AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 WIP scénario

Aller en bas 
AuteurMessage
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: WIP scénario   Mer 22 Aoû - 12:46

Scène 1 : Intérieur
Ecran d’ordinateur blanc : On voit une page ouverte avec dessus un profil avec écrit
Alice/ à côté sa photo, et dessous trois petites phrases de présentation
Aime se faire étreindre par Trénet
A une fascination pour les lamas
Mon prénom rime avec saucisse
Le curseur clique sur activation

Ecran d’ordinateur noir : une page ouverte avec dessus un profil, même typo avec écrit :
Baptiste/ à côté sa photo, et trois petites phrases dessous :
Est engagé dans une lutte sans merci contre les cochons verts
Rien ne vaut un flipper
Si peut être le rock des 70’s
La petite enveloppe brille, vous avez un message, il clique :
S’ouvre un mail avec écrit bienvenue sur le site des causes perdues.

Scène 2 : intérieur dans un appartement, lumières un peu tamisées, plusieurs canapés et pouffes, une grande table ronde, et sur le côté une autre table avec des saladiers d’alcool, de chips, des assiettes de quiches, pizzas…
Deux filles debout critiquent la nourriture :
«  c’est toujours la même chose, rien à manger’
«  on a pas dix huit ans quand même »
A gauche debout, avec un verre à la main, un groupe de gars qui parle du dernier match du PSG.
Autour de la table ronde, des gens qui discutent autour de la possibilité d’une histoire d’amour entre une femme de ménage et un joueur de curling.
Une jeune fille s’avance, Carole, «  allez c’est le moment des cadeaux, venez tous»
Une autre fille à côté d’elle, Alice, voit un paquet emballé avec du papier cadeau de Noël, des petits pères Noëls dénudés : «  dis donc il y en a qui sont en avance ! », elle le désigne à son amie.
Un garçon derrière, Baptiste : «  effectivement, pour moi Tristan est aussi important que le petit Jésus »
Alice : «  car il multiplie tes verres !?», goguenarde
Baptiste : «  dis donc on se connaît, moi je suis Baptiste, meilleur ami en présence de Tristan et toi, petite maline »
Alice : «  Alice, meilleure amie de Carole, petite amie du dit Tristan Christ »
Baptiste, faux air dédaigneux «  oh je vois, une pièce rapportée »
Alice, faux air outragé «  je le connais depuis deux ans quand même ! »
Baptiste «  c’est étrange qu’on se soit jamais rencontré »
Alice «  c’est vrai, je m’en serai rappelé du papier père Noël cul nu, à coup sur »
Baptiste «  ma marque de fabrique, et tu fais quoi dans la vie ? »
Alice «  une thèse en histoire de l’art sur le Caravage , en gros »
Baptiste «  j’adore cet album de Raphaël »
Alice «  donc de toute évidence tu n’est pas humoriste ! »
Baptiste : « non agent d’assurances, avec la cravate et tout »
Alice «  ça plaisante pas dis donc ! »
Baptiste «  non c’est pas très drôle comme taf en effet »
Alice «  tu sais moi étudiante à durée illimitée, je vais pas critiquer »

Pendant ce temps, Tristan ouvre ses cadeaux, leur discussion est de temps en temps interrompu par une interjection, un cadeau brandi bien haut : cd, jeux vidéo, bijou..
Et là Tristan déballe le papier cadeau père Noël et c’est une peluche licorne.
Baptiste : «  ça c’est moi »
Il ouvre un autre paquet, dedans un escargot télécommandé
Alice : «  et ça c’est moi »
Baptiste «  félicitations, chère consoeur »
Tristan dit l’air malicieux : «  Merci à tous pour les cadeaux, hormis bien sur Baptiste et Alice » Baptiste et Alice sont morts de rire.
Carole : «  allez tous place aux jeux ». Ils ne sont pas dans la même équipe l’un contre l’autre, au jeu du Times ‘ Up, réussissent bien chacun à répondre, à imiter.
Alice va se servir un verre à la table le jeu terminé, il la rejoint et ils vont se poser dans un coin.
Alice «  pourquoi une licorne ? »
Baptiste «  y avait plus de poney » Ils rient.
Tristan «  Baptiste viens voir »
Baptiste «  Je reviens »

Scène 3 : intérieur, l’appartement

Alice est en train de récupérer ses affaires, et dit au revoir au couple Carole/Tristan et se dirige vers la porte, elle croise Baptiste, bourré 
Baptiste : «  Te voilà, je t’ai cherché partout, tu vas pas partir là quand même ! »
Alice «  et si étudiante mais avec certaines obligations »
Baptiste «  c’est trop dommage, j’ai même pas eu le temps de te montrer mon imitation du morse. «  Elle rit. Il essaie de l’embrasser, elle le repousse gentiment, il s’écroule.
Alice «  t’es trop ivre toi va » elle le relève et l’amène sur un fauteuil dans le salon.
Baptiste hurle « ne pars pas, je t’aime ma petite Lys » Elle sourit et sort.

Scène 4 : extérieur, dans une rue marchande
Baptiste regarde une vitrine d’un magasin de vieux jouets. Alice s’approche derrière lui : «  Une nouvelle licorne en vue ? »
Il sourit, lui fait la bise «  quelle bonne surprise que de te voir, tu vois là le flipper au fond, c’est celui que mon père avait quand il était plus jeune, ça vaut une fortune cet engin »
Alice «  ton père n’a plus le sien ? »
Baptiste «  non, trop de mauvais souvenirs. Bref, t’as un peu de temps là ? ça te dit de boire un verre ? »
Alice «  pourquoi pas ? »

Scène 5 : extérieur, assis à une terrasse, en train de siroter un verre

Baptiste : «  Je croyais que les grenadines c’était pour les gamines »
Alice «  Je croyais que le flipper c’était pour les ados attardés »
Baptiste «  un point partout. Dis tu l’as acheté où ton escargot télécommandé ? »
Alice : «  dans une boutique pas loin d’ici, les lubidineux, pourquoi besoin d’exercice ? »
Baptiste «  oui pour mon chien, Tennessee ça lui ferait plaisir »
Alice «  c’est quoi comme gabarit ? pourquoi Tennessee ? »
Baptiste «  genre énorme touffe grise ; et comme Tennessee Williams, ma mère adorait cet écrivain »
Silence.
Alice «  et si on jouait aux faux sosies. Baptiste la regarde interrogateur
Alice «  à chaque fois que quelqu’un passe, on essaie de deviner de quelle personne il pourrait être le sosie raté »
Un monsieur un peu rond avec une barbe et une chemise hawaïenne passe
Baptiste : «  Ok donc lui c’est Carlos qui a maigri »
Alice «  on fait pas les morts c’est la règle »
Baptiste «  Bon Magnum qu’a grossi alors »
Un homme avec les cheveux bien aplatis et la barbe lisse
Alice : «  Ca c’est Jack Sparrow après une douche
Baptiste : «  Jack Sparrow n’existe pas »
Alice : «  Mon jeu, mes règles »
Un homme chauve passe
Baptiste ; «  ok, Moby »
Un homme avec un chien passe
Alice «  Michel Drucker après chirurgie »
Une femme blonde avec une fourrure sur le dos
Baptiste «  Brigitte Bardot sans le côté j’aime les animaux »
Alice «  oxymore ! » Elle regarde son portable «  Oh merde j’ai pas vu l’heure, je dois y aller, merci pour le verre et à une prochaine ptet » elle se lève.
Baptiste «  Attends passe moi ton num, si un jour je veux rejouer aux faux sosies »
Alice «  tu l’as déjà dans tes contacts à Lys, tu me l’avais demandé à la soirée, mais bon trop bourré pour t’en rappeler je suppose »
Baptiste, rit «  ah désolé, à bientôt alors ! »
Alice «  pas de soucis, quand tu veux. Et désolé pour ton flipper » Ils se regardent un instant puis elle part.

Scène 6 : extérieur, à une terrasse de café, différente de celle d’auparavant.
Carole est assise à une table, elle attend , l’air un peu énervée, elle tapote sur son verre. Alice arrive, essoufflée.
Alice «  désolé pour le retard, j’étais avec baptiste »
Carole «  préviens la prochaine fois, je veux pas faire ma jalouse, mais depuis que vous vous connaissez, on te voit plus, il y en a que pour lui .. »
Le serveur arrive et les interrompt «  vous désirez boire quelque chose »
Alice «  une grenadine, merci »
A Carole «  je suis désolée, je ferai attention la prochaine fois, bon allez parle moi de ton exposition comment c’était ? »
Carole : «  géniale, c’est fou tout ce qu’on peut découvrir dans un événement de ce genre.. »
Le portable d’Alice sonne, elle a reçu un texto, elle le lit et sourit
Carole «  tu m’écoutes ? » Alice «  oui, oui désolée , c’est juste Baptiste qui vient de voir une nonne en scooter » Carole ne rit pas , Alice «  désolé, continue »
Carole «  non mais c’est pas grave si ça t’intéresse pas, je vais pas faire ma mégère. Je suis contente de te voir comme ça, toute amoureuse mais juste ne nous oublie pas »
Alice, s’offusque tièdement  «  je suis pas amoureuse pas du tout, on est juste potes avec Baptiste, on partage les mêmes délires, pourquoi tu dis ça, il a dit quelque chose ? »
Carole «  non du tout, mais fais gaffe à toi, t’attaches pas »
Petit silence, Alice reprend «  bon sinon ton artiste c’est le nouveau Picasso ou non ? »





Scène 7 : intérieur, appartement de Baptiste, mobilier blanc, bar américain.

Baptiste et Alice parlent et gesticulent très théâtralement

Alice sort de la cuisine et rejoint Baptiste dans le salon : «  Monsieur, j’ai lavé les sols, les habits, la vaisselle, j’ai aussi préparé le diner, voulez vous maintenant que je me déshabille ? »
Baptiste «  voyons Josepha, vous savez bien que ma femme Gertrude peut nous surprendre à tout instant »
Alice «  je sais bien monsieur, mais c’est votre faute, vous m’émoustillez, et votre femme est bien laide par rapport à vous »
Baptiste «  oui mais ne l’oubliez pas, elle est très fidèle »
Alice lui saute dans les bras «  embrassez moi je vous en prie, oh mon dieu la voici ! »
Le chien Tennessee surgit de la cuisine.
Baptiste au chien «  ma chérie ce n’est pas du tout ce que tu crois, elle avait une poussière dans l’œil ; Josepha amenez les croquettes à Madame »
Alice «  oui Monsieur » et elle se prosterne devant le chien.
Ils éclatent de rire
Baptiste «  si avec ça on a pas un oscar.. »
On sonne à la porte, Baptiste va ouvrir, un homme un peu vouté avec des lunettes, des habits un peu démodé entre 50 et 60 ans est à l’entrée.
L’homme, Thierry «  Bonjour fiston, dis j’espère que je te dérange pas, mais j’ai un souci avec mon téléphone, donc je me dis que tu aurais pu m’aider »
Baptiste «  salut papa, ben rentre, je te présente Alice une pote à moi »
Thierry "Bonjour mademoiselle, baptiste m’avait caché une si jolie existence »
Alice «  bonjour monsieur, merci du compliment »
Baptiste «  papa, commence pas c’est juste une amie, c’est quoi le souci avec ton téléphone ? »
Thierry «  je peux plus envoyer de textos »
Baptiste «  parce que t’envoies des textos toi maintenant ? bon attends je vais regarder ça, tu veux boire quelque chose ? » Alice reste en retrait. Le père fait le tour du salon.
Thierry «  non merci c’est gentil, dis c’est quoi toutes ces planches là ? », il les prend dans ses mains.
Baptiste «  laisse donc, c’est un meuble à monter, on voulait s’en occuper avec Alice tout à l’heure »
Thierry «  ah ben je peux peut être faire ça avec elle pendant que tu t’occupes de mon téléphone, qu’en pensez vous Alice ? »
Baptiste lève les yeux en l’air, Alice avec le sourire : «  avec plaisir, tant que j’ai mes cookies à la fin. Oui il me les as promis si je l’aidais. Ca vous gêne si je mets un peu de musique ? du Salvador ça vous va ? »
Thierry : «  très bon choix, jeune fille »
En fond sonore, Syracuse d’Henri Salvador. Les deux se mettent à monter le meuble, puis Baptiste les rejoint et ils se mettent à rire, à retourner le plan dans tous les sens…
La chanson se termine, le meuble est monté.
Thierry «  bon je vais vous laisser, enchanté d’avoir fait votre connaissance, et merci pour le téléphone », il embrasse Alice et son fils, et s’en va.
Un petit moment de silence
Alice «  ton père est adorable »
Baptiste «  ouais, il a changé depuis la mort de ma mère, il n’est plus vraiment là »
Alice va prendre un cookie dans la jarre du bar américain, lui tend et l’embrasse sur la joue : «  Monsieur, veut il que Josepha danse la macarena ». Il sourit et commence à faire la chorégraphie avec elle.

Scène 8 : extérieur, dans une rue
Alice croise une fille qui était à la soirée d’anniversaire du début, Nathalie.
Alice : «  hey salut comment tu vas ? quoi de neuf ?  tu viens ce soir ? »
Nathalie «  ben ça va plutôt bien, j’ai eu une promotion au boulot »
Alice «  félicitations »
Nathalie «  dis moi je voulais te demander justement, tu es en couple avec Baptiste Dague ?
Alice «  ah non du tout, pourquoi tu dis ça ? on est juste amis »
Nathalie «  ah ça me rassure, car pour tout t’avouer j’ai un coup de cœur pour lui, on bosse dans la meme boite et à chaque fois que je le croise je fonds. Et en fait comme il parlait souvent de toi, je savais pas s’il y avait quelque chose »
Alice, mi amusée mi gênée «  non non du tout t’inquiètes, ben je ne sais pas il m’a pas parlé de toi, mais tu peux toujours tentée ta chance »
Nathalie «  ok super, ben on se voit ce soir à la plage alors ! »

Scène 9 : extérieur, entrée d’une boite, et intérieur : dans la boite
Image de l’enseigne de la boite La Plage
A l’intérieur, un groupe sur des fauteuils qui plaisante entre eux, Alice est inquiète, elle jette des regards vers Baptiste, puis vers Nathalie et essaie de voir s’ils se parlent, se regardent. Elle voit qu’ils s’entendent bien, boit un verre cul sec et va sur la piste de danse, faire l’idiote avec certains garçons et filles du groupe. Baptiste la rejoint, et la fait valser, elle se sent tout de suite mieux, elle sourit naturellement. Elle se laisse dériver sur la musique.

Scène 10 : intérieur, à l’appartement de Baptiste
Alice ouvre la porte, sans sonner «  Coucou chez nous ! »
Baptiste et Nathalie sont en train de s’embrasser, ils s’arrêtent et la regardent surpris
Alice bégaie «  oh je suis désolée j’aurai du sonner, je pensais pas que tu, que vous seriez occupé, je savais pas qu’il y avait quelqu’un, je suis vraiment confuse.. »
Baptiste, l’air détendu «  bah t’inquiète, on était pas tous nus non plus, et puis c’est parfait comme ça pas besoin de me décarcasser pour savoir comment te le dire, t’es la première à savoir pour moi et Nathalie »
Alice «  ah ben c’est génial, félicitations… en fait je venais te voir car j’ai perdu mon gilet hier, vous l’auriez pas vu ? »
Nathalie «  ah non désolé, mais dis j’y pense tu veux déjeuner avec nous »
Alice un peu en criant «  NON ! enfin non désolé je veux vraiment retrouver ce gilet car j’y tiens beaucoup, mais on se voit plus tard de toute façon »

Alice dévale les escaliers, sort dans la rue, accélère, change de rue et là éclate en sanglot, s’assoit par terre. Elle pleure pendant un instant.


Scène 11 : intérieur, appartement de Baptiste
Nathalie est en train de manger une tartine, et de boire son café avec un journal sous les yeux dans la cuisine. Baptiste est en train de réajuster sa veste devant le miroir de l’entrée.
Nathalie : «  dis tu sais Alice, ta pote, ça fait longtemps qu’on l’a pas vu, t’en parles plus trop, qu’est ce qu’elle devient ? »
Baptiste, évasif l’air décontracté «  Oh elle va bien elle est partie en vacances, elle avait besoin de souffler un moment, la thèse lui prenait la tête »
Nathalie : «  tu sais où elle est et quand elle revient ? »
Baptiste va regarder le courrier qui est arrivé et lui répond «  à Arles », puis il regarde distraitement les prospectus et trouve une carte parmi les papiers, c’est un tableau de Van Gogh et derrière il est écrit :
« Rendez vous aujourd’hui à la gare de Lyon à 14H15, enfin aujourd’hui si on est bien le 14 Aout. Stop Van Gogh n’a jamais peint de licorne Stop Lys » Il sourit
Nathalie «  Elle revient quand ? »
Baptiste «  Quoi ? » il continue à relire la carte.
Nathalie «  je te demandais si tu savais quand elle revient ? »
Baptiste «  elle a pas pris de retour pour l’instant »
Nathalie «  yen a qui s’emmerdent pas ! décidément étudiant c’est la vie de pacha ! »
Baptiste «  ouais c’est sur. Bon, je te laisse je veux pas être en retard au taf »
Nathalie un peu étonnée : «  dis donc c’est la première fois que je t’entends dire ça ! et mon bisou ! »
Baptiste met la carte dans sa poche intérieure de veste, il l’embrasse brièvement puis dévale les escaliers.

Scène 12 : Intérieur, dans la voiture de Baptiste. Dedans est accroché au rétroviseur un crocodile en sable.

Baptiste attend, place conducteur. Il est nerveux et tapote sur le volant de ses doigts. Quand elle ouvre la portière, il prend un air dégagé et aborde un grand sourire :
Baptiste : «  Lys ! alors comment c’était !? tu as fini par te couper une oreille ? »
Alice, l’air un peu fatiguée mais souriante : «  non mais je n’ai jamais su peindre de toute façon. Tu devrais y aller un de ces quatre, je suis sure que ça te plairait ! et toi quoi de neuf ? Comment ça va avec Nathalie ? »
Lui, un peu embarrassé, il ne pensait pas parler d’elle : «  bien, elle garde Tennessee là »
Silence
Baptiste «  tu veux que je te dépose où ? »
Alice «  chez moi chauffeur s’il te plait »
Silence. Baptiste met alors la radio en route, l’animateur parle un petit peu et introduit le prochain titre «  et maintenant chers auditeurs, chères auditrices, un peu de nostalgie avec the bigger band, Sympathy for Devil des Stones »
La chanson commence à être diffusé, puis il commence à chanter en même temps que Mick Jagger, à prendre ses attitudes, et à lui chanter comme s’il lui parlait les paroles.
Elle rit, puis se met à chanter avec lui le refrain. Il change alors de direction.
Alice «  mais qu’est ce tu fais ? tu fais demi tour là, on retourne vers la gare »
Baptiste «  let’s go to arles, my lady Jane »

Fond sonore de Sympathy for devil avec des images de train, et de la région provençale

Scène 13 : extérieur, le long des quais, à côté du fleuve, à Arles

Ils sont l’un à coté de l’autre, en train de manger une glace en se baladant le long des quais. Ils ne se disent rien mais pas de silence gêné.
La sonnerie du téléphone de Baptiste retentit, Unchained My heart de Ray Charles ; il répond, c’est Nathalie à l’autre bout du fil.


Baptiste «  allo, ma puce, oui plein de boulot, je suis à l’extérieur aujourd’hui, je vais rentrer très tard je pense, m’attends pas, t’inquiète je serai là dans la nuit »
Il raccroche et regarde Alice «  me regarde pas comme ça, je sais ce que tu penses, je veux pas lui mentir mais Nath est très à cheval sur les principes, on ne rate pas un jour de travail pour aller s’amuser, je suis désolé, ça te gêne si on rentre ? »
Alice «  non, de toute façon je suis déjà venue »

Scène 14 : intérieur, dans la gare de Nimes, dans la salle d’attente

Ils sont en train d’attendre leur correspondance, c’est en fin d’après midi, l’endroit est un peu désert et inquiétant, un homme pas loin d’eux, un peu ébréché parle tout seul.
Baptiste joue avec son portable, et elle lit un magazine, ils sont assis cote à cote.
Le monsieur a coté d’eux en voyant son train avec un retard annoncé de 30min pète un plomb, commence à taper partout, a prendre à parti le personnel de la gare. Alice se recroqueville et pose son magazine. Baptiste arrête son jeu et lui prend la main, lui sourit et chantonne doucement «  que reste il de nos amours ? » jusqu’à que l’homme se calme
Alice «  merci »
Baptiste «  ya pas de quoi, tiens c’est bon notre train est arrivé voie B ».


Scène 15 : intérieur, appartement de Nathalie ; Alice est sur le seuil, Nathalie lui ouvre la porte.

Nathalie est un peu éméché, elle fait de grands gestes et rigole pour rien, elle dit à Alice : «  Je suis trop contente que tu sois venue ! je sais qu’on est pas très proches toutes les deux mais tu comptes pour Baptiste, en plus t’es super sympa j’aimerai bien qu’on devienne copines », elle lui fait alors un gros calin. Alice ne répond pas grand-chose, la laisse l’étreindre puis la suit dans le salon où se trouve trois filles assises, avec sur une table des carottes et concombres découpées et une bouteille de rosé débouché.
Nathalie : «  les filles, je vous présente Alice, une très bonne pote à Baptiste. On parlait de quoi déjà ? »
Une fille, Hélène répond : «  pourquoi nos hommes mettent toujours de l’eau partout quand ils prennent leur douche !? » Les filles rient en chœur.
Nathalie «  t’en penses quoi toi ? »
Alice «  ben vu qu’à la maison il y a pas d’hommes, ben c’est moi qui met l’eau partout »
Nathalie ricane, «  olala t’en rates pas une ! t’es une rigolote toi ! »
On la voit suivre les discussions, regarder chacune des filles, toutes bien habillées, coiffées, minces, mais elle n’entend pas ce qu’elles disent, comme un brouahaha, un fond, elle est un peu recroquevillé sur elle- même, puis enfin elle se lève.
Alice «  je vais devoir y aller, les filles j’ai du boulot demain mais c’était très sympa, merci pour l’invit »
Nathalie «  oh non c’est dommage il est que onze heures »
Alice «  ouais je sais mais je vis pas la porte à coté c’est pour ça.. »
Nathalie «  bon d’accord, mais on se refait ça bientôt, c’était cool de te voir », elle lui fait encore un câlin. Elle salue les autres filles de la main et sort de l’appartement. Dès que la porte se referme elle dévale les escaliers et sort presque en courant dans la rue. Elle se met à marcher au bout de quelques mètres. Un taxi s’arrête à sa hauteur : «  besoin qu’on vous ramène quelque part, mademoiselle ? »
Alice «  non merci, j’ai le temps », et elle chantonne que reste il de nos amours ? tout en marchant.

Scène 16 : intérieur, appartement Baptiste
Alice rentre chez Baptiste «  coucou c’est moi »
Baptiste est en train de se préparer «  ah tu tombes bien, tu peux m’aider avec ma cravate s’il te plait ? »
Elle lui fait le nœud, Alice «  bien sur, pas de soucis, où est Tennessee ?
Baptiste «  il se prépare lui aussi », clin d’œil.
Nathalie sort de la chambre, avec une très belle robe jaune.
Baptiste s’arrête et la regarde admiratif «  tu es ravissante » ; Alice doit l’admettre «  tu es très belle , c’est vrai »
Nathalie « merci c’est gentil, bon on file car mon cousin va criser si on arrive en retard à son mariage »
Baptiste siffle «  Tennessee ! », le chien arrive avec un petit chapeau sur la tête et un nœud papillon. Alice se met à rire.
Nathalie « on a pas le temps pour ces gamineries baptiste ; alice ça t’embête pas de lui enlever car là je suis pressée »
Alice «  pas de soucis, je le trouve très beau comme ça moi. Amusez vous bien »
Nathalie sort, Baptiste la suit en trainant des pieds et dit au revoir à alice en faisant un salut militaire de la main.

Scène 17 : Intérieur, appartement Baptiste

Alice est assise sur le canapé, avec le chien couché à coté d’elle. Il est toujours déguisé, elle regarde West Side Story à la télévision.
Alice au chien : «  tu vois le film romantique absolu ça serait une fille sur un pont qui dit au garçon «  si tu m’aimes, saute » elle se jetterait dans l’eau et là l’homme se jetterait à l’eau pour la rejoindre, et ils s’embrasseraient, trempés dans la rivière »
Baptiste qui arrive par derrière : «  et si tu rajoutes un crocodile dans la rivière c’est le film gore absolu ». Le chien se lève tout content et fait la fête à son maitre, il le caresse affectueusement.
Alice «  tu es déjà rentré ? Si c’était pour le laisser 3heures, Tennessee avait peut être pas besoin de nounou »
Baptiste saute sur le canapé a coté d’Alice : «  non mais besoin d’une amie, certainement, en ce moment il déprime. En plus nath en a marre de lui car il perd ses poils un peu partout.
Alice : «  si le mariage est fini, où est elle ? »
Baptiste «  ah non c’est pas terminé, mais j’en avais marre. J’ai dit que je me sentais pas bien et puis je suis dix fois mieux ici avec toi et Tennessee ». Il la prend alors dans ses bras, elle se dégage.

Baptiste : «  je pue ou quoi ? »
Alice «  non mais ça se fait pas, ça se fait plus. Ca veut dire quoi au juste de me prendre dans tes bras ? »
Baptiste «  ben que je t’adore »
Alice «  oui mais..moi ça me suffit pas. Je suis pas la partie divertissement. C’est nathalie ta copine pas moi. Tu peux pas agir avec moi comme avec elle. Si t’es pas heureux en couple c’est une autre histoire »
Baptiste «  mais pas du tout. Je voulais pas te vexer, on est super potes je vois pas le mal à se donner de l’affection. Mais entendu je ne te toucherai plus, ah au fait je peux te faire la bise quand on se voit ou c’est trop ?
Alice «  c’est pas une plaisanterie, en fait c’est ça le souci tu m’as jamais pris au sérieux. Je suis une blague pour toi. T’as jamais pu penser que je pouvais être plus pour toi. Tu m’adores mais tu m’aimes pas, je suffis pas, je suis pas assez bien »
Baptiste «  mais c’est pas ça, pourquoi tu compliques tout, on s’amuse bien ensemble on est super potes. Et puis tu sais bien pourquoi pas plus, faut admettre que t’es pas la copine type »
Elle est choquée, et commence à rassembler ses affaires énervée.
Baptiste «  non attends je voulais pas dire ça, je veux dire t’es indépendante c’est tout, t’as pas besoin de mec toi, de moi. Je voulais pas te blesser, je veux pas qu’on s’engueule, reviens »
Alice «  on s’engueule pas, je te quitte »
Baptiste «  mais tu peux pas faire ça ! on peut pas quitter un ami ! qu’est ce que je vais faire sans toi !? déconne pas ! »

Alice «  c’est simple, comme avant de me rencontrer. C’est elle ou moi. C’est l’amour ou rien. Je te quitte. Je m’en vais. Je mérite pas cette position. Je me tire de cette ville, de cette vie. Ca fait un moment que j’y pense, depuis le séjour à Arles. J’ai besoin de changer, je vais partir, j’ai vu qu’il y avait un avion pour le Pérou ce soir à 18H. A toi de voir, a toi de choisir, je t’attendrais à l’aéroport Charles de Gaulle, je t’attendrai.

Elle s’en va.

Scène 18 intérieur, dans un aéroport
Alice est là, l’air penaude, elle attend, regarde son portable, sa montre, l’horloge, tous indiquent l’heure d’embarquement, elle rejoint les autres, donne son billet à l’hôtesse de l’air et rentre dans l’avion.


Scène 19 :
Les fiches rencontres sur ordinateur du début, réapparaissent sur les écrans, et sur chacune le curseur clique sur désactivation du compte.

Scène 20 : extérieur, rue marchande

Une vitrine de jouets anciens, une jeune femme de dos Alice la regarde.
On entend une voix d’homme, qui lui dit «  vous aimez les jeux d’antan ? »
Alice répond «  pas vraiment » , elle se retourne et sourit, et propose «  ca vous dit un verre ? »
Zoom sur l’homme, soit un inconnu, soit baptiste ( fin alternative) «  pourquoi pas ? »

Musique Skinny Love de Bon Iver



THE END
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: WIP scénario   Mer 29 Aoû - 13:24

et donc c'est un scénario pour quoi en fait ?

c'ets pour une pièce, une nouvelle, un roman, un court métrage ?

l'histoire est somme toute assez classique pour une romance, mais la lecture de ce déroulement donne déjà de belles pistes pour les relations entre les personnages. J'aime assez ce faux semblant de résignation et l'ascendant sentimental inavoué qui se dégage de deux héros.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: WIP scénario   Mer 29 Aoû - 22:06

Ca serait un scenario pour un film mais la j'ai 40min seulement je pense faut que je detaille plus que j'etoffe notamment aussi sur la physionomie et psychologie des persos. J'ai 5/6 scenes a rajouter a ecrire faut que je vois ce que ca donne si c'est suffisant pour untout complet. Oui l'histoire est basique pour un premier scenario une histoire complete je voulais une histoire simple pour m'entrainer et savoir bien en faire un pour l'histoire qui me tient vraiment a coeur
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: WIP scénario   Sam 1 Sep - 23:33

Suite du wip scénario, j'ai rajouté quelques scènes à l'ensemble général de base. ex entre scène 10 et scène 11 il peut y avoir scène 10.5 ou 10.1 c'est pour éviter de recopier tout le premier texte. Je le reprendrai à la suite tout en entier mais là je fais les ajouts.


*****************


Suite à la scène 1 ; scène 1.5 :
intérieur dans la salle de bain de chacun des deux personnages principaux, l'image est scindée en deux, l'une montre Baptiste dans sa salle de bain et de l'autre Alice dans la sienne. Quand l'un est en mouvement, l'autre est en arrêt. Musique de fond, Pavane de Fauré. Alice et Baptiste se préparent chacun de leur côté pour aller à une soirée.
- Baptiste essaie une chemise bleu nuit, retourne ses manches, puis les redescend. Il boutonne toute sa chemise, puis ensuite enlève deux boutons, laissant apparaitre un peu de sa poitrine, puis il remet un bouton en plus. Il met bien son col, puis le remonte à la Cantona, pour le remettre bien en ordre après.
- Alice est en sous vêtements, elle essaie plusieurs robes à la suite et se regarde dans le miroir en se regardant sous toutes les coutures, en faisant des poses; une robe à strass noire, une robe bleue avec un noeud au milieu..etc
- Baptiste se recoiffe avec ses doigts, puis se met du gel pour les faire tenir, mais ça fait une drôle de coiffure, de texture, alors il enlève le gel et se rince les cheveux dans la vasque avec le robinet. Il essuie et sèche ses cheveux avec une serviette. Il change alors de chemise, une blanche , se met un coup de déodorant, il fait semblant de retenir des femmes qui lui sautent au cou, rit et sort de la salle de bain.
Image centrée sur Alice, elle se maquille, met du mascara et du rouge à lèvres carmin, fait la moue, puis l'enlève car c'est trop voyant. Elle se coiffe avec les doigts, met ses cheveux en arrière, les attache, puis les relâche, secoue sa tête de haut en bas et met quelques mèches devant son visage, elle embrasse à distance son miroir et sort.


***********


à venir scène dans le parc entre Alice et Baptiste, scène 5.5 ( j'ai pas le bon carnet sur moi, à remplir)



*********
scène 7.5, intérieur, dans une cabine d'essayage, séance de shopping pour Alice avant la soirée en boite à la Plage. Alice cherche à acheter un nouveau vêtement pour l'occasion. Elle est toute seule. Sur le porte manteau à l'intérieur, deux robes, une très fleurie, champêtre, et l'autre très moderne en jean. Elle les regarde l'une après l'autre, les essaie, les met devant elle chacune à son tour, mais n'arrive pas à se décider.
Son téléphone sur le siège s'allume et sonne, elle a reçu un m
essage vocal, elle saisit son téléphone et appuie sur une touche pour l'écouter, le message est sur haut parleur.
C'est la voix de Baptiste :
-" hé bombastic, ready pour le boogie woogie tonight?"
elle sourit à l'écoute, appuie sur une touche et laisse elle aussi un message à son tour :
-" j'hésite entre deux robes ou à venir nue". Un temps de silence où on voit qu'elle attend sa réponse.
une nouvelle sonnerie, le message vocal s'enclenche :
- " prends les deux! je savais pas que le dress code de ce soir c'était montalivet fever"
- elle lui répond au tac au tac " non c'est le dress code du journal du hard"
- réponse de baptiste : " j'ai jamais trop lu ce journal, juste regardé les images"
- elle : " je te laisse, on me prend pour une folle à parler toute seule à mon téléphone dans le magasin."
Baptiste :" ok jeanne bien reçu à ce soir! j'ai hâte!"
Alice : - " Idem Dieu" elle rit et sort de la cabine avec les deux robes sous le bras.


****************

scène 10.1 : extérieur en ville, dans une rue donnant sur une place.
Alice se balade avec ses écouteurs sur les oreilles, d'un air distrait et plutôt serein, elle arrive alors sur une place. Elle voit alors au loin assis à une terrasse devant une table nathalie et baptiste. Elle s'arrête brusquement, surprise, ne s'attendant pas à les voir, elle cherche où aller, où se cacher, cherche du regard un échappatoire. Elle s'engouffre alors dans le premier magasin qu'elle trouve, une librairie. A l'intérieur une grande baie vitrée donne sur la place. Elle regarde au travers voir ce qui se passe dehors avec un grand livre dans les mains pour se cacher. Elle a rangé ses écouteurs, et regarde hypnotiquement vers leur table.
Carole, arrive derrière elle, l'air malicieuse :
- " alors comme ça on espionne son meilleur pote et sa nouvelle copine!?"
alice sursaute une seconde fois :
- " oh c'est toi! tu m'as fait peur! mais tu étais au courant pour eux?"
Carole reprend un air sérieux et un peu gêné :
-" oui mais pas depuis longtemps, baptiste en a parlé à Tristan ya une semaine, ça va toi?"
Carole la regarde d'un air désolé, cherchant à la consoler et à savoir si elle tient le coup.
Alice répond honnêtement:
- " oui oui. en fait je pensais pas que ça me ferait quelque chose tu vois. Enfin je pensais pas non plus qu'il sortirait avec une autre fille que moi...je suis conne.."
Carole l'interrompt:
-" pas du tout, on y croyait tous à vous deux, je m'imaginai même déjà faire des soirées de couple avec vous deux", elle rit d'un air compatissant. Alice ne répond pas, et sourit légèrement.
Carole :
- " tu vas faire quoi?"
Alice réfléchit, bafouille un peu :
-" j'en sais trop rien... qu'est ce tu veux que je fasse... j'avais plus envie de le voir et là je l'espionne..."
Carole:
-" il te faut du temps c'est normal, l'éviter pendant un moment,te changer les idées. Dis je vais voir ma grand mère à Arles pour quelques jours. Ca enchante pas des masses Tristan d'y aller, ça te dit de venir?
Alice bougonne :
- " j'ai pas envie d'être ta bonne action.."
Carole s'insurge :
-" mais pas du tout c'est pas pour ça, ça me ferait plaisir voilà tout. Ca fait un moment qu'on s'est pas vu, c'est l'occasion de se rattraper. un séjour rien qu'entre filles, les meilleures potes. On se la jouera Van Gogh, on ira aux putes et on se coupera une oreille! allez dis oui!"
Alice sourit devant la proposition et cède :
- " je peux pas refuser une pute à ma meilleure amie"


***************

Scène 10.2 : extérieur, sur le quai d'une gare. Carole est devant l'entrée d'un wagon, Alice lui fait face. Carole est hésitante, l'air embêtée de devoir partir, de la laisser ici.
- " t'es sure que tu veux rester ici, toute seule?"
Alice : - " oui, si ça dérange pas ta grand mère..."
Carole : " non au contraire ça lui fait de la compagnie. Mais je m'inquiète pour toi..."
Alice la coupe, de façon un peu autoritaire, comme quand on fait une remontrance :
- " dis pas de bêtises voyons, je me sens bien ici et puis ça se trouve je vais peut être même me mettre à la peinture, qui sait!?"
Elles explosent de rire toutes les deux et s'embrassent, se font un calin.
Le chef de gare siffle le départ imminent.
Carole dans l'urgence, parle très vite :
- " oublie pas que je t'aime, et que t'es géniale d'accord? si t'as le moindre souci tu m'appelles ok?"
Alice se fait rassurante : " oui t'inquiète tout va, je vais même revenir avec un provencal ça va te faire tout drôle, allez file c'est tristan qui doit s'ennuyer de toi"
Elle lui lance un baiser invisible de la main, les portes se referment. Elle commence à marcher, puis s'arrête et laisse le train partir et reste plantée là à le regarder avancer au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: WIP scénario   Dim 2 Sep - 0:08

Scène 10. 3 : extérieur, sur le bord du Rhône à Arles, la nuit, il y a un chemin pour se balader le long du fleuve.

Alice a l'air maussade, elle est assise sur un banc de pierre, et elle regarde toutes les vingts secondes son portable, attendant un texto de Baptiste. Elle commence à pleurer de façon très pudique, seules les larmes coulent le long de ses joues, elle ne fait pas de bruit. A vingt mètres, il y a un lampadaire où s'agglutinent une cinquantaine de papillons blancs. Elle sèche les larmes qu'elle vient de verser et regarde ce spectacle, ce battement d'ailes autour de la lumière.
Un jeune homme s'assit à côté d'elle, de frêle constitution, même taille qu'elle, les cheveux bruns, et de grands yeux bleus. Il s'appelle Colin.
Colin : - " c'est beau non?"
Alice le regarde interloqué, et plus vraiment habitué à parler aux gens, s'étonnant même que quelqu'un lui adresse la parole : - " quoi?"
Colin " je disais que c'était beau"
Alice " ah oui les papillons"
Colin " oui, eux, la nuit, toi"

************************

Scène 10.4 : extérieur, dans un pré. Avec quelques arbres autour pour s'abriter de la chaleur du soleil. L'endroit est plutôt désert.
Alice est là avec sa robe fleurie, un grand sourire aux lèvres. Colin est face à elle à quelques dizaines de mètres, et la regarde. Elle marche, quand elle l'aperçoit, elle s'arrête.
Colin lui crie " au ralenti!"
Alors ils se rejoignent en marchant tout doucement, en décortiquant lentement chaque geste, comme s'ils couraient mais qu'on avait appuyé sur la touche ralenti, ils se rapprochent de plus en plus, jusqu'à être très proches, leurs têtes de plus en plus près, leurs lèvres sont à quelques centimètres l'une de l'autre, ils vont s'embrasser, les lèvres se touchent. Il arrête ses lèvres à la dernière seconde et murmure:
- " Attends pas encore" et derrière son dos dans sa main se trouve un arrosoir, il le sort de sa cachette
Alice est surprise et s'interroge : - " qu'est ce que.."
il l'interrompt et l'embrasse. Puis prend son arrosoir, le met au dessus de sa tête et les arrose tous les deux.
Alice rit : - " tu es fou"
Colin " je suis fou de toi"
Elle s'éloigne de lui et s'essuie le visage complétement trempé. Colin la saisit par le bras doucement :
- " non reste, il y a rien de plus beau que de s'aimer sous la pluie"
Elle se laisse faire et l'embrasse à nouveau, pendant qu'ils continuent à les arroser.

*************


scène 10.5 : extérieur, dans une ruelle étroite d'Arles. On voit seulement Alice marcher très rapidement, en colère. Puis on voit plus loin Colin qui la suit, discussion en marchant.
- " Où tu vas comme ça?"
Alice " je m'en vais , j'en peux plus, c'est plus possible"
Colin " alors tu fuis à la moindre difficulté, comme ça?"
Alice se retourne " tu sais bien que non, tu sais que je suis prête à beaucoup pour sauver notre couple, mais ça ne rime à rien, ce n'est pas la question, le problème c'est que tu ne me veux pas"
Colin surpris et énervé : " je ne te veux pas! tu plaisantes?! je ne veux que toi, je ne vois que toi"
Alice , calmement : - " non , tu ne veux pas moi, tu veux ce que je représente. Tu sais, je suis fatiguée de toute cette passion, de ce jusqu'au boutisme, jamais droit à l'erreur, l'amour à 100%, toujours plus, toujours différent"
Colin " mais c'est parce que tu es unique, que je veux que ça soit unique. Oui je suis passionnée, je pensais que c'est pour ça que tu m'aimais, pour vivre le vrai amour, avec tant d'émotions"
Alice " le vrai amour? car tu crois que les autres prétendent, se trompent? Tu sais, on peut aimer simplement, sans façon. Ce n'est pas que tu aimes trop le problème, c'est que tu es amoureux plus de l'amour que de moi"
Colin " je n'arrive pas à croire ce que tu dis, tu ne te rends pas compte de la violence de tes propos, combien tu me fais mal. Ce n'est pas mon amour le problème. C'est que tu l'aimes lui. Il a suffi d'un message pour que tu y retournes. J'ai vu ton sourire ce matin, c'est lui l'erreur, la passion, le poison. Je t'offre tout ce que j'ai mais ce n'est pas assez. Reste avec moi, tu étais en pleurs quand je t'ai rencontré. Si tu repars, tu seras à nouveau en pleurs."
Il s'arrête alors, elle marche un peu, se retourne, le regarde les mains tremblantes, les yeux au bord des larmes, croise son regard, le fuit, se retourne et part en marchant de plus bel.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: WIP scénario   Mar 4 Sep - 20:26

scène 5.5 :
Extérieur, dans un parc/ jardin public.
Alice et Baptiste sont assis dans l'herbe, lui est en tailleur un ukulélé dans les mains, elle est allongée en train de regarder les nuages et de leur attribuer des formes, du sens. Il joue quelques accords, une mélodie sans référence particulière.
Alice demande légèrement sans le regarder: " dis tu m'aimes?"
il lui répond un tirant d'un coup sur une corde de son ukulélé et poursuis : " oui car tu es mon petit nuage, je peux t'imaginer de différentes façons, sous différents aspects"
Alice se relève un peu, interloqué, perdue par la réponse : " dans ce cas pourquoi ne pas être ensemble?"
Baptiste répond en souriant, l'air de rien: " c'est évident le nuage et le ciel ne se mélangent jamais"
Alice, un peu boudeuse: " dans ce cas, tu es voué à être seul"
Baptiste s'exclame: " mais c'est ça la liberté!"
Alice, timide " et moi je serai toujours ton seul nuage"
il répond affirmativement avec un coup de corde sur le ukulélé.
Alice demande, en prenant plus d'assurance: " donc personne ne peut prendre ma place, ombrager mon ciel, pas même un oiseau?"
Baptiste répond blasé : " bah tu sais les oiseaux ils sont seulement de passage, ce n'est pas un piaf qui va effrayer un nuage"
Il joue avec son ukulélé " you are so beautiful "
Elle se rallonge . ON s'éloigne de leur angle, pour regarder sur un plan plus large le jardin sous le fond musical du ukulélé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: WIP scénario   

Revenir en haut Aller en bas
 
WIP scénario
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» scénario prise d'osgiliath
» Crée ton scénario N°7 ! [Votez !!^^]
» Commentaires sur le scénario "La Rampe"
» [Scénario] One Piece
» Scénario de court-métrage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Tomes Longs-
Sauter vers: