le mérite de foutre une jolie baffe sur le coin du museau.

Je ne crois pas qu'il y ai grand-chose à dire sur ce texte, à part une question : ça t'es vraiment arrivé ?

Dans le fond j'aime bien. Ton texte à l'avantage d'être sobre mais boum dans la face. Bien, mais, heu... Ça laisse perplexe.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 21
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Conséquences.    Mer 8 Aoû - 23:57

C'était l'idée, le coup de la claque ^^ !
Alors, je ne pourrais pas répondre explicitement à ta question Egorann (c'est sans doute pas trop le lieu haha), mais je pense que c'est quelque chose que chaque personne à vécu, peut importe l'âge ou le sexe. Je voulais mettre en évidence quelque chose de trop méconnu dont les conséquences peuvent être démesurées. J'ai juste voulu montrer par un texte bref et simple, la "violence" de ce genre de choses, qu'on a tendance à sous-estimer. C'est un peu comme le harcèlement de rue. On dit que c'est bénin, que ce ne sont que des mots et pas des actes. Mais parfois, un seul geste suffit.

Evidemment, on pourrait penser que c'est dramatisé, et peut-être que ça l'est. Mais je me suis dit que c'était quelque chose qu'il fallait que j'écrive. Et je comprend que ça te laisse perplexe car, que peut-on dire ?

Merci d'avoir commenté dans tous les cas, ça me fait plaisir que mon texte t'ai fait réagir, car c'était le but Heureux.
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 38
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Conséquences.    Jeu 9 Aoû - 19:51

Hann ! j'ai oublié de laisser un commentaire l'autre jour.

Oui je l'avais lu, j'avais ressenti qqch d'assez proche de ce que décrit Ego (mais elle ne devrait pas poser de questions indiscrètes comme ça ^^).

C'est vrai que dit comme ça, c'ets assez déroutant (dérangeant ?). Aussi tu fais bien de revenir sur le contexte et l'intention. Non pas que ça amoindrisse l'impact ou adoucisse le geste ou l'intention, mais ça permet de mieux se rendre compte des incidences que ces "trois fois rien" peuvent en effet avoir sur tout un chacun.

Comme tu le dis, c'est comme le harcèlement dans la rue : ce ne sont que des mots, des attitudes, des gestes sans conséquences... pour celui qui les profèrent uniquement.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Tr0n

avatar

Masculin Nombre de messages : 3306
Age : 36
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnages RP
Pseudo: Sucedebout
Pseudo : Grocube
Pseudo : Tron

MessageSujet: .   Ven 10 Aoû - 12:45

J'ai médité deux jours sur mon commentaire, mais comme on dit souvent, la première impression est la bonne. Je cherchais comment ne pas être méchant ou désagréable; et ça n'engage que moi. Ce texte se résume en un seul groupe nominal tout aussi chargé : "un regard concupiscent".

Ces regards, comme tout enfant, j'en ai encore le souvenir. Ces faits marquant dans une vie, j'en ai un témoignage poignant parmi les personnes les plus proches de moi, et je vais juste répondre sur le fond en choquant plus d'un ici : ces regards font du bien. Ces regards sont l'essence même du comportement humain, de cette palette de couleur, de l'amour le plus profond à la haine la plus viscérale, de la générosité à la perversion. Un être humain qui ne dispose pas d'un sentiment est comme un estropié sans une jambe ou un bras. J'en ai discuté récemment et bien que marquant profondément de leur empreinte, ils sont un bienfait pour l'adulte qui se construit - si tant est qu'on soit capable de s'en sortir quand ils sont "trop" marquants. Ils lui ont permis d'accepter ses faiblesses, d'accepter la nature humaine dans son ensemble et de faire un choix vers ce qu'il considère comme "être adulte". Les enfants comprennent tout, c'est un fait, ils n'en ont pas forcément conscience quand ils grandissent car ils oublient - ils oublient car ils n'ont qu'un espoir : celui de devenir comme les grands.

Souvent on vous assène que vivre dans la pauvreté, dans la perversité, dans un ensemble considéré comme amoral par notre société ne peut aboutir qu'à des troubles. Sachez que vivre dans un cocon, protégé des sentiments douteux du monde des adultes, vous rends aveugle. Et être aveugle, dvb, c'est du même accabi que d'avoir des instants marquants dans sa vie qui permettent aussi de façonner votre "Moi".

Je ne dis pas du tout qu'il est bon d'avoir vécu de la merde attention. Je dis que la merde, ces instants très marquant dans une vie seront très souvent des avantages indéniables dans ce que l'enfant deviendra. C'est pour cette raison que la société moderne surprotectrice va lentement vers sa décadence, vers un "contrôle" de l'individu en souhaitant abroger et détruire ce qu'elle considère comme "mal". La nature humaine n'est ni foncièrement bonne ni foncièrement mauvaise : qu'est-ce qui est bon ou mauvais ? Qu'est ce qui détruit ? Qu'est ce que la normalité ?

Ce genre de texte devrait avoir beaucoup plus de profondeur car il développe une thèse pleine de bons sentiments. J'exècre les bons sentiments car j'en suis rempli. Plus je souffre, plus je vis de la souffrance et des choses dégueulasses, plus je m'en nourris pour grandir. Plus on me fait mal, plus j'apprends, plus je me forge, plus je deviens adulte et sage, plus je suis insoumis à la naïveté de mon enfance. Plus je vois ces regards, plus je m'en souviens, plus il me rendent forts.

Je hais la faiblesse.

J'adore faire peur aux enfants, j'adore jouer avec les enfants, j'adore me moquer d'eux sur des détails, j'adore les voir développer toutes les émotions : ils m'adorent, ils m'aiment, ils me sautent au cou, ils me haïssent, ils ont peur. Tout. Et quand ils deviennent un peu plus grand : ils comprennent. Ces regards concupiscents, la perversité, il faut la croiser pour en avoir conscience, pour grandir. Et ce que j'affirme là, ce n'est pas au hasard d'une argumentation fallacieuse, c'est le témoignage de la personne la plus importante au monde pour moi. Elle est devenue grande, adulte, sage, mature, juste - la plus fantastique des personnes au monde - malgré ces expériences. Et toutes celles et ceux que j'ai connus dans les mêmes situations, en fonction des moments de leur vie, sont tous devenus pour moi des personnes très chères, très droites, très modérées et tolérantes. Des personnes fantastiques. Je n'ai aucun exemple de personnes n'ayant pas vécu ces regards concupiscents qui arrivent à avoir la même empathie, la même justesse et le même degré d'émotion. Ces gens là, je les aime vraiment pour leur façon d'être et parfois je les envie.

Ces gens la m'ont apporté tellement que je me devais quand même, de donner mon opinion sur le fond. Non que le choix de ce texte ait été faux, mauvais, juste que je voulais aller plus loin et ne pas juste regarder le salopard qui regarde un enfant de la sorte mais bien ce que l'enfant devient quand il est grand, vraiment grand. Ca va beaucoup plus loin si l'on s'interroge encore plus profondément. Vous considérez comme mal, mauvais, caca un regard de ce style car il apporte souffrance. Et bien moi je réponds en paraphrasant un modeste philosophe qui est sans doute à mon goût l'un des plus grands. Tout d'abord : "Votre amour du prochain n'est que le mauvais amour de vous-mêmes.", je n'ajouterais pas de commentaires car je le pense vraiment (et je suis aussi dans ce cas, je ne suis pas un "surhomme"). Et vous retrouverez dans ce que j'ai dit le Friedrich de 1887 :

"On a pas hésité à donner à l'homme "bon" une valeur supérieure dans le sens du progrès, de l'utilité, de la prospérité de l'homme. Et si le contraire était vrai ? Et s'il y avait chez le "bon" aussi un symptôme de régression qui permettrait au présent de vivre en quelque sorte aux dépens de l'avenir ? De sorte que la morale serait responsable du fait que le type homme n'a jamais atteint le plus haut degré de puissance ?"

C'est là que ce genre de texte ne peut pas s'arrêter à la dénonciation d'une souffrance, d'un bon sentiment qui suinte par tous les pores pour dénigrer et mettre une étiquette "mal" sur un comportement tout ce qu'il y a de plus humain. Car oui, soyons honnête, la religion et la morale essaient de juguler la palette des sentiments de la nature humaine en s'imposant à la raison. Friedrich Nietzsche était l'un des seuls à le clamer haut et fort. Il critiquait la nouvelle religion : l'état. Nous sommes remplis de ces sentiments sans même nous rendre compte que pour nous élever, devenir un Homme (et non un surhomme, c'est là que je m'oppose souvent à l'allemand), il faut être capable de concevoir l'ensemble de manière cohérente en remettant notamment en cause non pas notre vertu, mais le fondement même de ce qu'est la vertu. Le pire dans tout ça, c'est que la mécanique du cerveau se déclenche dans les situations traumatiques : deux choix - le replis vers la morale toute puissance ou la découverte complète de l'amoralité. Et si justement grandir était la réussite à vaincre ces bons comme ces mauvais sentiments : à les accepter tels que nous sommes tous ? Car oui, même si notre conscience cache bien au fond notre perversité inacceptable, nous en avons tous fait preuve un jour. Ne cherchez pas l'illusion du mensonge, c'est une évidence. Ce que j'affirme à la différence de Nietzsche c'est que ces "mauvais" sentiments forgent la raison, et la forge en grandissant pour devenir adulte d'une manière bien plus élevée que celle de tous les autres Hommes. La concupiscence est un sentiment humain - c'est notre moral qui la retient. Si la religion en son temps l'a écrit sur tablette, c'est bien qu'elle savait que c'était aussi inscrit dans l'éventail de la nature humaine. Pour mieux vivre ensemble ? Mais qui a dit que le solitaire était à rejeter ? Toujours les mêmes : religion et état. Nous sommes bernés par l'illusion du bon, et la dénonciation du mauvais. Souffrir est aussi important que rire dans le développement cognitif et émotionnel. Je n'y accorde aucune différence. Il faut juste vivre l'ensemble pour le comprendre et en sortir toujours grandis. Ce qui ne nous tue pas, nous rends plus fort. C'est ainsi que je pense le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 21
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Conséquences.    Ven 10 Aoû - 14:34

Tron, merci d'être allé aussi loin.

Il faut que tu saches que dans ce texte, l'homme au regard n'est pas "méchant", "mauvais". Peu importe l'âge, une personne désire. Peu importe quoi, ou qui, c'est un fait. Il ne désire pas que des choses bonnes, politiquement correct. Des femmes aussi on des désires assez blâmables par la société d'ailleurs. Ce regard, je le décrit comme involontaire. L'homme ne passerait pour rien au monde à l'acte, peut-être même qu'il se déteste de penser ce genres de choses. Je le vois juste comme imparfait, c'est tout. Après, évidemment, ce genre de désire peut être condamnable, et il devrait peut-être, mais je pense qu'en tant que personne, on ne peut rien y faire. Je sais ce que genre de propos sont assez controversés, mais c'est ainsi que je le vois.

Si l'homme est décrit comme méchant, c'est parce que j'ai choisi d'écrire ce texte avec le regard d'un enfant, qui lui, vit ça comme une menace. Je comprend donc la confusion, j'aurais dû appuyer ce point dès le début.

Alors je dois quand même réagir. Ce texte, ce n'est pas quelque chose d'inventé. Ce n'est pas romancé. Chaque enfant ne réagira pas du tout de la même façon. Un regard peut aussi bien traumatisé un enfant que le faire grandir. Je pense d'ailleurs que les deux sont intimement liés. Je connais parfaitement des gens que j'aime et que j'admire, qui ont certaines faiblesses à causes de gestes anodins. Un tel regard, c'est une menace. Ca effraie, ça fait réfléchir. Ca peut avoir des conséquences, au niveau de l'hyper-vigilance. Après une expérience comme ça, un enfant comprend que les autres peuvent être une menace, même si ils n'en sont pas forcément. Ca bloque, ça empêche de se sociabiliser, ça intimide, ça fait perdre confiance. Alors, je suis ravie de voir que les personnes qui te sont proches et qui ont vécus ce genre d'expériences s'en soit sorties renforcées, je les envies autant que toi. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Une personne d'un tempérament prudent au départ, ou peureux ne réagira pas de la même façon que quelqu'un de confiant et fort.

Mais je comprend tout à fait ce que tu veux dire. Seulement, les faiblesses sont malheureusement le propre de l'homme et je trouve qu'il est important de le souligner.

Je ne dis pas que chaque regard/remarque un peu déplacé va traumatisé l'enfant ou même l'adulte, bien au contraire ! Je dis juste qu'une personne peut mieux réagir que d'autres à ce genre de situation. Mais quelles que soient ces réactions, ce genre de "menace" a toujours des conséquences, qu'elles soient bonnes ou mauvaises.

Ici, j'ai voulu souligner le mauvais. C'est un choix, c'est une histoire que je devais raconter car c'est arrivé. Maintenant, il est clair qu'on ne peut pas tous avoir le même avis sur le sujet et j'ai envie de dire : tant mieux !

Ta réponse est plus qu'intéressante, et c'est toujours bon de se confronter à une expérience différente de la sienne. Je suis ravie que tu ai pris le temps de faire un commentaire comme ça, et je te remercie. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 38
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: Conséquences.    Ven 10 Aoû - 19:31

Ah la vision holistique ! C'est ce qui nous sauvera tous !

J'aime vos deux réactions/commentaires. Deux âges, deux points de vue qui échangent et qui montrent bien ce constat d'évolution de la personnalité à travers les expériences intimes.

Prendre des claques dans la gueules par une main noueuse et austère, je ne sais pas si ça a eu l'effet escompté par la propriétaire de la main en question (a priori je dirai que le résultat espéré est plutôt mitigé !), mais en tout cas je sais que ça m'a "servi". Une évidence est celle de savoir que j'aurai été différent.

Aurais-je été différent si à la place j'avais été gratifié de caresses un peu trop appuyées de la part de mains semblables...? J'aime à croire que oui, tout comme j'aime à croire que connaître certains "gestes" - appelons-les comme ça - me permette aujourd'hui de profiter de ce soulagement de ne pas les avoir vécu.

En tout cas je suis assez d'accord avec Lyn lorsqu'elle nivelle les conséquences (puisque c'ets au final le point important de son texte). Un enfant ne réagira pas du tout à certains "gestes" tandis que d'autres sur-réagiront à des intentions bien moins abouties. C'est déjà le cumul des sensibilités préexistentes qui permet d'atténuer ou d'exacerber les réactions émotives !

Ca me rappelle (on a les références qu'on mérite m'a dit un jour... je crois que c'est toi d'ailleurs enfoiré de Tr0n !) le film de Becker adapté du roman de Japrisot "L'été meurtrier". La scène où la gamine pète son câble dans l'arbre !

La gamine en question étant Maiwenn petite, qui jouait le rôle de Adjani grande... belles illustrations vivantes des ravages de l'enfance déglinguée !!








Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conséquences.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Conséquences.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: