AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Aeringor] Que veux tu ? [poétique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 27
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: [Aeringor] Que veux tu ? [poétique]   Dim 17 Fév - 18:34

Assis à la lueur d’une bougie je médite sur notre histoire…la panne d’électricité m’a privé de lumière, seule une flamme persiste…Tu m’as privé de ta flamme, seule la mienne résiste…Etrange comment le passé peut remonté à la surface de façon inattendue, n’est-ce pas ? Moi qui croyait ne plus me souvenir…

Et dans 150 ans, on s'en souviendra pas
De ta première ride, de nos mauvais choix,
De la vie qui nous baise, de tous ces marchands d'armes,


Je n’arrive toujours pas à l’accepter... Ca n’était pas la bonne solution, non. J’en ai toujours été persuadé mais qu’aurais je pu faire ? Peut-être que si j’avais dit quelque chose, que j’avais protesté que je t’aimais…peut-être… Peut-être aussi que si tu n’avais rien dit, c’est moi qui aurait parlé et que nous en serions au même point. J’ai mal, ça ne cicatrise pas, ou bien je ne veux pas guérir… C’est l’amour qu’on a fuit, et la vie l’a suivi… Quand on perd quelqu’un, on perd une part de soi aussi…

Des types qui votent les lois là bas au gouvernement,
De ce monde qui pousse, de ce monde qui crie,
Du temps qui avance, de la mélancolie,
La chaleur des baisers et cette pluie qui coule,
Et de l'amour blessé et de tout ce qu'on nous roule,
Alors souris.


On en a vu des vertes et des pas mûres tous les deux…La crise économique, les guerres du pétrole, et d’autres que je ne compte plus. Que le monde allait mal ! Et pourtant, nous deux c’était le bonheur des instants passés ensemble, la mélancolie des moments loin de l’autre…Le feu de la passion lorsque nos lèvres se touchaient, le cœur chaud et le corps froid de ces trombes d’eaux qui accueillaient notre premier baiser… Souriras-tu à ces souvenirs ? Te souviens-tu seulement ?

Dans 150 ans, on s'en souviendra pas
De la vieillesse qui prend, de leurs signes de croix,
De l'enfant qui se meurt, des vallées du tiers monde,
Du salaud de chasseur qui descend la colombe,



Nos seize ans et la fraîcheur des sentiments, que c’était bon…Je me souviens avoir remarqué, tout au long de notre histoire, que nos sentiments se fanaient peu à peu…Restaurants, soirée, tant de moments de tendresses… j’ai l’impression d’avoir tout pompé dans mon désir de vouloir raviver les flammes…Pourquoi ne voit-on ça qu’avec du recul ? J’ai l’impression d’être un Icare qui a volé trop près du soleil…n’aurais-je vraiment pu me rendre compte de mon erreur que trop tard ? Mon tort est peut-être d’avoir calculé…on atteint pas le paradis avec des « plans d’amours » comme je les appelle…On l’effleure et puis on se fait descendre, on tombe, on s’écrase et c’est tout juste si on peut se relever…Me pardonneras-tu comme je t’ai pardonné ? Oublieras-tu les mauvais moments au profit des bons souvenirs ?

De ce que t'étais belle, et des rives arrachées,
Des années sans sommeil, 100 millions de femmes et
Des portes qui se referment de t'avoir vue pleurer,
De la course solennelle qui condamne sans ciller,
Alors souris.



Reviennent à moi toutes ces nuits passées à pleurer, à penser, à me tourmenter… La rupture ne fut pas facile…Bien qu’en apparence, on semblait s’être compris, j’ai eu l’impression que tu me claquais la porte de ton cœur au nez, et moi de même… Idiot, je n’ai pas réalisé toute suite, j’ai continué à courir après ce qu’on voulait m’enlever, j’ai attendu devant ta porte à jamais close, qu’elle voulut bien s’ouvrir… Aujourd’hui, ma naïveté d’alors me fait sourire d’amertume…Sourire…les seules fois où j’ai eu l’impression que sourire n’était pas synonyme de grimacer, c’était lorsqu’on était tous les deux…sans doute était-ce parce que mon cœur souriait autant que moi…

Et dans 150 ans, on n'y pensera même plus
A ce qu'on a aimé, à ce qu'on a perdu,
Allez vidons nos bières pour les voleurs des rues !
Finir tous dans la terre, mon dieu ! Quelle déconvenue.
Et regarde ces squelettes qui nous regardent de travers,
Et ne fais pas la tête, ne leur fais pas la guerre,
Il leur restera rien de nous, pas plus que d'eux,
J'en mettrais bien ma main à couper ou au feu,
Alors souris.



Comment ne plus y penser ? Je suis devenu un zombie, et d’ailleurs être un mort-vivant est devenu mon métier…Chaque jour je vois la mort, et j’essaie de la comprendre…La seule que je n’ai jamais comprise, c’est la mort de l’amour. Je ne vis plus vraiment, je ne suis plus qu’une coquille vide, en quelque sorte… Et voilà que je te parle à toi, maintenant après tant d’années…toi qui ne peut plus me répondre…toi qui ne peut même plus m’entendre…Je t’ai enfin devant moi, et ton corps inerte reflète ce que ton cœur avait feint…de la froideur. On m’a donné une occasion de te revoir que je n’imaginais pas…tout comme notre amour, je t’imaginais immortel. Aujourd’hui je me demande : pourquoi… pourquoi es-tu mort avec le sourire ? A quoi pensais-tu ? Te souvenais-tu de nous ?

Et dans 150 ans, mon amour, toi et moi,
On sera doucement, dansant, 2 oiseaux sur la croix,
Dans ce bal des classés, encore je vois large,
P't'être qu'on sera repassés dans un très proche, un naufrage,
Mais y a rien d'autre à dire, je veux rien te faire croire,
Mon amour, mon amour, j'aurai le mal de toi,
Mais y a rien d'autre à dire, je veux rien te faire croire,
Mon amour, mon amour, j'aurai le mal de toi,
Mais que veux-tu ?...



Et ces mots que tu m’as écrit…pourquoi seulement maintenant ? Pourquoi ? Mes questions demeureront à jamais sans réponse maintenant… Si tu savais comme je t’en veux, comme je…comme je t’aime…Quel choix me laisses-tu ? La mort ? Tu me l’interdis ! Comment as-tu pu savoir, après tant d’années, quelle serait ma réaction ? Idiot, je sais parfaitement que tu es le seul qui m’ait jamais vraiment connu…Mais que veux tu à la fin ? Que veux-tu…qu’as-tu toujours voulu et que je n’ai pu te donner ? Dis le moi…mais tu ne dis plus rien…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 27
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: Re: [Aeringor] Que veux tu ? [poétique]   Dim 17 Fév - 18:36

alban flèche d'argent a écrit:
Très très très joli texte... Il laisse sans problème passer les sentiments de son histoire et se lit sans aucune difficulté... J'en suis ému ^^ Texte aprfait donc et j'attends avec impatience de pouvoir en relire des pareils... Bravo à toi et continue sur cette voix...
Dounette a écrit:
Je sais que tu as longement hésité à le poster, ce texte. Mais il est bien vraiment ! Très émotif, très doux...

Bonne idée d'associer ce texte avec la chanson...
Ramalok a écrit:
Très beau texte même si à un moment je me suis perdu ^^
Ce que je ne comprend pas c'est qui est mort?? La fille où le garçon??
Car ce qui m'as fait douter est ceci:

Citation :
Idiot,...

S'adresse t'il à lui même où au mort? si c'est au mort alors sa veut dire que celui qui raconte est un femme mais je relève aussi au hasrad dans le texte:

Citation :
j’ai continué à courir...

Là on voit que celui qui raconte est un homme donc qui est qui?

A part cela je ne connaissait pas la chanson donc au début j'ai crus que c'était toi qui l'avait créé puis en voyant le poste de dounette je me suis rendut compte de mon erreur. ^^

2dith: merci pour l'explication

A part tout cela ^^ j'ai bien aimé ma lecture a été fluide. Clin d\'Oeil
et dun charabia a écrit:
Très joli texte Sephi, ce n'est décidemment pas pour rien que tu figures dans ma liste des Rpistes favoris Clin d\'Oeil

Le tout est très bien présenté, très agréable à lire, et c'est une très bonne idée que tu as eu d'y inclure les paroles d'une chanson...

Bravo
Le Vagabond a écrit:
Si tu as hésité, fallait pas je crois... Texte fort, fort des sentiments qui s'en dégagent, fort de l'ambiance qui s'en extirpe, fort du message qu'il fait passer... C'est toujours écrit avec ta plume, reconnaissable parmi tant d'autres, qui se prette (malheureusement ?) si bien au malheur et à la mélancolie...


Même sentiment que Dounette pour la chanson, bien choisie, qui colle parfaitement au texte.



Bonne chance à toi vieux
Clin d\'Oeil
Mido a écrit:
Il va finir par me prendre ma place d'écriveur le plus déprimant Très Heureux

Très beau texte mon Séphi, plein plein d'émotion, et la chanson de raphaël s'y adapte très bien en effet, bien qu'elle soit un peu guillerette ...

Dans tous les cas, tu es un très bon écrivain, heureux de voir que ta flamme est revenue ! Ce texte est la preuve qu'il faut parfois savoir attendre ...

* ému *
Sephirot a écrit:
/me arrive en courant ^^

Bon voilà comme promit seph' je te commente tout sa et te donne mes impressions.

Je ne connais aps la chanson autrement que par ces paroles, je ne dirais donc pas grand chose dessus hors que les paroles colle plutot bien avec le texte.

Sinon point de vue purement technique. Tu devrais revoir légérement la présentation de ton texte un tout petit peu, un tout petit peu trop fouilli des fois.

Sinon niveau contenu, bah c'ets plus que super jouli, sa donne libre cour au sentiment de remord du personnage et de tristesse. Le slarmes monte facilement au yeux. On ressent bien ce qui veut etre passée.

Moi je te dit continue d'ecrire même si c'ets du dramatique c'est tellement touchant que on ne se prive pas de le lire Très Heureux

Allez ++ tit seph' ne t'endors pas sur tes lauriers hein ^^
Zaliara a écrit:
Que dire de plus?

Tu parles du passé, d'un amour passé ce qui n'est pas facile... Mais comme les autres je trouve que tu l'as très bien reussi.

Sur la forme, pas grand chose a dire alors parlons du fond: Le passé... Les souvenirs... Je le dis souvent maisje pense que je ne le répéterais jamais assez, le passé doit être gardé prés du coeur car c'estlui qui fait ce que nous sommes, mais il ne doit pas nous torturer.

Unepetite phrase que j'aime bien: "Avec des "si" on refait le monde et on brise des coeurs" Il faut apprendre de ses erreurs mais pas se torturer à vouloir les changer.

Enfin, il est normal de vouloir changer quelque petite chose et qui osera dire qu'il ne s'est jamais prit à regretter le passé....

J'attends le prochain avec impatience!!
Aligby a écrit:
Ah ah, j'arrive enfin. Comme l'on dit mes prédécesseurs, le texte est joli. Mis à part quelque tournure de phrase qui, bien que tout à fait correcte, manque un tout petit peu de musicalité. Le texte est très agréable à lire. Il est fluide. J'aime bien la fin, même si tu abuses un peu trop des points de suspension à mon goût (j'ai tendance à croire qu'iceux s'utilisent avec parcimonie).

Effectivement l'introduction de la chanson de Raphael est intéressante est donne un côté un peu musicale qui manquerait peut-être pour un texte poétique, elle apporte aussi et surtout un rythme intéressant.

Quelques lourdeurs avec des répétions également. Bref, un texte sympathique quand même.
Táranis Linwëlin a écrit:
Il n'y a pas à redire, tu fais vraiment très bien passer les sentiments dans tes textes. Je trouve ce texte comme la plupart des tiens très beau. Vraiment, tu as une très belle plume.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
 
[Aeringor] Que veux tu ? [poétique]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PROPORTA] Test du support magnétique de voiture
» [Nothomb, Amélie] Cosmétique de l'ennemi
» Je veux le calendrier
» Aîoli léger et diététique
» diabétique type 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: