AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BULLYING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: BULLYING   Ven 10 Aoû - 21:02

L’être humain s’avère être le pire tortionnaire pour son espèce. Il n’est pas ici question de sévices physiques mais psychologiques. L’homme peut briser, détruire l’un des siens de façon plus ou moins consciente, sa pire force et sa grande faiblesse. Il est capable de l’infliger mais aussi de le subir et de se mettre lui-même en prison. On s’enferme pour se protéger. On se recroqueville à l’intérieur de soi-même, là où personne ne peut nous atteindre. Paradoxe. On ne peut plus fuir, de peur que l’autre soit à la porte, en train de guetter pour nous arracher une part de nous même. Le pire c’est cette perte d’identité, perte de son existence.
Tous les jours on fait face à des agressions mais quand celles-ci s’immiscent dans votre quotidien, dans votre foyer, qu’elles se répètent, vous vous sentez démuni.


Je suis loin de tout. De mon passé. De moi.
Je ne sais plus trop comment je suis arrivée ici, ni ça vaut vraiment le coup.
A l’écriture même de ces mots, les symptômes de la terreur s’emparent à nouveau de moi, mes membres tremblent, c’est léger. Je me contracte et je sens d’autant plus ma nervosité. Ma frayeur me courbature. Le plus intenable c’est mon cœur qui s’affole, qui voudrait s’enfuir de ma cage thoracique ; un sprint sans fin. Je sens mon rythme cardiaque s’accélérer et j’angoisse qu’il finisse par s’arrêter à jamais.
Plus je le redoute, plus le battement est fort et douloureux. Cette course me coupe la respiration, mille désespoirs dans la tête, seuls mes pleurs en dehors. Extérioriser un peu de douleur, mais pas la terreur. Rien ne permet de la vaincre.
Ca recommence chaque soir, quand il passe devant ma porte et que je suis allongée dans le noir dans ma chambre. Mon cœur retentit à nouveau comme une sonnette d’alarme.
Ce n’est pas un surhumain, rien ne pouvait présager ce qui se passe maintenant, et surtout en moi.

Je ne suis qu’une ombre qui se cache dans le noir. J’expie mes fautes passées comme si j’étais une criminelle, en espérant qu’après avoir été pardonné par tous, ça s’arrêtera et tout redeviendra comme avant. Je ne comprends pas cet acharnement, cette cruauté, cette tourmente, on m’accuse d’exister, et d’exister ainsi.
J’attends que le temps passe pour refaire surface.
Je suis en veille. Dans mon sommeil, on m’arrache mon image, mes dents tombent l’une après l’autre sans que je ne puisse y faire quelque chose. Dans mon inconscient, je vis dans un monde de chaos, sol de béton avec de grands ensembles de métal, tous des rejetés, sales, délabrés, et on se fait manger, tuer, broyer un par un. On se dissout, il ne reste plus que comme trace des tâches de couleur à terre.
Je me réveille en sueur, ne sachant plus trop où est la réalité, où il vaut mieux exister. Et ça frappe sans cesse : des débris d’être, de conscience. Spectatrice de ma souffrance, il n’y a aucune résistance. L’autre n’est pas indestructible mais je suis fatiguée de la lutte. Je ne peux plus. Je cherche d’autres sphères où il y aurait un peu d’air, un peu d’espoir, un peu de moi.

Y a-t-il un sens caché à cette punition ? un message ? une sanction ?

Alors je choisis, la mort par l’exil.
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 38
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: BULLYING   Sam 11 Aoû - 13:59

La dépression vue de l'intérieur ? Ou simplement interprétation du mal ?

J'avoue que je ne sais pas trop, j'hésite entre l'artifice et la confession. Mais si j'hésite c'est qu'il y a sans doute un peu trop de zones creuses pour que ça soit authentique (et du coup je me sens un peu rassuré pour toi !).

Ce que je veux dire, c'ets qu'il y a de des passages un peu trop poussés, trop bien calibrés et quui rentrent trop facilement dans le cadre de la description dépressive (du moins à mon goût et du très peu que j'en connaisse... mais le peu que j'en connais m'a laissé un aperçu qui m'a suffit pour ne pas renouveler l'expérience trop souvent !). En fait je crois que ça manque d'aspérités, de chaos... c'est trop bien raconté XD

Paradoxal, hein !

Ca c'est mon ressenti.

Tu sais il y a quelques mois de ça, je soulignais encore ton travers principal, à savoir que tu couchais les mots directement de ton idée pure sur le clavier, sans prendre le temps de les agencer, ce qui donnait des rendus très bizarres et des lignes incohérentes en terme de grammaire.

Ben c'ets (presque) plus le cas !
Citation :

Je ne sais plus trop comment je suis arrivée ici, ni ça vaut vraiment le coup

Cette course me coupe la respiration, mille désespoirs dans la tête, seuls mes pleurs en dehors
Je n'ai relevé que ces deux passages un peu bancals, et qui peuvent être rattrapé par de très simples retouches

Sinon : tu as fait d'énormes progrès en orthographe et en syntaxe. Vraiment ^^


Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: BULLYING   Sam 11 Aoû - 14:04

ah ah, j'avoue j'ai relu une fois et j'ai repris certaines phrases ^^

au départ je voulais vraiment faire une histoire complète et puis je me suis seulement centrée sur le sentiment, donc tu dirais que ça fait cliché?
Revenir en haut Aller en bas
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 21
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: BULLYING   Sam 11 Aoû - 15:16

Pour ma part, je trouve que le sujet (en plus d'être plutôt intéressant) est assez réaliste.

Je ne dirais pas que c'est l'état dépressif qui prime, mais surtout la peur de ton personnage. Ses questions dont il n'aura jamais les réponses, son isolement. Cette sorte de prison où il s'est enfermé pour plus de sécurité, mais qui l'empêche de vivre, c'est, je pense, le trait le plus réaliste de ton texte, car j'imagine que c'est l'une des conséquences principale du harcèlement et de l'intimidation par l'autre.

Après, il est possible que tu sois tombé dans certains clichés, car les clichés sont des clichés pour une raison. Mais honnêtement, ça ne m'a pas réellement choqué.

Le seul défaut qui me gène vraiment, c'est certains passages un peu trop lourd dans ton texte comme celui-ci :

"Ce n’est pas un surhumain, rien ne pouvait présager ce qui se passe maintenant, et surtout en moi."
Je trouve que la phrase pourrait être réagencé car tu parles d'une chose, et puis d'une autre sans que je comprenne vraiment le lien.

Par contre, je trouve que ce passage est de loin le plus parlant :
"L’autre n’est pas indestructible mais je suis fatiguée de la lutte."
C'est les mots justes pour moi. Le tortionnaire n'est qu'un humain comme nous, comment peut-il avoir autant d'emprise sur notre être ? Seulement en nous fatiguant psychologiquement, pour qu'on ai plus la force de se battre. Vraiment parfait.
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 38
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: BULLYING   Sam 11 Aoû - 15:48

Ah non j'ai pas dis ça !

Pas cliché, non (à part peut être un peu l'intro qui est un peu malheureuse à mon avis).

Je trouve qu'il y a un peu trop de phases de clairvoyance; je ne suis pas convaincu que quelqu'un en plein breakdown soit capable d'avoir autant de recul sur ce qu'il est en train de vivre. A la limite dans une phase ascendante avant le down pourquoi pas. Quoi que avoir ce genre de pensée risque de précipiter l'esprit et donc de ne plus le rendre capable d'avoir de recul...

En fait je crois qu'avec un regard extérieur sur le personnage qui souffre, ça serait mieux passé.

Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 28
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: BULLYING   Sam 11 Aoû - 16:08

C'est ça Lyn, le thème principal c'est un peu entre guillemets la descente aux enfers, la réaction qu'on peut avoir face à un harcèlement moral surtout en état de faiblesse, de montrer jusqu'où quelque chose peut être d'anodin, ou en tout cas humain peut mener, à la destruction d'une personne, de son estime, de ce qui fait son soi et qui lui donne plus ou moins de vivre, car l'existence c'est après tout une conscience de soi.

J'avoue le début est peut être trop misérabilisme et détonne avec la suite qui est la description directe, je ne savais pas trop comment introduire le sujet.

J'écris toujours sur l'instant, et utilise toujours un peu de vécu mais il est dur à la fois de se détacher de ce qu'on expérimente, de ce qu'on veut dire et sans trop rester dans le brut non plus.

Je voulais être plus dans la peau du personnage, justement pour que les gens se sentent à sa place, côté extérieur je pense que ça aurait été trop froid
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BULLYING   

Revenir en haut Aller en bas
 
BULLYING
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon premier court métrage en tant que réalisateur : Stop Bullying

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: