AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le rat du Guilvinec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Le rat du Guilvinec   Lun 31 Mar - 13:41

Spoiler:
 




Le rat du Gulvinec



Le chalutier se faisait malmener par la houle. Un ouragan avait surpris les marins-pêcheurs du Guilvinec en pleine mer bien qu'aucune prévision météorologique ne l'ait prévu, or cela ne faisait qu'un jour qu'ils avaient quitté le port pour une sortie qui devait en durer quatre. Le temps était loin d'être clément : le navire disparaissait dans des creux de trois mètres, les vagues recouvraient sans cesse le pont et une pluie battante frappait les vitres de la passerelle. Loïc, le capitaine du Marguerite, tenait la barre – en réalité des joysticks. Il conduisait son chalutier à travers les murs d'eau et les fendait. La visibilité était nulle et les appareils électroniques perturbés, de sorte que Loïc avait ressorti les vieilles cartes.

Il avait choisi un cap, en se fiant à la position qu'il estimait avoir avant le début de la tempête, et le suivait ; l'arrêt des machines leur serait fatal. Ils filaient vers l'ouest, s'enfonçant au large. Avec de pareils vents et des vagues de plusieurs mètres peu importait qu'ils s'éloignent des terres, s'ils chaviraient aucune équipe de secours ne les retrouverait vivant. Leur unique chance était de placer le ciel ténébreux et son déluge d'eau derrière eux.

À droite de Loïc, Yann, son second, s'agrippait au fauteuil du capitaine pour ne pas tomber ; à la gauche Erwan faisait de même. Ils étaient les pêcheurs les plus expérimentés du navire et savaient qu'ils vivaient là l'un des instants les plus dangereux de leur vie de marin.

« Si on s'en sort la première tournée sera pour moi, dit Yann.
— Ton optimisme est communicatif, rétorqua le capitaine.
— Ne me remercie pas, je donne le meilleur de moi-même.
— J'espère que les instruments n'ont pas grillé, sinon on devra rentrer. »

Yann et Erwan grognèrent. Eu égard à leur prise de la veille, s'ils rentraient ainsi ce serait pour eux un important manque à gagner. Chaque jour en mer coûtait plus de mille euros de carburant.

« On ne peut pas retourner au port à vide, Loïc, rappela le second.
— Je suis au courant. Mais tu préfères quoi ? Devoir poursuivre avec nos seuls yeux et éventuellement percuter un autre navire ou un récif ? Ou minimiser le risque pour le Marguerite et nous ?
— Je préfère me ramener au quai avec une pleine cargaison de langoustines. Oui, cette tempête est sûrement l'une des pires qu'on ait connue, mais on s'en sortira. Je dis qu'on lâche le chalut dès que ça s'éclaircit et qu'on se donne vingt-quatre heures pour essayer d'en attraper le plus possible. Après ça on rentre à la limite.
— Faudrait déjà réussir à échapper à cet enfer. T'en dis quoi, Erwan ?
— Tout ce foutras technologique reviendra quand la tempête disparaîtra, je ne m'inquiète pas pour ça. Par contre on devrait faire demi-tour et rejoindre le Guil'.
— Pourquoi ? s'étonna Yann. Si tout marche on a qu'à continuer.
— Il faut débarquer Aelig, grommela Erwan. C'est un porte-poisse ce gars.
— Encore cette histoire ? Ce sont des superstitions dépassées ! répliqua Yann.
— Depuis qu'il a foutu le pied en pays bigouden trois équipages ont péri et il en a été l'unique rescapé. Dieu seul sait ce qu'il a pu causer comme dégâts avant de se ramener en ville.
— Ou alors il est très chanceux.
— C'est ça, le porte-malheur le plus chanceux de la flotte du Guilvinec. Je suis content qu'on l'ait à bord, ironisa Erwan.
— Ridicule !
— Je vous propose qu'on voit ça plus tard, trancha Loïc. Pour l'instant on n'est pas sauvés. »
Pour confirmer ses dires, une énorme vague percuta le bateau et envoya valser les matelots.

En-bas, Aelig, Fanch et Gaël étaient assis dans la salle de vie commune, autour de la table à manger. Ils avaient abandonné l'idée arrogante de braver le roulis chaotique et de jouer aux cartes. Plus le tumulte durait et plus la couleur de leur visage virait au blanc ; ce n'était que par miracle que le contenu de leur estomac demeurait en place. Gaël et Fanch, les deux jeunes amis, naviguaient depuis quelques mois déjà, mais c'était la première fois qu'ils se trouvaient dans une telle situation. En tant que passagers d'un navire qui subissait les éléments ils étaient inutiles, et ils le savaient. À l'instant où ils montaient à bord leur destin s'enfuyaient entre les mains du commandant.

« Ça va durer longtemps encore ? demanda Gaël à Aelig pour être rassuré.
— Peut-être..., éluda le vieux marin
— Peut-être ?! Je croyais que tu avais de la bouteille ! riposta le novice.
— J'en ai. J'ai vu des choses terribles, qui feraient passer ta petite sœur de l'état de pré-pubère à celui de duchesse de Bretagne. Mais cet ouragan...
— Et bien ? pressa Gaël.
— Jamais connu de marées si violentes. Ça pue.
— Comment tu peux le dire sur un ton aussi posé ? cria presque Fanch.
— Je ne fais pas d'hypothèses sur ce qui peut survenir ou non. Si le malheur doit s'abattre il s'abattra.
— Putain ! Tu fous le cafard, Aelig.
— C'est au capitaine de se battre contre la mer. Nous, on obéit aux ordres, point barre.
— C'est ce qui s'est passé pour tes précédents équipages ? s'informa Fanch. »

Aelig observa son impertinent collègue et conserva le silence. Un regard dur et un mutisme obstiné valait tous les mots du monde. Fanch se sentit vite gêné et porta son attention ailleurs.

« Je crois que j'ai le mal de mer, annonça Gaël. »

Fanch s'écarta comme il put et Aelig cacha un léger sourire en passant la main dans son épaisse barbe.

Deux heures plus tard ils sortaient de la tempête. La fatigue et le calme eurent raison des marins-pêcheurs et ils s'endormirent rassurés. À leur réveil, une brume entourait le Marguerite. L'électronique ne fonctionnait toujours pas et ils ne possédaient pas de moyens pour se repérer puisque le ciel leur était dissimulé ; même le soleil n'apparaissait pas, ce qui ne leur permettait pas de fixer les points cardinaux.

Les six hommes occupèrent la passerelle et débattirent :
« Si vous voulez mon avis : ça craint un max, déclara Yann.
— Ça n'a aucun sens. On passe de l'ouragan à la purée de pois, se plaignit Gaël.
— Là-dessus on est tous d'accord. Non, c'est sur un autre point que nos avis divergent.
— Erwan ! prévint Loïc.
— Quoi ? C'est vrai non ?
— Ce n'est pas le moment !
— Qu'est-ce qu'il y a ? s'enquit Fanch.
— Il y a qu'on n'est pas d'accord sur ce qui nous a mis dans cette panade. »
Le capitaine soupira de désespoir, il ne pourrait éviter cette conversation.
« Et pourquoi serait-on dans cette merde noire ? poursuivit le jeunot.
— Loïc et Yann disent que c'est une dépression atmosphérique due à la violente tempête, ce qui expliquerait l'absence de vent, dévoila Erwann.
— Et toi ?
— Et moi je dis que la cause est l'un d'entre nous. »
Gaël et Fanch jetèrent ce qu'ils pensaient être de discrètes œillades à Aelig, les trois plus vieux évitèrent tout bonnement de le regarder.

« Dis-le, Erwan. Dis ce que tu penses sous tes phrases de faux jetons ! balança Aelig.
— Si on est dans cette situation c'est entièrement de ta faute. T'es un rat ! Jamais tu n'aurais dû reprendre la mer, tu m'entends ? JAMAIS ! Trop de bons marins sont morts par ta faute. »

Au mot « rat » Loïc et Yann touchèrent du bois. Une vieille tradition interdisait la prononciation d'un cheptel de noms et ce dernier en faisait partie. Aelig se retint de ne pas les imiter devant Erwan. Il se concentra sur son désir de lui enfoncer le poing sur le nez.

« Pour un superstitieux tu te permets des libertés, dit Aelig.
— Je me contente des faits. Ta présence a coûté trois équipages et cette nuit ça a failli faire une perte supplémentaire. Dire le mot en « r » ne fait pas apparaître de vaisseau fantôme peuplé de rongeurs pesteux à ce que je sache.
— Qu'est-ce que tu comptes faire alors ? Me balancer par-dessus bord comme sacrifice à Neptune pour qu'il vous libère le passage ?
— Pourquoi pas, puisque tu en parles...
— Suffit ! ordonna Loïc. Reprenez vos esprits, on dirait des gamins. Je comprends que la nuit ait été difficile mais ce n'est pas utile d'en rajouter et de se laisser dominer par ses émotions. Vous êtes des marins, bordel de merde ! Mon équipage ! Alors vous allez filer droit je vous le garantis, ou plus aucun capitaine ne vous prendra sur son navire. »

Erwan ouvrit la bouche pour ajouter que si cela permettait au porte-malheur de ne plus tuer personne cela en valait la peine mais il se ravisa au dernier moment.

« Bon, parfait. On peut passer à autre chose maintenant que c'est réglé. »

Pour le moment, pensèrent-ils tous.

« Gaël et Fanch à la proue, Erwan à la poupe, commanda Loïc. »

Les hommes sortirent se placer à leur poste. Ils vérifiaient qu'aucun récif ne se retrouve sur leur voie et cherchaient d'éventuels feux de navigation. Plusieurs dizaines de minutes passèrent ainsi, avant que Gaël, fort de sa jeunesse et de ses yeux perçants, ne distingue une lumière verte et une rouge. Il hurla et pointa de son doigt la direction. Yann en réponse attrapa les jumelles et fouilla la brume.

« Là, je l'ai. Il a de bons yeux le petit gars, complimenta le second. Ce doit être un navire de croisière, les feux sont assez éloignés l'un de l'autre. Il se déplace vers nous. Barre à bâbord. »

Loïc écouta son vieil ami et fit glisser le navire pour éviter toute collision impromptue. Le bâtiment inconnu s'approcha doucement, sans bruit. Bientôt, ils purent l'observer avec suffisamment de détails pour savoir qu'il faisait dans les cent mètres de long, avait un tirant d'air d'au moins dix mètres pour un maître-bau d'une quinzaine. Il écrasait le petit chalutier de sa taille et de sa présence. Son nom était peint sur sa coque : « Lyubovy Orlova ». Ce dernier acheva son avancée sur le tribord du Marguerite, ils étaient désormais coque contre coque et cela s'était fait sans heurt.

« Qu'est-ce qu'ils foutent ? maugréa Yann. Ils se prennent pour des pirates somaliens ou quoi ?
— Si je le savais... Je n'aime pas ça. Mais on va pas rester près de ce rafiot ruskof pendant des plombes. Avec ces tarés c'est un coup à choper une de leur merde chimique, redouta le commandant du Marguerite.
— Je te le fais pas dire.
— Non, on met les voiles. Tant pis pour eux. »
Loïc démarra les moteurs et le chalutier entama sa manœuvre. Soudain, il se mit à pleuvoir d'étranges objet noirs de la taille d'un avant-bras. La plupart tombaient à l'eau mais quelques uns percutèrent durement le toit du petit navire.

« C'est quoi ces conneries ?! Ça vient du Orlova. Ils nous balancent des trucs les cons !
— Quand je disais qu'ils étaient baisés du bulbe ceux-là. »

À la proue, Gaël et Fanch se mirent subitement à s'agiter dans tous les sens, ils beuglaient de terreur. Dans la passerelle, les vieux marins eurent le sang glacé. La peur s'instillait en eux et elle se répandit quand la douleur se supplanta à l'effroi.

« Des rats, murmura Aelig. Des rats. »

Une légion de muridés enragés sautait en un flux ininterrompu du bâtiment de croisière et abordait la bateau de pêche. Ils grouillèrent vite sur le pont et les deux jeunes vigies furent recouvertes de ces gros rats impitoyables.
La panique l'emporta. Erwan réussit à atteindre la passerelle sauf mais il ne put refermer la porte derrière lui, ce qui permit aux rongeurs de pénétrer à sa suite. Les marins fuirent tant bien que mal. Aelig et Erwan partirent en tête sans demander leurs restes et dévalèrent l'étroit escalier amenant à la partie habitable. Loïc et Yann les suivirent. Le premier chuta sous le poids des rats qui l'attaquaient et plusieurs craquements secs annoncèrent des os brisés ; il entraîna le second et le ralentit. Aelig et Erwan réussirent à s'enfermer dans la cabine du capitaine. À quelques mètres et séparé par la cloison, Yann suppliait qu'ils viennent l'aider mais ils ne bougèrent pas. Ils n'osaient pas. Des bruits de morsures et de déchiquetage leur parvinrent et la voix d'homme se tut. Erwan sanglota.

« C'est de ta faute, c'est de ta faute, c'est de ta faute, répétait-il.
— C'est toi qui a parlé d'un vaisseau rempli de rats, pas moi, se défendit Aelig. »

La peur laissa place à la fureur, et Erwan se précipita sur Aelig. Ils s'empoignèrent brutalement et se portèrent quelques crochets. Erwan emporta le combat quand il réussit à attraper les cheveux d'Aelig et qu'il envoya percuter le crâne de son adversaire contre une arête métallique. Un liquide rouge s'écoula à flot. Les mains d'Erwan devinrent écarlates. En état de choc, son esprit divagua et il s'évanouit. À sa reprise de conscience, il n'y avait plus de son, si ce n'était le clapotis régulier des vagues sur la coque. Le corps d'Aelig refroidissait dans son dos. Erwan entrouvrit prudemment la porte de la cabine, il n'y a avait pas de rat en vue, ni le cadavre de Yann. Étrange. Erwan refusa d'admettre que les muridés l'aient mangé en entier.

Il parcourut tout le Marguerite et il ne découvrit pas de traces ou d'empreintes prouvant que les rats furent passés par là. Ne restait qu'Aelig, celui qu'Erwan avait traité de « rat ». Il l'avait insulté de la sorte car ces mammifères étaient de mauvaise augure : ils transmettaient les maladies, rongeaient les cordages et le bois. Et lorsqu'ils disparaissaient c'était qu'ils avaient senti un proche danger.

Erwan était le dernier rat du navire. Il avait tué le précédant ravissant par la même occasion son rang. Il était devenu le nouveau rat du Guilvinec.

_________________
DÂdädâîsme.


Dernière édition par Mike001 le Sam 5 Avr - 14:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Cassiopée
Héliaste
avatar

Féminin Nombre de messages : 9868
Age : 59
Localisation : Les pieds sous l'eau, la tête au delà des étoiles.
Date d'inscription : 05/01/2008

Personnages RP
Pseudo: Cassiopée
Pseudo : Maelun
Pseudo : Lucia

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Mar 1 Avr - 0:54

Ah! Super !
J'aime beaucoup. J'ai lu ça d'une traite. Il y a du suspens, c'est rythmé. C'est une nouvelle qui a du caractère.
Mais elle est plutôt sur le thème de malchanceux. Rôlliste 

Quelques fautes que tu pourrais corriger :

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Mar 1 Avr - 1:37

Merci pour le commentaire et la correction (:

Oui, j'ai oublié de préciser les détails du sujet et ils acceptaient la malchance.

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Drystan
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 3758
Age : 24
Localisation : A l'Ombre du Chêne
Date d'inscription : 23/12/2007

Personnages RP
Pseudo: L'Histoire
Pseudo : Le Kaessendryn
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Ven 4 Avr - 22:36

Navré de ne pas avoir commenté plus tôt l'un de nos auteurs les plus prolifiques.
Particulièrement bien mené. La chute est excellente, élégamment posée. Ta maîtrise des dialogues les rendent à la fois réalistes et plaisants à lire. Le commentaire aurait été similaire pour le Carouble - si j'avais eu à voter, je pense que tu aurais eu ma voix - et, par conséquent, j'éviterais de faire un doublon pour aller directement voir tes Dieux !
Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Sam 5 Avr - 14:07

Le texte n'étant pas là pour une durée déterminée tu pouvais prendre le temps que tu voulais.

À l'origine la fin était précipitée (en moins foutoir que pour celle du « cachot divin » toutefois), mais en la retravaillant ça a donné quelque chose de plutôt passable et de plus détaillé. Je précise cela car je galère avec les fins de mes nouvelles actuellement ^^,.


Comme toujours, merci pour la lecture et le commentaire (:

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Axel & Anders

avatar

Féminin Nombre de messages : 1017
Age : 23
Localisation : Dans ton coeur
Date d'inscription : 13/12/2012

Personnages RP
Pseudo: Jésus
Pseudo : Vincent Bidalère
Pseudo : Eric Couyalère

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Mer 16 Avr - 11:46

Il y a un très bon rythme dans cette nouvelle, on est tenu en haleine du début jusqu'à la fin. C'est tellement bien mené qu'on arrivent à la fin très facilement. J'ai d'abord un peu douté, mais j'ai vraiment apprécié ce texte, la chute est terrible !

Merci pour le partage, c'est toujours un plaisir de te lire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Green Partizan
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Nombre de messages : 3950
Localisation : Ici, c'est Saint-Denis.
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Mar 22 Avr - 0:24

J'ai kiffé !

Ta mie bigoudenne t'inspire on dirait. Relativement immersif, surtout le côté "histoire de marins". Je trouve la fin un peu expédiée, l'approche du bateau notamment. Mais la chute tombe à point nommé.

Ca a donné quoi, l'appel à texte ?

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Mike001
Coordonnateur Littéraire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2663
Age : 16
Localisation : West Coast ; Phare Ouest
Date d'inscription : 26/09/2010

Personnages RP
Pseudo: Mike le Fremen
Pseudo : Hannibal Smith
Pseudo : Davy et Mickey

MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   Mar 22 Avr - 16:32

Merci à vous deux de m'avoir lu et commenté.

Je souscris à ce sentiment de rapidité, il va falloir que je travaille là-dessus pour cette nouvelle et les futures.
Le texte n'a pas été retenu.

_________________
DÂdädâîsme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.korea-dpr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le rat du Guilvinec   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le rat du Guilvinec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des photos de la berceuse du Guilvinec
» [FZ150] Le port du Guilvinec
» Expo photo au Guilvinec du 25/05 au 30/09
» Guiffant (Le Guilvinec, 29)
» Trans Bigouden (Le Guilvinec, 29)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Nouvelles-
Sauter vers: