AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Epiphanie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 22
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Epiphanie.    Dim 16 Fév - 4:49

Mes yeux s'émerveillent, comme s'ils venaient de retrouver la vue après des années d'obscurité totale. Mes lèvres ne peuvent rester clauses. Mes oreilles sont aux aguets, à l'affût du moindre son, de la moindre note qui saurait résonner dans leur conduit auditif.

Mon corps semble vierge de toute beauté. Mon coeur s'emballe, mes poumons s'emplissent de joie. Il découvre tout, veut tout voir, tout toucher, tout effleurer, tout caresser. Une bouffée d'optimisme a remplacé mon cerveau, d'ordinaire raisonnable et assombri par le pragmatisme.

Pourquoi tant d'émotions ? Ce sur-plus de sentiments me donne l'effet d'une explosion sensorielle dans tout mon être. C'est tellement étrange. Ca en devient presque effrayant. Est-ce de l'amour ? Oui. Aujourd'hui, j'aime. Je n'aime pas quelqu'un en particulier, je n'aime pas une chose donnée, j'aime tout. A cet instant, mon âme ne saurait se restreindre à un seul sujet d'affection.

C'est un sentiment particulier l'amour, puisqu'il regroupe absolument toutes les sensations possibles et imaginables. La colère, la jalousie, l'affection, le ressentiment, l'admiration, l'adoration, le chagrin, la nostalgie... Comment le dictionnaire arrive-t-il donc à le définir ? Je me rappelle d'une vieille chanson des années 1980, et je l'aime. Je pense à mes vieux fou-rires avec ma soeur, et je l'aime. J'imagine un chat en train de dormir paisiblement sur mon ventre un soir d'hiver, et j'aime ce souvenir fictif. Je me revois à mes 15 ans, mon casque audio vissé sur les oreilles, en train de danser sans limites alors que les derniers rayons de soleil pénètrent dans ma chambre, et j'aime.

Tout ceci n'a pas de sens. Pas de contexte, pas d'histoire. C'est juste une large sensation, une chose innommable et pourtant fabuleuse qui était trop belle pour ne pas être partagée.

C'est donc à ça que sert l'écriture ? Depuis des années, je m'en sers comme exutoire. Grâce à mes mots, je définis mes maux. Je tente des les apprivoiser comme un chien rebelle. Chienne de vie. Elle m'a joué de sales tours. Oui, l'écriture est mon refuge.
Mais là, sans raison, je n'ai pas envie de partager ma mélancolie habituelle.

C'est arrivé aujourd'hui. Soudain, mon cerveau a eu une révélation. Comme si tout d'un coup, tout était simple, intense. Ce fût une sorte... D'épiphanie esthétique. J'ai vu la beauté des choses, du monde.

Cela n'a duré qu'une seconde, comme une inspiration avant de retourner sous l'eau. Comme une éclipse qui obscurcit le ciel, pour ne le rendre que plus brillant par la suite.

Pourquoi ? Je ne sais pas.

Mais c'était foutrement bon.


Dernière édition par Lyn le Dim 16 Fév - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: Re: Epiphanie.    Dim 16 Fév - 15:45

Citation :
Mes yeux s'émerveillent, comme si ils (s'ils) venaient de retrouver la vue après des années d'obscurité totale. Mes lèvres ne peuvent rester clauses. Mes oreilles sont aux aguets, à l'affût du moindre son, de la la moindre (la la ? Pourquoi pas fa mi ré do ?) note qui saurait résonner dans leur conduit auditif.

Mon corps semble vierge de toute beauté. Mon coeur s'emballe, mes poumons s'emplissent de joie. Il découvre tout, veut tout voir, tout toucher, tout effleurer, tout caresser. Une bouffée d'optimisme a remplacé mon cerveau, d'ordinaire raisonnable et assombri par le pragmatisme.

Pourquoi tant d'émotions ? Ce sur-plus de sentiments me donne l'effet d'une explosion sensorielle dans tout mon être. C'est tellement étrange. Ca en devient presque effrayant. Est-ce de l'amour ? Oui. Aujourd'hui, j'aime. Je n'aime pas quelqu'un en particulier, je n'aime pas une chose donnée, j'aime tout. A cet instant, mon âme ne saurait se restreindre à un seul sujet d'affection.

C'est un sentiment particulier l'amour, puisqu'il regroupe absolument toutes les sensations possibles et imaginables. La colère, la jalousie, l'affection, le ressentiment, l'admiration, l'adoration, le chagrin, la nostalgie... Comment le dictionnaire arrive-t-il donc à le définir ? Je me rappelle d'une vieille chanson des années 1980, et je l'aime. Je pense à mes vieux fou-rires avec ma soeur, et je l'aime. J'imagine un chat en train de dormir paisiblement sur mon ventre un soir d'hiver, et j'aime ce souvenir fictif. Je me revois à mes 15 ans, mon casque audio vissé sur les oreilles, en train de danser sans limites alors que les derniers rayons de soleils (soleil) pénètrent dans ma chambre, et j'aime.

Tout ceci n'a pas de sens. Pas de contexte, pas d'histoire. C'est juste une large sensation, une chose innommable et pourtant fabuleuse qui était trop belle pour ne pas être partagé. (partagée)

C'est donc à ça que sert l'écriture ? Depuis des années, je m'en sers comme exutoire. Grâce à mes mots, je définis mes maux, je tente des les apprivoiser comme un chien rebelle. Chienne de vie. Elle m'a joué de sales tours. Oui, l'écriture est mon refuge.
Mais aujourd'hui, sans raison, je n'ai pas envie de partager ma mélancolie habituelle.

C'est arrivé aujourd'hui. (répétition) Soudain, mon cerveau a eut (eu) une révélation. Comme si tout d'un coup, tout était... Simple. Et intense. Ce fût une sorte... D'épiphanie esthétique. J'ai vu la beauté des choses, du monde.

Cela n'a duré qu'une seconde, comme une inspiration avant de retourner sous l'eau calme d'une piscine. Comme une éclipse qui obscurcit le ciel, pour ne le rendre que plus brillant par la suite.

Pourquoi ? Je ne sais pas.

Mais c'était foutrement bon.

Je ne commenterais pas le fond du texte, non pas par flemme mais bien parce que tout ceci me semble "trop" personnel. Je dirais juste que la lecture coule de source, le ton est entraînant mais un peu lourd par moments. Après tout, si "c'était foutrement bon." pour toi, c'est ce qui est le plus important (j'aurais mis un point d'exclamation à la place de ce point Clin d\'Oeil)

Merci pour le partage !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 22
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Epiphanie.    Dim 16 Fév - 16:16

Haha, les fautes d'orthographes étaient inévitables, j'ai écrit ce texte bien trop tard. Je vais corriger ça tout de suite, merci  Content
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
Aligby
Héliaste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4758
Age : 30
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Epiphanie.    Mer 26 Fév - 23:24

C'est personnel en effet, mais au moins, ça change du côté hyper-dépressif !

Globalement, il n'y a pas de grossières tournures. C'est propre. Mais ça manque de quelque chose à quoi on pourrait s'accrocher. C'est un peu trop court aussi pour ça. A la fois texte personnel, mais pas assez personnel. Il faut y mettre des tripes joyeuses ! Redéfinis cet amour, transcende-le : rends-le unique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Epiphanie.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Epiphanie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: