AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En attendant la fin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: En attendant la fin.   Mer 1 Mai - 15:35

Bon allez, je me lance... Je m'appelle Fabrice et je fête mon quatre-vingts huitième anniversaire aujourd'hui. Pour la toute première fois de ma vie, j'écris un texte, mon histoire. J'en ai besoin, voici la simple raison des lignes qui vont suivre.

Je me rappelle ma jeunesse, mais vous allez dire que je radote comme un vieux. À votre avis, pourquoi une majorité des personnes âgées le fait ? Parce que la fougue de notre jeunesse nous manque, nous avons laissé une partie de nous-même derrière nous, c'est la vie qui veut ça. Je pleure souvent en pensant à toutes les erreurs que j'ai commises, qu'aurais-je du faire ? Ne pas faire ? Ai-je laissé une belle trace de mon passage sur cette terre ou bien tout le contraire ?
Je prie... Oui, je prie ! Je n'ai jamais cru en Dieu et pourtant, je prie. Pourquoi ? Je n'y crois toujours pas, je pense seulement que nous laissons une part de nous-mêmes sur chaque chose que nous avons touchée, une empreinte. Je suis seul, j'ai du mal à me déplacer, j'ai des douleurs partout dans le corps alors je prie encore et encore... En attendant la fin.

Je suis en manque. Pas de ce que vous pensez... En fait si ! Depuis tant de jours, depuis tant de nuits, je vis seul, personne pour me réconforter, pour me donner du plaisir. Quand je vais faire mes courses au casino du village, je me surprends à m'imaginer à faire des jeux érotiques avec cette belle jeune caissière. L'été, elle dégrafe deux boutons de sa chemise « Casino » et me laisse apercevoir un bout de sa très imposante poitrine. J'ai envie de m'y abreuver tel un nouveau-né.

Elle me rappelle Josiane. Une femme pleine d'audace, rien ne pouvait l'effrayer. Le teint légèrement métissé, des lèvres pulpeuses à souhait, toujours prêtes à croquer le fruit défendu. Pas un point de verdure à 10 kilomètres à la ronde n'a entendu nos deux cris de plaisir s'entremêler dans l'espace, eux aussi faisaient l'amour. Après avoir mêlé la passion de nos deux corps, nous restions allongés nus dans l'herbe. Le vent caressé son incroyable poitrine, tel qu'il le fait sur le sommet des plus hautes montagnes. Sa chevelure bouclée lui descendait jusqu'aux fesses. Je me rappelle cette mimique quelle avait. Toujours à retirer, avec délicatesse, la mèche qui lui cachait les yeux. Ceux-ci me regardaient avec passion, me faisaient avoir des frissons jusqu'au plus profond de mon âme.
J'ai le besoin intense de caresser la chevelure d'une femme, j'ai besoin d'un baiser intense, qu'il me transporte jusque sur le bord de la ceinture de Jupiter. Je veux embrasser le cœur d'une femme, caresser avec ma langue sa poitrine, descendre tout doucement jusqu'à son ventre, la sentir me caresser les cheveux, et... Les femmes me manquent. Plus que tout.

Je ne suis pas un vieux pervers, juste un homme en manque d'affection. Vous pouvez comprendre ? Je vais bientôt mourir. Et je n'aurais pas goûté, une dernière fois, au plaisir de faire l'amour... En fait, je voudrais juste un baiser. Pas n'importe quel baiser. Un baiser d'une femme qui m'aime comme je suis, qui ne regarde pas mes rides et le peu de cheveux blanc qu'il me reste. Mon corps se dégrade, mais mon cœur reste intact, il a juste un peu plus de mal à battre, il n'a aucun mal à aimer.
J'ai soufflé, seul, mes 80 bougies ce soir et malgré ça mes souvenirs restent intacts et c'est la tout le problème. Je fantasme sans arrêt sur les femmes avec qui j'ai eu des aventures. J'ai trompé ma femme... Je l'ai fait tant de fois. Maintenant qu'elle est morte, je sais qu'elle m'attend pour me dire, avec son petit air méchant qui lui donne un côté si sexy, que j'ai été un mauvais mari de ne pas avoir respecté mes mots lors de notre mariage à l'église.

Les souvenirs amplifiés par le temps, les souffrances émoussées pour qu'il ne reste que le plus fort. Paroles d'un être venu d'ailleurs, la puissance de l'esprit qui s'épuise après huit décennies passées en ce monde.

Douce caresse, mille envies
Un besoin, avant que ça ne soit fini
Un baiser, une étreinte érotique
Mon cœur s'emballe dans un délire fantastique
Dévoré par le manque et la solitude
Ne pouvoir goûter au fruit de mes fantasmes
Je veux dire adieu à tout le monde
Poésie maladroite, mais les mots sortent de l'âme
Un baiser à toi qui me vois partir
Un baiser à toi déesse du plaisir
Je me rends à l'évidence et reste fort
Ma prochaine femme sera la mort

Adieu.

_________________



Dernière édition par Axel & Anders le Ven 20 Nov - 3:42, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 38
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: En attendant la fin.   Mer 1 Mai - 16:57

LostInSpace a écrit:
Bon allez, je me lance…je m'appelle Fabrice et je fête mon quatre-vingt huitième anniversaire aujourd'hui. Pour la toute première fois de ma vie j’écris un texte, mon histoire. J’en ai besoin, voici la simple raison des lignes qui vont suivre.

Je me rappelle ma jeunesse, mais vous allez dire que je radote comme un vieux. A votre avis, pourquoi une majorité des personnes âgées le fait (sujet = une majorité) ? Parce que la fougue de notre jeunesse nous manque (singulier), nous avons laissé une partie de nous même derrière nous, c’est la vie qui veut ça. Je pleure souvent en pensant à toutes les erreurs que j’ai commises, qu’aurais-je du faire ? Ne pas faire ? Ai-je laissé une belle trace de mon passage sur cette terre ou bien tout le contraire ?
Je prie…oui je prie ! Je n’ai jamais cru en Dieu et pourtant je prie. Pourquoi ? Je n’y crois toujours pas, je pense seulement que nous laissons une part de nous-même sur chaque chose que nous avons touchée (accord avec le COD et non le sujet), une empreinte. Je suis seul, j’ai du mal à me déplacer, j’ai des douleurs partout dans le corps alors je prie encore et encore…en attendant la fin.


Je suis en manque. Pas de ce que vous pensez…en fait si ! Depuis tant de jours, depuis tant de nuits je vis seul, personne pour me réconforter, pour me donner du plaisir. Quand je vais faire mes courses au casino du village, je me surprends à m’imaginer à faire des jeux érotiques avec cette belle jeune caissière. L’été, elle dégrafe deux boutons de sa chemise « Casino » et me laisse apercevoir un bout de sa très imposante poitrine. J’ai envie de m’y abreuver tel un nouveau né.

Elle me rappelle Josiane. Une femme pleine d’audace, rien ne pouvait l’effrayer. Le teint légèrement métissé, des lèvres pulpeuses à souhait, toujours prêtes à croquer le fruit défendu. Pas un point de verdure à 10 kilomètres à la ronde n'a (sinon c'est une double négation et ça veut... le contraire) entendu nos deux cris de plaisir s’entremêler dans l’espace, eux aussi faisaient l’amour. Après avoir mêlé la passion de nos deux corps, nous restions allongés nus (le masculin l'emporte sur le féminin dans un accord pluriel "mixte) dans l’herbe. Le vent caressait (verbe conjugué) son incroyable poitrine, tel qu'il le fait (c'est une action "permanente" donc une "temporisation" invariable, par défaut au présent) sur le sommet des plus hautes montagnes. Sa chevelure bouclée lui descendait jusqu’aux fesses et je me souviens de sa mimique à toujours retirer sa mèche lui cachant ses yeux pour me lancer un regard qui me faisait vibrer jusqu’au plus profond de mon âme (bien que la syntaxe de cette phrase soit cohérente, elle est particulièrement lourde).
J’ai le besoin intense de caresser la chevelure d’une femme, j’ai besoin d’un baiser intense, qu'il me transporte jusque sur le bord de la ceinture de Jupiter. Je veux embrasser le cœur d’une femme, caresser avec ma langue sa poitrine, descendre tout doucement jusqu’à son ventre, la sentir de me caresser les cheveux, et…les femmes me manquent. Plus que tout.


Je ne suis pas un vieux pervers, juste un homme en manque d’affection. Vous pouvez comprendre ? Je vais bientôt mourir. Et je n’aurais pas goûté, une dernière fois, au plaisir de faire l’amour…en fait je voudrais juste un baiser. Pas n’importe quel baiser. Un baiser d’une femme qui m’aime comme je suis, qui ne regarde pas mes rides et le peu de cheveux blancs qu'il me reste. Mon corps se dégrade mais mon cœur reste intacte, il a juste un peu plus de mal à battre, il n’a aucun mal à aimer.
J’ai soufflé, seul, mes 80 bougies ce soir et malgré ça mes souvenirs restent intacts et c’est là tout le problème. Je fantasme sans arrêt sur les femmes avec qui j’ai eu (moi j'aurai tendance à dire que là c'est invariable du fait du "avec qui" qui serait une circonstanceille... mais j'ai un doute ! si quelqu'un peut confirmer l'accord exact je suis preneur !) des aventures. J’ai trompé ma femme…je l’ai fait tant de fois. Maintenant qu'elle est morte, je sais qu'elle m’attend pour me dire, avec son petit air méchant qui lui donne un côté si sexy, que j’ai été un mauvais mari de ne pas avoir respecté mes mots lors de notre mariage à l’église.

Les souvenirs amplifiés par le temps, les souffrances émoussées pour qu'il ne reste que le plus fort. Paroles d’un être venu d'ailleurs, la puissance de l'esprit qui s'épuise après huit décennies passées en ce monde.


Douce caresse, mille envies
Un besoin, avant que ça ne soit fini
Un baiser, une étreinte érotique
Mon cœur s'emballe dans un délire fantastique
Dévoré par le manque et la solitude
Ne pouvoir goûter au fruit de mes fantasmes
Je veux dire adieu à tout le monde
Poésie maladroite mais les mots sortent de l'âme
Un baiser à toi qui me vois partir
Un baiser à toi déesse du plaisir
Je me rends à l'évidence et reste fort
Ma prochaine femme sera la mort


Adieu.


L'idée est pas mal; ça dérange un peu parce que la question de la sexualité "passé un certain âge" heurte les tabous et les réflexes moraux. Tu amènes assez bien la chose et appuyant justement sur la simplicité de la situation : le personnage doit se justifier de ne pas être un pervers en mettant en avant cet aspect naturel et simple de la sensualité au sens le plus universel.

Comme je te l'ai fait un peu remarquer dans le commentaire, certaines tournures demeurent toujours pesantes ou maladroites. La construction globale de ta prose est simple et agréable à lire à quelques accident près qui viennent ralentir la lecture (j'en ai mis une en exergue mais ce n'est pas la seule).

Encore une fois, les erreurs de conjugaison et de grammaire beaucoup trop nombreuses, viennent parasiter la lecture.

Un prof de fac nous disait parfois que lire un bon texte bourré de fautes, c'était un peu comme écouter une symphonie sur une radio qui grésille : on a beau savoir que la musique est belle, l'expérience est rendu insupportable par la friture !

Je ne suis pas un grammar nazi ! Je dis juste que la grammaire est une science exacte et qu'il est toujours bon de connaître les outils et la matière que l'on veut sculpter (en tout cas c'est mieux et c'est beaucoup plus agréable pour le sculpteur et pour le spectateur).

Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: Re: En attendant la fin.   Mer 1 Mai - 20:41

Merci pour la correction, j'ai édité.

Citation :
Sa chevelure bouclée lui descendait jusqu’aux fesses et je me souviens de sa mimique à toujours retirer sa mèche lui cachant ses yeux pour me lancer un regard qui me faisait vibrer jusqu’au plus profond de mon âme

J'ai aussi modifié cette phrase qui était, en effet, un peu lourde et désagréable à lire.

Merci pour le commentaire Heureux


_________________

Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 38
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: En attendant la fin.   Mer 1 Mai - 20:57

Citation :
Sa chevelure bouclée lui descendait jusqu’aux fesses. Je me rappelle cette mimique quelle avait. Toujours à retirer, avec délicatesse, la mèche qui lui cachait les yeux. Ceux-ci me regardaient avec passion, me faisaient avoir des frissons jusqu’au plus profond de mon âme.

Oui c'est largement mieux comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: Re: En attendant la fin.   Mar 19 Nov - 0:53

[Màj : correction]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 23
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Re: En attendant la fin.   Sam 30 Nov - 0:34

Une MaJ qui aura eu le malheur d'attirer mon regard, imprudent.
Et un petit problème dans tes balises de texte, aussi...
Alors. Concernant la forme. J'ai un doute, pour commencer : la répétition des deux premières phrases du second paragraphe est elle volontaire, résultat d'une mise en exergue du radotage du personnage principal ou due à la même erreur de présentation qui nous aura amenée cette magnifique balise de justification en début de texte ? Passons... Si l'idée et la structure peuvent mener à des merveilles - j'aime beaucoup l'idée de cette confession simple et pure d'un vieillard - elle est malheureusement alourdie par la présence de quelques fautes d'orthographe - rares, toutefois, suite à la correction de dvb - et des tournures qui vont parfois à l'encontre de la dynamique de ton texte. A ma vue - qui, souvent, est mal-avisée et totalement à l'ouest - tu ne t'es pas encore totalement trouvé un style en adéquation avec ta manière d'écrire - ce que tu voudrais faire ressortir via tes textes, j'entends. Certains passages sont assez lourds à lire et, ainsi, gâchent le plaisir : dans la continuité des propos de dvb sur l'orthographe et la conjugaison, j'insisterais sur l'importance du style. En effet, peu importe la nature du fond - qui, le cas échéant, est très bon, s'attaquant à un sujet "tabou" avec une certaine simplicité, sensualité et beauté - le style demeure la passerelle qui permettra au lecteur d'appréhender toute l'essence de ton oeuvre. Il est donc important d'y éviter répétitions - comme celle effectuée avec besoin et intense vers la fin du texte - sauf si elles sont souhaitées et élégantes, phrases interminables, tournures maladroites et autres points clés. Je n'en dis pas plus, l'objectif étant que tu acquières ton style bien à toi, lui qui ne viendra qu'à force de travail, de lecture et d'écriture - et nous serons bien sur là pour commenter tes textes.
Voilà, dans les grandes lignes. J'ai bien aimé la partie "poésie" en fin de texte. Deux trois maladresses mais souvent fraîche et plaisante au regard. La fin en particulier est très élégante, tant sur le fond que sur la forme - et j'attache beaucoup d'importance au chute des textes. Le "Adieu", néanmoins, n'était pas nécessaire.
Je suis volontairement resté dans le général. Si tu veux des précisions sur mes commentaires, n'hésite pas à m'envoyer un MP. J'espère ne pas avoir été indélicat ou blessant, là n'étant pas l'objectif étant donné que ton oeuvre est très intéressante.
Artistiquement tien,
Drystan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En attendant la fin.   

Revenir en haut Aller en bas
 
En attendant la fin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux
» En attendant le train
» En attendant Noël "Couleur d'étoile"
» salutations ..en attendant votre aide !
» 1er juin - En attendant le petit frère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: