AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 variations : Vendredi Vénéré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: variations : Vendredi Vénéré   Dim 23 Sep - 17:21






Délicats bruissements.

Assourdis par le confort épais de ce décor riche et tiède ; les besogneuses abeilles s’affairent autour de leur princesse.

Coiffée et parfumée, poudrée et soigneusement apprêtée, la belle se tient nue dans le soir vénitien. De sa fenêtre elle voit rosir le feu du jour, alors que dans le sfumato de cette fin d’été, s’élèvent encore les humeurs du phénix. Prêt à mourir pour elle. Prêt à renaître de son feu.

La ruche s’évapore, l’essaim se disperse. La nuée de servantes range les atours de la maîtresse dans les coffres et s’apprête à la confier à son destin.

Elle, debout, hume l’adorable parfum des roses et du myrte, lesquels dissimulent les remugles du bruyant port. Les cris des marchands font échos aux reflets des toits dorés.

Le luxe de la Sérénissime coule lascivement dans les canaux et dans le flot du Lido.

Ce soir, elle sera l’écrin et le joyau. Elle brillera de mille feux dans les yeux de celui qui rejoint déjà sa demeure.

Dans l’antichambre de son royaume, le Condottiere remercie ses vassaux et congédie ses valets. Les uns ou les autres, après tout, Saint Marc en soit témoin, il reste détenteur du pouvoir d’un grand guerrier. Il se voudrait las, alors qu’en lui brûle déjà le désir de conquérir une nouvelle plaine vierge. Il rêve de soumettre forêts inconnues, déserts immaculés ou terre incognite. L’encens se consume et s’élève en volutes lourdes vers les hauteurs de son palais. Il suit d’un regard fier le filet qui lui révèle le chemin. Là haut une fenêtre est ouverte. Laquelle donne sur la plus merveilleuse vue qu’un homme n’ait jamais contemplée.

Il monte pas à pas l’escalier dont les marches se resserrent à mesure qu’il les gravit. Caresse la courbe d’albâtre d’une rampe, anticipe son prochain geste. Déjà il pose la main sur le bouton de la porte.

Il franchit l’entrée d’un geste décidé, d’un geste d’homme. La lumière du crépuscule jaillit, l’éblouit alors que le passage d’un temps à l’autre éloigne le souvenir du lointain matin. Il marque un arrêt.
Face à lui la Belle se dresse dans l’embrasement. Elle respire le parfum chaud de la fleur qui se mêle aux relents de sueurs et de labeurs venus de tout en bas.

Toujours nue et voilée de soleil.

L’homme avance vers elle. Son poing s’enlace autour de la garde de son arme dont le fourreau est retenu par l’élégant ceinturon qui l’enserre. Son bras s’élance vers la Belle. Elle, regarde tout au loin vers la lagune, où s’éloignent de frêles goélettes. Son épaule pâle ne tressaille pas lorsque l’homme l’attrape.

Coiffée et parfumée, poudrée et soigneusement apprêtée, elle est l’écrin et le joyau.

Pourtant c’est lui qui pousse le cri de joie, bestial mâle aux mains puissantes, au corps vigoureux. Il la tourne vers elle et s’en saisit dans une étreinte assurée. Il l’amène jusqu’à la couche, l’affaisse sur l’édredon pourpre filé d’or, et dans une lutte sans gloire où se chevauchent éclats de lame, éclairs de désir, stupre et stupeur, il balaie toute trace de beauté et de douceur.

Leurs râles et leurs cris se mêlent à leurs sèves, versées pour étancher la soif des draps.





La lagune s’est assombrie, son flot est désormais rouge alors que le soleil se dissout dans ses larmes.

La nuit sera courte.

Demain un nouveau phénix naîtra pour la gloire des Doges.







Dernière édition par dvb le Dim 23 Sep - 17:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: variations : Vendredi Vénéré   Dim 23 Sep - 17:21

« Papa ? Pourquoi il y a une dame qui vomit dans un coffre dans le fond ? »

Florence n’est pas une ville bâtie pour les enfants. Et le syndrome de Stendhal n’y est pour rien là dedans ! Il faudrait d’abord que les enfants puissent focaliser leur attention suffisamment longtemps sur une œuvre pour pouvoir y succomber.

Les touristes aussi d’ailleurs. Tous se sont massés dans ce gigantesque palais pour cocher deux chefs d’œuvres sur leur wishlist culturelle. La belle blonde vénitienne à poil sur sa coquille Saint Jacques et l’orgie de déesses païennes enceintes dans leur jardin. Sandro aura toujours la côte dans son pays. Pour peu que les touristes aient déjà cochés la souriante du Louvre, c’ets le grand chelem assuré !

Gérald en a plein les pattes. La culture ça se mérite. Voilà quatre heures maintenant que lui et sa famille arpentent la Galerie des Offices, qu’ils suffoquent dans une bacchanale sans fin de petit jésus et de grands jésus crucifiés. Ils sont passés devant presque tous les rois de France là-peints et ont assisté à au moins quinze massacres des innocents depuis ce matin. Voir des bébés empalés ne lui fait plus rien ; surmonté le premier choc, on se fait très vite aux affres des guerres de religions. Surtout en matière de peinture.

« Papa ! Elle est toute nue la dame ! »

Gérald ne veut plus bouger. Il ne peut plus. Il a atteint les limites physiques de son pèlerinage au royaume des Michelangelo, Raffaelo, Donatello, Leonardo… Il n’a même plus envie de pizza et de chianti classico. Il rêve de s’effondrer sur cette banquette, entre ce vieux japonais assoupi et cette lycéenne qui y croit encore. Alors que le old nippon a rendu les armes, la jeunette s’entête à faire une étude comparée entre son guide et l’original d’un maître quelconque.

« Oh puis zut ! Papa s’assoie deux minutes ! Tu veux t’assoir ? »

Hochement latéral, moue dubitative, grimace et demi-cercle au pas de course. Bien entendu le gamin se vautre dans les jambes d’une guide qui dresse très haut un petit drapeau russe et s’échine à faire traverser une marée bruyante d’ex-soviétiques. Sur la trentaine de slaves, il y a une bonne moitié de nouveaux riches accompagnés de leurs escort girls juvéniles, entièrement revêtues pour l’occasion de Gucci, Armani, Gian Franco Ferré ou Versace.

Gérald regarde passer la cohorte. Quand il était petit il tremblait de peur devant les retransmissions des défilés du Soviet. Les orgues de Staline ont aujourd’hui fait place à l’orgueil de Poutine.

Les touristes passent, l’ennuie reste.

L’ancêtre du Soleil Levant s’est mis à ronfler avec la sérénité d’un vieux bonze, et l’ado s’est mise à griffonner sur un carnet.

Gérald jette un œil approbateur au dessus de son épaule. Il voit tout juste la gomme rose s’agiter à quelques centimètres d’une page blanche qui lui reste inaccessible.

Il hoche les épaules. Son gamin a fini par trouver une occupation tout aussi naturelle que prévisible : il embête sa petite sœur, laquelle s’agrippe à la longue jupe de sa mère, laquelle tente d’entrer un nouveau code dans son audio-guide, lequel refuse de délivrer son savoir titiennesque.

Il a épousé une bobo des beaux arts reconvertie en secrétaire de direction. Il faut bien que ces anciennes velléités artistiques se paient un jour.

Gérald lève alors les yeux vers le tableau qui accapare l’attention de sa femme et de la gamine à côté de lui.

Tiziana !

Son amour de jeunesse. Elle est devant lui. Depuis près de trois cent ans, elle est là, accrochée aux murs des Offices, attendant son retour.

C’est fou comme cette pin up du cinquecento sur l’image lui ressemble.

On dirait…

Il a du mal à se souvenir.

A vrai dire elle n’était pas si jeune que ça. Lui oui, l’était. C’est sans doute ça qui l’avait éloignée de lui. Ses scrupules, ses angoisses. Ou tout simplement sa peur de ne pas pouvoir assumer le tabou.

Il avait quinze ans, elle en avait dix-sept.

Il était brun et petit, elle était blonde et élancée.

Gérald, face à la femme nue, se souvient de ce soir d’été.










C’était il y a plus de vingt cinq ans. La belle italienne et lui avaient sympathisé sur un coin de plage.

A l’époque des brunes filiformes, elle se démarquait par cette fraicheur assouvie. Ses cheveux et sa peau claire n’évoquaient pas du tout les standards méditerranéens. Elle lui expliqua avec son accent de la plaine, qu’il y avait beaucoup plus de blondes « naturelles » en Italie qu’en France. C’était dû, il l’apprendrait bien plus tard, à un gène nordique qui était resté bien implanté dans cette population.

La lombarde avait égayé ses vacances estivales cette année là. Ils avaient eu de la chance de se rencontrer tôt au début du mois d’août. Ils s’étaient vite rendu compte qu’ils passeraient près de quatre semaines à se raconter leurs pays, leurs lycées, leurs amourettes.

Du fait de cette différence d’âge, il n’avait pas semblé envisageable un seul instant au garçon, qu’il aurait pu y avoir autre chose que de bons moments de camaraderies, entre un gamin du coin et une touriste étrangère. Au pire serait-il un guide pour leurs promenades à vélo, au mieux un ami pour passer le temps entre les après-midi interminables et les soirées trop courtes.

Ses parents avaient fini par la considérer comme sa petite amie au bout d’une semaine.

Lui s’indignait, sachant très bien que non, que c’était dégradant pour lui que des adultes ne voient dans cette amitié frontalière qu’une sordide histoire de fesses comme eux en rêvaient, et parfois en vivaient, quitte à mettre en danger la paix des ménages sur le terrain de camping.

Gérald et Tiziana eux en parlaient beaucoup. De sexe et d’amour.

Comme tous les garçons de son âge, il était incapable de déchiffrer les signes à peine voilés qu’elle s’échinait à lui lancer.

Son corps par contre, les recevait très bien.

Après un sage et prude baiser sur la joue le soir pour se quitter, le jeune homme rentrait vers sa tente à la lumière de sa lampe torche.

Les relents de phéromones, les images des petits seins ronds enserrés dans un bikini encore plus petit, les courbes d’albâtre de la très jeune femme, le suivaient jusque dans son duvet et l’obnubilaient de plus en plus au fil des nuits. Il lui devint au bout de quelques jours, impossible de s’endormir avant d’avoir joint le geste au fantasme, acculé dans l’étouffante solitude de sa tente.
Il ne pouvait plus se cacher de cette attirance rêvée. Tiziana était devenue son idéal féminin, il n’aurait de relâche que lorsqu’il aurait trouvé femme identique, mais de son âge et à proximité de baiser.

Etait-ce l’appréhension de devoir renoncer trop prochainement à une histoire sincère et désespérée qui le freinait ? Ou était-ce simplement la certitude que tout finirait à la moindre tentative malheureuse de sa part ?

Il s’était persuadé, par traitrise et lâcheté, que s’il brisait son état d’excitante expectative, il connaîtrait les affres des regrets jusqu’à la fin des vacances.

La peur du remord lui vint cependant un soir : celui qui annonçait leur dernière semaine ensemble.
Tiziana au moment du chaste baiser traditionnel, l’avait retenu par le bras, puis l’avait attiré à elle pour un second baiser, celui-ci à mi-chemin entre le menton et la lèvre. Elle avait fait ensuite un demi-pas en arrière, sans le lâcher et avait penché la tête sur le côté pour observer sa réaction.

Gérald l’observa un moment droit dans les yeux. Peut-être une minute, peut-être une seconde. Il suppliait le ciel pour qu’elle lui donne à ce moment précis un signe franc et déterminant, une certitude de ses intentions réelles. Au lieu de quoi, elle se contenta de hausser un sourcil et de lui sourire un peu plus. Elle prit une grande inspiration et se dandina un instant sur ses talons, guettant sa réaction, jaugeant sa réponse.

Il se décida très rapidement et il lui donna un nouveau baiser rapide et brusque sur la joue. La salua d’un petit signe de main et détala vers sa chambre de toile.

Tiziana le regarda s’éloigner jusqu’à ce que la ténèbre ne le digère.

Gérald soupira pendant des heures dans la torpeur de ses doutes.

Il ne parvint à trouver le sommeil qu’au levé du jour.

Quelques heures plus tard, la glissière de sa tente le réveilla. Il était treize heures passé, et le charmant visage de la belle italienne se dressait au dessus du sien.

Il la salua vaguement en baillant, se souciant d’avantage de son haleine et de sa coiffure, que de son manque de sagacité.

La voir prendre l’initiative de venir le voir dès le début de la journée, le rassurait quelque peu. Après tout il s’était endormi avec la certitude de n’avoir pas répondu aux attentes de la jeune fille et donc qu’il allait en pâtir dès le lendemain. Ca n’était de toute évidence pas le cas.

Ils se donnèrent rendez-vous un peu plus tard dans l’après-midi.

Pour la première fois depuis trois semaines, Gérald arriva en retard. Très en retard. Il l’avait plus ou moins fait consciemment, même s’il était incapable de justifier son geste.

Tiziana, l’attendait en maillot de bain en haut des dunes, les genoux fermement maintenus sous son joli menton, les yeux dans les vagues.

Avait-elle pleuré ? Pourquoi ?

Il aborda des questions bateaux et ne porta pas d’importance à ses réponses. Il feignait l’indifférence et pourtant il détestait son attitude de mec froid. Ca ne lui ressemblait pas.

Tiziana, tourna le visage loin de lui, et fit mine de se lever, agacée par ses gamineries. Il la regarda partir, se sentant viril dans la posture de l’homme sûr de lui.

Il se ravisa top tard.

Il la chercha un bon moment dans les environs jusqu’au soir. Il passa au camping manger un morceau et faire signe de présence pour ses parents, lesquels ne s’inquiétaient pas le moins du monde de ses allées et venues quotidiennes.

Il trouva Tiziana assise sur un rocher, au plus près du ressac. C’était un coin du rivage qu’elle appréciait particulièrement, un peu éloigné du sentier côtier. Ils s’y retrouvaient parfois au couché.

Le garçon s’assit près d’elle, et très naturellement, lui prit la main.

Ils restèrent ainsi près d’une heure, à regarder les grands oiseaux survoler de près la surface. Lorsque le soleil déclina, et que le vent se fit plus frais, ils se rapprochèrent l’un de l’autre. Leurs visages se frôlaient et les cheveux blonds de la jeune fille, caressaient le cou du garçon.

Sans trop savoir qui en prit l’initiative, leurs lèvres se rencontrèrent, puis leurs bras et leurs mains.
La pénombre les couvrit de son voile rassurant. Les langues se délièrent, les doigts s’enlacèrent.

Dans le silence de la jeune nuit, ils se faufilèrent jusqu’à la tente de la fille, la plus proche, pour en sortir un plaid et un pull. Ils s’éloignèrent à nouveau dans les ombres, esquivant les fêtards du soir qui rentraient à leur tour. Il se hissèrent ensuite sur la colline pour installer leur nid sur le tapis des aiguilles de pins maritimes. Ils s’allongèrent et chacun se libéra avec tendresse des angoisses et peurs ridicules de ces dernières semaines. Ils s’étaient aimés au premier regard complice, et se souvinrent avec étonnement du nombre de fois où leurs peaux se frôlèrent sans qu’ils n’osent se regarder.

Tiziana posa ses yeux doux sur le sourire du garçon. Lui passa sa main sous le pull de son amie. Le ventre tiède se cabrait parfois dans un spasme de surprise. Il appliqua le plat de la main sur l’estomac de Tiziana. Elle, lui passa une main dans les cheveux et le laissa l’explorer en surface.

Un nouveau jour se présentait. Une nuit de moins à passer ensemble. Il leur en restait si peu.

Gérald cru se consoler en pensant au peu d’endroits qu’il restait à découvrir sur le corps de son amie; les prochains jours suffiraient à satisfaire ses envies d’adolescent curieux. Puis il se ravisa et anticipa avec tristesse leur inexorable séparation. Il se trouva mesquin de penser à elle de la sorte.

Une nouvelle journée passa, main dans la main.

Le soir vint plus tôt que prévu. Ils l’avaient oublié, mais les parents de Tiziana avaient prévu de se rendre au bal au village et sa présence était requise. Elle n’eut même pas l’idée de leur demander si son petit copain pouvait les accompagner. Ce ne fut qu’une fois arrivée au bal que ceux-ci s’étonnèrent de ne pas voir le garçon la rejoindre. Elle enragea et pris son mal en patience, cachant tant bien que mal son envie de pleurer.

De retour au camping et malgré l’heure tardive, elle convaincu ses parents qu’un dernier baiser lui était nécessaire avant d’aller se coucher. Elle couru dans l’obscurité, bravant le danger des fils tendus entre les tentes le long des allées et gratta sur la toile de Gérald. Celui-ci, encore tout ensommeillé lui proposa de rentrer. Elle hésita plus que de raison, mais se sachant attendue, préféra ne pas succomber à ce tendre appel. Son sang bouillait pourtant en elle, et de son ventre émanait une chaleur qu’elle apprivoisait petit à petit depuis quelques jours.

« Demain ! Demain après-midi ! Mes parents partent en excursion plus au sud pour deux jours, ils ne rentreront que vendredi en fin d’après-midi. Fais en sorte de pouvoir passer la nuit avec moi.
Toute la nuit. Viens à trois heures précises ! Trois heures ; j’ai une surprise pour nous ! Je t’aime à demain Géral.»

Son accent lui faisait oublier la dernière lettre de son prénom. Il trouvait ça adorable.

Elle partit après un dernier baiser expéditif. Il rit de joie en repensant à cette nouvelle inattendue.
Demain ils auraient vingt quatre heure rien que pour eux. Demain ils se verraient et… et elle venait de lui dire « je t’aime ».

Il resta songeur puis invoqua les hanches qu’ils tiendraient fermement demain. Il plongea ses rêves éveillés vers le cou de la belle. Il huma l’air de sa tente et s’imagina retrouver le parfum suave, la fraîcheur de sa peau et de ses cheveux lorsqu’elle sortait de l’océan après la baignade. Il repensa à ses seins qui pointaient alors que l’eau ruisselait sur son corps. Il imaginait les voir poindre sous l’effet du désir. Il l’habillait de pudeur et lui prêtait des regards enflammés. Il la voulait lascive et allongée sur un épais matelas, une main blanche et timide s’attardant avec volupté sur son propre corps, longeant son ventre et ses cuisses, préparant son arrivée imminente. Il construisait son fantasme autour d’une jeune fille de dix-sept ans qui l’attendait, le suppliant des yeux. Il l’anticipait en remontant le fil de ses émotions vers ses jambes nues. Il la désirait dans une réminiscence de volupté.

Il regretterait à jamais son ventre rond dont il ne connaitrait jamais le goût et la chaleur cachés.
Le lendemain ses parents lui apprirent leur départ précipité à tous les trois. Ils devaient accueillir la venue au monde de sa nièce. La petite fille s’appellerait Aurore et il serait son parrain.

Aurore, comme celle qu’il ne vivrait jamais ce matin d’été, dans un lointain souvenir au bord de la mer.

Il ne connaitrait jamais le levé de soleil dans les bras d’une toute jeune femme italienne aux cheveux blonds, venue des plaines de Lombardie pour lui dire « je t’aime »







« Elle est belle hein ? »

L’adolescente a fini son dessin. Elle referme son carnet et sourit à Gérald.
« Elle me rappelle quelqu’un…
- Normal, c’ets l’incarnation de la beauté. Elle nous rappelle à tous quelqu’un qui nous aime. Elle a vécu il a plus de quatre cent ans, et pourtant son sourire discret nous invite toujours à la rejoindre dans son intimité. Bonne soirée Monsieur.
- Bonsoir… jeune fille. »

Le japonais se réveille lui aussi ; il cherche du regard sa vieille épouse et ne la trouvant pas dans la salle d’exposition, il plonge sa main dans sa veste d’où il ressort un i-phone de dernière génération.
Il se met à sa recherche par GSM interposés.

« Papa ? C’est qui la dame toute nue ? »

Gérald regarde son fils avec un regard tendre. Il a les cheveux noirs comme sa mère.

« Papa ? Pourquoi il y a une dame qui vomit dans la malle au fond du tableau ? »

Face à cet énième mystère de la Renaissance, Gérald prend son élan pour quitter la banquette. Il tapote la tête de son fils et lui fait signe d’avancer.

« Allez viens ! On va à la boutique chercher un livre pour offrir à ta cousine Aurore ! Et qui sait… on percera peut-être le secret de cette Vénus ! »






Dernière édition par dvb le Lun 24 Sep - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Grendelor
Rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 3940
Age : 37
Localisation : Dans son coeur
Date d'inscription : 25/12/2007

Personnages RP
Pseudo: Grendelor
Pseudo : Lùthien
Pseudo : Pr. Lim

MessageSujet: Re: variations : Vendredi Vénéré   Dim 23 Sep - 17:36

Je reste sceptique sur le premier texte. La fin est trop ambigüe pour moi.

Par contre j'ai beaucoup aimé le second dans sa simplicité. Je n'y trouve rien à redire, c'est plaisant et touchant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.unsoufflededetente.com/
emiana

avatar

Féminin Nombre de messages : 139
Age : 32
Localisation : au pays des Fées
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: variations : Vendredi Vénéré   Dim 23 Sep - 18:27

Premier texte:

donc, j'aime les descriptions imagées, le vocabulaire que tu utilises et sa richesse
après certaines tournures sur la fin sont peut-etre un peu trop métaphorique, on comprend néanmoins "l'action"

Deuxième texte:

Les touristes d’ailleurs aussi.: heu les touristes aussi d'ailleurs, non?
que lui et sa famille : sa famille et lui
à proximité de baiser: ??? soit j'ai pas compris, soit c'est pas très élégant^^

pour le deuxième j'aime moins: plus cru dans le vocabulaire, et l'expression, j'ai préféré la poésie du premier mais ça c'est personnel, ça n'enlève rien à la qualité du texte
A l’époque des brunes filiformes, elle se démarquait par cette fraicheur assouvie. Ses cheveux et sa peau claire n’évoquaient pas du tout les standards méditerranéens.: fantasme de la blonde?
j'aime la façon dont tu as dépeint la relation maladroite des deux ados.

on retrouve plus l'érotisme dans cette deuxième partie, peut-être parce que c'est une relation débutante, hésitante et pleine d'espoir et de fantasmes, ma première relation dépeinte m'évoque plus un homme qui vien posséder son trophée, guidé par ses hormones^^
Revenir en haut Aller en bas
http://faery-tale.fr
Sephi 4*4
Chromatique
Chromatique
avatar

Masculin Nombre de messages : 5278
Age : 28
Localisation : Sûl-Nar ! In my dream
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephi
Pseudo : Kordrok
Pseudo : Eilana

MessageSujet: Re: variations : Vendredi Vénéré   Lun 24 Sep - 17:30

J'ai tout lus!

Miracle ? Peut être!

En tout cas, j'ai vraiment bien aimé le premier texte. Je le trouve très bien.

Le second à lui aussi son charme, même si il m'a un peu moins plut.
Dans ta phrase les touristes aussi d'ailleurs, tu as laisser un i trainer à la fin d'ailleurs!

C'est plutôt pas mal comme idée, de rajouter le tableau à la suite Heureux

_________________


souvenir, souvenir ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: variations : Vendredi Vénéré   

Revenir en haut Aller en bas
 
variations : Vendredi Vénéré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vendredi 16juillet 2010 : 50 ans de musique congolaise à Bruxelles au Bozar.
» [Pijolins] Vendredi 12/11/10
» La montre que vous allez porter en ce Vendredi 20 !!!
» C'est veille de week end, c'est Vendredi !
» Vendredi 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: