AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [fantastique] La petite fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ambre Melifol

avatar

Féminin Nombre de messages : 401
Age : 27
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: [fantastique] La petite fille   Mer 20 Fév - 20:36

[/]


Dernière édition par Ambre Melifol le Mer 17 Déc - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Vagabond

avatar

Masculin Nombre de messages : 192
Age : 26
Localisation : Au pays où les fleurs sont piétinées, où les lapins sont écrasés, où les Alices sont égorgées...
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Jeu 21 Fév - 4:29

Bien le bonsoir Ambre, il y avait longtemps que l'on avait pas vue ta plume composer de la prose sur un forum dis-moi, ça manquait Clin d\'Oeil

Le première phase de ton récit, assez descriptive, est plutôt de bonne facture. La situation est bien détaillée, chaque évènement est décomposé et retranscrit avec justesse. On part donc d'une situation assez étrange : au départ assez banale avec la petite fille qui s'endort peu à peu, bercée par une odeur d'encens (la pauvre, quelle torture ... c'est une honte, je vais me plaindre à l'Unicef !), puis on apprend que sa môman écrit, et qu'elle préfère écrire dans un cahier plutôt que de vouloir s'occuper de sa fille. Plutôt bizarre, dès le début (pas pour déplaire ceci dit, au contraire). Une nymphomane de la réthorique ? Serait-elle possédée par J.K.Rowling ? Pas gagné pour les deux. En vient alors une auto-interrogation sur l'existence même de la gamine, plus précisément sur l'identité de son père... Question à l'importance cruciale dans le développement psychologique d'une jeune fille, et qui dans une telle situation est d'autant plus prédominante. Bon alors après vient deux ou trois réflexions internes : son père serait un lâcheur ? Trop plat. Son père a fait une gaffe de jeunesse avec une jeune fille ? Déjà vu, vu et revu. L'immaculée conception (oui bah je cherche je cherche, pas toujours simple de trouver Yeux au ciel) ? Là encore, ça serait du déjà vu (moins souvent remarque, moi j'aimerai avoir le mode d'emploi ^^')... Affaire à suivre pour la suite. On poursuit avec la presque "folie" de la mère pour l'écriture, on se rapproche donc bien de la nymphomanie réthorique ! Toujours rédigé dans un style que je jugerai d'irréprochable ou presque, la jeune fille s'attache plus particulièrement au cahier. Ah ! Quelle étrange bébète ! Toujours le même cahier, malgré tant d'heures d'écritures... Etrange tout ça, le lecteur se pose de plus ne plus de question, alors que la moitié du texte arrive tranquillement. La petite, bercée par le raffut de la mère, s'endort (feignasse ...). Pour la peine, le rythme retombe d'un cran, l'ambiance assez bizarre du départ s'estompe légèrement, un peu dommage de quitter un climat aussi dérangeant qu'envoutant (me concernant du moins, j'aime assez les ambiances pesantes, étranges...). C'est alors qu'enfin (pinaise elle en aura mis du temps !), la ptite fille se réveille et va lire le cahier. Bien entendu, le style est toujours très bon, on ressent fort bien la scène, l'imagination travaille avec aisance. On va pouvoir jouir d'une part de mystère et de réponse à la fois...

On tombe alors (ô rage, ô désespoir ...) sur une pseudo-histoire d'amour, un peu nian-nian (bon pas encore de là à faire de l'ombre à Victor dans les légendaires Feux de l'amour, mais tout de même). La taille des écrits est assez variable, et là survint une première incohérence selon moi. La petite fille dit plus haut que sa mère passe un temps considérable sur son cahier à écrire, oui ? Plutôt étrange d'en passer tant que ça pour écrire trois lignes, voir une (pour un jour). Bon elle est ptète archi lente, okay pourquoi pas... Bon okay, la fille a ptèt pas tout lu (flemmasse) et on ne voit que ce qu'elle a lu, mais comment serait-ce possible puisque justement, elle ne sait pas lire. On voit donc strictement ce qui est écrit... Bien entendu, tu vas pas écrire un roman pour chaque jour, normal, question de lisibilité et de cohérence, mais dans ce cas, peut-être que la mère ne passe pas tant de temps que ça sur le texte au final. Bon allé, on va dire que c'est la ptite fille qui a aucune notion du temps, elle a bon dos la mignonne ^^. Revenons à nos moutons : la fille découvre alors peut-être l'identité de son pôpa, l'espoir renait, avant de disparaître aussi rapidement qu'il est venu, car l'ingrat n'aime visiblement pas la mère autant que la mère l'aime (le salaud ! on va le lyncher !). Et là, paf ! La dernière page du cahier, un gros morceau à lire (tout comme à rédiger je présume). D'une taille très inégale par rapport aux autres (là encore le souci de la cohérence qui n'est pas super respecté, mais je vais développer t'inquiètes Clin d\'Oeil). Bon là encore un souci : comme de par hasard, le dernier jour, la mère était plus inspirée que tous les autres déjà lus. Pourquoi pas, c'est pas impossible, admettons (comme dirait Bigard dans son inimitable sketch de la Chauve-Souris enragée). D'ailleurs comme de part hasard, ça doit être la seule page du cahier que la fille ne doit surtout pas lire ! Quand je disais que cette dernière avait bon dos, elle doit aussi avoir un chat noir contre elle vu le manque de chance... Car là, on découvre avec étonnement (ouf !) que la fille est quelque part issue d'une sorte d'immaculée conception (moins bien que la première, certes). Je ne m'étendrai pas d'avantage sur cette fin, assez mélancolique, plaisante, triste mais tellement juste. Comme il est dur pour le golem d'argile de comprendre qu'il n'est que la création de l'imagination d'une tierce personne et non un être à part entière... Un problème sensible, qui d'ailleurs touchera à mon avis le monde à l'avenir, avec le développement plus que probant du clonage, qui aboutira (malgré les réticences éthiques) presque forcément au clonage humain. Mais ça c'est un autre problème, qui pourrait faire le sujet d'un débat sans fin. Au final, la petite ressent la déception, le désespoir, et sans doute aussi l'impuissance... Presque heureusement, la fin est telle qu'elle est : brutale, triste.

Pourtant, j'aimerai encore revenir sur un certain point que je trouve assez... étrange. La petiote observe sa "mère" écrire, écrire, encore et toujours écrire ; plutôt que d'aller avec son enfant... Et cette dernière décide d'assister de son propre chef, en spectatrice, se jugeant impuissante. Elle devient quelque part complice de son abandon apparent à ses yeux, complice car coupable de non-assistance de sa propre personne face à l'isolation causé par l'origine de sa création : le cahier. Parlant quelque part, en connaissance de cause, une "petite fille" qui se sent délaissée comme cela, ne va pas se morfondre sur elle-même, et ne va pas encaisser une telle situation en choisissant l'attente. Ne serait-il pas normal qu'elle tente d'attirer l'attention sur elle, peut importe la manière ceci-dit. Elle pleurerait de façon dérangeante, elle hurlerait de colère, de tristesse, mais n'aurait certainement la démarche morale de se renfermer (sauf le cas particulier d'un autiste par exemple). Je parle comme je l'ai déjà annoncé en connaissance de cause : lorsque ma petite soeur veut montrer qu'elle existe, elle le fait savoir ^^' (oui je suis un grand frère martyr ... pour m'aider, envoyer moi vos dons, ou vos numéros de carte de crédit, je me charge du reste Cool ). De plus, la petite éprouve un intense sentiment de curiosité pour le livre, mais pas à un seul instant, elle n'éprouve de la jalousie envers ce dernier, ou même de la haine. Il "enlève" d'une certaine façon sa mère, il vole l'enfance de la petite, en volant l'amour d'une mère, et la petite n'éprouve pas le moindre ressentiment pour ce cahier ? Hm ... Je trouve cela assez étrange, mais bon comme déjà dit, la petiote a bon dos (mouarf ça commence dur à son âge, le tour de rein est pour bientôt).


Au final, je retiens de ma lecture un texte au très bon style, bien détaillé, aux descriptions fournies, à une première partie à la fois dérangeante, étrange, assoupissante... Un passe un peu par tous les sentiments ^^. La suite part assez mal, l'histoire d'amour cucul, sauvée de justesse par une fin assez terrible pour la petite (qui a, on ne le dira jamais assez, bon dos). Le tout entâché, à mon avis, de quelques incohérences, pas gênantes pour la compréhension, mais plus au niveau de la logique (mon côté S qui ressort ici je présume, c'est ça de travailler, pas comme les L Yeux au ciel *une fois encore, s'enfuit par la porte de derrière*). Moi ce texte, certes assez long, je l'ai assez bien aimé, car le style et l'orthographe sont très bons, et qu'il y a peu d'ombres au tableau. Ce fut un plaisir que de te relire, à une prochaine fois, que je souhaite bientôt Clin d\'Oeil



Ps : Word m'indique 1396 mots sans ce post-criptum, j'ai bien dépassé les 1000 et je bats mon record ^^
Bisouille Ambre =)
Revenir en haut Aller en bas
http://board.ogame.fr/thread.php?threadid=513826
Ambre Melifol

avatar

Féminin Nombre de messages : 401
Age : 27
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Jeu 21 Fév - 13:20

Je ne sais pas si j'ai le droit de poster un commentaire pour remercier du commentaire, mais je le fais au risque de me faire modérer, parce que j'ai bien envie de réagir... Mouahahaha

Tout d'abord l'histoire d'amour gnangnan (ô vieillesse ennemie Très Heureux), je suis tellement d'accord avec toi, ça m'a tellement embêté à écrire c'était d'un long en plus (d'où le fait que ce soit vraiment, vraiment très abrégé, sauf à la fin, tout simplement parce que je ne trouvais pas important de me lancer dans de grandes envolées lyriques, ça n'intéresse personne, surtout pas moi...). Seulement voilà, je n'ai pas réussi à trouver un autre prétexte pour retarder le moment de la découverte et en même temps expliquer l'absence du père.

Peut-être que si je combinais plusieurs jours en un seul ? Mais là aussi, je pense que ça manquerait de cohérence. C'est donc un problème auquel je ne vois malheureusement aucune solution. Si quelqu'un a une suggestion, elle est la bienvenue.

Par contre, le fait que la petite fille ne bouge pas au début est expliqué à la fin de la nouvelle par cette phrase :

Citation :
Elle me regarde, le soir, quand j'écris. Parce qu'à travers ce cahier, je lui ai donné envie de le faire

Maintenant effectivement, en la relisant, je me rends compte que c'est à préciser, car ça n'indique pas forcément que la mère détermine dans les grandes lignes le comportement de sa fille. Pour te contrer avant même que l'idée ne jaillisse dans ton esprit illuminé (car je sens que sinon tu vas me dire que c'est incohérent Tire la Langue ), je précise que le comportement de la fillette qui se lève pour aller voir le cahier est possible uniquement parce que sa mère dort et qu'elle acquiert à ce moment-là une sorte de volonté propre... Est-ce que tout le monde comprend ce que je raconte, là ?

En tout cas merci, tu m'as permis de m'être le doigt sur ce qui me dérangeait dans ce texte, même si je ne sais toujours pas comment changer ça...

Voilouuuuu...

PS : Oui sauf que maintenant tu vas devoir le battre, ton reccord de 1200 mots... Mouahahahahaha... Bisouille !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Sam 1 Mar - 3:03

Mouarf, groumpf....

Bon ben c'est...mieux que la plupart des autres textes Tire la Langue Mais franchement, de la part d'une étudiante en lettres, je m'attendais à mieux. Pourquoi? Je ne m'attarderai pas sur le fond, suffisament commenté (pas toujours à bon escient d'ailleurs mais ça c'est une autre histoire) par Le Vagabond, je me concentrerai sur la forme.

Les adjectifs que tu emploies sont banals enfin! Ca va pas oui, d'écrire des horreurs pareilles->
"coussins moelleux" -> Ma chère A.M, combien de fois as-tu déjà lu cette expression dans nombre d'oeuvres toutes aussi pourraves les unes que les autres? En 3ème tu l'utilisais déjà...Maintenant, tu as une plume fluide et un esprit très mature, alors au boulot! Coussin poilu, coussin crépu, coussin ce que tu veux, mais pas moelleux!
"draps moelleux" -> Outre la jolie répétition avec les coussins un peu plus tôt, tu as déjà vu des draps moelleux? Pour rappel, les draps sont fins, légers, doux, fuyants. Certainement pas moelleux, ce qui rappelle l'épaisseur
"cahiers mystérieux" -> ...

Les répétitions sont nombreuses. "moelleux", "oser" 3x au paragraphe n°4, etc etc. C'est très très désagréable à la lecture. Une relecture attentive te permettra d'élaguer tout ça et d'étendre un peu le champ lex de ton récit °_°

Les métaphores ne sont pas les tiennes. "Lutter contre le sommeil", "L'odeur entêtante, obsédante", etc. On a déjà lu ça nom de Dieu!
"Le blanc manteau de la neige recouvrait le jardin sur laquelle marchait cette femme qui telle la rose ne vivait qu'un matin."-> On connaît! La femme-rose, déjà fait, le blanc manteau, déjà fait, la rose qui ne vit qu'un matin, déjà faiiiiiit!!!!

"Le premier à avoir comparé la rose à une femme était un poète, le second était un imbécile".

Au boulot Ambre, je suis persuadé que tu peux faire beaucoup mieux en te donnant un peu plus de peine.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Melifol

avatar

Féminin Nombre de messages : 401
Age : 27
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Sam 1 Mar - 3:22

Bonsoir popaaaaa ! Très Heureux

Suis toute contente de te voaaaaaaar !!!

Wi wi wi tu as raison, wi, wi, bravooooo !!!

Mais en fait non, je ne vais pas retravailler ce texte, et t'sais pourkwaaaaa ? Parce que je l'aime pas lol

Je l'ai posté ici justement pour ça, pour que quelqu'un soit capable de me dire ce qui cloche dedans (bon d'accord j'en avais parlé avec le Vagabond d'abord pour être sûre d'avoir un commentaire), donc oui, je sais pertinemment que j'ai fait mieux, beaucoup mieux même, mais si je devais poster mes textes ici juste pour récolter les louanges, ça n'en vaut pas la peine, je pense que tu seras assez d'accord avec moi pour dire ça...

Par contre, juste une chose avec laquelle je ne suis pas d'accord dans ce que tu dis, quand je dis "draps moelleux", je veux bien dire draps moelleux, pour donner une notion d'épaisser :face: Cela peut sûrement te paraître inapproprié mais c'était exactement ce que je voulais dire...

Et puis aussi, une dernière chose, mon but en ce moment n'est pas du tout de faire dans l'original, mais de tester un peu différents style, d'où le gros plantage sur les descriptions j'admets... Je pense qu'il est temps que je retourne à quelque chose de plus personnel, la prépa me monte à la tête...

En tout cas merci beaucoup d'être passé et d'avoir pris le temps de commenter, j'espère qu'on se croisera bientôt sur msn !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Sam 1 Mar - 4:04

Tu m'as fait peur aussi idiote, à poster un texte comme ça lol

Alors pour ce qui est des draps, je vais développer. Quand tu entends "drap" généralement tu t'imagines ce petit tissu assez fin que tu mets sur ton torse avant de mettre par-dessus un bon double cheesburger...euh pardon, une grosse couverture en laine! Le drap c'est généralement le mot qui fait référence à quelque chose de fin.
Alors quand tu parles de draps(fins) moelleux(épais), moi y'en a plus rien comprendre du tout! Sniff...

DOOOOOOONC je te conseille de faire appel à ce merveilleux mot, déjà moelleux à l'oreille:


LA couette!

Une bonne grosse couette bien moelleuse, ah oui alors là ça c'est bon, ça c'est le double chedar avec frites et ketchup, c'est le hot dog bien chaud en plein hiver! Et alors là elle est non seulement moelleuse ta couette mais en plus elle est grosse, tendre, jouflue, appétissante!

Et si tu cherches ton style et bien..je te conseille AU CONTRAIRE de faire dans l'original. Tu trouveras facilement. J'ai fait il y a peu de temps un texte (que je garde jalousement) où j'essaye de mélanger un peu tous les registres: première page tragique, deuxième comique, troisième grotesque, quatrième vulgaire, cinquième lyrique, sixième mièvre, et caetera...Tout en continuant la même histoire. C'est, je pense, un excellent exercice, pas besoin de te concentrer sur toute une histoire, et ce pour une raison très simple: tu vas t'emmerder. Ben oui, si tu fais toute une histoire dans un style que tu n'aimes pas, tu ne vas pas aimer ton histoire, et donc tu va la bâcler. Et si tu fais ça, moi quand je vais le lire, je vais me demander ce que tu as fumé avant d'écrire ton texte, parceque je me serais bien ennuyé.

Morale->

Couette! Originalité! Diversité! Luxe et volupté!
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Melifol

avatar

Féminin Nombre de messages : 401
Age : 27
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Sam 1 Mar - 4:32

Mais popaaaaaaaa t'as pas compris !

Un drap moelleux ça existe !

C'est pas une couette c'est un drap, mais il est moelleux, stou !

On reconnait bien là ceux qui dorment dans des draps en soie, n'est-ce pas, mais des draps épais pour l'été pour quand il fait chaud mais courant d'air et qui MOELLEUX ça existe ! Si si si j'en ai chez mes parents ! Je les prendrai en photo svous voulez les gens mais je raconte pas des histoires, ça existe VRAIMENT !

Et oui d'accord, je le referai plus, promis, je m'autofustige (le fouet ! le fouet !), je serai moi-même, originale et belle, comme toujours :afro: (yeah !) et je ferai du jamais vu avec des petits pois jaunes qui danseront un ballet fulgurant sur des clochettes tintinabulantes d'enthousiasme littéraire...

Youplaboum !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   Sam 1 Mar - 4:40

Ambre Melifol a écrit:

On reconnait bien là ceux qui dorment dans des draps en soie, n'est-ce pas

Je le savais que je n'aurais jamais du te dire que j'habitais à Neuilly....
Flûte alors, j'étais persuadé qu'un drap était censé être de manière générale plutôt fin. Toujours est-il que COUETTE aurait été plus approprié, namého!

Allez à tchaô bonsoir, je retourne à mon texte, original, beau, lettré, simple, baroque, modeste, bref: à l'image de son auteur.

P.S: Et je dors dans des draps en tissu moi, comme tout le monde. Pas comme certains qui dorment dans des draps moelleux...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [fantastique] La petite fille   

Revenir en haut Aller en bas
 
[fantastique] La petite fille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Soucy, Gaétan] La petite fille qui aimait trop les allumettes
» Portrait petite fille
» [Claudel, Philippe] La petite fille de Monsieur Linh
» petite fille ailée
» La petite fille qui n\'avait pas envie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: