AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'arbre aux trésors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 28
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: L'arbre aux trésors   Jeu 19 Sep - 17:29

Spoiler:
 





L'Arbre aux trésors





L’herbe me chatouille le nez et le soleil est une brulure sur mes mollets nus. Je roule sur moi-même pour me retrouver sur le dos et plonge mes doigts dans la verdure autour de moi. La lumière danse en arabesques multicolores sous mes paupières. J’adore ces couleurs que je vois toujours, quand je ferme les yeux. Elles sont si pures, si vibrantes, si vivantes. Le jaune surtout est particulièrement chatoyant, particulièrement vrai. Ce n’est pas une couleur que nous avons le droit de porter. Pas plus que les bleus turquoise et les roses vivaces qui explosent devant moi. Je tends une main vers elles, pour les saisir, les caresser mais ce ne sont que des chimères que je garde précieusement, derrière la cage de mes cils. Il fait chaud mais moins qu’avant. Il est temps de rejoindre les autres.

D’un bond je me lève, arrachant des brins d’herbe avec mes mains que je lance dans les airs. Il y en aura plein mes cheveux, je trouve ça joli. J’attrape mes chaussures qui trainent par terre et je me mets en route vers le jardin. Il faut descendre la colline et longer le mur de pierre pour atteindre la grande entrée de la propriété. Aujourd’hui j’ai décidé de passer par le petit bois puis le sentier. Là il faut bien regarder. A travers le lierre qui enveloppe la muraille, il y a une entrée secrète. Il faut chercher l’éclat, la brillance de la poignée polie. Elle se cache mais je sais où la trouver. L’herbe me chatouille les pieds maintenant, de plus en plus fraiche et verte comme j’approche du bois. Avant d’y pénétrer je remets mes chaussures, il fait sombre sous les arbres et je n’aime pas la sensation de la terre humide sur ma peau.


Depuis les arbres j’entends une voix que je connais bien. La voix chante, et c’est beau à écouter, c’est doux et tendre. Pas comme les couleurs que je vois. Elle chante pastel et nuancé. Je sors un peu du couvert des arbres et elle est là. Ma douce petite sœur aux cheveux blonds. Elle est occupée à suspendre ses poupées aux branches de l’arbre. Notre arbre aux trésors. Nous avons beaucoup de trésors, ils commencent à recouvrir tout l’arbre. Posés sur les branches, entre les racines et dans les trous de son tronc. Puis pendus aux branches, aux feuilles. Elle contemple son œuvre en chantant car elle a toujours une chanson sur les lèvres, ma sœur. Je ne veux pas la déranger alors je me fais discrète. Quand je quitte finalement le bois, elle chante toujours et gratte l’écorce pour y écrire un nouveau secret. Je suis un peu triste de quitter les arbres, je les aime bien plus que le sentier. Il est terne et gris et il vous ramène à la maison. Et puis il fait encore beau, je serais bien resté dehors. Je n’ai plus envie de jouer avec les adultes, ils veulent toujours faire la même chose. Leurs jeux ne m’amusent plus. Même la douleur m’ennuie.  Dehors, il y a tant de choses à faire. Je tire la langue au sentier, même si ce n’est pas sa faute et me mets à courir. J’inspire une grande goulée d’air en arrivant au bout de la petite route, le mur de pierre me regarde. Avec son lierre vert et noir, on dirait un grand serpent endormi. J’enfonce ma main dans l’épaisse couverture de feuille qui le recouvre jusqu’à toucher la pierre froide et dure en dessous et je me remets à courir. Quelque chose de rond et de lisse vient se loger dans ma paume et je ressers vivement les doigts. J’ai attrapé la porte secrète. La poignée tourne dans ma main et la porte s’entrouvre. Je n’ai pas envie d’y aller, je sens l’arbre aux trésors qui m’appelle dans le bois. Je tourne la tête et essaie de l’apercevoir mais c’est à son tour de se cacher. Dépitée, je franchis la porte.

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: Re: L'arbre aux trésors   Ven 20 Sep - 16:32

Très beau texte, c'est fleurissant d'images et de sensations que l'on ressent lors de la lecture. Il y a une sorte de poésie dans celle nouvelle, beaucoup d'émotions je trouve. J'attend de voir la suite pour me donner une idée finale de cette nouvelle, car certaines choses restent assez confuses. Continue à écrire, tu es très agréable à lire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: L'arbre aux trésors   Ven 20 Sep - 17:45

Charmante vision pastorale qui recèle ses lourds secrets enfouis sous les lierres.


C'est très agréable à suivre, ni trop chargé, ni trop léger. L'approche onirique s'estompe par moment comme pour laisser entrevoir une réalité qu'on ne veut pas rejoindre. Qu'il faut rejoindre.

Pas mal de choses donc émanent de ce jardin.


J'ai un peu peur qu'en poursuivant sur cette voie, en t'appropriant un peu trop le mot du songe, tu ne le dénatures et en viennes à le structurer de manière trop "impersonnelle" (en gros si tu souhaites poursuivre évite les écueils d'une dramatisation trop convenue Heureux )
Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 28
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: L'arbre aux trésors   Lun 23 Sep - 15:40

Tout d'abord, une première correction du texte, notamment à cause du grand nombre de répétitions.
Citation :

L’herbe me chatouille le nez et le soleil est une brulure sur mes mollets nus. Je roule sur moi-même pour me retrouver sur le dos et plonge mes doigts dans la verdure autour de moi. La lumière danse en arabesques multicolores sous mes paupières. J’adore ces couleurs que je vois toujours, quand je ferme les yeux. Elles sont si pures, si vibrantes, si vivantes. Le jaune surtout est particulièrement chatoyant, particulièrement vrai. Ce n’est pas une couleur que nous avons le droit de porter. Pas plus que les bleus turquoise et les roses vivaces qui explosent devant moi. Je tends une main vers elles, pour les saisir, les caresser mais ce ne sont que des chimères que je garde précieusement, derrière la cage de mes cils. Il fait chaud mais moins qu’avant. Il est temps de rejoindre les autres.

D’un bond je me lève, arrachant des brins d’herbe avec mes mains que je lance dans les airs. Il y en aura plein mes cheveux, je trouve ça joli. J’attrape mes chaussures qui trainent par terre et je me mets en route vers le jardin. Il faut descendre la colline et longer le mur de pierre pour atteindre la grande entrée de la propriété. Aujourd’hui j’ai décidé de passer par le petit bois puis le sentier. Là il faut bien regarder. A travers le lierre qui enveloppe la muraille, il y a une entrée secrète. Il faut chercher l’éclat, la brillance de la poignée polie. Elle se cache mais je sais où la trouver. L’herbe me chatouille les pieds maintenant, de plus en plus fraiche et verte comme j’approche du bois. Avant d’y pénétrer je remets mes chaussures, il fait sombre sous les arbres et je n’aime pas la sensation de la terre humide sur ma peau.


Depuis les arbres j’entends une voix que je connais bien. La voix chante, et c’est beau à écouter, c’est doux et tendre. Pas comme les couleurs que je vois. Elle chante pastel et nuancé. Je sors un peu du couvert de la forêt et elle est là. Ma douce petite sœur aux cheveux blonds. Elle est occupée à suspendre ses poupées aux branches d’un chêne. Notre arbre aux trésors. Nous avons beaucoup de trésors, ils commencent à recouvrir tout l’arbre. Posés sur les branches, entre les racines et dans les trous de son tronc. Puis pendus tout le long de son imposante ramure, nos guirlandes de trésors. Elle contemple son œuvre en chantant car elle a toujours une chanson sur les lèvres, ma sœur. Je ne veux pas la déranger alors je me fais discrète. Quand je quitte finalement le bois, elle chante toujours et gratte l’écorce pour y écrire un nouveau secret. Je suis un peu triste de quitter les arbres, je les aime bien plus que le sentier. Il est terne et gris et il vous ramène à la maison. Et puis il fait encore beau, je serais bien resté dehors. Je n’ai plus envie de jouer avec les adultes, ils veulent toujours faire la même chose. Leurs jeux ne m’amusent plus. Même la douleur m’ennuie.  Dehors, il y a tant de choses à faire. Je tire la langue au sentier, même si ce n’est pas sa faute et me mets à courir. J’inspire une grande goulée d’air en arrivant au bout de la petite route, le mur de pierre me regarde. Avec son lierre vert et noir, on dirait un grand serpent endormi. J’enfonce ma main dans l’épaisse couverture de feuille qui le recouvre jusqu’à toucher la pierre froide et dure en dessous et je me remets à courir. Quelque chose de rond et de lisse vient se loger dans ma paume et je ressers vivement les doigts. J’ai attrapé la porte secrète. La poignée tourne dans ma main et la porte s’entrouvre. Je n’ai pas envie d’y aller, je sens l’arbre aux trésors qui m’appelle dans le bois. Je tourne la tête et essaie de l’apercevoir mais c’est à son tour de se cacher. Dépitée, je franchis la porte.
Ensuite, merci à vous d'avoir pris le temps de lire Heureux
Je suis en train de poursuivre ce texte. Je suis tout à fait d'accord avec ta Remarque David, l'origine de ce texte est un rêve mais il ne faut pas jouer cette carte de manière excessive. J'envisage l'introduction de personnage plus terre à terre pour balancer la vision enfantine du premier personnage.
On verra ce que ça donne et comment je m'en sors. L'écriture au "je" et au présent n'est pas mon fort Clin d\'Oeil

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
dale cooper

avatar

Masculin Nombre de messages : 7652
Age : 39
Date d'inscription : 08/09/2008

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo : ▲
Pseudo :

MessageSujet: Re: L'arbre aux trésors   Lun 23 Sep - 19:37

C'est pas ce qui a de plus facile, c'ets vrai (mai je crois que la première personne au passé simple
c'ets encore pire !)

Ce que je voulais dire par mes craintes, c'est qu'il faut éviter de tomber dans le cliché de la petite fille victime d'un trauma familial bien sale ; en plus c'ets un créneau qui est déjà pris et ça frise - quand c'est mal fait - avec le psycho-thriller basique et american ! (so trucky !)



Revenir en haut Aller en bas
http://dvb96.over-blog.com/
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 28
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: L'arbre aux trésors   Lun 23 Sep - 19:51

So trucky indeed.
Pas de famille ici. C'est bien plus glauque....

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arbre aux trésors   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arbre aux trésors
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Gougaud (L'arbre aux trésors, à soleils, d'amour et de sagesse)
» Henri Gougaud (L'arbre aux trésors et l'arbre à soleils)
» Arbre (sapins)
» répères de l'arbre à came sur renault laguna 2
» l'arbre sans nom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: